En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 59 min 38 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 1 heure 34 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 4 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 1 heure 7 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 1 heure 51 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 3 heures 54 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 18 heures 55 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 19 heures 54 min
Plus que quelques heures pour former les groupes au Parlement européen.
Plus que quelques heures pour former les groupes au Parlement européen.
Bras de fer

Plus que quelques heures pour former les groupes au Parlement européen : les nouveaux rapports de force qui se dessinent

Publié le 23 juin 2014
L'eurosceptique britannique Nigel Farage a annoncé mercredi 18 juin la formation du groupe Europe de la liberté et de la démocratie (EFD) au Parlement européen à la suite du ralliement d'une dissidente du Front national français.
Magali Balent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Magali Balent est chercheur associé à l’IRIS et maître de conférences à Sciences Po.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'eurosceptique britannique Nigel Farage a annoncé mercredi 18 juin la formation du groupe Europe de la liberté et de la démocratie (EFD) au Parlement européen à la suite du ralliement d'une dissidente du Front national français.

Atlantico : Mercredi 18 juin, le parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) a réussi à former le groupe Europe de la liberté et de la démocratie (EFD) au Parlement européen grâce au ralliement d'une députée française du FN. Qu'est-ce que cela va changer en termes d'équilibre des forces au Parlement ?

Magali Balent : Tous les groupes qui arrivent à se former au Parlement européen accèdent à des apports financiers sous forme de subventions. Ils ont un bureau, un secrétariat, une influence renforcée via un meilleur temps de parole et une présence dans la conférence des présidents. Le gain en termes de présence dans l'hémicycle est donc réel.

L'UKIP avait déjà réussi à former un groupe lors de la législature 2009-2014. Pour lui, ce n'est donc pas quelque chose d'inédit. Ils seront tout de même 48 dans ce groupe, soit plus d'une vingtaine de députés que le minimum requis. Le groupe EFD sera donc conséquent, même si en comparaison le PPE possède lui 221 membres… Cela restera donc un petit groupe si on le compare aux autres, ils seront même plus petits que le groupe centriste. Il ne faut pas oublier que sur les 751 députés que compte le Parlement (ce qui induit une majorité absolue de 376 députés), ils ne parviendront pas à eux seuls à constituer une majorité. Ils ne pourront donc pas faire passer des amendements, ou faire capoter une loi. L'influence sera donc beaucoup plus forte, mais elle ne suffira pas à être vraiment déterminante dans l'hémicycle. 

Le Front national qui a récolté plus de 25% des suffrages en France n'est pas encore certains de pouvoir constituer un groupe politique au Parlement.  Quelles sont les possibilités qui s'offrent au parti frontiste et quels sont les points de blocage qui subsistent ?

A priori, il manquait encore deux nationalités (pour qu'un groupe soit constitué, il faut réunir au moins 25 députés de sept nationalités différentes, ndlr). Les bruits couraient qu'ils récupéreraient un député d'un pays balte, ou un Polonais… Mais pour l'instant, on ne sait pas s'ils vont y arriver. Le "problème familial" qui s'est déroulé au sein du FN n'a sans doute pas arrangé les choses non plus. Il n'est pas impossible donc qu'ils n'y parviennent pas et qu'ils rejoignent – comme lors de la précédente législature – le groupe des "non-inscrits" de ceux qui ne sont pas parvenus à rejoindre un groupe.

Si les résultats des élections européennes ont eu lieu à la fin du mois de mai, un certain nombre de partis ne s'est pas encore mis d'accord sur la constitution des groupes politiques au Parlement européen. Hormis le FN, quels sont les partis pour lesquels la formation d'un groupe n'est pas encore définie ?

Tous les anciens partis du PPE et du PSE sont de nouveau alliés. Les autres partis importants sans groupe sont justement ceux avec qui le Front national voulait s'allier, à s'avoir le FPÖ autrichien et le Parti pour la liberté du néerlandais Geert Wilders. Il y a aussi les partis d'extrême droite de l'Europe orientale comme le Jobbik hongrois, ou le parti Aube dorée de Grèce, qui sont totalement ostracisés. C'est d'ailleurs le drame pour le FN et ceux qui veulent rejoindre son groupe : ils risquent finalement de se retrouver aux côtés des extrémistes les plus "ultras" – dont Marine Le Pen ne voulait surtout pas se rapprocher – dans le même "non-groupe".

Les conservateurs et réformistes européens (ECR) fondés par les Tories britanniques viennent d'accueillir les eurosceptiques allemands. Concrètement, quel pouvoir d'influence cela va-t-il donner à ce groupe et quelles pourront être les conséquences sur les idées défendues au sein du Parlement ?

Le groupe existait déjà auparavant puisque les Tories s'était alliés avec un parti polonais et un parti tchèque notamment. Par son rapprochement avec le parti Alternative für Deutschland, ils ont étoffé leurs effectifs au Parlement européen. Cependant, on peut considérer qu'avec l'arrivée du parti allemand, cela ne va pas renforcer la cohérence de l'ensemble. Ces partis ne sont proches que sur leur euroscepticisme, mais je ne suis pas sûre qu'ils soient proches au-delà de cet élément commun. Cela risque donc même de les desservir à terme, même si leur pouvoir de blocage face à la fédéralisation de l'UE sera plus important. 

Au vu des différents groupes qui se dessinent au sein de l'hémicycle, quels seront les grands changements en termes de pouvoir d'influence relativement à la mandature précédente ?

Le Parlement européen a été pensé pour fonctionner sur le mode du compromis, et cela depuis son élection au suffrage universel direct en 1979. Aucun groupe ne peut à lui seul avoir la majorité absolue pour imposer ses lois. Ce qui change effectivement pour cette mandature, c'est que les eurosceptiques au sens large sont plus nombreux, rassemblant – tous groupes et non-inscrits réunis de l'extrême gauche à l'extrême droite – cela fait environ 200 députés. On a donc une force qui devient importante. Même s'ils ne pourront pas tout bloquer, ils seront plus présents dans les débats, dans l'ordre du jour, les questions de l'immigration ou de l'élargissement. Jusque-là, ces députés eurosceptiques étaient beaucoup moins nombreux et ne pouvaient même pas influencer l'ordre du jour. Mais comme ils n'ont pas la majorité, ce pouvoir s'arrêtera au vote.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/06/2014 - 07:37
il est clair,
Je pense qu'en sous main l'UMPS à Bruxelles à dût bien œuvrer pour lui mettre des bâtons dans les roues ainsi que les fanfaronnades de son père qui n' on rien arranger au sein , particulièrement du UKIP.
winnie
- 24/06/2014 - 07:33
il est clair ,
que si le FN n 'arrive pas à former de groupe parlementaire ,les électeurs vont être plus qu' en colère et là l' UMPS peuvent faire leurs valises, il est clair que le prochain président de la république sera une femme.
vangog
- 24/06/2014 - 00:19
Déni de démocratie, ou
confirmation de la non-représentativité du peuple Européen?
Grâce à l'enfumage médiatique, 16 millions de Français qui sont favorables au FN, mais qui ne seront pas représentés par un groupe au parlement Européen et, donc, n'auront pas le pouvoir d'agir pour réformer l'UE qui va dans le mur.
L'UE vient d'enterrer les derniers restes de démocratie qui l'animaient faiblement...