En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 10 heures 55 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 16 heures 43 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 17 heures 45 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 20 heures 15 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 8 heures 15 sec
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 13 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 21 heures 40 min
Bzzzz... PAF !

7 milliards d’humains, mille milliards de fourmis… Combien y a-t-il d’insectes à la surface du globe ?

Publié le 29 avril 2014
Une exposition consacrée aux mille milliards de fourmis qui peuplent notre planète est à découvrir jusqu'au 14 août 2014 au Palais de la Découverte. L'occasion de se poser la question du nombre d'insectes existants sur notre Planète Bleue.
Mathieu de Flores
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu de Flores est responsable pédagogique et chargé d’animation Spipoll auprès de l'OPIE (Office Pour les Insectes et leur Environnement).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une exposition consacrée aux mille milliards de fourmis qui peuplent notre planète est à découvrir jusqu'au 14 août 2014 au Palais de la Découverte. L'occasion de se poser la question du nombre d'insectes existants sur notre Planète Bleue.

Atlantico : Jusqu'au 24 août 2014, l'exposition "mille milliards de fourmis" est à découvrir au Palais de la Découverte. Y a-t-il réellement mille milliards de fourmis ? Combien d'insectes peuplent notre planète ?

Mathieu de Flores : En termes de quantité d’individus, il est très difficile de répondre. Les fourmis sont extrêmement nombreuses étant donné que chaque colonie compte environ des dizaines de milliers d’individus.

En termes de nombre d’espèces, il y a environ un million d’espèces d’insectes décrites par la science. Concernant celles qui restent à décrire, on estime qu’il y en a trois à quatre fois plus.

Y a-t-il de plus en plus ou de moins en moins d’insectes ?

Les activités humaines ont un impact considérable sur l’ensemble des différents écosystèmes de la planète, qu’il s’agisse de faune ou de flore. L’activité la plus impactante en termes d’extinction et de raréfaction des espèces est le "changement d’occupation du sol", soit la transformation des milieux naturels en milieux agricoles ou urbanisés.

A l’échelle de la planète, quelle que soit l’espèce, on estime que le taux d’extinction est 35 fois plus élevé que celui considéré comme normal, et ce à cause de l’activité humaine tout particulièrement depuis l’ère industrielle. Avant, l’impact humain était bien moindre. Il ne faut cependant pas voir les choses de manière totalement catastrophiste : il est encore temps de réagir et de limiter les dégâts.

A quelle vitesse se reproduisent-ils ?

Les insectes ont des cycles de vie très variés du fait du nombre impressionnant d’espèces. Certains insectes peuvent avoir plusieurs générations en une année. Je pense notamment à des petites mouches comme les drosophiles dont le cycle de vie se fait en quelques jours. D’autres insectes vont avoir un cycle bien plus long. Par exemple, on a le cas d’une cigale en Amérique du Nord dont la larve passe 17 ans dans le sol.

Comme vous venez de le mentionner, le taux d'extinction des espèces vivantes est 35 fois supérieur à la normale. Quelles espèces d'insectes sont menacées ? 

D’un point de vue général, il y a énormément d’espèces menacées, qu’il s’agisse de plantes, d’animaux ou même peut-être de micro-organismes. D’autant plus que l’on connait qu’une infime partie de la biodiversité pour l’instant. De plus, on s’intéresse assez peu et on a dû mal à connaître une bonne partie de la biodiversité de taille microscopique.

Le plus important à savoir est que les espèces composent les milieux et que ce sont précisément les milieux qui sont menacés. En Europe notamment, on a tendance à assécher les milieux aquatiques. Or, de nombreuses espèces sont inféodées à ces milieux et se retrouvent donc menacées.

Dès que l’on parle d’espèces menacées, on a tendance à penser directement à l’ours polaire ou au tigre par exemple. Leurs habitats sont effectivement menacés étant donné qu’ils vivent sur la banquise ou dans des forêts. Mais on a très peu tendance à voir les insectes ou même les plantes comme espèces menacées et malheureusement, c’est pourtant bien le cas.

Quelles conséquences sur l'environnement ? Et pour l'homme ?

Les conséquences peuvent parfois être assez anodines. Sans vouloir jouer l’avocat du diable, si le loup venait à disparaitre définitivement d’Europe, l’impact sur la nature ne serait pas faramineux. Il ne doit bien entendu pas disparaître pour autant mais les conséquences seraient moindres comparé à la disparition d’autres espèces.

On a par contre des espèces d’insectes qui paraissent totalement insignifiantes mais qui par leur nombre et leur mode d’alimentation vont s’avérer essentielles dans les écosystèmes. La plupart des insectes sont de véritables architectes de la nature. Par exemple, dans la nature, il n’y a pas de stations d’épurations. Ce sont donc les insectes qui vont être à la manœuvre pour éliminer les crottes et les cadavres. Si l’on prend les déjections fécales, certains insectes s’en nourrissent, et en s’introduisant dedans, y apportent des microorganismes, des bactéries ou des champignons. Ils entèrent une partie de la crotte et pondent dedans. Le détritus va disparaître en quelques jours, à condition que l’animal à l’origine ne soit pas traité au vermifuge. Et c’est pareil pour les cadavres.

Concernant la pollinisation, c’est le même principe. Le transport de pollen d’une fleur à une autre ne se fait pas seulement par les insectes – parfois l’eau et le vent sont les pollinisateurs, mais la reproduction de 80 % des plantes à fleurs dépendent d’eux. Si ces insectes venaient à disparaître, on serait contraint de polliniser à la main. Un tiers de notre alimentation repose donc sur ces insectes-là. Et quand je mentionne ces insectes, je ne parle pas uniquement de l’Abeille domestique. Elle est une espèce d’abeille en France parmi les 900 autres espèces "sauvages". En réalité, on compte également de nombreuses autres espèces de mouches, de scarabées, etc. qui participent activement à la pollinisation.

La disparition d’une espèce seule n’aura pas un impact colossal à court terme, mais pourra entraîner la disparition d’un cortège d’espèces associées à des milieux et à une biodiversité, ce qui serait catastrophique. En fait, tout est lié. Les plantes sont à la base de tout et les insectes, de par leur nombre et leur diversité biologique et écologique, jouent des rôles écosystémique majeurs, c’est-à-dire un rôle essentiel dans la nature.  

Tous les insectes ont-ils la même utilité ?

On ne peut pas dire qu’il y ait de bêtes inutiles. Chaque espèce a sa place dans la nature. Les moustiques par exemple servent de nourriture à de nombreux autres animaux (hirondelles, batraciens, araignées, etc.). Ils sont de plus vecteurs de maladie, c’est-à-dire qu’ils limitent la surpopulation de grands mammifères, comme l’Homme. Même si l’on se coupe du statut d’animal, on reste un animal qui se situe dans une chaîne alimentaire, dans un cycle de vie. On a donc également notre lot de parasites vecteurs de maladies. Par le biais de la sélection naturelle, les individus les plus résistants vont être sélectionnés. Autre exemple, les guêpes sont d’excellentes prédatrices : elles vont capturer d’autres espèces pour nourrir leur larve de protéine animale et jouent un excellent rôle d’anti-insectes.

La nouvelle tendance qui consiste à manger des insectes peut-elle accélérer la disparition de certaines espèces d’insectes ?

Non, car chez nous il s’agit tout simplement de bêtes qu’on élève pour la consommation. Dans les pays tropicaux, on les consomme de manière classique, généralement en petites quantités. On attribue cela à la culture du peuple qui les mange, mais cette culture existe car il y en a à foison. Ici, on ne mange pas trop d’insectes car ils sont tout petits et ne sont là que la moitié de l’année. Par contre on mange des crevettes, des crabes, des escargots…

Comment vous y prenez-vous pour estimer le nombre d’espèces d’insectes qui reste à décrire par la science ?

Les spécialistes sont nombreux à débattre sur les chiffres. Quoi qu’il en soit, ces chiffres se trouvent par système d’extrapolation. En général, les estimations se définissent surtout en milieu tropical, étant donné que la majorité des espèces qui restent à décrire sont issues de ce type de milieu. Les scientifiques vont par exemple se servir d’un arbre de telle espèce et de telle taille. Ils vont ensuite faire un inventaire systématique de tous les insectes qui y vivent. Puis ils vont réitérer le processus quelques kilomètres plus loin sur le même type d’arbres. Ils vont ensuite comparer leur liste et déterminer les espèces communes à ces deux arbres, celles qui ne sont pas communes, celles qui sont décrites par la science et celles qui sont encore inconnues. Ils vont ensuite extrapoler au nombre d’arbres alentours.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
biturige
- 29/04/2014 - 19:47
la pire espèce
bonsoir ,la pire espèce étant de fort loin l'espèce humaine ,infiniment plus nuisible que n'importe quelle autre espèce .heureusement elle va s'auto détruire ,débarrassant le globe de 7 milliards d'abrutis ;votre serviteur y compris bien évidemment .
Bien que nous ne seront plus là ,j'espère que subsisteront les arbres ,les fleurs ,un peu d'eau ,quelques oiseaux ,des poissons ;sauf les mammifères re-capables de réfléchir et de re-F ....le bordel .