En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Myopie
La Grèce n'aurait jamais dû entrer dans la zone euro
Publié le 18 juillet 2011
Herman Van Rampuy a annoncé, ce vendredi, la tenue d'un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro sur la crise de la dette Grecque, le 21 juillet. La Grèce va-t-elle enfin sortir de cette crise ?
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Herman Van Rampuy a annoncé, ce vendredi, la tenue d'un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro sur la crise de la dette Grecque, le 21 juillet. La Grèce va-t-elle enfin sortir de cette crise ?

A la veille d’une semaine où les Etats de l’Union européenne auront à déterminer la façon de continuer à octroyer, voire d’accroître, leur aide à la Grèce, il conviendrait de prendre conscience des contrevérités et autres incohérences qui prévalent actuellement dans les discussions à ce sujet ainsi que dans la gestion de la crise elle-même.

A commencer par l’argument souvent brandi pour expliquer l’origine de la crise, à savoir : si la Grèce se trouve aujourd’hui dans le pétrin, c’est la faute du marché, notamment des banques ; celles-ci, nous dit-on, ont d’abord contribué à l’endettement de la Grèce en lui prêtant à des taux relativement bas sans se soucier de la fragilité financière de ce pays, puis se sont mis à l’asphyxier en augmentant leurs taux de plus en plus.

Bruxelles, Berlin et Paris, savaient pertinemment que les finances publiques grecques couraient à la catastrophe

Pareille explication néglige la véritable source du problème, que voici : s’il y a crise grecque, c’est parce que, pour des raisons politiques et culturelles, l’Union européenne a admis la Grèce dans la zone euro tout en sachant que ce pays ne remplissait pas les critères d’admission. Qu’Athènes eût fait recours à une grande banque, en l’occurrence Goldman Sachs, pour maquiller la présentation de ses comptes n’enlève rien au fait que les autorités de Bruxelles, et de Berlin et Paris, savaient pertinemment que les finances publiques grecques couraient à la catastrophe. A qui donc la faute initiale ? Aux marchés ou aux Etats ?

Vint ensuite l’accusation portée contre les agences de notation pour n’avoir pas mis les marchés en garde sur l’état déplorable de la Grèce. Que ces agences n’aient pas vu venir la crise, c’est un fait indéniable ; par ailleurs, elles n’avaient pas non plus anticipé la crise des subprimes. Mais la solution à ce problème ne se trouve pas, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, dans la création d’agences de notation publiques ayant pour but de contrer le poids des celles, privées, qui existent aujoud’hui. Solution absurde, en effet, que celle-là. On peut créer toutes les agences publiques que l’on voudra. Ce n’est pas pour autant que les marchés seront prêts à donner un quelconque crédit à l’avis d’agences de notation ayant des liens d’intérêt avec des entités étatiques.

C'est le contribuable européen qui paie le prix de ces erreurs politiques

Quoi qu’il en soit, la Grèce se trouve à bout de souffle. Et pour l’aider à s’en sortir, les Etats de l’Union ont adopté un mécanisme permettant de lui prêter plus d’une centaine de milliards d’euros dans le seul et unique but qu’elle puisse honorer les échéances de ses obligations. Dans ce même but, la Banque centrale européenne a été poussée à acheter des obligations de l’Etat grec, malgré le fait que ses statuts lui interdisent de s’engager dans ce type d’opération. 

L’UE essaie ainsi d’épargner à la Grèce une cessation de paiements et d’éviter un éventuel effet de contagion sur d’autres économies de la région.

Cela se fait toutefois aux frais, et du contribuable européen et de la BCE, laquelle se trouve avec des créances difficilement recouvrables. Comment ne pas y voir une incohérence de plus ?

Seules les banques privées, celles-là mêmes qu’on avait accusées de gestion imprudente ou malveillante, tirent leur épingle du jeu, car elles récupèrent leurscréances grâce à l’argent prêté à la Grèce en même temps qu’elles prennent soin de se désengager progressivement de leurs avoirs en obligations de l’Etat grec.

On se retrouve à imposer un plan d’austérité que le gouvernement grec ne pourra appliquer sans mettre le pays à feu et à sang

D’autre part, en échange de leur aide, les responsables européens exigent de la Grèce des mesures d’austérité d’une telle ampleur qu’elles s’avèrent politiquement impraticables. Encore une incohérence de plus.

Le sommet européen qui devra se tenir tout prochainement, et dont mention est faite au début de cet article, a pour vocation de forcer l’Allemagne à donner plus d’argent pour la Grèce, quitte à mettre les créanciers privés à contribution en les faisant accepter une restructuration déguisée de la dette grecque – c’est-à-dire une réduction du montant qui en devra effectivement être remboursé et /ou un allongement des échéances.

On peut faire confiance aux agences de notation qui, échaudées par les reproches qu’on leur a faits, ne voudront pas se laisser accuser à nouveau de négligence et diront, à juste titre d’ailleurs, qu’il s’agit d’une cessation de paiements bien que déguisée, avec les conséquences négatives qu’à coup sûr cela aura sur les marchés financiers. On n’aura donc pas pu faire l’économie de la fameuse cessation de paiements.

Ainsi, du début jusqu’à la fin, les responsables politiques européens se seront amusés à jouer la politique de l’autruche. Ils ont fermé les yeux pour accueillir la Grèce dans la zone euro, alors que ce pays n’était pas en mesure d’y accéder. Ils ont ensuite fermé les yeux pour imposer un plan d’austérité que le gouvernement grec ne pourra pas appliquer sans mettre la population à feu et à sang. Ils ont aussi fermé les yeux pour concocter un plan de sauvetage qui n’évitera pas à la Grèce une cessation de paiements. Et ils ferment enfin les yeux pour ne pas avouer auprès de leurs contribuables que ceux-ci ne récupéreront jamais leur argent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chiquita banana
- 17/07/2011 - 12:56
Oui à le Gône
En effet, la gauche "française" nous conduirait là où se trouve la Grèce aujourd'hui. Et penser que dans ses dernières déclarations, François Hollande veut rendre Sarkozy responsable si l'euro se casse la figure. M'enfin, ils n'ont pas encore compris, ces gens de la gauche des 35 heures, et des nationalisations ratées, qu'ils n'ont pas d'autorité pour donner à quiconque des leçons d'économie?
le Gône
- 17/07/2011 - 11:02
Et dire....

que ce que nous promet la Gauche "Francaise" est strictement ce qui a conduit la Grèce là où elle est actuellement..(au fond du trou économique)..allez en 2012 on votera sarko..et c'est tant mieux!!
L'Impertinent
- 17/07/2011 - 10:14
Bravo Carol!
Le contre-exemple turc, auquel vous vous référez, est très pertinent ici. La Turquie affiche en effet des taux de croissance impréssionants. Peut-être sa chance part-elle du fait de n'avoir pas été admise dans l'UE.