En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 13 min 47 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 56 min 51 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 18 heures 1 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 55 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 59 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 28 min 6 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 18 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 19 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 19 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 19 heures 6 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 26 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 23 heures 4 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Fin de la partie

Alstom : le président de la République s’oppose à la solution General Electric, mais Siemens va annoncer qu’il se retire du jeu

Publié le 09 mai 2014
Alstom vient de publier un résultat net en recul de 28% pour l'exercice 2013-2014 et une baisse des prises de commandes. Selon nos informations, la présidence de la République est revenue sur le dossier Alstom en déclarant que l’offre faite par G.E n’était pas acceptable tandis que les Allemands vont faire savoir en coulisses qu’ils se retirent du jeu.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alstom vient de publier un résultat net en recul de 28% pour l'exercice 2013-2014 et une baisse des prises de commandes. Selon nos informations, la présidence de la République est revenue sur le dossier Alstom en déclarant que l’offre faite par G.E n’était pas acceptable tandis que les Allemands vont faire savoir en coulisses qu’ils se retirent du jeu.

L’affaire Alstom n’est donc pas encore bouclée. Alors qu’on pensait que la rencontre entre le président de General Electric et les autorités françaises s’était plutôt bien passée, alors que la direction d’Alstom avait choisi d’aller se vendre au conglomérat américain, non sans promettre d’examiner les offres de Siemens pendant un mois, on pensait que cette affaire allait entrer dans une phase très technique pour finaliser les accords.

C’était sans compter avec les particularités françaises puisque le président de la République comme son ministre de l’économie ont précisé hier que "le deal proposé par General Electric n’était pas acceptable en l’état". Ils reviennent donc sur un avis qu'ils avaient donné et que tout le monde croyait favorable à l’américain.

Théoriquement, nous voici revenu à la case départ. Théoriquement, Alstom pourrait se passer de la bénédiction de l’Elysée, mais ça ferait désordre. Il va donc falloir ménager les apparences et faire semblant de renégocier les termes de l’accord.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
 

 

Il s’agit bien d’un faux semblant, parce qu'à moins d’une solution miracle, il n’y a pas d’autres moyens de permettre au principal actionnaire Martin Bouygues de liquider sa participation de 29%, pas d’autres moyens de sécuriser l’activité énergie d’Alstom que de l’adosser à un autre groupe international. Et il n’y a pas d’autres solutions que General Electric.

Si Arnaud Montebourg pensait décider Siemens à venir jouer au Monopoly européen, il s’illusionnait. Au départ des négociations ça paraissait déjà difficile (les deux groupes sont très proches et ne s’entendent pas) maintenant c’est carrément impossible.

Siemens devrait très prochainement annoncer qu’il renonce complètement à cette compétition. Le conseil de surveillance du groupe allemand ne s’est pas prononcé mais la moitié de ses membres y serait opposée. Or pour acter ce type de décision stratégique, il faudrait l’unanimité du conseil. Le plus paradoxal dans cette affaire allemande c’est que la moitié récalcitrante est portée par les représentants des salariés. Ce sont les salariés du groupe, les syndicats allemands, les opposés.

Les responsables politiques français ne peuvent pas ignorer ce que la totalité du monde des affaires murmure depuis des semaines. A savoir que cette affaire ne pouvait pas déboucher sur la constitution d’un groupe européen de l'énergie. Il aurait fallu prendre le dossier très en amont avec une impulsion politique très forte. Le miracle Airbus n’a pas pu se dénouer en 48 heures et surtout sans une ambition politique partagée entre Paris et Berlin (à l’époque, la chancellerie était à Bonn).

En dépit des remontrances de l’Elysée et de Bercy, le projet d’unir la division énergie à General Electric dans les conditions négociées à toute chance d’aboutir. Reste que la division transport, celle qui fabrique les TGV, le métro et les trams, va rester isolée dans la coquille Alstom. Il faudra donc rejouer la pièce et trouver une solution pour donner à la division transport une dimension internationale qu’elle n’a pas. C’est peut-être dans cette deuxième partie que les dirigeants d’Alstom, aidés par les services du gouvernement pourraient préparer un nouveau Monopoly a l’échelle européenne. Il y a beaucoup de joueurs en Europe sur ce marché qui est aussi gigantesque. Pour cela il faudrait étudier les dossiers, savoir de quoi on parle exactement et, ne pas partir trop tard en négociation. Sinon on se réveille un beau matin du côté de Bercy et on se plaint de ne pas avoir été informé.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hgo04
- 08/05/2014 - 10:03
Un ministère de l'inutile
Un ministre inutile, un président absent, une entreprise sur le départ, des chômeurs à l'arrivée, des technologies qui foutent le camps,

Bref la France d'aujourd'hui ...
JBSERBIST
- 08/05/2014 - 08:50
Jimmy Carter
Billy Carter, le frère de Jimmy Carter, célèbre Président américain dont la médiocrité est légendaire mais qui, comparé à Hollande, peut être considéré comme un phénix, avait coutume, lorsqu'il hésitait sur une décision à prendre, d'aller demander conseil à son président de frère. Armé de ce précieux conseil, il avait comme règle de faire exactement le contraire, ce qui participa à sa réussite dans son entreprise. Une telle règle devrait être adoptée par tous ceux qui hésitent entre plusieurs choix importants. Demander son avis à Hollande et faire exactement le contraire. Dans le cas d'Alstom, le choix de GE ne peut être que le bon.
Jean-Pierre
- 07/05/2014 - 21:55
RIDEAU !
.
Rideau sur cette ridicule pièce de vaudeville à la mode socialiste tricolore, qui voulait que le mariage de la belle Alstom alanguie se fasse avec un Prince d'Outre-Rhin, trop consanguin et non désiré...
.
Rideau sur un fleuron industriel en tant que fierté nationale séculaire, fleuron agonisant pour lequel s'ouvre une nouvelle vie pleine des promesses d'un géant industriel nourri au grains de libéralisme et qui a toujours rempli ses engagements !
.
Reste de quoi jouer au petit train entre Monsieur Hollande et Monsieur Montebourg...
.