En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 1 min 16 sec
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 9 heures 51 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 10 heures 49 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 13 heures 31 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 16 heures 50 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 20 heures 51 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 23 min 57 sec
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 10 heures 27 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 13 heures 8 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 13 heures 59 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 16 heures 6 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 17 heures 15 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 18 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 19 heures 45 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 21 heures 32 min
© Reuters
Il y a une explosion du duel partisans de l'austérité contre keynésiens.
© Reuters
Il y a une explosion du duel partisans de l'austérité contre keynésiens.
Le réveil

Cette étrange indifférence française à l’explosion du duel partisans de l'austérité contre keynésiens sous l’influence des Market Monetarists

Publié le 04 août 2014
Dans une chronique publiée par le New York Times, le Prix Nobel d'Economie, Paul Krugman, se réjouit de la prédominance des Keynésiens au sein de la gauche américaine (contrairement à la France). Il constate également la présence, à droite, d'un nouveau mouvement économique réformateur, les Market Monetarists. Un courant encore politiquement inexistant en France malgré ses différents succès à travers le monde.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une chronique publiée par le New York Times, le Prix Nobel d'Economie, Paul Krugman, se réjouit de la prédominance des Keynésiens au sein de la gauche américaine (contrairement à la France). Il constate également la présence, à droite, d'un nouveau mouvement économique réformateur, les Market Monetarists. Un courant encore politiquement inexistant en France malgré ses différents succès à travers le monde.

Dans un article daté du 21 juillet, le prix Nobel d’économie Paul Krugman pose la question suivante : "Les Keynésiens et les Market Monetarists seraient-ils symétriques, aussi bien dans leur doctrine que dans leur position politique ?" Une question a priori sans intérêt mais qui reflète pourtant bien le champ de ruines actuel de la pensée économique et de ses "appartenances" politiques en France.

Si la doctrine keynésienne est la plus connue des deux et la plus naturellement identifiée comme de gauche, les Market Monetarists restent une espèce encore non identifiée en France. Il reste à retracer les grandes lignes des recommandations de ces deux courants de pensée dans le traitement de la crise actuelle.

D’un côté l’école Keynésienne, représentée ici par Paul Krugman, qui indique que la "grande récession" résulte d’une trop faible demande, c’est-à-dire notamment de la faiblesse des "carnets de commande" des entreprises. Pour pallier ce manque, les autorités publiques se doivent de relancer l’économie par la voie de dépenses publiques elles-mêmes financées par les déficits et la dette, ou par l’augmentation de la fiscalité. Le pouvoir budgétaire est ici considéré comme essentiel dans le traitement de la crise. Par contre pour cette école, le pouvoir monétaire est actuellement limité en raison de taux d’intérêt proches de 0. Coincé dans une "trappe à liquidités", le pouvoir monétaire se trouverait privé de réelle efficacité. La doctrine keynésienne, par la prédominance qu’elle donne à la dépense publique, est ainsi le plus communément considérée comme de "gauche", une politique économique de la "demande".

Pour Paul Krugman, la gauche américaine se réfère encore nettement à ces idées. Mais ce constat n’est plus vrai en France. Un gouvernement et un président réputés de gauche se sont plutôt orientés vers une politique de l’offre, ce qui est plutôt considéré comme "de droite". Les mesures keynésiennes sont laissées de côté, et seule la gauche de la gauche s’empare de ces propositions afin de promouvoir une alternative aux politiques d’austérité.

Et ces politiques d’austérité sont bien considérées comme étant "de droite", car d’origine libérale. Mais il serait plus juste de qualifier cette doctrine comme étant issue d’un courant bien particulier du libéralisme : les "Autrichiens". Ici, point de relance des dépenses par les déficits, ce serait plutôt l’inverse. Il s’agit de ralentir au mieux les dépenses de l’Etat, de diminuer la dette, de baisser les impôts tout en maintenant une stricte stabilité de la politique monétaire. En Europe, ce courant de pensée est puissamment représenté par la doctrine ordo-libérale allemande, principale source d’inspiration de la politique d’austérité menée à l’échelon communautaire. En France, ce sont les partisans de la "désinflation compétitive".  

Et c’est là qu’intervient "l’autre" pensée évoquée par Paul Krugman ou l’alternative libérale que sont les "Market Monetarists". Une école que le New York Times qualifiait le 23 juillet dernier de "brillant succès du renouvellement conservateur", malgré son caractère minoritaire au sein de la droite américaine. Cette doctrine classée "à droite" est principalement issue des travaux de Milton Friedman et de son analyse de la crise des années 1930. Elle identifie la crise de 2008 comme étant de nature monétaire, comme l’était également, avant elle, la Grande Dépression. Pour les Market Monetarists, l’objectif prioritaire est de restaurer la croissance et l’emploi par le biais d’une politique de relance monétaire (c’est-à-dire provenant de la Banque centrale), ce qui permettra dans un second temps l’amélioration de la situation budgétaire. Comparativement aux partisans de l’austérité, l’objectif est donc inversé, la croissance d’abord, et la réduction des déficits n’en sera que la conséquence. Pour les Market Monetarists, nulle question de relancer les déficits par la voie budgétaire en raison de la neutralité de l’impact sur la demande. Une telle solution est ici analysée comme étant totalement inefficace.

Mais ce que pointe Paul Krugman, ce qu’il moque, est que les Market Monetarists sont encore bien plus isolés à droite que les Keynésiens ne le sont à gauche. En France, la situation est encore plus significative car les Market Monetarists n’existent tout simplement pas politiquement. Et ce malgré leur influence considérable dans la mise en place de politiques de relance monétaire aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, ainsi qu’au Japon. Plans qui ont pu faire leurs preuves depuis leur mise en place et qui ont permis le retour de la croissance et de l’emploi dans chacun de ces pays.

Bien qu’opposés dans leur offre de solutions, les Keynésiens et les Market Monetarists ont quelque chose en commun  : un diagnostic fondé sur l’effondrement de la demande et une critique virulente des politiques du "tout austérité". Un partage d’idées qui est souvent une source de confusions pour les partisans de la rigueur qui ne parviennent pas à isoler la provenance idéologique des attaques. Allant parfois jusqu’à renvoyer, de façon absurde, des Friedmaniens à leur keynésianisme primaire.

En effet, pour les Keynésiens et les Market Monetarist,  les politiques exclusives de réduction des déficits budgétaires sont suicidaires. Elles ne reposent que sur une croyance infondée : la réduction des déficits serait à même de provoquer un choc de confiance dans l’économie (favorable à la croissance). Une théorie que Paul Krugman appelle la "fée confiance" car un tel choc a bien  du mal à se manifester dans la réalité européenne. Et ce malgré les références quasi quotidiennes à la notion de "confiance" de nombreux dirigeants (dont François Hollande), et malgré six années d’application de la doctrine.

Pour les contestataires de l’austérité, la "confiance" n’est pas qu’un mot, elle est une réalité qui se mesure dans les anticipations de croissance des agents économiques. Et ces anticipations sont pour le moment stables dans leur médiocrité, malgré les incessantes réductions de dépenses publiques. Un phénomène aujourd’hui bien identifié par le FMI, l’OCDE, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, ou le Japon, mais totalement ignoré dans une Europe dominée doctrinalement par l’ordo-libéralisme.

Si les partisans de l’austérité ont été contredits par la réalité lors de la crise des années 1930, s’ils ont perdu la bataille idéologique dans la plus grande partie du monde occidental depuis 2008, ils tiennent encore bien la barre de la politique européenne. Après six ans de résultats catastrophiques, le déni de réalité continue.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

06.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

07.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 04/08/2014 - 22:41
La Confiance
" La Confiance est une réalité qui se mesure dans les anticipations des agents économiques "...Mr Goetzman nous resservirait-il la soupe des Progressistes Américains et des Socialistes Français , et de leur Gourou en la personne de Mr Krugman , ou suggère t-il de s' interesser aux Abenomics Japonais . Avec une fiscalité aléatoire dans notre pays , j' aimerais qu' on m' explique comment procèderont les agents économiques pour anticiper la confiance . Les réferences à Krugman sur Atlantico me questionneraient réellement .
jmpbea
- 04/08/2014 - 15:27
La démagogie politique est le contraire de la politique
Économique réaliste....
La ménagère ne dépense pas plus qu'elle gagne...l'Etat dépense ce qu'il n'a pas. Et paye les intérêts avec l'impôt ....plus l'état a créé de corps intermédiaires,plus leur dette a augmenté ...pour engager des fonctionnaires territoriaux, dépendants et votant à gauche...diminuant ainsi la possibilité de création d'emplois créant et la valeur ajoutée ...c'est une vis sans fin qui devra cesser avec la liquidation. Du modèle socialiste à la Française...c'est là, c'est demain...
Hilario
- 04/08/2014 - 11:16
Jusqu'à la crique sans la pagaie de J. M. Keynes
C'est simple. Pour un État qui est membre d'une union monétaire, les politiques keynésiennes n'ont aucune pertinence, soit pour le Montana ou la France. Il sera différent quand il y a une Europe fédérale, avec une politique budgétaire fédérale et la dette publique consolidée de tous les Etats membres. La seule question est qui va se passer en premier: l'arrivée d'un État fédéral ou l'effondrement de l'union monétaire.
Cette présente président Hollande avec un choix. Avec sa politique actuelle, il perdra l'élection en 2017. Pourrait-il gagner en exigeant la mise en place des conditions d'une zone euro de relance budgétaire keynésienne immédiat ou, sinon, la France quitte l'euro?