En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 9 heures 41 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 13 heures 35 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 15 heures 41 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 59 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 59 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 14 heures 6 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 15 heures 14 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 15 heures 36 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 16 heures 21 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 17 heures 24 min
Réseaux sociaux, boulot, dodo

L’entreprise peut-elle éviter les réseaux sociaux ?

Publié le 05 juin 2011
Dans son ouvrage, "Réseaux sociaux numériques d'entreprise", l'entrepreneur Ziryeb Marouf analyse l'utilité, les limites et les risques d'un réseau social numérique entre collaborateurs dans le monde de l'entreprise. Atlantico vous en fait partager les meilleures feuilles. Deuxième épisode.
Ziryeb Marouf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ziryeb Marouf est entrepreneur. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son ouvrage, "Réseaux sociaux numériques d'entreprise", l'entrepreneur Ziryeb Marouf analyse l'utilité, les limites et les risques d'un réseau social numérique entre collaborateurs dans le monde de l'entreprise. Atlantico vous en fait partager les meilleures feuilles. Deuxième épisode.

La réponse est NON ! « Y être ou ne pas être », cette adaptation de la citation originale de Shakespeare illustrera parfaitement ce chapitre que nous allons parcourir ensemble.

La réponse est non, d’abord parce que chaque fois qu’un employé s’inscrit sur un média social, il décrit son parcours dans son profil et y associe son employeur : logo de l’entreprise, poste occupé, appartenance à des communautés d’employés de l’entreprise, etc. De ce fait, dans chaque prise de position de l’employé dans des fils de discussions, commentaires, forum, blog, wiki, l’image de l’entreprise est associée à l’expression du salarié. Cela pose des problèmes de contrôle de l’image de l’entreprise. En effet, via ses prises de positions, l’employé engage une position supposée de l’entreprise. Cela est vrai même lorsque cette expression se fait explicitement à titre individuel. L’inconscient collectif des internautes amalgame l’expression individuelle du salarié et celle de l’entreprise qui lui est associée.

Prenons pour exemple le cas d’un cadre d’une grande entreprise qui aurait des propos graves et déplacés sur un forum de discussion. Le « profil » numérique de cet individu mentionne clairement qu’il est cadre dans la société X. De ce fait, l’entreprise est soupçonnée de partager ces propos et sera fustigée sur toute la blogosphère. L’entreprise pourra alors publier officiellement une note indiquant que les propos en question n’engagent que la personne concernée, et même qu’une action en justice est en cours à l’encontre de cet individu. Pour autant, le mal est fait, l’image de marque est entachée malgré « l’acquittement » : il n’y a probablement pas de fumée sans feu… Nous nous accorderons à dire qu’en matière de réputation des personnes morales, il n’y a pas de présomption d’innocence.

Mais plus grave encore, cela pose des problèmes de diffusion non contrôlée d’informations confidentielles et internes à l’entreprise sur les réseaux publics. Combien de présentations internes retrouve-t-on sur la toile à la première recherche sur Google ? Cela pose également des problèmes de droit de la propriété intellectuelle ! Prenons le cas d’un employé qui diffuse et partage sur son blog le fruit de son travail réalisé en entreprise, ses publications de recherche par exemple…. Pour rappel, ces travaux sont, d’un point de vue juridique, la propriété intellectuelle de l’entreprise. En d’autres termes, ce que l’employé crée dans l’entreprise, avec les moyens de l’entreprise, appartient à l’entreprise, même lorsqu’il s’agit de matière grise. Ces clauses, confidentialité et droit de la propriété intellectuelle, sont formalisées dans les contrats de travail. Elles doivent être, bien sûr, proportionnelles à la fonction et la responsabilité occupée par l’individu concerné. Nous ne pouvons, par exemple, pas demander le même degré de « discrétion » à un ingénieur en recherche et développement travaillant sur les futurs brevets stratégiques de l’entreprise qu’à un employé en intervention terrain même si tous les deux ont un devoir de réserve.

Ensuite, la réponse est non car l’entreprise ne peut pas échapper à sa présence dans les médias sociaux, eu égard au fait que ses anciens salariés, qui ont quitté l’entreprise, continuent à véhiculer l’image de l’entreprise dans leurs propos au sein des médias sociaux. Là encore, le logo de l’entreprise est associé au profil de l’ex-salarié. Dans ce cas, le contrat de travail ne constitue plus de protection pour l’entreprise. Seule la loi peut, dans certains cas de figure où les propos ternissent l’image de l’entreprise, protéger la société au nom du droit de non-dénigrement et de non diffamation.

Enfin, la réponse est non car nous constatons de plus en plus que l’appréciation des consommateurs, en particulier sur les réseaux sociaux, qu’ils soient détracteurs ou au contraire promoteurs de la marque, a de plus en plus de poids dans la réputation des produits de l’entreprise ou de l’entreprise elle-même. C’est ainsi que nous sommes nombreux, sur les sites de vente en ligne, à donner plus de crédit aux commentaires de satisfaction client à l’égard d’un produit qu’à la fiche de présentation institutionnelle du produit. Nous abordons là des concepts de « e-réputation » d’une marque ou d’un produit et donc de l’entreprise par voie de conséquence.

On peut donc considérer, de manière assez simple, que l’entreprise ne peut pas ne pas être sur les médias sociaux : les entreprises y sont forcément présentes, souvent malgré elles. A charge pour elles de décider si elles doivent subir cet état de fait ou, au contraire, agir.

 

Réseaux sociaux numériques d'entreprise (Harmattan, 2011) par Ziryeb Marouf.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires