En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 11 heures 31 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 13 heures 26 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 14 heures 38 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 17 heures 52 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 19 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 21 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 11 heures 45 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 12 heures 55 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 15 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 21 heures 20 min
Les coupables ne sont pas ceux que l'on croit
Les coupables ne sont pas ceux que l'on croit
A qui la faute

Les marchés ne sont pas coupables, ce sont les États !

Publié le 10 août 2011
En période de crise, il faut mettre la main sur les coupables. Beaucoup s'acharnent, à tort ou à raison, sur les marchés financiers et leur lot de spéculateurs imprudents mais ils sont peu à oser pointer du doigt le rôle des Etats dans la chute des marchés financiers.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En période de crise, il faut mettre la main sur les coupables. Beaucoup s'acharnent, à tort ou à raison, sur les marchés financiers et leur lot de spéculateurs imprudents mais ils sont peu à oser pointer du doigt le rôle des Etats dans la chute des marchés financiers.

A en croire une partie des réactions, la crise actuelle aurait un coupable : la spéculation. Acquis à la cause du grand capital sauvage et dévastateur, bête immonde qui se nourrit de la souffrance sociale des déshérités, ce phénomène néfaste serait à l’origine du (quasi) défaut de la Grèce et des difficultés de l’Italie et de l’Espagne et devrait donc être contrôlé – voire interdit – au plus vite. C’est oublier un peu vite les vraies responsabilités de la crise.

Les vrais responsables de la crise, ce sont les Etats. Si les marchés peuvent s’en prendre aux dettes de certains Etats, c’est bien parce qu’elles existent et que leur soutenabilité est mise en cause depuis longtemps.

La gestion des finances publiques est loin d’avoir été rigoureuse et ce depuis des années.  En 2009, la Commission européenne avait lancé une procédure pour déficit excessif contre 18 Etats-Membres (la Grèce et l’Italie n’en étaient d’ailleurs pas à leur première infraction). Dans le cas de la France, le Rapport Pébereau le disait dès 2005 : « l’augmentation de la dette ne résulte pas d’un effort spécifique pour la croissance mais, pour l’essentielle, d’une gestion peu rigoureuse ».

Les impératifs de bonne gestion étaient dénoncés comme l’obsession de rigoristes intransigeants au mieux rabat-joie, au pire extrémistes de l’austérité. Le Pacte de stabilité et de croissance avait d’ailleurs été jugé trop rigide par de nombreux hommes politiques et quelques économistes (qu’on se rappelle que le Président Chirac en avaient demandé l’assouplissement, ou qu’on revoit les interventions si prisées de Jean-Paul Fitoussi, cinglant contre la dictature du Pacte). On voit bien aujourd’hui que cette prétendue excessive rigidité n’a pas été un grand obstacle à une gestion dispendieuse des finances publiques.

Les marchés, pas si illogiques que ça...

Aujourd’hui, les marchés apparaissent comme des révélateurs de ces fragilités. Leur fonctionnement comporte certainement des surprises, mais leur (sur) réaction est aujourd’hui guidée par la conviction – pas complètement irrationnelle - que des Etats, qui avaient des dettes importantes (rarement maitrisées et presque jamais réduites), des déficits persistants et des économies aux dysfonctionnements structurels, se sont en conséquence engagés dans la résolution d’une crise économique grave avec de lourds handicaps, accumulés par défaut de réformes et de courage politique. Aujourd’hui, ils doutent de leur capacité et de leur volonté à résorber ces faiblesses. Leur réaction est brutale, un peu paniquée aussi, mais est-elle réellement infondée ?

Des solutions à court terme et inefficaces

Dans ce contexte, les solutions qui consistent à pallier les erreurs de gestion publique par plus d’Etat sont surprenantes. Certains proposent d’entraver les flux financiers par diverses taxes, d’autres de créer une agence de contrôle publique qui serait (on ne sait pourquoi) plus objective que plusieurs privées… Ces solutions manquent toutes le fait que pour rassurer les marchés, il faut revenir à une saine gestion des finances publiques et renforcer la croissance par des réformes structurelles !

L’Etat-Providence a vécu. Généreux autrefois, il meurt étouffé par ses dettes. Son agonie est marquée par l’injustice : les générations nouvelles vont payer, dans la crise, l’incapacité à réformer de leurs parents. Il est temps d’en inventer un nouveau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (67)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
bobocleaner
- 11/08/2011 - 20:38
il y a un argument qui clot toute discussion
Je ne connais pas un marché ou un hedge fund qui soit localisé quelque part :donc les Etats sont responsables.

Quand est qu'on fait le ménage dans les Etats voyous : Luxembourg,Monaco, Liechstentein, Confédération Hélvétique, et .... Irlande gavée d'aides européenns avec un impot sur les sociétés si bas : marre de l'Europe et des commissaires maltais et chypriotes !!!!!
PASCONTENT
- 11/08/2011 - 16:08
Le prix
d'une certaine forme de démocratie confisquée par une minorité de pontes gâteux et formatisés c'est la médiocratie !!!! des dirigeants.
laurentso
- 11/08/2011 - 14:02
Raisonnement qui marche sur la tête.
Que vient faire "l'Etat Providence" dans la crise actuelle ? TOUS les pays ayant des difficultés financières sont justement ceux qui ont dérégulé à tout va, ces vingt dernières années. Ce n'est pas la réforme de la Santé d'Obama qui a fait s'envoler la dette américaine ! Et ce que lui reproche les marchés, c'est justement de ne pas effectuer une politique de relance...