En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Macron skie français

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

05.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 59 min 29 sec
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 2 heures 11 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 2 heures 30 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 3 heures 2 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 3 heures 43 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 15 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 16 heures 31 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 1 heure 7 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 1 heure 35 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 4 heures 50 sec
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 15 heures 40 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 17 heures 48 min
Réseaux sociaux, boulot, dodo

L’entreprise peut-elle éviter les réseaux sociaux ?

Publié le 05 juin 2011
Dans son ouvrage, "Réseaux sociaux numériques d'entreprise", l'entrepreneur Ziryeb Marouf analyse l'utilité, les limites et les risques d'un réseau social numérique entre collaborateurs dans le monde de l'entreprise. Atlantico vous en fait partager les meilleures feuilles. Deuxième épisode.
Ziryeb Marouf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ziryeb Marouf est entrepreneur. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son ouvrage, "Réseaux sociaux numériques d'entreprise", l'entrepreneur Ziryeb Marouf analyse l'utilité, les limites et les risques d'un réseau social numérique entre collaborateurs dans le monde de l'entreprise. Atlantico vous en fait partager les meilleures feuilles. Deuxième épisode.

La réponse est NON ! « Y être ou ne pas être », cette adaptation de la citation originale de Shakespeare illustrera parfaitement ce chapitre que nous allons parcourir ensemble.

La réponse est non, d’abord parce que chaque fois qu’un employé s’inscrit sur un média social, il décrit son parcours dans son profil et y associe son employeur : logo de l’entreprise, poste occupé, appartenance à des communautés d’employés de l’entreprise, etc. De ce fait, dans chaque prise de position de l’employé dans des fils de discussions, commentaires, forum, blog, wiki, l’image de l’entreprise est associée à l’expression du salarié. Cela pose des problèmes de contrôle de l’image de l’entreprise. En effet, via ses prises de positions, l’employé engage une position supposée de l’entreprise. Cela est vrai même lorsque cette expression se fait explicitement à titre individuel. L’inconscient collectif des internautes amalgame l’expression individuelle du salarié et celle de l’entreprise qui lui est associée.

Prenons pour exemple le cas d’un cadre d’une grande entreprise qui aurait des propos graves et déplacés sur un forum de discussion. Le « profil » numérique de cet individu mentionne clairement qu’il est cadre dans la société X. De ce fait, l’entreprise est soupçonnée de partager ces propos et sera fustigée sur toute la blogosphère. L’entreprise pourra alors publier officiellement une note indiquant que les propos en question n’engagent que la personne concernée, et même qu’une action en justice est en cours à l’encontre de cet individu. Pour autant, le mal est fait, l’image de marque est entachée malgré « l’acquittement » : il n’y a probablement pas de fumée sans feu… Nous nous accorderons à dire qu’en matière de réputation des personnes morales, il n’y a pas de présomption d’innocence.

Mais plus grave encore, cela pose des problèmes de diffusion non contrôlée d’informations confidentielles et internes à l’entreprise sur les réseaux publics. Combien de présentations internes retrouve-t-on sur la toile à la première recherche sur Google ? Cela pose également des problèmes de droit de la propriété intellectuelle ! Prenons le cas d’un employé qui diffuse et partage sur son blog le fruit de son travail réalisé en entreprise, ses publications de recherche par exemple…. Pour rappel, ces travaux sont, d’un point de vue juridique, la propriété intellectuelle de l’entreprise. En d’autres termes, ce que l’employé crée dans l’entreprise, avec les moyens de l’entreprise, appartient à l’entreprise, même lorsqu’il s’agit de matière grise. Ces clauses, confidentialité et droit de la propriété intellectuelle, sont formalisées dans les contrats de travail. Elles doivent être, bien sûr, proportionnelles à la fonction et la responsabilité occupée par l’individu concerné. Nous ne pouvons, par exemple, pas demander le même degré de « discrétion » à un ingénieur en recherche et développement travaillant sur les futurs brevets stratégiques de l’entreprise qu’à un employé en intervention terrain même si tous les deux ont un devoir de réserve.

Ensuite, la réponse est non car l’entreprise ne peut pas échapper à sa présence dans les médias sociaux, eu égard au fait que ses anciens salariés, qui ont quitté l’entreprise, continuent à véhiculer l’image de l’entreprise dans leurs propos au sein des médias sociaux. Là encore, le logo de l’entreprise est associé au profil de l’ex-salarié. Dans ce cas, le contrat de travail ne constitue plus de protection pour l’entreprise. Seule la loi peut, dans certains cas de figure où les propos ternissent l’image de l’entreprise, protéger la société au nom du droit de non-dénigrement et de non diffamation.

Enfin, la réponse est non car nous constatons de plus en plus que l’appréciation des consommateurs, en particulier sur les réseaux sociaux, qu’ils soient détracteurs ou au contraire promoteurs de la marque, a de plus en plus de poids dans la réputation des produits de l’entreprise ou de l’entreprise elle-même. C’est ainsi que nous sommes nombreux, sur les sites de vente en ligne, à donner plus de crédit aux commentaires de satisfaction client à l’égard d’un produit qu’à la fiche de présentation institutionnelle du produit. Nous abordons là des concepts de « e-réputation » d’une marque ou d’un produit et donc de l’entreprise par voie de conséquence.

On peut donc considérer, de manière assez simple, que l’entreprise ne peut pas ne pas être sur les médias sociaux : les entreprises y sont forcément présentes, souvent malgré elles. A charge pour elles de décider si elles doivent subir cet état de fait ou, au contraire, agir.

 

Réseaux sociaux numériques d'entreprise (Harmattan, 2011) par Ziryeb Marouf.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires