En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 33 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 6 heures 22 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 8 heures 4 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 10 heures 27 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 11 heures 11 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 11 heures 51 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 12 heures 12 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 5 heures 48 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 7 heures 34 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 10 heures 52 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 11 heures 36 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 12 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 12 heures 33 min
Bzzzz... PAF !

7 milliards d’humains, mille milliards de fourmis… Combien y a-t-il d’insectes à la surface du globe ?

Publié le 29 avril 2014
Une exposition consacrée aux mille milliards de fourmis qui peuplent notre planète est à découvrir jusqu'au 14 août 2014 au Palais de la Découverte. L'occasion de se poser la question du nombre d'insectes existants sur notre Planète Bleue.
Mathieu de Flores
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu de Flores est responsable pédagogique et chargé d’animation Spipoll auprès de l'OPIE (Office Pour les Insectes et leur Environnement).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une exposition consacrée aux mille milliards de fourmis qui peuplent notre planète est à découvrir jusqu'au 14 août 2014 au Palais de la Découverte. L'occasion de se poser la question du nombre d'insectes existants sur notre Planète Bleue.

Atlantico : Jusqu'au 24 août 2014, l'exposition "mille milliards de fourmis" est à découvrir au Palais de la Découverte. Y a-t-il réellement mille milliards de fourmis ? Combien d'insectes peuplent notre planète ?

Mathieu de Flores : En termes de quantité d’individus, il est très difficile de répondre. Les fourmis sont extrêmement nombreuses étant donné que chaque colonie compte environ des dizaines de milliers d’individus.

En termes de nombre d’espèces, il y a environ un million d’espèces d’insectes décrites par la science. Concernant celles qui restent à décrire, on estime qu’il y en a trois à quatre fois plus.

Y a-t-il de plus en plus ou de moins en moins d’insectes ?

Les activités humaines ont un impact considérable sur l’ensemble des différents écosystèmes de la planète, qu’il s’agisse de faune ou de flore. L’activité la plus impactante en termes d’extinction et de raréfaction des espèces est le "changement d’occupation du sol", soit la transformation des milieux naturels en milieux agricoles ou urbanisés.

A l’échelle de la planète, quelle que soit l’espèce, on estime que le taux d’extinction est 35 fois plus élevé que celui considéré comme normal, et ce à cause de l’activité humaine tout particulièrement depuis l’ère industrielle. Avant, l’impact humain était bien moindre. Il ne faut cependant pas voir les choses de manière totalement catastrophiste : il est encore temps de réagir et de limiter les dégâts.

A quelle vitesse se reproduisent-ils ?

Les insectes ont des cycles de vie très variés du fait du nombre impressionnant d’espèces. Certains insectes peuvent avoir plusieurs générations en une année. Je pense notamment à des petites mouches comme les drosophiles dont le cycle de vie se fait en quelques jours. D’autres insectes vont avoir un cycle bien plus long. Par exemple, on a le cas d’une cigale en Amérique du Nord dont la larve passe 17 ans dans le sol.

Comme vous venez de le mentionner, le taux d'extinction des espèces vivantes est 35 fois supérieur à la normale. Quelles espèces d'insectes sont menacées ? 

D’un point de vue général, il y a énormément d’espèces menacées, qu’il s’agisse de plantes, d’animaux ou même peut-être de micro-organismes. D’autant plus que l’on connait qu’une infime partie de la biodiversité pour l’instant. De plus, on s’intéresse assez peu et on a dû mal à connaître une bonne partie de la biodiversité de taille microscopique.

Le plus important à savoir est que les espèces composent les milieux et que ce sont précisément les milieux qui sont menacés. En Europe notamment, on a tendance à assécher les milieux aquatiques. Or, de nombreuses espèces sont inféodées à ces milieux et se retrouvent donc menacées.

Dès que l’on parle d’espèces menacées, on a tendance à penser directement à l’ours polaire ou au tigre par exemple. Leurs habitats sont effectivement menacés étant donné qu’ils vivent sur la banquise ou dans des forêts. Mais on a très peu tendance à voir les insectes ou même les plantes comme espèces menacées et malheureusement, c’est pourtant bien le cas.

Quelles conséquences sur l'environnement ? Et pour l'homme ?

Les conséquences peuvent parfois être assez anodines. Sans vouloir jouer l’avocat du diable, si le loup venait à disparaitre définitivement d’Europe, l’impact sur la nature ne serait pas faramineux. Il ne doit bien entendu pas disparaître pour autant mais les conséquences seraient moindres comparé à la disparition d’autres espèces.

On a par contre des espèces d’insectes qui paraissent totalement insignifiantes mais qui par leur nombre et leur mode d’alimentation vont s’avérer essentielles dans les écosystèmes. La plupart des insectes sont de véritables architectes de la nature. Par exemple, dans la nature, il n’y a pas de stations d’épurations. Ce sont donc les insectes qui vont être à la manœuvre pour éliminer les crottes et les cadavres. Si l’on prend les déjections fécales, certains insectes s’en nourrissent, et en s’introduisant dedans, y apportent des microorganismes, des bactéries ou des champignons. Ils entèrent une partie de la crotte et pondent dedans. Le détritus va disparaître en quelques jours, à condition que l’animal à l’origine ne soit pas traité au vermifuge. Et c’est pareil pour les cadavres.

Concernant la pollinisation, c’est le même principe. Le transport de pollen d’une fleur à une autre ne se fait pas seulement par les insectes – parfois l’eau et le vent sont les pollinisateurs, mais la reproduction de 80 % des plantes à fleurs dépendent d’eux. Si ces insectes venaient à disparaître, on serait contraint de polliniser à la main. Un tiers de notre alimentation repose donc sur ces insectes-là. Et quand je mentionne ces insectes, je ne parle pas uniquement de l’Abeille domestique. Elle est une espèce d’abeille en France parmi les 900 autres espèces "sauvages". En réalité, on compte également de nombreuses autres espèces de mouches, de scarabées, etc. qui participent activement à la pollinisation.

La disparition d’une espèce seule n’aura pas un impact colossal à court terme, mais pourra entraîner la disparition d’un cortège d’espèces associées à des milieux et à une biodiversité, ce qui serait catastrophique. En fait, tout est lié. Les plantes sont à la base de tout et les insectes, de par leur nombre et leur diversité biologique et écologique, jouent des rôles écosystémique majeurs, c’est-à-dire un rôle essentiel dans la nature.  

Tous les insectes ont-ils la même utilité ?

On ne peut pas dire qu’il y ait de bêtes inutiles. Chaque espèce a sa place dans la nature. Les moustiques par exemple servent de nourriture à de nombreux autres animaux (hirondelles, batraciens, araignées, etc.). Ils sont de plus vecteurs de maladie, c’est-à-dire qu’ils limitent la surpopulation de grands mammifères, comme l’Homme. Même si l’on se coupe du statut d’animal, on reste un animal qui se situe dans une chaîne alimentaire, dans un cycle de vie. On a donc également notre lot de parasites vecteurs de maladies. Par le biais de la sélection naturelle, les individus les plus résistants vont être sélectionnés. Autre exemple, les guêpes sont d’excellentes prédatrices : elles vont capturer d’autres espèces pour nourrir leur larve de protéine animale et jouent un excellent rôle d’anti-insectes.

La nouvelle tendance qui consiste à manger des insectes peut-elle accélérer la disparition de certaines espèces d’insectes ?

Non, car chez nous il s’agit tout simplement de bêtes qu’on élève pour la consommation. Dans les pays tropicaux, on les consomme de manière classique, généralement en petites quantités. On attribue cela à la culture du peuple qui les mange, mais cette culture existe car il y en a à foison. Ici, on ne mange pas trop d’insectes car ils sont tout petits et ne sont là que la moitié de l’année. Par contre on mange des crevettes, des crabes, des escargots…

Comment vous y prenez-vous pour estimer le nombre d’espèces d’insectes qui reste à décrire par la science ?

Les spécialistes sont nombreux à débattre sur les chiffres. Quoi qu’il en soit, ces chiffres se trouvent par système d’extrapolation. En général, les estimations se définissent surtout en milieu tropical, étant donné que la majorité des espèces qui restent à décrire sont issues de ce type de milieu. Les scientifiques vont par exemple se servir d’un arbre de telle espèce et de telle taille. Ils vont ensuite faire un inventaire systématique de tous les insectes qui y vivent. Puis ils vont réitérer le processus quelques kilomètres plus loin sur le même type d’arbres. Ils vont ensuite comparer leur liste et déterminer les espèces communes à ces deux arbres, celles qui ne sont pas communes, celles qui sont décrites par la science et celles qui sont encore inconnues. Ils vont ensuite extrapoler au nombre d’arbres alentours.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
biturige
- 29/04/2014 - 19:47
la pire espèce
bonsoir ,la pire espèce étant de fort loin l'espèce humaine ,infiniment plus nuisible que n'importe quelle autre espèce .heureusement elle va s'auto détruire ,débarrassant le globe de 7 milliards d'abrutis ;votre serviteur y compris bien évidemment .
Bien que nous ne seront plus là ,j'espère que subsisteront les arbres ,les fleurs ,un peu d'eau ,quelques oiseaux ,des poissons ;sauf les mammifères re-capables de réfléchir et de re-F ....le bordel .