En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Wikipédia commons
Dans la mythologie grecque, les Danaïdes sont condamnées, aux Enfers, à remplir sans fin un tonneau sans fond.
Puits sans fond

Le mystère de la Sécu des danaïdes : mais comment expliquer que la chute du nombre de consultations et d’actes médicaux n’ait eu aucun impact sur les déficits ?

Publié le 11 juillet 2014
Le nombre de consultations médicales est en baisse, et pourtant rien n'y fait. L'assurance maladie continue de creuser son trou, la faute à un État devenu le roi des tours de passe-passe.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nombre de consultations médicales est en baisse, et pourtant rien n'y fait. L'assurance maladie continue de creuser son trou, la faute à un État devenu le roi des tours de passe-passe.

Atlantico : De nombreux indicateurs mettent en évidence une diminution significative de la consommation de soins et de biens médicaux. Dans ses dernières statistiques, la Caisse nationale d'assurance maladie du mois de mars fait état d'une baisse de 2,2% à 3,6% des consultations médicales en fonction de la spécialité (voir ici et voir également le tableau ci-dessous sur le taux de croissance de la consommation de soin et de biens médicaux). Paradoxalement, on constate que le déficit de l'assurance maladie ne tend jamais vers une diminution, devenant un gouffre financier sans fond. A quel point le déséquilibre entre les recettes et les dépenses est-il insuffisant pour expliquer ce phénomène ?

Jacques Bichot : Les pouvoirs publics ont pris des mesures visant à rémunérer les médecins indépendamment du nombre de leurs consultations (coordination des soins pour les personnes âgées, modération des prescriptions, etc.). C'est ce qu'on appelle la "rémunération sur objectif de santé publique" (ROSP). Payer les médecins pour moins prescrire peut engendrer des économies sur la pharmacie, mais sur la médecine de ville, à nombre de consultations égal c'est un supplément de dépense. Ainsi, en 2012, la rémunération des médecins hors ROSP a augmenté seulement de 0,8 %, mais de 2,3 % ROSP comprise. En 2013, c'est 1,5 % hors RSOP et 1,8 % avec.

De manière générale, quand les pouvoirs publics veulent faire des économies, c'est souvent un bon prétexte pour dépenser davantage…

Globalement, les dépenses d'assurance maladie du régime général calculées ou prévues pour la Commission des comptes de la sécurité sociale ont augmenté de 2,6 % en 2012 et 2,4 % en 2013, et sont attendues à + 2,4 % à nouveau en 2014.Pour l'ensemble du régime général, c'était 2,9 % puis 2,7 %, et 2,5 % prévus pour 2014 : la maladie fait un peu moins mal que l'ensemble, et notamment que la vieillesse (CNAV uniquement) qui est à 3,5 % puis 3,9 %, mais avec une prévision 2014 à 2,2 %.

Voir l'étude de l'Insee sur les dépenses de santé

A la lecture des différents rapports de la Cour des comptes, on s'aperçoit que les dépenses publiques ne sont pas toujours imputées aux activités qu'elles concernent. De quoi est composé le déficit de la sécurité sociale ?

L'intrication des comptes de la sécurité sociale, des comptes des autres composantes de la protection sociale (dépendance, assurance chômage, 8 minima sociaux, etc.), et des comptes de l'État et des collectivités territoriales (départements principalement) est extrême. L'État agit comme ces multinationales auxquelles il reproche de faire apparaître leurs bénéfices dans les filiales et dans les pays qu'elles souhaitent, sans souci du réalisme des comptes des filiales. Les multinationales cherchent surtout à "optimiser" leurs impôts (c'est-à-dire à les minimiser). L'État a d'autres objectifs, en particulier faire apparaître les déficits là où ils sont le moins visibles, où encore dans une branche où il est plus facile de faire des économies (en particulier la branche famille). Il dispose pour cela de nombreuses tuyauteries entre branches et autres organismes, et il en rajoute à l'occasion. De ce fait le parlementaire de base ne peut pas comprendre grand-chose au film, et l'homme de la rue encore moins.

Si l'on retirait ces dépenses qui ne sont pas directement liées au coût de la sécurité sociale en France, à quelle hauteur s'élèverait alors son déficit ?

Des transferts s'effectuent surtout entre la sécurité sociale et diverses institutions de protection sociale qui n'en relèvent pas. Par exemple, en facilitant le départ en retraite à taux plein pour carrière longue ou pénibilité, les pouvoirs publics font passer des dépenses de l'assurance chômage aux caisses de retraite. Mais le chiffrage est très difficile. Il s'agit de questions politiquement incorrectes, donc les organismes statistiques officiels ne s'y attaquent pas trop.

Ce qui est sûr, c'est que la mauvaise organisation de la sécurité sociale coûte cher : elle pourrait rendre de meilleurs services à moindre coût. La multiplicité des régimes de retraite entraîne par exemple 3 milliards de frais de gestion inutiles, tout en enquiquinant les Français pour qui la vie serait bien plus simple s'il existait un seul régime de retraites par répartition. De même pour la séparation entre l'assurance santé de la sécu et les complémentaires : le gaspillage est du même ordre de grandeur, et les Français perdent du temps à se faire rembourser deux fois alors qu'une seule suffirait.   

A quel point le déficit de la sécurité sociale est-il lié à des problèmes de gestion ?

Nous venons de le dire : 6 milliards d'économie sont possibles en rationalisant retraites et assurances santé, sans diminuer d'un sou les prestations. Quelques milliards supplémentaires pourraient être obtenus en luttant mieux contre la fraude et en diminuant le taux d'erreurs (très important d'après les tests que la Cour des comptes fait effectuer chaque année : de 5 % à 10 % selon les branches – ce qui ne veut pas dire un pourcentage égal de coulage : il y a des erreurs en faveur de la sécu !)

L'amélioration des performances pourrait aussi concerner les prélèvements, trop complexes : les entreprises paieraient bien un peu plus de cotisations en compensation des allégements de frais d'établissement des fiches de paie et autres merveilles administratives qui leur coûtent très cher.

Cette pratique des "vases communicants" concerne-t-elle d'autres dépenses sociales ?

Oui, de nombreuses tuyauteries permettent de transférer des recettes ou des dépenses d'un organisme à un ou plusieurs autres. Par exemple, les retraites de la SNCF sont toujours exactement à l'équilibre ; faut-il en déduire que Guillaume Pepy et ses équipes sont des as qui devraient être pris en exemple par tous les régimes de retraite français ? Absolument pas : simplement, chaque année la loi de Finances dispose que l'État versera à la caisse de retraite des cheminots une "subvention d'équilibre" couvrant exactement son déficit. C'est à peu près 3 milliards pour la SNCF, et 7 milliards pour l'ensemble des régimes spéciaux hors fonctions publiques. Le FSV (Fonds de solidarité vieillesse) et la CADES (Caisse d'amortissement de la dette sociale) sont également des dispositifs clé pour le système de vases communiquants : une fois transféré à la CADES, un déficit ne se traduit plus par une dette de la branche particulière qui l'a engendré, mais par une dette commune à toute la sécu. Ce "melting pot" est un instrument majeur parmi ceux qui évitent d'avoir à gérer correctement chacune de nos assurances sociales. Depuis quelques décennies, la France a toujours le même Président de la République, en la personne de méli, et le même Premier ministre, en la personne de mélo, et ce tandem méli-mélo nous entraîne toujours plus profond dans la mélasse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 09/07/2014 - 11:40
La fraude estimée à 20 milliards
Les cartes vitales utilisées par 30 personnes, les arrêts " maladies "bidons" la fraude aux allocations de toute sorte, à Barbes on vous vend un dossier complet pour obtenir ces allocations, ces centenaires maghrébins qui ne meurent jamais, les régimes spéciaux et fonctionnaires qui se servent copieusement comme expliqué dans l'article. Jamais aucun contrôle ainsi avec la même carte vitale on peut se faire rembourser plusieurs fois une même opération. Mettons de l'ordre dans ce système pourri et la sécu sera bénéficiaire comme en Allemagne et on ne demandera plus au privé tous les efforts.
yeneralobregone
- 08/07/2014 - 21:46
le mal est à la racine :
l'état providence. ça peut éventuellement fonctionner à la première génération , à la deuxième, ça commence à coincer , et à la troisième, on aboutit à ce que frédérique bastiat avaient pronostiqué il y a plus de 150 ans: " cette grande fiction ou tout le monde essaient de vivre au dépend de tout le monde " . nous y sommes !
Pourquoi-pas31
- 08/07/2014 - 19:01
N'y a t'il pas une claire volonté
de dissimuler les véritables comptes des services de l'état ?
La même situation dans une entreprise privée et c'est une sévère sanction que pourra aller jusqu'à mettre l'entreprise en faillite.