En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 25 sec
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 30 min 51 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 57 min 10 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 1 heure 4 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 1 heure 48 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 23 heures 24 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 17 min 28 sec
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 39 min 49 sec
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 1 heure 5 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 1 heure 35 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 17 heures 37 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 21 heures 51 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 23 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Une question de volonté

700 patrons proposent 20 mesures pour faire bouger le monde de l’entreprise

Publié le 01 août 2014
La Chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselle a récemment fait appel à près de 700 entreprises pour établir un diagnostic des freins à la croissance des PME dans le pays. Si tous les thèmes ont été abordés à travers trois thématiques que sont l'emploi, la fiscalité et la règlementation, il faudra surtout au gouvernement du courage pour aider les entreprises.
François Pélissier est le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselles depuis 2011. Entrepreneur, il est également le Président directeur général et fondateur d'Ecologgia, une entreprise du domaine de la construction...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Pelissier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Pélissier est le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselles depuis 2011. Entrepreneur, il est également le Président directeur général et fondateur d'Ecologgia, une entreprise du domaine de la construction...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chambre de commerce et d'industrie de Meurthe-et-Moselle a récemment fait appel à près de 700 entreprises pour établir un diagnostic des freins à la croissance des PME dans le pays. Si tous les thèmes ont été abordés à travers trois thématiques que sont l'emploi, la fiscalité et la règlementation, il faudra surtout au gouvernement du courage pour aider les entreprises.

Atlantico : Vous avez émis, à l'issue de deux colloques réunissant 700 chefs d'entreprise, une liste de 20 propositions pour dynamiser les entreprises en France. Celles-ci résonnent comme un diagnostic des principaux problèmes qui bloquent les entreprises françaises aujourd'hui. Quelle analyse faites-vous aujourd'hui de ce blocage ? Se situe-t-il davantage au niveau du poids du passé ?

François Pelissier : Je pense qu'il y a une incapacité en France de passer du diagnostic à l'action. Par exemple, sur les sujets qui touchent l'aspect fiscal, réglementaire, et social, les grandes réformes n'ont pas été mises en oeuvre, sans doute, et c'est bien là le fond du problème, par méconnaissance des PME. Il y a aussi un vrai problème à anticiper l'avenir, ça a été le cas avec la mondialisation, et à faire les choix en conséquence. On se retrouve alors avec un poids fiscal qui est trop élevé, une réglementation compliquée et de surcroît instable qui freine l'innovation et le développement, et un carcan social qui lui empêche de véritablement s'adapter au contexte international et la fait sortir de facto du champs compétitif face aux Américains et aux asiatiques.

Le chemin vers le développement d'une entreprise est jonché d'un certain nombre de contraintes. Dès lors qu'une entreprise commence à se développer, elle doit faire face à des effets de seuil, 10 puis 50 pour ne citer que ceux-là, qui constituent des contraintes non justifiées puisqu'en dessous de 100 salariés, le dialogue social ne nécessite pas qu'il soit encadré aussi lourdement qu'il l'est aujourd'hui.

Le gouvernement auraît-il du mal à innover ? Comment cela s'illustre-t-il ? 

On peut le dire comme ça, même si c'est davantage un manque de courage selon moi. Les élites politiques se refusent à affronter un certain nombre d'évidences en ce qui concerne les PME, qui a contrario des grandes entreprises, sont souvent confinées à un champs territorial spécifique, et qui sont difficiles à assurer compte tenu des contraintes sociales et réglementaires évoquées. Au cours des sept dernières années, on a vu apparaître un certain nombre de textes de lois qui vont tous dans le même sens, à savoir rendre la vie des entreprises toujours plus complexes. Pour illustrer cela, c'est bien simple : il y a plus d'une trentaine de formes de contrats de travail dans le dispositif réglementaire, et je ne comprends pas ce qui empêche la création d'un seul et même contrat dont les droits et les garanties augmenteraient au fil du temps ! Malheureusement, nous en sommes encore au stade d'un décallage idéologique avec la réalité. Je pense qu'il subsiste encore une méfiance vis-à-vis des PME alors que l'entrepreneur aujourd'hui essaye de mettre en place des structures qui sont les seules pourvoyeuses de richesses, et qui peuvent protéger l'emploi si on lui permet une certaine facilité de gestion, sur l'apprentissage, sur la formation professionnelle, sur la capacité d'investir ou la réglementation, qui sont autant d'espaces managériaux et organisationnels.

Dans la liste des 20 propositions, un mot revient souvent, celui de la confiance des chefs d'entreprises. En quoi l'action du gouvernement actuel contribue-t-elle à ce climat ?

Vous avez raison, un entrepreneur a besoin de sérennité et de sécurité. Il y a tellement aujourd'hui d'instabilité dans la perspective économique, qu'il ne faut pas rajouter en plus une instabilité règlementaire. Pour le CICE par exemple, là où on aurait pu tout simplement faire une simple baisse des charges, on rajoute encore, alors que la mesure est réputée être favorable aux entreprises, une lourdeur administrative qui petit à petit n'est plus supportable pour les PME. La simplification administrative qui est envisagée en ce moment doit aller vite si elle veut vraiment être satisfaisante. Il faut libérer nos énergies dans les PME. A partir du moment où il n'y a pas de croissance, où les financements sont difficiles d'accès et les marges sont érodées, les capacités de manoeuvre sont quasiment inexistantes ! Or il y a beaucoup de mesures qui ne coûtent rien ! Supprimer les seuils, simplifier le contrat de travail, alléger les procédures d'instruction d'un permis de construire, de la création d'entreprise, tout cela ne coûte rien !

Quelles sont d'après vous les propositions qui expriment le plus l'audace parmi les vingt qui ont été reçues ?

Je pense que supprimer les seuils en dessous de 100 salariés est déjà audacieux. On a pour habitude en France de considérer que les textes de loi doivent s'appliquer à tout le monde de la même manière. Le temps de travail partagé, le dialogue social, peuvent être personnalisés dans un mode contractuel et non législatif. Il faut que le contrat reprenne ses droits vis-à-vis de la loi qui est paralysante et complexe. Comme dans le domaine de l'écologie, on traite en France de manière punitive et non pas de façon incitative.

Pourtant, on a pu constater les multiples démarches qui allaient dans le sens des négociations, et notamment avec une forte consultation du Medef...

J'ai beaucoup aimé le propos de Monsieur Schröder lors de son passage à Nancy, lorsqu'il disait que le dialogue social devait à un moment donné être mis de côté pour passer à l'action. Et c'est exactement ce dont on a besoin. Lorsque je constate que les dépenses des collectivités territoriales ont augmenté en 2013, où se trouve le plan de la baisse de la dépense publique ? On ne se pose pas les questions de manière claire et franche sur les retraites ou le droit du travail. Alors qu'à l'image des Allemands, des Anglais ou des Italiens, on pourrait changer de braquet.

Le fruit de votre analyse s'appuie sur de nombreuses comparaisons statistiques avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne. L’émergence d'un modèle français est-il concevable ? A quoi pourrait-il ressembler ?

Je pense qu'il faut que l'on revienne à une logique de contrat social, que l'on redéfinisse clairement ce qu'est le rôle de l'entreprise et quelles sont ses objectifs, c'est à dire générer de la richesse, pour ensuite et seulement ensuite pouvoir recruter. Aujourd'hui, tout ce que l'on pense ou dit sur l'emploi est le résidu d'une forme de droit social. Alors que l'emploi n'est que le résultat d'une entreprise en développement. Il faut donc leur redonner de l'air, via les bonnes mesures, et cela ne nécessite que du courage pour les appliquer.

Voir l'intégralité des 20 propositions :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

07.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 01/08/2014 - 10:43
Ce que les Politiques n'ont jamais compris et encore moins le FN
(et que " l’abus de pouvoir" ) Politique (encore plus par les Fonctionnaires) sur l'économie et bien ne marche jamais car le Fonctionnaire ne créé rien) la politique doit et seulement faciliter (donc les vannes de la création donc de la Liberté), accompagner, soutenir, mais ne peut et ne doit jamais DICTER. La France Fonctionnaire veut s'occuper de tout pour le simple plaisir de montrer son pouvoir. La Fonction Public ne cherche que l'imposition de leurs ÉGOS sur le peuple, sur le peuple entrepreneur, sur le marché. En fait c'est de la DICTATURE ÉTATISTE DES ÉLITES FONCTIONNAIRES. Dés que quelque chose marche et bien en France Fonctionnaire verrouille, prend,empêche. Le gros problème de nos Fonctionnaires est qu'ils confondent quant il y a des dévoiements, les CONTRÔLES nécessaires, et empêcher que cela se reproduisent. Donc si vous empêchez tout et bien vous éteignez tout, plus d'économie. Mais pour nos ÉGOS Fonctionnaires cela ne peut, il faut qu'ils dominent tout avec suffisance, même si cela doit rendre la France exsangue.
Benvoyons
- 01/08/2014 - 10:19
nico expat - 01/08/2014 - 09:41 Oui mais pourquoi!
Le problème de la France est que la Fonction Public a pris la main sur tous les leviers de l’État car elle a le droit d'être aussi élu. Ce qui est impossible aux USA,Allemagne,UK, Pologne, Autriche etc.....ces pays ont une loi qui interdit aux fonctionnaires d'être des élus.
De plus les élites Fonctionnaires sortent d'une même école et ont donc les mêmes cursus. Cursus avec les même profs qui philosophiquement et mentalement majoritairement de Marxiste très rouge à rose. 55à 60 % des élus (dans les différentes chambres et régions sont des fonctionnaires )Donc aucun gouvernement ne peut faire une politique libérale ou alors à la marge. Comme la composition de l'élite FN est fait avec des Fonctionnaires et que le programme du FN est le même que celui du FDG.Que le FN refuse de mettre dans son programme que les Fonctionnaires n'auront plus le droit d'être des élus et bien la ritournelle sera la même et en pire. Retraite à 60 ans pour tous, Nationalisations, l’État s'occupe de tout comme maintenant car les Fonctionnaires savent toujours mieux en ayant pas travaillés dans le privé, ni dans le commerce international, avec les risques qui vont avec, ni le changement permanent nécessaire.