En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 13 heures 36 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 7 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 5 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 7 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 22 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 25 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 24 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 19 heures 32 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 10 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 20 heures 40 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 21 heures 46 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 22 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Qui s'assemble se ressemble

Dis moi si tes amis sont gros, je te dirai combien tu pèses… l’incroyable impact des comportements de notre entourage

Publié le 15 avril 2014
Deux professeurs d'Harvard ont mené une étude sur l'obésité qui met en lumière l'importance de nos relations et de notre entourage. Un entourage proche obèse serait plus propice à une prise de poids, ce qui dénote d'un problème de santé désormais collectif plus qu'individuel.
Jacques Fradin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Fradin est médecin, comportementaliste et cognitiviste.Il a fondé en 1987 l'Institut de médecine environnementale à Paris. Il est membre de l’Association française de Thérapie comportementale et cognitive.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux professeurs d'Harvard ont mené une étude sur l'obésité qui met en lumière l'importance de nos relations et de notre entourage. Un entourage proche obèse serait plus propice à une prise de poids, ce qui dénote d'un problème de santé désormais collectif plus qu'individuel.

Atlantico : Une récente étude menée à Harvard (voir ici) fait état d’un fait plutôt surprenant : la santé ne serait pas un phénomène individuel, mais bien un phénomène collectif. Dans quelle mesure notre entourage est-il capable d’influencer notre santé ?

Jacques Fradin : L’influence de l’entourage est, en effet, tout à fait déterminante et c’est loin d’être la première étude qui met en lumière l’importance de cette dimension sociologique. Et ce qu’on en sait, c’est que chaque individu a un équilibre psychologique en lien avec son équilibre physiologique via les interfaces hormonales et neuronales. Autrement dit, le stress est un facteur de perturbation de la santé et à l’opposé l’épanouissement et l’euphorie collective ont d’ores et déjà montré certains effets bénéfiques. Notamment sur la santé, le développement de l’individu et donc parfois de la société. Il est clair qu’il y a un impact qu’on peut également expliquer par le fait que la sociabilité représente un allègement de la charge de la vie. Plus il faut se préparer à manger pour soi seul, plus cela coûte cher, plus cela prend du temps, plus cela mange des loisirs. Il y a des facteurs qui, comme toujours, s’ajoutent au niveau objectif, matériel. L’Homme partage énormément de choses avec ses semblables, aussi, moins il partage plus il en a la charge à tous les sens du terme. Manger pour soi-même, par exemple, est davantage un acte utilitaire qu’épicurien. Il y a énormément de facteurs, internes et biologiques mais également émotionnels, comportementaux, et même matériel.

Il y a toujours deux influences : une majoritaire et une autre minoritaire. Ce sont les minorités qui font bouger le monde, certes, mais elles ne commencent à impacter l’ensemble de la population que lorsqu’elles deviennent des majorités. La majorité nous influence largement au quotidien, tant pour des raisons émotionnelles et irrationnelles que pour des raisons rationnelles. L’Homme reste un animal social, angoissé à l’idée de se sentir isolé, alors que se sentir intégré – ce qui signifie, finalement, partager un certain nombre de rituels – est un élément de réassurance et de valorisation. Ce sont des raisons issues d’un patrimoine génétique commun à toutes les espèces sociales. Il y a également une dimension rationnelle qui s’ajoute : vivre tout seul est compliqué. Il faut s’en expliquer, se débrouiller… Ne pas manger comme les autres, par exemple, c’est complexe. Parce que cela suppose de passer plus de temps, que cela coûte plus cher ; parce que cela a un effet d’exclusion sociale pas seulement émotionnel mais aussi matériel. Les gens marginalisés, quelles qu’en soient les raisons peuvent avoir des difficultés.

Quels sont les mécanismes qui provoquent ces interactions entre notre entourage et notre état de santé ? Quelles sont les principales pathologies concernées ?

Il y en a énormément, et ce qu’on parle de pathologie ou de facteurs d’épanouissement. Il est bien clair, ceci étant, que le fait même qu’il y ait influence du groupe sur l’individu peut dans certains cas l’entraîner dans des comportements problématiques. Peut-être plus que ne l’auraient été les siens, naturellement. Je pense que l’âge-clef, concernant les influences sociales, se trouve dans le courant de l’adolescence. Il est évident qu’à l’adolescence peut avoir des influences plus ou moins favorables, vis-à-vis de son avenir, de sa santé ou d’autres problématiques. On observe effectivement que certaines pathologies sont particulièrement sujettes à l’influence, et bien plus que d’autres. C’est notamment le cas du tabagisme, qui est indéniablement une histoire d’influence sociale : qui fumerait s’il vivait seul et que ça n’était pas pour faire comme les autres ? Le début du tabagisme est purement et simplement social, en cela qu’on le fait pour créer une ressemblance avec l’autre. Passé ce stade, l’addiction s’occupe du reste. Il n’empêche qu’au départ, c’est assurément un comportement social lié à des questions d’identité et souvent d’opposition. Marquer sa différence en agissant de façon déraisonnable et donc prouver à son entourage que l’on est un homme – ou une femme.

C’est une logique relativement similaire que l’on retrouve dans le cadre de troubles alimentaires. Je pense que la première des raisons est le miroir des aspects positifs : la vie sociale créée des occasions d’échanges et l’alimentation en est un. Il va sans dire que l’alimentation, qui n’a au départ d’autres vocations que d’apporter satisfaction à nos besoins biologiques ; rassasier notre faim, peut donner lieu à une deuxième faim plus sociale. On peut manger pour rester avec le ou les autres. Faire durer un repas, ou les multiplier pour passer du temps en compagnie de notre entourage. On s’aperçoit que les occasions sont nombreuses de mêler échange, fête et plaisir alimentaire et de la bouche. Boire, fumer, manger, tant de tentations sociales. Il s’agit du piège des aspects positifs de cette vie sociale qui, si elle nous apporte beaucoup de bonheur, peut créer des tendances – des addictions ou au moins des facteurs d’accrochage. Pour pouvoir avoir droit aux plaisirs d’être les autres, on a besoin d’alibis, ou même tout simplement de choses à faire. Mêler un plaisir n’est pas désagréable, et le problème c’est la dérive.

 

L’étude s’est focalisée sur l’obésité pour témoigner de la relation entre entourage et santé : ainsi si l’époux est obèse, l’épouse aura 30% de chances de l’être également. Pourtant, quand il s’agit du frère, c’est 40% de chances, et quand c’est le meilleur ami le taux monte à près de 60%. Comment l’intensité des relations joue-t-elle sur ce phénomène ?

C’est à mon sens une question qui en soulève une autre : quelle est la part des gènes et quelle est la part des habitudes. Il me semble que la réponse est claire. La part des habitudes l’emporte sur celle des gènes. C’est à la fois inquiétant et rassurant, selon le sens dans lequel on le prend et le problème que l’on a. Je préfère néanmoins ce qui relève du comportement parce que l’on a plus de chances de pouvoir agir dessus, même si en disant ça j’ai conscience que ça n’est pas parce que cela relève du comportement que nous sommes, autant que nous aurions pu l’espérer, des êtres libres. Si c’était la vision philosophique des années et des siècles passés, la psychologie et les neurosciences l’ont démenti. Que cela relève des gènes ou du comportement, on tombe – dans une moindre mesure, j’en conviens – sur le fait que nous sommes en partie déterminés. Nous avons abordé la dimension sociale de l’être humain, et il est clair qu’à l’intérieur de cette dimension sociale, il y a également l’envie de ressembler. On peut donc logiquement en déduire que plus les relations sont intimes, plus cette envie se matérialise et plus on assiste à un phénomène d’entraînement, d’engouement et de leadership, voire de jalousie, si l’on part sur les aspects négatifs. Ce qu’il faut voir, c’est que quelqu’un nous entraîne dans ses passions, son style de vie – également dans ses dépressions. Il est possible de "s’échanger" ses passions, ses dépressions et ses angoisses. On pourrait parler de phénomène contagieux.

Plus cette relation est forte, plus c’est vrai. Ce qui soulève une nouvelle question, au vu des taux présentés. Le lien apparent est-il le lien réel ? Ce serait potentiellement l’objet d’une nouvelle étude tant le sujet est vaste, mais également un début d’explication. Cela semble montrer, quoi qu’il en soit, que la routine n’est pas un élément aussi important que le lien lui-même. Ce qui fait la caractéristique d’un frère ou d’une sœur, qui finalement devient plus un ami avec le temps que quelqu’un avec qui on partage sa vie, c’est le caractère désiré de la relation. Et c’est aussi vrai pour les relations purement amicales (sans lien de sang) qui ne sont pas liées à la routine. Je ne veux pas dire que toutes les relations de couple le sont, cependant il existe tout de même une partie de routine puisque l’on a décidé de partager sa vie avec le conjoint. Et on s’aperçoit que le risque se réduit avec la routine de la relation mais augmente avec le côté passionnel de celle-ci. Ce qui signifierait qu’on ne fréquente un ami que lorsque l’on a des choses à faire avec lui, et que même si la relation est relativement moins intense, il est possible que dans l’espace-temps où on la partage elle ait une influence plus importante.

Finalement, est-ce que cela signifie que le meilleur moyen de rester en bonne santé, c’est de vivre "bien entouré" ?

Assurément. Vivre bien entouré, mais de façon autonome. Le monde moderne est mouvant : tout bouge tout le temps, les modes changent et les relations également. Et je pense que le mode mental qui va avec ces évolutions, c’est l’individualisation. Autrement dit, la capacité d’acceptation des autres en prenant ce qui nous arrange et en laissant le reste. On en revient à l’attitude des philosophes qui, au fond, est une bonne réponse à des problèmes qui sont ceux de la vie de l’humain. Nous avons tout à gagner de la relation aux autres, mais pouvoir ne pas en être dépendant, aliéné, est indéniablement positif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
typho
- 16/04/2014 - 21:55
quid
etre entouré de cons me Fradin ça fait quoi à vous lire je devine
pale rider
- 15/04/2014 - 10:55
@isableue
:-) !! et valls qui prend de l'embonpoint à vue d'oeil !! cqfd
ISABLEUE
- 15/04/2014 - 10:19
Ben oui
voyez le gros à l'Elysée, et tout son entourage qui se gave...