En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 5 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 13 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 46 sec
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 18 sec
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 19 min 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 40 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 22 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 44 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 42 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 25 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 22 min
Mondialisation

Les Chinois, véritables responsables de la défaite des socialistes portugais

Publié le 08 juin 2011
Ce dimanche les socialistes portugais ont accusé une lourde défaite lors des élections législatives. Le plan d'austérité qui mine le pays depuis plusieurs mois semble expliquer ce revers politique pour le Premier Ministre, José Socrates. Et pourtant la Chine a indirectement tué à coup d'exportations de produits à bas prix l'économie portugaise. Le pays est aujourd'hui au bord de la faillite et les Chinois en sont à l'origine. Explications.
Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe David
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce dimanche les socialistes portugais ont accusé une lourde défaite lors des élections législatives. Le plan d'austérité qui mine le pays depuis plusieurs mois semble expliquer ce revers politique pour le Premier Ministre, José Socrates. Et pourtant la Chine a indirectement tué à coup d'exportations de produits à bas prix l'économie portugaise. Le pays est aujourd'hui au bord de la faillite et les Chinois en sont à l'origine. Explications.

Les élections de dimanche dernier ont vu la victoire du PSD (centre droit, Parti du président de la commission européenne, José Manuel Durao Barroso) et du CDS-PP (droite) balayant la majorité socialiste qui a vu son nombre de sièges diminuer de 24 (passant de 97 à 73) tandis que celui du PSD augmentait du même nombre en passant de 81 à 105 (le parlement ayant 230 sièges).

Pourtant le socialiste José Socrates, arrivé au pouvoir en 2005, avait pris les problèmes du pays à bras le corps lors de son arrivée au pouvoir en réformant massivement le pays, qui en avait bien besoin, lors de ses deux premières années de mandat (qu'on appelle généralement « état de grâce » en France), le déficit public dépassant alors les 6% du PIB.

Voyons en détail les réformes faites durant ces deux premières années :

Les retraites des agents de l'Etat : alignées sur le privé. Les 32 régimes spéciaux : réduits à 4. L'emploi à vie pour les fonctionnaires : aux oubliettes. Le ministère de l'agriculture en sureffectif (comme en France): 40% des postes supprimés. Le déficit public endémique : 0% d'augmentation pour les fonctionnaires pendant 2 ans. Le taux de non remplacement des fonctionnaires partant en retraite : 50%. Les administrations pléthoriques et ne servant à rien : 263 grandes directions, 1307 services administratifs et  5254 sous départements supprimés. Le statut des fonctionnaires : mobilité entre les différents ministères, licenciement en cas de sureffectif et recrutement en priorité parmi les fonctionnaires licenciés des autres ministères avant toute procédure de recrutement de nouveaux fonctionnaires.

Le socialiste José Socrate avait pris les problèmes du pays à bras le corps lors de son arrivée au pouvoir

Résultat de cette politique : le déficit public avait été divisé par 2 en deux ans pour revenir dans la limite du pacte de stabilité ; les dépenses de personnel à la charge de l'Etat avaient été réduites de 3.7% pour descendre à 12.8% du PIB contre 14.5% deux ans auparavant et la croissance avait plus que triplé, passant de 0.5% à 1.8%, le tout sans débourser un seul centime pour acheter la paix sociale. Inutile de dire que personne en France n'oserait proposer un tel éventail de réformes...

Cependant ces réformes étaient insuffisantes et surtout inadéquates vu la gravité de la situation. Pourquoi ? Parce que le Portugal était avant tout un pays qui fabriquait pour le marché européen des produits pour lesquels les besoins de main d'œuvre étaient importants, les salaires portugais étant très bas par rapport aux autres pays européens (le SMIC est aux alentours de 500€...). Ayant parcouru tout le pays pour raisons professionnelles, je me souviens très bien de très grandes usines textiles, de chaussures, de meubles, de luminaires ou de verres (notamment dans la région de Marinha Grande) qui faisaient vivre des centaines de personnes. L'arrivée en masse des produits chinois, vendus avec une monnaie sous-évaluée face à des portugais vendant en euros surévalués, ont fait perdre immédiatement la plupart des marchés export de ces sociétés avant de les battre sur leur propre marché, la grande distribution, notamment française, étant très puissante dans ce pays et n'hésitant pas à aller acheter en Asie par containers entiers. Et ces usines ont massivement fermé, le chômage explosant pour passer de 7,4% de la population active en février 2005 lors de l'arrivée de Socrates au pouvoir pour atteindre 12,6% aujourd'hui.

Il y a 10 ans le Portugal importait de la main d'œuvre, nombre de serveurs dans les restaurants étant brésiliens. Aujourd'hui les jeunes portugais, à l'image de leurs voisins espagnols, regardent comme leurs ancêtres à nouveau vers le grand large, le Brésil, un de ces fameux BRIC dont la réussite actuelle contraste avec la situation dramatique des PIGS, étant redevenu l'eldorado d'une jeunesse dans le désespoir.

Le Portugal était avant tout un pays qui fabriquait pour le marché européen

Si vous ajoutez à cela la crise de 2008 et les plans de sauvetage à répétition à coups de dizaines de milliards, les portugais ne pouvaient que voter contre la majorité de José Socrates. Aujourd'hui le pays est au bord de la faillite, n'a plus d'industrie, n'a pas de hautes technologies et a une agriculture incomparable en termes de mécanisation et de productivité par rapport aux autres pays, la France en particulier. L'avenir est donc bien sombre pour ce pays dont le Général de Gaulle disait: « Le Portugal: Petit pays, grande Nation ».

Malgré le départ de Socrates, les portugais n'ont pas finir de boire de la potion amère en espérant que ce ne soit pas la ciguë.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Philippe David
- 10/06/2011 - 12:55
@Chtiss
Même réponse qu'à Novy.
ChTiss
- 10/06/2011 - 09:10
Cà n'est pas moi, c'est l'autre.
On n'a jamais vu un VRP chinois parcourir les routes du Portugal ni de l'Europe. Après avoir fait fabriquer en Italie puis en Espagne puis au Portugal, les grand distributeurs toujours soucieux d'améliorer leurs marges font aujourd'hui fabriquer en Chine. Chine qui n'a pas de responsabilité directe dans la déconfiture de la vieille Europe.
Assumons nos faiblesses. Quand allons nous réagir ?
ptilio
- 09/06/2011 - 12:31
La défaite de Sócrates
Pour suivre la politique portugaise depuis quelques années, il est vrai que la politique de Sócrates n'a rien à voir avec une politique socialiste telle qu'on l'imagine en France. Sa politique économique était assez libérale et il faisait preuve d'une très bonne gestion budgétaire jusqu'à la crise. Avec le PSD, il s'agira juste d'une alternance, avec Coehlo qui est pour le coup ultra-libéral lui.