En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 37 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 38 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 2 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 13 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 26 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 3 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 2 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 17 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 41 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 16 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 38 min
© Reuters/Charles Platiau
© Reuters/Charles Platiau
B-N-Pugilat

L’affaire BNP s’aggrave : les Américains redoublent d’hypocrisie mais François Hollande bat des records de maladresse…

Publié le 09 juin 2014
Selon Jean-Claude Trichet, l’ex-président de la BCE, l’affaire BNP Paribas est devenue extrêmement grave pour l’équilibre financier de la planète. Mais face à l’hypocrisie américaine, la présidence française s’y prend vraiment très mal…
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Jean-Claude Trichet, l’ex-président de la BCE, l’affaire BNP Paribas est devenue extrêmement grave pour l’équilibre financier de la planète. Mais face à l’hypocrisie américaine, la présidence française s’y prend vraiment très mal…

Depuis une semaine, on sait que la banque française pourrait se voir infliger une amende de plus de 10 milliards d’euros. Le New York Times parlait même hier de 16 milliards d’euros avec un risque de  voir la licence bancaire retirée. C’est-à-dire le droit d’exercer l’activité de banquier en dollars… Parce que le problème est là. Les autorités de surveillance américaines reprochent à la banque française non seulement d’avoir transgressé l’embargo américain en travaillant avec des pays black-listés par Washington (Cuba, Soudan, Iran..) mais en ayant aussi travaillé en dollars. En fait, l’Amérique s’estime responsable des opérations qui sont faites en dollars dans le monde entier…

Si les rumeurs rapportées par la presse américaine étaient vérifiées, il s’agirait de la  condamnation à mort d’une très grande banque française. La taxer d'une amende de 16 milliards, c’est déjà énorme. Mais en lui retirant la licence, on lui interdirait  carrément de travailler. Plus de passeport. Ce qui serait une catastrophe pour tout le monde.

A supposer que la BNP ait gravement fauté dans l’interprétation de la réglementation américaine, la condamnation paraît astronomique…disproportionnée. Elle revient à obliger la banque à augmenter considérablement sa couverture de risques en fonds propres ce qui limite forcément ses moyens de crédits aux entreprises, mais plus grave, pour Jean-Claude Trichet qui s’exprimait jeudi dernier, "une telle décision serait systémique", c’est-à-dire que son impact se propagerait au monde entier avec des conséquences incontrôlables. La confiance dans les systèmes financiers serait à nouveau ébranlée un peu comme au lendemain de l'éclatement de la bulle spéculative des subprimes en 2008.

L’effet contagion serait d’autant plus rapide que dans ces conditions d’autres banques françaises et étrangères seraient touchées par les sanctions parce que beaucoup de banques ont semble-t-il fauté.

Ce qui est sûr, c’est que le monde entier travaille en dollars et que si l'on risque de perdre son passeport à chaque fois que l'on touche un dollar, l’économie toute entière risque fort de s’arrêter. Pour beaucoup d’observateurs, cette affaire est complètement surréaliste. Ils ont deux explications.

Ou bien les autorités américaines n’ont pas évalué le risque systémique. Cela parait difficile à imaginer encore que la liste des banques, au banc des accusés est longue, elle ne se limitera pas à une banque française. On se souvient aussi que les autorités judiciaires américaines n’avaient pas évalué en septembre 2008 le risque de catastrophe systémique en prononçant la faillite de Lehman Brothers.

Ou bien, le système américain cherche à exclure du jeu financier mondial des concurrents dangereux parce qu’efficaces. La suprématie américaine sur la planète s’exerce par la toute-puissance de la monnaie, le dollar et des banques américaines qui ne veulent guère partager. Point barre.

En attendant, la France est effectivement en première ligne parce qu'outre la BNP, explicitement  condamnée par la  presse financière américaine, on sait déjà que la plupart des autres banques françaises et beaucoup de banques européennes sont également ciblées.

Face à cette situation, la gouvernance française est d’abord restée muette. Pour des raisons de politique intérieure, le président Hollande et son gouvernement se sentaient mal à l’aise de défendre des financiers et des banquiers que l’on a plutôt fustigés jadis pour excès de spéculation. Mais il est vrai qu’on était alors en campagne électorale. Depuis deux semaines, on a compris dans les sphères les plus élevées de l’Etat que cette menace sur la banque française était sérieuse.

Après que la presse se soit étonnée de l’immobilisme des autorités françaises (comparé à l’interventionnisme intempestif et incohérent contre General Electric dans le dossier Alstom),  la contre-offensive a été lancée discrètement par Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, qui a mobilisé les réseaux diplomatiques et consulté les meilleurs avocats. Puis par Michel Sapin qui a posé les vraies questions en s’étonnant que la presse américaine se précipite à condamner ainsi une banque française et en demandant seulement que cette affaire soit traitée équitablement. Pas question à  ce moment-là de douter du caractère exclusivement judiciaire de cette affaire. La réaction française était très responsable laissant aux avocats le soin d’avancer dans le dossier.

On aurait pu en rester là, si François hollande n’était pas intervenu pour en souligner le caractère politique. En pleine  préparation des  cérémonies de commémoration du D-Day au cours desquelles il allait recevoir les plus grands chefs d’Etat de la planète, il a cru bon de mettre à l’ordre du jour des rencontres au sommet avec Barack Obama cette affaire de BNP Paribas. Il a d’abord écrit au président américain pour s’étonner des arrières pensées politiques qu’il a cru discerner, reprochant au président US d’utiliser cette affaire pour se donner une image de pourfendeur de la spéculation et de protecteurs de la morale et de l’éthique financière. Non seulement, le président français aurait écrit au président américain, mais il aurait abordé la question lors de leurs entretiens. L’Elysée faisant savoir que la France ne pouvait pas se laisser faire.

En soupçonnant Barack Obama d’utiliser l’affaire BNP a des fins de politique intérieure (Obama a besoin de montrer à son peuple qu'il surveille les banques), François Hollande a raison. C’est un vrai procès. Mais là où François Hollande a eu gravement tort, c’est de polluer un évènement planétaire prestigieux où le monde entier devait célébrer la liberté et la solidarité entre les peuples, par de lamentables affaires de cuisines financières. Ça pouvait se traiter ailleurs. Là où François Hollande a eu gravement tort c’est que lui-même, n’hésite pas à utiliser les banques et leurs méfaits, quand il en a besoin pour plaire à son aile gauche.

La presse américaine ne nous a d’ailleurs pas épargné en accusant François Hollande de vouloir tordre le bras des Américains et le président Obama n’a pas manqué de nous donner devant le monde entier une leçon d’indépendance de la justice et de démocratie. "Chez nous en Amérique, le président ne peut pas téléphoner au procureur pour lui dicter une décision de justice."  John Kerry lui-même, le chef de la diplomatie en a même rajouté à Paris en disant , "qu'en Amérique la justice était indépendante et si dans certains pays ce n’est pas le cas ... "

Pour le président Français c’est une claque.

La position américaine est d’une hypocrisie sans nom. Il n'y a pas un grand pays au monde qui ait été aussi laxiste avec ses banques que l’Amérique. Alors que l’Europe et la France en particulier ont toujours été d’une rigueur et d’une sévérité sans pareil au point que cela a pu, avec Bâle 3, freiner leur capacité d activité. Le principe de précaution appliqué aux banques a sécurisé le système français. Et si les Européens ont souffert  c’est plus à cause du laisser-aller américain que de leurs propres erreurs. Barack Obama a semble t-il oublié tout cela, bien content de trouver en Europe des bouc-émissaires.

Cela dit, désormais, il va bien falloir que cette affaire se calme pour laisser aux juristes, et aux diplomates le soin de faire leur métier. En attendant il faudra bien en tirer les leçons.

La première est que ce type d’affaires ne peut pas se résoudre à l’échelle nationale. C’est typiquement une négociation que l’Europe (la zone euro) devrait prendre en charge. L’Amérique profite évidemment des désaccords européens. La zone euro incapable de parler d’une même voix est disqualifiée. Sans parler des gouvernements qui n’ont pas su développer une relation saine, correcte et responsable avec leurs entreprises. Très difficiles de défendre des entreprises quand on a traité les patrons de voyous pendant si longtemps.

La seconde leçon est que cette affaire plaide pour la négociation d’un traité d’échange commercial et financier entre les l’Europe et les USA. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, il faut éliminer les risques de guerre financière. Au moins pourrait-on disposer d’un cadre pour prévenir ce genre d’affaires.

La troisième leçon est bien évidemment qu'il faudrait travailler en euro. Le dollar est d’autant plus fort et inattaquable que c’est la monnaie mondiale. L’euro n’est qu'une monnaie de réserve spécialisée dans le financement des dettes d’Etat garanties par des contribuables hors pairs que sont les Européens. Si les dettes publiques sont en euros, les affaires se font en dollars. Et pour stopper cette dérive, une seule solution, diminuer les dettes publiques. Étonnant, Non ? On en revient à la case départ, en attendant de mettre les banquiers en prison.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
FIGAROCB
- 10/06/2014 - 16:17
MONNAIE INTERNATIONALE
Malheureusement, toutes les transactions internationales se règlent en dollars U.S. Difficile dans ce cas de s'exclure des "interdits" des USA vis à vis de tels ou tels pays.
Ce qu'il faudrait, c'est une négociation, à mener par l'Europe pour exiger que l'euro devienne la monnaie internationale pour toutes les transactions où le vendeur ou l'acheteur est européen. Certains pays y gagnerait à ne plus utiliser systématiquement le dollar ; cette période est révolue, cette monnaie ne repose plus sur "l'or" comme cela était le cas à l'origine.
vangog
- 07/06/2014 - 23:16
Pour que l'Europe parle d'une même voix
et dise aux Américains: "l'hégémonie du dollar, c'est fini et les transactions internationales se feront dans la monnaie de réserve valable, l'Euro( cette monnaie d'autant plus forte monétairement qu'ekle est faible économiquement et diplomatiquement)".
Il fallait pour cela créer une armée commune, une défense commune, une stratégie commune, des institutions fortes et non diluées dans la masse de la social-démagogie des constructeurs de l'Europe...
En cédant à la dictature de ses minorités ecolo-Trotskystes, l'Europe a ouvert ses frontières à l'immigrationnisme bêtifiant, détruit les dernières de ses armées nationales, provoqué la scission de ses Nations, et aboli toute diplomatie commune.
Les Américains font, aujourd'hui, passer le message: "D'une simple pichenaude, nous pouvons détruire votre système bancaire!"
Ils ont inventé la bombe E, la bombe econatomique, sans victimes, sans morts autres que les économies des pays faibles comme la France, talon d'Achille de l'Europe.
Et la France n'a plus qu'à se soumettre!
Rentrer dans le giron Américain, accepter le traité transatlantique qui fera de l'UE le paillasson des USA, ou subir le feu économique de la bombe E, et son effet domino
Adi Perdu
- 07/06/2014 - 21:37
Quelques branleurs arrogants à la BNP ?
J'aimerais savoir ce qu'on fait ces quelques cadres de la BNP (style Pigasse ?) pour que les américains soient aussi furieux ! Non seulement l'amende mais aussi leur demande de virer les coupables ! --- Sur le fond, les américains sous OBAMA, c'est pire qu'avec Bush, Clinton... --- Que l'UE s'affranchissent des diktats américains sur la Syrie, Libye, Égypte, Ukraine, Russie et la Turquie... Les américains sont contents de trouver les européens pour la guerre, par contre pour le business, les USA regardent l'Asie.