En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 10 heures 8 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 11 heures 46 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 14 heures 39 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 17 heures 33 sec
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 18 heures 42 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 18 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 10 heures 47 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 16 heures 5 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 16 heures 37 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 18 heures 26 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 19 heures 16 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Fin de la partie

Alstom : le président de la République s’oppose à la solution General Electric, mais Siemens va annoncer qu’il se retire du jeu

Publié le 09 mai 2014
Alstom vient de publier un résultat net en recul de 28% pour l'exercice 2013-2014 et une baisse des prises de commandes. Selon nos informations, la présidence de la République est revenue sur le dossier Alstom en déclarant que l’offre faite par G.E n’était pas acceptable tandis que les Allemands vont faire savoir en coulisses qu’ils se retirent du jeu.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alstom vient de publier un résultat net en recul de 28% pour l'exercice 2013-2014 et une baisse des prises de commandes. Selon nos informations, la présidence de la République est revenue sur le dossier Alstom en déclarant que l’offre faite par G.E n’était pas acceptable tandis que les Allemands vont faire savoir en coulisses qu’ils se retirent du jeu.

L’affaire Alstom n’est donc pas encore bouclée. Alors qu’on pensait que la rencontre entre le président de General Electric et les autorités françaises s’était plutôt bien passée, alors que la direction d’Alstom avait choisi d’aller se vendre au conglomérat américain, non sans promettre d’examiner les offres de Siemens pendant un mois, on pensait que cette affaire allait entrer dans une phase très technique pour finaliser les accords.

C’était sans compter avec les particularités françaises puisque le président de la République comme son ministre de l’économie ont précisé hier que "le deal proposé par General Electric n’était pas acceptable en l’état". Ils reviennent donc sur un avis qu'ils avaient donné et que tout le monde croyait favorable à l’américain.

Théoriquement, nous voici revenu à la case départ. Théoriquement, Alstom pourrait se passer de la bénédiction de l’Elysée, mais ça ferait désordre. Il va donc falloir ménager les apparences et faire semblant de renégocier les termes de l’accord.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
 

 

Il s’agit bien d’un faux semblant, parce qu'à moins d’une solution miracle, il n’y a pas d’autres moyens de permettre au principal actionnaire Martin Bouygues de liquider sa participation de 29%, pas d’autres moyens de sécuriser l’activité énergie d’Alstom que de l’adosser à un autre groupe international. Et il n’y a pas d’autres solutions que General Electric.

Si Arnaud Montebourg pensait décider Siemens à venir jouer au Monopoly européen, il s’illusionnait. Au départ des négociations ça paraissait déjà difficile (les deux groupes sont très proches et ne s’entendent pas) maintenant c’est carrément impossible.

Siemens devrait très prochainement annoncer qu’il renonce complètement à cette compétition. Le conseil de surveillance du groupe allemand ne s’est pas prononcé mais la moitié de ses membres y serait opposée. Or pour acter ce type de décision stratégique, il faudrait l’unanimité du conseil. Le plus paradoxal dans cette affaire allemande c’est que la moitié récalcitrante est portée par les représentants des salariés. Ce sont les salariés du groupe, les syndicats allemands, les opposés.

Les responsables politiques français ne peuvent pas ignorer ce que la totalité du monde des affaires murmure depuis des semaines. A savoir que cette affaire ne pouvait pas déboucher sur la constitution d’un groupe européen de l'énergie. Il aurait fallu prendre le dossier très en amont avec une impulsion politique très forte. Le miracle Airbus n’a pas pu se dénouer en 48 heures et surtout sans une ambition politique partagée entre Paris et Berlin (à l’époque, la chancellerie était à Bonn).

En dépit des remontrances de l’Elysée et de Bercy, le projet d’unir la division énergie à General Electric dans les conditions négociées à toute chance d’aboutir. Reste que la division transport, celle qui fabrique les TGV, le métro et les trams, va rester isolée dans la coquille Alstom. Il faudra donc rejouer la pièce et trouver une solution pour donner à la division transport une dimension internationale qu’elle n’a pas. C’est peut-être dans cette deuxième partie que les dirigeants d’Alstom, aidés par les services du gouvernement pourraient préparer un nouveau Monopoly a l’échelle européenne. Il y a beaucoup de joueurs en Europe sur ce marché qui est aussi gigantesque. Pour cela il faudrait étudier les dossiers, savoir de quoi on parle exactement et, ne pas partir trop tard en négociation. Sinon on se réveille un beau matin du côté de Bercy et on se plaint de ne pas avoir été informé.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hgo04
- 08/05/2014 - 10:03
Un ministère de l'inutile
Un ministre inutile, un président absent, une entreprise sur le départ, des chômeurs à l'arrivée, des technologies qui foutent le camps,

Bref la France d'aujourd'hui ...
JBSERBIST
- 08/05/2014 - 08:50
Jimmy Carter
Billy Carter, le frère de Jimmy Carter, célèbre Président américain dont la médiocrité est légendaire mais qui, comparé à Hollande, peut être considéré comme un phénix, avait coutume, lorsqu'il hésitait sur une décision à prendre, d'aller demander conseil à son président de frère. Armé de ce précieux conseil, il avait comme règle de faire exactement le contraire, ce qui participa à sa réussite dans son entreprise. Une telle règle devrait être adoptée par tous ceux qui hésitent entre plusieurs choix importants. Demander son avis à Hollande et faire exactement le contraire. Dans le cas d'Alstom, le choix de GE ne peut être que le bon.
Jean-Pierre
- 07/05/2014 - 21:55
RIDEAU !
.
Rideau sur cette ridicule pièce de vaudeville à la mode socialiste tricolore, qui voulait que le mariage de la belle Alstom alanguie se fasse avec un Prince d'Outre-Rhin, trop consanguin et non désiré...
.
Rideau sur un fleuron industriel en tant que fierté nationale séculaire, fleuron agonisant pour lequel s'ouvre une nouvelle vie pleine des promesses d'un géant industriel nourri au grains de libéralisme et qui a toujours rempli ses engagements !
.
Reste de quoi jouer au petit train entre Monsieur Hollande et Monsieur Montebourg...
.