En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 min 8 sec
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 35 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 2 heures 2 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 18 heures 46 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 20 heures 58 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 21 heures 16 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 22 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Les applications qui peuvent vous aider à supporter le confinement
il y a 22 heures 53 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 17 min 47 sec
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 1 heure 50 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 13 heures 43 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 19 heures 30 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 21 heures 4 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 21 heures 33 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 22 heures 24 min
décryptage > France
En finir avec les pythies de mauvaises aventures

Étatisation et protectionnisme : les deux maux qui nous menacent probablement plus qu’une répétition de 1929

il y a 22 heures 58 min
© REUTERS/Ralph Orlowski
© REUTERS/Ralph Orlowski
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Comment la BCE va faire baisser l’euro

Publié le 15 avril 2014
L’euro trop fort. Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne en a convenu hier soir à Washington lors de l’assemblée générale du FMI et de la Banque mondiale. Ce faisant, il répond à l’Allemagne qui commence à en parler un peu, et c’est nouveau. Il répond à la Grèce, l’Italie et l’Espagne aussi, et enfin aux Français, eux qui crient, pleurent, et se lamentent, tout du moins dans la classe politique.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’euro trop fort. Mario Draghi, le président de la banque centrale européenne en a convenu hier soir à Washington lors de l’assemblée générale du FMI et de la Banque mondiale. Ce faisant, il répond à l’Allemagne qui commence à en parler un peu, et c’est nouveau. Il répond à la Grèce, l’Italie et l’Espagne aussi, et enfin aux Français, eux qui crient, pleurent, et se lamentent, tout du moins dans la classe politique.

Le président de la Banque Centrale Européenne (BCE) serait d’accord pour réagir, mais il n’a pas encore dévoilé la façon dont il s’y prendra pour faire baisser l’euro. Dénoncer le prix de l’euro, c’est à la portée de tout le monde…  Savoir le faire baisser, sans insulter l’avenir des économies, c’est beaucoup plus compliqué. Dans le concert général qui réclame une baisse de l’euro, personne à droite comme à gauche ne viendra nous expliquer le mode d’emploi.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

A priori, jeudi prochain, les gouverneurs des banques centrales qui se réunissent à Francfort sous la présidence de Mario Draghi devraient prendre la décision de réagir au risque de déflation, d’une part, et à la montée de l’euro, d’autre part. Deux questions :  

La première, pourquoi l’euro est-il si cher ?  La monnaie européenne approche les 1,40 dollars. A ce niveau, tout le monde considère que le prix de l’euro est tel qu'il annule les efforts de compétitivité que les pays européens tentent d'accomplir. Autrement dit, ce n’est pas la peine de se serrer la ceinture pour faire des  économies de coûts si les marges sont systématiquement avalées par un rapport de change défavorable.  Passons sur les jérémiades des gouvernants français trop contents d’avoir trouvé un bouc émissaire aux difficultés qui proviennent surtout de notre manque de sérieux, de rigueur, et de courage à prendre en compte la réalité. Passons.

Le fait nouveau c’est qu'à 1,40 dollar, l’euro devient gênant y compris pour les entreprises allemandes. Il est gênant pour le commerce extérieur mais aussi pour les prix intérieurs. D’où le revirement de la position du ministre allemand de l’Économie.  

Maintenant, pourquoi est-il si cher ? Et bien tout simplement parce que tout le monde en veut. D’abord, le redressement de la Grèce, de l’Italie et de l’Espagne ont renforcé la confiance des investisseurs dans le système européen. Ensuite, les pays émergents sont en crise. Ils ont beaucoup investi leurs réserves en dollars, ils les rapatrient désormais en euros. D’autant que la pérennité de la conjoncture américaine n’est pas sécurisée. Il y a donc une demande d’euro supérieure à l’offre. Les prix montent.

Seconde question, comment faire baisser l’euro ?  Très simple ! En augmentant l’offre de monnaie ! Diront les experts en marché. Facile à dire sur un plateau de télévision quand on est ministre de l’Économie, plus difficile à mettre en œuvre quand on est la banque centrale d’un groupe de pays qui ne sont pas synchrones et qui n’ont pas de gouvernement commun. Pire,  cet euro-groupe a des adhérents qui ne respectent pas totalement  les règles du jeu. Entre ceux qui trichent sur la fiscalité et ceux qui laissent déraper leurs déficits pour s’acheter des électeurs ou la paix sociale, difficile d’être cohérent et efficace.

La Banque centrale européenne a trois moyens pour augmenter l’offre de monnaie et ainsi, essayer de faire baisser la valeur de l’euro.

Premier moyen, la BCE pourrait racheter des titres apportés par les banques et émettre en contrepartie de la monnaie. C’est déjà ce qu’elle a fait, beaucoup même. Quand Mario Draghi est arrivé à Francfort, il a fait openbar. Les banques européennes venaient se servir en déposant des actifs plus ou moins de bonne qualité. Normalement, l’argent fourni en contrepartie aurait dû gonfler le volume des liquidités ou des crédits en Europe de façon à alimenter le système économique, comme aux USA où la Réserve fédérale a été généreuse avec l’économie ce qui a permis aux banques américaines d’arroser le marché (le marché financier surtout).

Le problème en Europe, c’est que le système d’openbar a fonctionné en cercle fermé. La BCE a distribué de l’argent aux banques commerciales  mais les banques commerciales se sont empressées de redéposer cet argent à la banque centrale. Résultat : ces capitaux n’ont pas circulé. La Banque centrale européenne est prête à injecter beaucoup de liquidités mais les banques ne les font pas circuler. D’où la déflation, d’ailleurs.

Deuxième moyen, la BCE pourrait racheter de la dette souveraine aux États. C’est un programme  qui avait été engagé en 2010 sous le nom de "programme SMP" (achat de titres souverains). Le conseil des gouverneurs pourraient le relancer à condition d’avoir des garanties sur le comportement des États. Parce qu'un tel système est quand même un encouragement à l’endettement public. Pour que ça marche, on en revient à la nécessité de respecter des critères de gestion budgétaire. Ce que, ne fait pas, la France. Les Allemands  qui n’ont pas confiance sont évidemment assez opposés au rachat de dette souveraine.

Troisième moyen, la BCE pourrait agir sur les taux. Mais les taux sont déjà très bas. Le président de la banque centrale allemande (la Buba) défend l’idée de baisser les taux, et même de passer aux taux négatifs. Dans ce cas, quand les banques viennent placer des euros à la BCE, elles ne seraient plus rémunérées, mais elles devraient payer un loyer. Du coup, elles achèteraient moins d’euros sur le marché. La demande baisserait et le prix de l’euro se tasserait.

Tout cela est très théorique, d’autant que dans cette affaire tout le monde fait de la politique à deux mois des élections européennes qui risquent d’être dominées par la vague des eurosceptiques. Mario Draghi ne va pas maintenant se mettre à dénoncer ceux qui ne font pas les réformes auxquelles ils se sont engagés. Ceux qui se cachent derrière l’euro ont leurs propres faiblesses.

Ce n’est plus le moment. Mario Draghi va donc, lui aussi, faire de la politique. Faire baisser l’euro, c’est aussi faire baisser la fièvre eurosceptique.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zouk
- 16/04/2014 - 10:43
La BCE et l'euro
Comment s'étonner que les banques aient replacé auprès de la BCE les fonds qu'elle leur prêtait quand, SIMULTANEMENT, des ratios de liquidité très contraignants leur étaient imposés?

La contradiction peut marcher pour raconter tout et son contraire à la presse et le public, mais pas devant le simple bon sens.
2bout
- 16/04/2014 - 08:57
Sitting,
Sapir, la malhonnêteté intellectuelle qui consiste à dire que par la monnaie, on pourra continuer de "croître", et que face à des montagnes de dettes, les créanciers ne pourront que capituler.
Petite remarque : les créanciers ne sont pas les financiers, ce sont les travailleurs.
winnie
- 16/04/2014 - 08:29
les dirigeants européens,
sont en train de se rendre compte que les peuples européens vont se révolter et les nationalistes vont être forts en UE donc, dans la hâte on essai de sauver le minimum.
Encore une fois les politiques ne bougent que dos au mur !