En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr
Aux Etats-Unis ont été inventés les CHO, "chief happiness officers", responsables du bien-être des employés.
Un ami qui vous veut du bien

"Responsables du bonheur en entreprise" : faut-il se méfier de ces nouveaux managers apparus aux États-Unis ?

Publié le 28 juillet 2014
Votre mission, si vous l'acceptez : rendre les salariés heureux. Impossible ? Il se pourrait que cette initiative américaine, louable sur le principe, ne soit pas si simple à mettre en place dans la réalité de la vie d'entreprise.
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre "Les jeunes expliqués aux vieux" paru chez L'Harmattan en octobre 2012.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Monneuse est sociologue, écrivain et consultant en Ressources Humaines. Il est également l'auteur du livre "Les jeunes expliqués aux vieux" paru chez L'Harmattan en octobre 2012.
Voir la bio
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Votre mission, si vous l'acceptez : rendre les salariés heureux. Impossible ? Il se pourrait que cette initiative américaine, louable sur le principe, ne soit pas si simple à mettre en place dans la réalité de la vie d'entreprise.

Atlantico : Aux Etats-Unis ont été inventés les CHO, "chief happiness officers", responsables du bien-être des employés. La création de ce nouveau poste est motivée par l'idée que des salariés heureux sont des salariés performants. Quel est le rôle de ces employés en charge du bonheur de leur collègue ? Concrètement comment s'y prennent-ils ? 

Denis Monneuse : Leur rôle derrière la notion de bien-être est surtout de travailler sur l’ambiance et la convivialité entre collègues. Ils s’assurent que l’aménagement de l’espace est agréable, ils organisent des réunions informelles entre collègues, éventuellement des évènements sportifs ou culturels. Ils améliorent la décoration des open spaces… Ils s’efforcent de mettre un peu de créativité et de divertissement parmi les collègues.

Xavier Camby : C’est une question de bon sens. Le bien-être est le premier facteur de la performance individuelle et collective. Quand tout va bien, quand on se sent aimé, qu’on est en bonne santé, qu’on a assez d’argent on est performant. Ce n’est pas toujours le cas lorsque l’on est malade, que l’on a des problèmes financiers, que l’on s’est disputé ; l’énergie est mobilisée ailleurs, on ne produit pas la même performance que quand tout va bien. Le bien-être du salarié est le principal critère de sa motivation. Ce qui est difficile ici, c’est que le CHO est responsable du bien-être qui, en fait, est la première responsabilité du manager lambda. On peut concevoir des organisations transversales mais le seul qui soit suffisamment proche de l’employé pour veiller a son bien-être, c’est le manager. Le bien-être est le premier critère de la performance, le mal-être est le premier vecteur de destruction de valeur : lorsque l’on n'est pas heureux dans son travail, le premier symptôme est l’absentéisme, or si la personne est à l’aise, son présentéisme augmentera.

N'est-ce pas infantilisant pour les salariés ?  

Denis Monneuse : Il est vrai que selon la conception américaine, le bonheur est lié au divertissement. La critique qui peut être faite est que l’on essaie de divertir les salariés pour leur faire oublier les vrais problèmes. C’est pour cela que ce type de poste pourrait être mal vu dans une entreprise où il y a par exemple des restructurations, des licenciements ou une surcharge de travail…

Xavier Camby : C’est l’inverse. Il ne s’agit pas de distribuer du chocolat mais au contraire de responsabiliser son collaborateur en lui demandant de quoi il a besoin. On n’entre pas dans une approche psychologisante ou analytique, l’idée est d’instaurer une confiance. Une intrusion créerait au contraire du mal-être, or il faut respecter la liberté de chacun. L’idée est de tout mettre en œuvre pour que le collaborateur se sente à l’aise. 

Si le concept peut paraître séduisant au premier abord, n'est pas finalement très intrusif ? A instaurer ce genre de fonction dans une entreprise, ne franchit-on pas une limite ? 

Denis Monneuse : Cela dépend du périmètre accordé à ce type de poste dans l’entreprise. Cela peut devenir intrusif, par exemple lorsque des événements conviviaux sont organisés et deviennent obligatoires, ou quand la présence des conjoints est "fortement conseillée/souhaitée"… De plus, tout le monde n’a pas envie d’avoir des moments festifs avec ses collègues, or les salariés se sentent obligés d’y aller. L’intrusion peut venir aussi sous l’angle des conseils d’hygiène de vie. Par exemple, des recommandations pour manger équilibré, pour arrêter de fumer peuvent être prodigués. Or ce n’est pas le rôle de l’entreprise que de s’intéresser à ce domaine. Le risque est que l’entreprise veuille faire le bonheur des gens à leur insu.

Xavier Camby : Former ceux qui encadrent le bien-être de leurs employés est un enjeu déterminant. 64% des salariés français vont au travail avec la peur au ventre, 80% des managers canadiens sont dans une détresse psychologique. Il est bien évident que dans de telles conditions il est difficile d’accomplir efficacement son travail.

La mise en place d'un CHO témoigne-t-elle d'une vision utilitariste et restrictive du concept de bonheur ? 

Denis Monneuse : Ce que l’on oublie sur la notion de bien-être et de bonheur, c'est que chacun le définit de manière différente. Ma source de bonheur n’est pas la même que celle de mon collègue.  En outre, les marges de manœuvre de ces CHO sont limitées. Si la restructuration ou le licenciement pèse, ils ne peuvent pas faire grand-chose. Ce n’est pas le fait d’organiser des événements conviviaux qui va résoudre les problèmes initiaux. Est-ce que le CHO a vraiment le pouvoir de s’attaquer aux vraies racines du mal-être au travail ? Le bonheur au travail, c’est aussi créer des relations amicales avec ses collègues. C’est quelque chose qui se fait près de la machine à café ou à la cantine, ce n’est pas une troisième personne qui peut l’imposer. On ne peut pas forcer les gens à devenir des amis.

La recherche du bonheur par le manager peut-elle devenir un prétexte pour entrer dans l'intimité du salarié ? S'agirait-il en fait d'une façon de garder un oeil sur ses employés ?  

Denis Monneuse : Le risque est de donner une vision très normative du bonheur dans le sens où être heureux reviendrait à arrêter de fumer, à manger ce que préconise l’entreprise, à être toujours positif... et donc finalement cela risque de restreindre la liberté des individus, on va les obliger à entrer dans un certain moule. Un autre risque est que les employés se voient "obligés d’être heureux", n’aient plus le droit de se plaindre car leurs chefs diront alors qu’ils ne peuvent pas se plaindre car des postes ont été créés pour leur bien-être. Leurs plaintes paraîtront moins légitimes et recevables. De plus, le manager risque de se déresponsabiliser du bien-être de ses employés, ce qui est pourtant son rôle.

Ces stratégies ne sont-elles pas à double tranchant dans le sens où on peut avoir l'impression qu'elles dûpent les employés en leur faisant croire qu'elles s’intéressent à leur bonheur, alors que les motivations sont purement économiques ? 

Denis Monneuse : Cela peut être un peu hypocrite dans la dénomination utilisée, et peut éventuellement se retourner contre l’entreprise si le salarié dit par exemple que son bonheur, c’est de gagner beaucoup d’argent ou de passer plus de temps chez lui. Même chose pour les syndicats, ils peuvent utiliser ce terme de bonheur pour critiquer l’entreprise si celle-ci prévoit des plans de licenciement en disant qu’il s’agit là d’une preuve de ce comportement hypocrite, que les entreprises ne veulent pas vraiment le bonheur de l’entreprise.

Xavier Camby : Si on cherche à manipuler les employés ils le ressentiront immédiatement, cela va créer l’effet inverse. En revanche si on est sincère, ils voudront travailler plus longtemps et plus longtemps. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires