En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 14 heures 59 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 19 heures 51 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 21 heures 17 sec
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 22 heures 39 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 14 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 15 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 15 heures 16 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 16 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 20 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 21 heures 4 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 23 heures 12 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 14 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 16 heures
Le nettoyeur

BCE : l'enthousiasme suscité par Mario Draghi est-il justifié ?

Publié le 06 juin 2014
La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu'elle allait fixer un taux de dépôt négatif à l’attention des banques de la zone euro. Une mesure inédite pour une banque centrale d’envergure et unanimement salué par le gouvernement et les médias français. Mais il en faudra certainement plus pour relancer la croissance européenne.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu'elle allait fixer un taux de dépôt négatif à l’attention des banques de la zone euro. Une mesure inédite pour une banque centrale d’envergure et unanimement salué par le gouvernement et les médias français. Mais il en faudra certainement plus pour relancer la croissance européenne.

Ce jeudi, la BCE a fait une annonce importante : une baisse de ses principaux taux d'intérêts. Il faut donc se poser deux questions : de quoi s'agit-il ? Est-ce que ça va régler la crise ? (Petit spoiler : la réponse à cette dernèire question est “non.”)

Que s'est-il passé ? 

Une banque centrale a deux fonctions principales, qui sont complémentaires. D'abord, elle émet la monnaie que nous utilisons, et elle en gère la quantité totale dans l'économie. Ensuite, c'est la “banque des banques” : toutes les banques ont un compte auprès de la banque centrale. (Parfois, la banque centrale peut avoir un rôle de régulateur du système financier, mais ce n'est pas une composante de son rôle de banque centrale “en tant que” banque centrale ; de la même manière, presque toutes les banques centrales produisent des études et travaux de recherche économiques, mais la “fonction” d'une banque centrale n'est pas de produire des études économiques.)

Pourquoi ces deux fonctions sont-elles complémentaires ? Parce que ce qui régule la création de monnaie dans un pays, c'est les banques. En effet, à chaque fois qu'une banque consent un prêt, elle crée de l'argent. C'est quelque chose que peu de gens savent, mais c'est ça que fait une banque. Dans une économie moderne, la monnaie en circulation est une partie infime de la quantité totale de monnaie ; l'immense majorité de la monnaie en circulation se trouve “dans” des comptes en banque, c'est-à-dire, en pratique, il s'agit de chiffres dans un ordinateur. Si votre banque vous consent un prêt de mille euros, elle va créditer mille euros à votre compte par une simple opération informatique. Cet argent nouveau ne “vient” de nulle part, il est créé ex nihilo. La quantité de monnaie dans l'économie s'est augmentée de mille euros. Et au fur et à mesure que vous rembourserez votre emprunt, cette monnaie disparaîtra. Lorsqu'on met ensemble toutes ces millions d'opérations de création et de destruction de monnaie dans des centaines de banques, la quantité de monnaie totale dans l'économie augmente ou baisse ou stagne. 

<<<<<<<< A lire aussi : Pourquoi il faut absolument aider Mario Draghi à stopper le lent suicide collectif de l’Europe >>>>>>>>>>

Or donc, les banques privées, dont le rôle économique est celui de créer la monnaie, ont des comptes auprès de la banque centrale. Tout comme votre compte personnel, le compte de la banque est rémunéré. C'est ça les fameux “taux d'intérêts” de la banque centrale (il y en a plusieurs parce qu'il y a plusieurs types de comptes—ça devient vite très technique). En théorie, et souvent (mais pas toujours) en pratique, si la banque centrale augmente ses taux d'intérêts, les banques privées vont consentir moins de prêts, et donc créer moins de monnaie ; si elle baisse ses taux, les banques privées vont consentir plus de prêts, et donc créer plus de monnaie. Par cet effet mécanique mais indirect, et donc pas toujours parfait, la manière dont la banque centrale joue avec ses taux d'intérêts va changer la quantité totale de monnaie dans l'économie. 

Pourquoi est-ce important ? Parce que la quantité de monnaie dans l'économie détermine la santé de l'économie. Pas besoin de rentrer dans la mathématique des modèles pour comprendre le principe général. A chaque instant T, une économie (la France, la zone euro), a une quantité donnée de capacité de production—les entreprises, les usines, qui font les biens et services qui “font tourner” l'économie—et une quantité donnée de monnaie—il y a une quantité totale d'euros en circulation. 

Que se passe-t-il si la quantité de monnaie est insuffisante ? On a ce qu'on appelle une récession, c'est-à-dire moins de production. C'est tout simple : si les gens ont moins d'argent, ils achètent moins, donc les entreprises produisent moins par rapport à leur capacité de production. Ca peut même devenir un cercle vicieux : puisque les entreprises vendent moins elles licencient, ce qui veut dire que les gens ont moins d'argent (puisqu'il y a plus de chômage, le pouvoir d'achat collectif baisse), et ainsi de suite. 

A contrario, que se passe-t-il si la quantité de monnaie est excessive ? De la même manière, le raisonnement est tout simple : si la quantité de monnaie est trop importante par rapport à la capacité de production de l'économie, les prix vont augmenter. Cette monnaie excessive va se “retrouver” dans une hausse des prix. Si vous êtes dix personnes à vouloir acheter des voitures et qu'il y en a dix, pas de problème ; si vous êtes dix personnes à vouloir acheter dix voitures, mais que seuls cinq d'entre ont assez d'argent, il n'y aura que cinq voitures vendues, donc une activité plus faible par rapport à la capacité totale de production ; si vous êtes dix personnes à avoir de l'argent et vouloir acheter des voitures mais qu'il n'y a que deux voitures, le prix de ces deux voitures va augmenter. Lorsque ce phénomène se généralise, il s'appelle l'inflation. (A noter qu'il est mieux d'avoir un peu d'inflation, qui est comme un “lubrifiant” de l'économie ; ce qui est néfaste, c'est une inflation excessive.)

Tout le job d'une banque centrale, du moins dans l'idéal, est, comme Boucle d'or dans l'histoire des Trois ours, d'ajuster ses taux d'intérêts, à travers ce mécanisme indirect, pour qu'il y ait juste la bonne quantité de monnaie, pour éviter à la fois les récessions et une inflation excessive. En pratique c'est très technique et très compliqué, mais la théorie est, au final, très simple à comprendre.

C'est ça qu'a fait la Banque centrale européenne cette semaine. Face à la crise qui continue, et l'inflation qui reste très faible, voire même négative dans certains pays de la Zone euro, la BCE a baissé certains de ses taux, assez modestement. 

Où est le problème ? 

J'ai écrit que dans l'idéal la mission d'une banque centrale est de promouvoir à la fois le plein emploi et une inflation modérée. Ce n'est pas le cas de la BCE. D'après les traités européens, la BCE n'a qu'une mission : empêcher l'inflation. Et dans la pratique, la BCE est indirectement contrôlée par le gouvernement allemand et la Bundesbank, dont la seule priorité est la lutte contre l'inflation. Ca veut dire qu'entre une situation où il y a un peu d'inflation et le plein emploi, et une situation où il y a peu ou pas d'inflation mais pas de plein emploi, la BCE choisira toujours cette dernière. C'est exactement la situation dans laquelle nous nous trouvons. C'est ça la crise : il n'y a tout simplement pas assez de monnaie en circulation dans la zone euro pour permettre le plein emploi et la croissance.

La situation économique de la zone euro est de plus en plus grave, donc la BCE a fait un geste, mais Mario Draghi, le gouverneur de la BCE, a été très clair lors de sa conférence de presse : il pense que l'euro fort et l'inflation très faible sont de bonnes choses pour la zone euro. D'ailleurs les marchés l'ont bien compris : après une brève hausse à l'annonce des baisses de taux, ils sont revenus au point mort au fur et à mesure de la conférence de Draghi. 

Tant que la BCE ne changera pas vraiment de point de vue sur l'économie et sur sa mission, la zone euro sera condamnée à la stagnation économique. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

05.

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

07.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

06.

LR : le tigre de papier

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
acsot
- 06/06/2014 - 21:14
Quel bon article !
Enfin un article qui décrit de façon limpide le processus de création monétaire et les carences fondamentales de la BCE. Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement. Cela nous change agréablement du fatras habituel des "experts" et autres dogmatiques. Merci.
Fredja
- 06/06/2014 - 16:34
Raisonnement valable pour la zone euro dans son ensemble
Mais la France a intérêt à se bouger et à faire des réformes, car si le mandat de la BCE était changé, pour assurer l'emploi en priorité, la France serait comme d'hab le dernier pays de la zone euro à en profiter !