En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 9 heures 36 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 14 heures 34 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 15 heures 37 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 54 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 54 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 14 heures 1 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 15 heures 9 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 15 heures 32 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 16 heures 16 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 45 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 17 heures 19 min
Au feu !

Nicolas Sarkozy, chef pompier de l'Europe

Publié le 29 juin 2011
La crise qui enflamme l'Europe attise la combativité du président français. La preuve : pour éviter toute aggravation de la crise grecque, Nicolas Sarkozy a proposé à ses partenaires européens la mise en place d'un plan d'aide à Athènes, avec notamment des prêts étalés sur 30 ans.
Jean-Thomas Lesueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise qui enflamme l'Europe attise la combativité du président français. La preuve : pour éviter toute aggravation de la crise grecque, Nicolas Sarkozy a proposé à ses partenaires européens la mise en place d'un plan d'aide à Athènes, avec notamment des prêts étalés sur 30 ans.

Atlantico : Que pensez-vous de l’action de Nicolas Sarkozy sur la scène européenne ?

Jean-Thomas Lesueur : Nicolas Sarkozy a de grandes qualités de pompier, qui se sont notamment révélées lors des différentes crises européennes de ces dernières années. Il a ainsi été incontestablement efficace tant lors de la crise diplomatique et militaire entre la Géorgie et la Russie que lors des crises financières de 2008 ou celle qui menace aujourd’hui la Grèce et la zone euro. En étant à la manœuvre, il a manifestement réussi à conquérir un leadership auprès de ses partenaires. En revanche, je pense qu’il n’a aucune idée de l’Europe qu’il veut.

 

Vous pensez donc que Nicolas Sarkozy n’a aucune vision ou idéal européen ?

Oui, on l’a vu très clairement au moment du traité de Lisbonne sur la constitution européenne qu’il a finalement remanié et fait voter par le parlement 2 ans après le non français au référendum sans fondamentalement qu’aucune leçon n’en ait été tirée. L’Europe avance cahin-caha et fait même du surplace. La présidence française de l’Europe de 2008 a été la confirmation de cela, car il s’agit surtout d’une Europe essentiellement intergouvernementale où l’esprit communautaire a à peu près complètement disparu. On peut s’en réjouir ou s’en plaindre, mais c’est un fait. En revanche, l’idée de la construction européenne comme dépassement de la politique française et comme horizon d’enthousiasme et de mobilisation notamment de la jeunesse, est totalement étrangère à Nicolas Sarkozy.


Comment expliquez-vous l’interventionnisme et le volontarisme européens du président français ?

Nicolas Sarkozy n’est pas du tout un intellectuel, un visionnaire ou un conceptuel. Il est un homme qui aime faire et retrousser ses manches. De ce point de vue là, c’est sans doute un pragmatique plus qu’un dogmatique. Mais ce sont d’authentiques qualités quand il s’agit d’éteindre un incendie. Deux exemples sont particulièrement parlant : comme lorsqu’il est directement intervenu lors de la crise géorgienne, en emportant dans ses bagages le président de la Commission européenne Manuel Barroso - alors en vacances – pour se rendre à Moscou. Encore plus flagrantes ont été ses interventions lors de la crise financière de 2008 ou lors de la crise actuelle qui secoue la Grèce et menace la zone euro. Et il sauve les meubles autant que faire se peut, notamment avec l’Europe qui est celle d’aujourd’hui.

 

L'Europe d'aujourd'hui, justement, connait-elle une simple crise économique ou politique ?

Précisons avant tout qu'il est assez facile pour les analystes comme moi de juger avec le recul nécessaire contrairement aux dirigeants dont le timing n’est pas le même de celui de n’importe quel observateur. En tout cas, il est évident que le travail de réflexion de fond n’a pas été fait sur l’Europe que l’on voulait et sur la structuration européenne que l’on souhaitait. Nous n’avons pas tranché alors que deux versions restent possibles.

Le premier modèle consiste à considérer l’Europe comme un grand espace de libre-échange avec des noyaux avancés, des pays volontaires mais il faut alors préciser que l’idée fédérale est définitivement derrière nous et que la souveraineté politique reste aux mains des Etats, c'est-à-dire que l’on sait où se trouve la souveraineté et qu’il n’y a pas de souveraineté partagée. Dans ce cas là, il faut fermer les institutions de Bruxelles, supprimer les milliers de fonctionnaires et le parlement européen. Il s’agirait donc de la mort de l’idéal d‘intégration. Ce modèle de zone de libre-échange à l’intérieur de laquelle il peut y avoir des pointes avancées, c’est le modèle que les Français appellent le modèle à l’anglaise.

L’autre modèle c’est l’idée fédérale, ce saut qualitatif politique porté par les courants fédéralistes européens depuis 60 ans qui progressent à petits pas mais toujours dans le dos des peuples. Toute la construction européenne s’est faite en réalité de façon a-démocratique sans que les peuples soient réellement consultés, sans qu’on leur explique les implications de ce qu’ils votaient, sans leur dire très clairement vers quel chemin l’Europe se dirigeait. Je pense que cela a largement atteint sa limite quelque part entre le traité de Maastricht et le traité de constitution européenne de 2005. Si l’on veut faire de l’Europe une machine politique et démocratique, il faut s’adresser aux peuples qui doivent avoir le dernier mot. Et c’est cela que l’on ne veut pas entendre et que l’on ne sait pas faire à Bruxelles.



La France peut-elle espérer se faire entendre grâce au porte-voix européen et peser dans les relations internationales ?

Il s’agit d’une vieille idée née bien avant Nicolas Sarkozy, celle d’une Europe devenue substitut de puissance pour la France qui toute seule n’est plus une puissance qui compte. En fait, même si le président français est celui qui parle le plus fort et apporte les solutions au sein du collège européen des 27 pays membres, cela ne fait pas pour autant de la France le pays phare de l’Europe. Regardez lorsque le président américain Obama a demandé il y a quelques jours à l'Europe de mettre de l'ordre dans ses affaires et de ne parler que d'une seule voix...

 

Qu’en est-il du couple franco-allemand sous la présidence Sarkozy ?

Aujourd’hui à Berlin, Nicolas Sarkozy a l’image d’un agitateur et d’une cigale. Les Allemands sont en fait essentiellement préoccupés par la crise de la dette souveraine en Europe – menaces de la crise en Grèce comme dans la zone euro - où les dimensions politiques et internationales sont moins importantes. Ils attendent de leur partenaire français des signaux forts de remise en ordre de leurs finances publiques parce qu’il s’agirait aujourd’hui du plus grand signal envoyé aux marchés.

Il n’y a qu’un seul bon élève européen et il est allemand. L’Allemagne souhaiterait ainsi que la France, même s’il on est à un an de l’élection présidentielle et c’est là le problème, annonce la baisse de la dépense publique et un plan de quelque 100 milliards d’euros d’économie sur 5 ans par exemple. C’est bien ce qu’on fait les Allemands entre 2003 et 2008 en baissant spectaculairement de plus de 5 points la dépense publique.

 

Nicolas Sarkozy ne préfère-t-il pas jouer l’unité de façade pour éviter tout risque d’écroulement de l’Europe ?

Je sais pas si l’Europe va s’écrouler, elle est en tout cas indispensable à la survie de l’euro et au maintien de la note triple A de la dette française. Ce n’est pas pour rien que depuis un mois ou deux, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel décident de se montrer ensemble trois fois par semaine ! Je pense qu’aujourd’hui, la solidité de façade du couple franco-allemand sert de réassureur sur les marchés à la dette française : les marché se disent que tant que l’Allemagne semble prêter du crédit à la France, la situation est tenable. Nicolas Sarkozy et les autorités françaises (dont la Banque de France) ont besoin d’envoyer des signaux fussent-ils uniquement de communication qu’il n’existe aucune mésentente entre les deux voisins sur ces sujets-là. Cela est impératif et indispensable.

Il est évident que le couple franco-allemand, même s’il est largement mythifié par les Français reste néanmoins une institution de poids en Europe, et dans la crise que l’on traverse il faut maintenir une unité entre les deux plus gros pays. Mais il ne faudrait pas donner l’impression à nos partenaires que les deux plus gros pays décident pour l‘ensemble des 27 pays membres : c’est toute l’ambiguïté de l’Europe à 27, tout le monde sait que l’on ne peut pas décider à 27 en même temps on s’est fixé des règles du jeu où tout le monde est censé être égal au moins en dignité, peut être pas en % de voix mais en dignité. Oui, il faut écouter Malte et les Lettons, cela chagrine peut être Nicolas Sarkozy, mais il a soutenu ce principe et le traité qui l’institue.

 

Nicolas Sarkozy peut-il transformer son volontarisme européen en atout de campagne pour 2012 ?

Ca va dépendre de qui il aura en face de lui. Même s’il devrait pouvoir se prévaloir d’une expérience internationale (et surtout européenne) sans commune mesure avec l’adversaire qu’il aura en face de lui, on sait qu’une élection présidentielle dans n’importe quel pays se joue rarement sur les sujets internationaux ; on le voit bien aux Etats-Unis où la campagne va essentiellement aborder les questions nationales comme le chômage et de ce point de vue, les européistes ou les grands partisans de l’UE se leurrent toujours sur l’importance du sujet dans la tête des citoyens. Enfin, l’Europe est importante en ce que je pense que le seul sujet de la présidentielle reste la préservation ou non de la note triple A de la dette française : s’il y a dégradation le lendemain ou dans les jours, semaines ou mois qui suivent l’élection présidentielle, la France peut craindre le pire.

Evidemment je dis que cela sera le sujet de la campagne, mais en réalité ça n’est pas cela qu’on va dire aux gens. Il s’agit véritablement de toute la problématique de la préservation ou non du modèle social français, de faire maigrir l’Etat, de réduire son champ d’intervention, de remettre de l’ordre dans les finances publiques, c’est cela le vrai sujet. Pour le dire autrement, le sujet ne sera pas les finances publiques mais plutôt ce que l’on disait sur l’Alsace entre 1870 et 1918 : « y penser toujours, n’en parler jamais ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NOVY12
- 29/06/2011 - 11:12
@Sheldon D'accord mais nous n'avons pas
40% de chômeurs !
quesako
- 28/06/2011 - 20:49
Le "modèle social" empêchera la France de diminuer sa dette
Les Allemands nous laisseront tomber, comme ils font avec les Grecs, lorsque l'on aura des problèmes de dette.
Ils ne pourront pas comprendre que l'on ne veut (ou ne peut) toucher au fameux "modèle social français" vanté par le rad/soc Chirac.
Ça fera très très mal lorsque le FMI, l'Europe nous demanderons des coupes sanglantes : quid des 40% de chômeurs que l'on continue d'alimenter (en nombre)
decipher
- 28/06/2011 - 15:22
pour un Etat fédéral européen 2.
les politiques préfèrent des postures populistes ou volontaristes circonstancielles qui confisquent un débat qui aurait de la tenue pour arriver à un lacher prise d'une souveraineté devenue en grande partie obsolète