En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 44 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 4 heures 28 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 6 heures 31 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 8 heures 18 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 10 heures 24 sec
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 11 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 11 heures 44 min
Myopie

La Grèce n'aurait jamais dû entrer dans la zone euro

Publié le 18 juillet 2011
Herman Van Rampuy a annoncé, ce vendredi, la tenue d'un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro sur la crise de la dette Grecque, le 21 juillet. La Grèce va-t-elle enfin sortir de cette crise ?
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Herman Van Rampuy a annoncé, ce vendredi, la tenue d'un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro sur la crise de la dette Grecque, le 21 juillet. La Grèce va-t-elle enfin sortir de cette crise ?

A la veille d’une semaine où les Etats de l’Union européenne auront à déterminer la façon de continuer à octroyer, voire d’accroître, leur aide à la Grèce, il conviendrait de prendre conscience des contrevérités et autres incohérences qui prévalent actuellement dans les discussions à ce sujet ainsi que dans la gestion de la crise elle-même.

A commencer par l’argument souvent brandi pour expliquer l’origine de la crise, à savoir : si la Grèce se trouve aujourd’hui dans le pétrin, c’est la faute du marché, notamment des banques ; celles-ci, nous dit-on, ont d’abord contribué à l’endettement de la Grèce en lui prêtant à des taux relativement bas sans se soucier de la fragilité financière de ce pays, puis se sont mis à l’asphyxier en augmentant leurs taux de plus en plus.

Bruxelles, Berlin et Paris, savaient pertinemment que les finances publiques grecques couraient à la catastrophe

Pareille explication néglige la véritable source du problème, que voici : s’il y a crise grecque, c’est parce que, pour des raisons politiques et culturelles, l’Union européenne a admis la Grèce dans la zone euro tout en sachant que ce pays ne remplissait pas les critères d’admission. Qu’Athènes eût fait recours à une grande banque, en l’occurrence Goldman Sachs, pour maquiller la présentation de ses comptes n’enlève rien au fait que les autorités de Bruxelles, et de Berlin et Paris, savaient pertinemment que les finances publiques grecques couraient à la catastrophe. A qui donc la faute initiale ? Aux marchés ou aux Etats ?

Vint ensuite l’accusation portée contre les agences de notation pour n’avoir pas mis les marchés en garde sur l’état déplorable de la Grèce. Que ces agences n’aient pas vu venir la crise, c’est un fait indéniable ; par ailleurs, elles n’avaient pas non plus anticipé la crise des subprimes. Mais la solution à ce problème ne se trouve pas, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, dans la création d’agences de notation publiques ayant pour but de contrer le poids des celles, privées, qui existent aujoud’hui. Solution absurde, en effet, que celle-là. On peut créer toutes les agences publiques que l’on voudra. Ce n’est pas pour autant que les marchés seront prêts à donner un quelconque crédit à l’avis d’agences de notation ayant des liens d’intérêt avec des entités étatiques.

C'est le contribuable européen qui paie le prix de ces erreurs politiques

Quoi qu’il en soit, la Grèce se trouve à bout de souffle. Et pour l’aider à s’en sortir, les Etats de l’Union ont adopté un mécanisme permettant de lui prêter plus d’une centaine de milliards d’euros dans le seul et unique but qu’elle puisse honorer les échéances de ses obligations. Dans ce même but, la Banque centrale européenne a été poussée à acheter des obligations de l’Etat grec, malgré le fait que ses statuts lui interdisent de s’engager dans ce type d’opération. 

L’UE essaie ainsi d’épargner à la Grèce une cessation de paiements et d’éviter un éventuel effet de contagion sur d’autres économies de la région.

Cela se fait toutefois aux frais, et du contribuable européen et de la BCE, laquelle se trouve avec des créances difficilement recouvrables. Comment ne pas y voir une incohérence de plus ?

Seules les banques privées, celles-là mêmes qu’on avait accusées de gestion imprudente ou malveillante, tirent leur épingle du jeu, car elles récupèrent leurscréances grâce à l’argent prêté à la Grèce en même temps qu’elles prennent soin de se désengager progressivement de leurs avoirs en obligations de l’Etat grec.

On se retrouve à imposer un plan d’austérité que le gouvernement grec ne pourra appliquer sans mettre le pays à feu et à sang

D’autre part, en échange de leur aide, les responsables européens exigent de la Grèce des mesures d’austérité d’une telle ampleur qu’elles s’avèrent politiquement impraticables. Encore une incohérence de plus.

Le sommet européen qui devra se tenir tout prochainement, et dont mention est faite au début de cet article, a pour vocation de forcer l’Allemagne à donner plus d’argent pour la Grèce, quitte à mettre les créanciers privés à contribution en les faisant accepter une restructuration déguisée de la dette grecque – c’est-à-dire une réduction du montant qui en devra effectivement être remboursé et /ou un allongement des échéances.

On peut faire confiance aux agences de notation qui, échaudées par les reproches qu’on leur a faits, ne voudront pas se laisser accuser à nouveau de négligence et diront, à juste titre d’ailleurs, qu’il s’agit d’une cessation de paiements bien que déguisée, avec les conséquences négatives qu’à coup sûr cela aura sur les marchés financiers. On n’aura donc pas pu faire l’économie de la fameuse cessation de paiements.

Ainsi, du début jusqu’à la fin, les responsables politiques européens se seront amusés à jouer la politique de l’autruche. Ils ont fermé les yeux pour accueillir la Grèce dans la zone euro, alors que ce pays n’était pas en mesure d’y accéder. Ils ont ensuite fermé les yeux pour imposer un plan d’austérité que le gouvernement grec ne pourra pas appliquer sans mettre la population à feu et à sang. Ils ont aussi fermé les yeux pour concocter un plan de sauvetage qui n’évitera pas à la Grèce une cessation de paiements. Et ils ferment enfin les yeux pour ne pas avouer auprès de leurs contribuables que ceux-ci ne récupéreront jamais leur argent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chiquita banana
- 17/07/2011 - 12:56
Oui à le Gône
En effet, la gauche "française" nous conduirait là où se trouve la Grèce aujourd'hui. Et penser que dans ses dernières déclarations, François Hollande veut rendre Sarkozy responsable si l'euro se casse la figure. M'enfin, ils n'ont pas encore compris, ces gens de la gauche des 35 heures, et des nationalisations ratées, qu'ils n'ont pas d'autorité pour donner à quiconque des leçons d'économie?
le Gône
- 17/07/2011 - 11:02
Et dire....

que ce que nous promet la Gauche "Francaise" est strictement ce qui a conduit la Grèce là où elle est actuellement..(au fond du trou économique)..allez en 2012 on votera sarko..et c'est tant mieux!!
L'Impertinent
- 17/07/2011 - 10:14
Bravo Carol!
Le contre-exemple turc, auquel vous vous référez, est très pertinent ici. La Turquie affiche en effet des taux de croissance impréssionants. Peut-être sa chance part-elle du fait de n'avoir pas été admise dans l'UE.