En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 8 heures 33 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 12 heures 47 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 17 heures 1 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 16 heures 24 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 16 heures 32 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 6 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Les soldats français au Mali
© Reuters
Les soldats français au Mali
Vie de chien

Les soldats, presque aussi usés que le matériel : ce que l’armée française pense vraiment de la façon dont elle est traitée

Publié le 30 mai 2014
Depuis le début des opérations en Centrafrique, une quarantaine de soldats ont été rapatriés pour raison sanitaire. Une situation rare, preuve du manque de moyens auquel font face les militaires français sur le terrain.
L'officier supérieur qui accepté de répondre aux questions d'Atlantico sert dans l'armée de terre depuis plus de 30 ans. Soumis au droit de réserve, son identité nécessite d'être protégée par l'anonymat.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Officier Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'officier supérieur qui accepté de répondre aux questions d'Atlantico sert dans l'armée de terre depuis plus de 30 ans. Soumis au droit de réserve, son identité nécessite d'être protégée par l'anonymat.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début des opérations en Centrafrique, une quarantaine de soldats ont été rapatriés pour raison sanitaire. Une situation rare, preuve du manque de moyens auquel font face les militaires français sur le terrain.

Atlantico : Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico (voir ici), 68% des Français reconnaissent que les efforts demandés aux armées pour réduire les déficits publics ont été assez ou très importants. Qu'en pense-t-on dans les rangs de la grande muette ?

Officier Lima : Je compte plus de 30 ans de service. J'ai vécu de nombreuses réformes qui ont toutes contribué à nous user. Les militaires sont capables de s'adapter mais aujourd'hui c'est trop. Les troupes sont dans l'exaspération. Pendant 30 ans, on a taillé dans le gras... jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que le muscle. Avec les dernières réductions de budget, combinées à 10 ans d'opérations extérieures, nous sommes arrivés à l'os. Dans ce contexte, apprendre mi-mai que de nouvelles coupes seraient à l'étude... ça dépasse l'entendement : c'est au moment où nous sommes le plus déployés, au pire moment, qu'on veut encore réduire les crédits. Les matériels que nous utilisons au quotidien sur les terrains extérieurs d'intervention sont au delà de l'usure. Il faut savoir qu'ils étaient prévus pour la guerre froide. Les renouveler devient indispensable et avec des crédits coupés, ce sera tout simplement impossible.

A lire aussi : 53% des Français opposés à la baisse du budget de la Défense dans les prochaines années

Comment cette situation est-elle vécue sur le terrain ?

Le personnel aussi est usé. Les opérations en Afghanistan sont difficiles, très dures à gérer au plan psychologique. Nous avons aussi 1000 hommes au Liban, dont on ne parle jamais. Le Mali a été complexe : nous avons eu à affronter des combats durs dans des zones arides en face à face avec l'ennemi. Mais ça, c'est notre boulot. Ce qui n'est pas acceptable en revanche, ce sont les conditions extrêmement rustiques dans lesquelles les soldats français sont aujourd'hui déployés en Centrafrique. Les hommes couchent par terre, laver le linge est compliqué. Plusieurs dizaines de soldats ont dû être rapatriés pour cause de maladies causées par des conditions sanitaires déplorables. Nous sommes des soldats, nous ne demandons pas à être logés à l'hôtel mais il n'est pas normal que le strict minimum ne soit pas garanti. Pour le Mali, on a vidé les soutes. Alors en Centrafrique, on y est allé avec les moyens du bord, très rudimentaires. Et avec trop peu d'hommes.

Cela finit-il par les mettre en danger ?

Bien sûr. Ces conditions plus que spartiates rendent les soldats davantage vulnérables au combat. Vous savez, c'est assez rare d'avoir à rapatrier des soldats pour raisons sanitaires. Depuis le début des opérations en Centrafrique, j'ai eu connaissance d'une quarantaine de cas. Or, ils doivent faire face à des épisode de guerre intense. On a commencé à traiter l'ennemi aux missiles.

Comment sont suivis les soldats qui rentrent ? Avec l'augmentation des théâtres d'opération, l'armée est-elle équipée pour assurer le suivi psychologique de tous ceux qui en ont besoin ?

Depuis trois ans, les soldats qui reviennent d'Afghanistan passent par un sas de décompression. Pendant deux ou trois jours, ils rencontrent éducateurs et psychologues. Il ne sont pas malades mais c'est nécessaire pour qu'ils puissent faire la part des choses entre ce qu'ils ont vécu sur les théâtres d'opération, le stress auquel ils ont été soumis et l'image qu'il va leur falloir donner à leur famille. La pression psychologique subie en Afghanistan est très forte.

A ma connaissance, ce sas ne concerne pas les soldats qui reviennent du Mali ou de Centrafrique. Les moyens dont l'armée dispose à cet égard ne sont pas énormes.

Les difficultés rencontrées sur les théâtres d'opération plombent-elles également le moral global des troupes qui servent sur base ?

Comprenez-moi bien, les soldats n'ont pas pour habitude de se plaindre. Il sont satisfaits de partir en opération et font leur travail. Mais les militaires dans leur ensemble sont soucieux de voir les conditions dans lesquelles on leur demande de travailler depuis plusieurs années. Et la loi de programmation militaire ne laisse aucun doute sur les temps difficiles qui nous attendent.

Quelle est la position des états-majors ? Sont-ils préoccupés ? Le ministère a-t-il conscience du problème ?

Les chefs présents sur les terrains d'opération actuels ont un très grand sens des responsabilités. Les informations remontent. Je pense que le ministère et les états-majors font ce qu'ils peuvent pour tenter d'améliorer la situation, de trouver du matériel.

Quand l'éventualité de nouvelles coupes dans le budget a fuité dans la presse début mai, le ministre de la Défense a vivement mis en garde le Premier ministre et les chefs d'états-majors des trois armées ainsi que le chef d'état-major des armées ont menacé de démissionner...

C'est la première fois que des officiers en poste menacent de démissionner. Il s'agit d'un avertissement sérieux car ces personnes viennent de prendre leurs fonctions, elles ne sont pas à quelques mois de la retraite. Pour elles, démissionner serait un réel sacrifice. Le général de Villiers, le chef d'état-major des armées, a bien conscience de la dangerosité de la situation.

Jean-Yves Le Drian est un ministre investi. Il est à l'écoute. Mais les engagements extérieurs coûtent chers. Le Mali, tout particulièrement. Et la Centrafrique, c'est l'engagement de trop.

Selon le sondage Ifop-Atlantico, 53% des Français estiment que le budget de la Défense ne doit pas diminuer dans les prochaines années. Quels effets concrets aurait une nouvelle baisse des budgets ?

Une décision sera prise fin juin en conseil de Défense. Concrètement, de nouvelles coupes signifieront l'arrêt total de tous les nouveaux programmes pourtant validés par la loi de programmation militaire, notamment le programme Scorpion qui vise à équiper l'armée de terre d'un nouveau système de combat. De grands programmes aériens et navals seront aussi arrêtés. Et le nucléaire ne sera pas épargné. Il faudra refaire de nouveaux choix capacitaires et supprimer davantage d'emplois, c'est-à-dire en plus des 34 000 déjà prévus par la loi de programmation.

Le Premier ministre a pourtant démenti la rumeur de nouvelles coupes...

Ce que je peux vous dire, c'est que la Direction générale de l'armement a décidé d'arrêter tous les paiements en cours lié aux nouveaux programmes. C'est un moment très délicat pour la Défense et l'industrie de la Défense. Actuellement, c'est la morosité qui prime.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/06/2014 - 17:45
Lorsque le FN aura rendu son pouvoir au
peuple, les économies faites avec la fin de l'AME, la fin des fraudes à l'assurance maladie et familiales, pour ne citer que les plus importantes, serviront à régénérer les budgets de l'armée qui est envoyée sur de multiples fronts et missions, soi-disant humanitaires, sans moyens, sans hommes et sans chef digne de ce nom.
Leur réussite sur les terrains d'opération, malgré les moyens dérisoires, est à porter essentiellement au crédit des hommes et des gradés qui les encadrent.
Avec des moyens décuplés, une recherche en nouvelles technologies militaires revigorée et une sélection plus rationnelle des terrains d'opération, l'armée pourra enfin se consacrer dignement à ses vraies missions!
assougoudrel
- 31/05/2014 - 11:38
Pile ou face.
Le gros nain, de face, est à peu près présentable. Il est comme la France actuelle. Quand il se retourne, le pantalon est déchiré, avec une grandes pièce à carreau au cul. Un Charlot, sauf que ce dernier, en dehors de la scène était élégant.
mado83@free.fr
- 31/05/2014 - 11:18
nos soldats
langue de pivert a tout à fait raison..facile de jouer les chefs redresseurs de tort vis à vis des autres Etats en utilisant nos armées..alors que nous n'avons plus les moyens de jouer aux gendarmes en Afrique et ailleurs..F.H emploie tous les moyens pour avoir, une carrure de chef d'Etat qu'il n'a pas..triste de voir ce fonctionnaire ps représenter la France.