En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

1 million d'euros pour des actes de torture

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 30 min 37 sec
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 1 heure 15 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 3 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 48 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 55 min 35 sec
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 1 heure 46 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 4 heures 23 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 6 heures 30 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 8 heures 20 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 12 heures 39 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 13 heures 4 min
© Reuters
Patrick Drahi, patron de Numéricable.
© Reuters
Patrick Drahi, patron de Numéricable.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Pourquoi Vivendi a choisi Numéricable contre Bouygues

Publié le 07 avril 2014
Numéricable va donc faire un chèque de 13,5 milliards pour emporter SFR… et Bouygues se retrouve seul, avec un avenir compliqué à écrire. Cette affaire montre à quel point le monde politico-économique est immature dans sa connaissance des entreprises. Le colbertisme est mort. Ceux qui ne veulent pas l’admettre le paient cher.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Numéricable va donc faire un chèque de 13,5 milliards pour emporter SFR… et Bouygues se retrouve seul, avec un avenir compliqué à écrire. Cette affaire montre à quel point le monde politico-économique est immature dans sa connaissance des entreprises. Le colbertisme est mort. Ceux qui ne veulent pas l’admettre le paient cher.

Si Vivendi a finalement choisi de vendre sa filiale SFR à Numéricable, ce n’est pas par hasard, ni surtout par incompétence : la décision a été mûrement réfléchie et préparée depuis plusieurs années. Le secteur français de la téléphonie mobile est arrivé à maturité - à saturation même. Le marché ne peut progresser que par l’arrivée d’une innovation majeure. Les quatre opérateurs (Orange, SFR, Bouygues et Free) n’avaient que deux solutions : ou bien continuer à se battre sur les prix et finalement à s’asphyxier financièrement ; ou bien à passer des accords et consolider leurs moyens. Les opérateurs les plus concernés par une opération de concentration se retrouvaient être SFR et Bouygues Telecom.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Vivendi, qui possédait SFR, avait décidé, il y a déjà plus de deux ans, de trouver un acquéreur pour se désendetter et se concentrer dans les médias et la fabrication de contenus culturels (Canal+, Universal et jeux vidéo).

Bouygues Telecom, le plus petit des joueurs, s’est aperçu qu'il n’avait pas les moyens suffisants pour croître et se développer. Il lui fallait donc se marier en urgence, d’où la décision de se porter acquéreur de SFR lorsque la vente de SFR a été rendue publique. Malheureusement pour Martin Bouygues, il  s’est réveillé un peu tard : malgré les moyens proposés importants, Martin Bouygues s’est retrouvé évincé de ce deal. Ce qui va désormais lui poser de sérieux problèmes pour se relever de cet échec...

Vivendi avait trois bonnes raisons de vendre SFR à Numéricable, plutôt qu’à Martin Bouygues.

La première raison porte sur la dimension purement économique, commerciale et sociale du rapprochement entre SFR et Numéricable. La proposition Numéricable était certes un peu moins généreuse en cash immédiat que celle de Bouygues qui a surenchéri au dernier moment (13,5 milliards contre 15 milliards d’euros)… mais Vivendi garde 20% qu’il pourra céder à Numéricable plus tard. Ce qui devrait représenter au total plus de 17 milliards.

Pour Vivendi, les deux sociétés ne font pas le même métier, elles sont complémentaires (la fibre et le haut débit pour Numéricable), le mobile (pour SFR), la synergie entre les deux activités n'entraînera pas de fermeture d’activité ou de réseaux commerciaux - donc pas de risque pour l’emploi. Bouygues offrait la même promesse mais son engagement était à peine crédible quand on sait que les boutiques doublonnent systématiquement dans tous les centres villes.

Enfin, il faut savoir que Numéricable et SFR avaiznt déjà commencé à travailler ensemble depuis longtemps. Les équipes se connaissaient, les ingénieurs et les commerciaux vont pouvoir se mettre au travail très vite : Vivendi a joué l’assurance d’un développement à moyen terme sans trop de problème.

La deuxième raison tient à l’intervention du pouvoir politique. Le ministre du Redressement productif a été extrêmement maladroit dans cette affaire. Arnaud Montebourg a publiquement pris fait et cause pour Martin Bouygues avec des arguments qui ont profondément agacé, et même choqué, les associations de consommateurs d’un côté, et le monde des affaires de l’autre. Il a d’abord expliqué qu’il y avait trop de concurrence dans le secteur, "quatre opérateurs c’était trop" alors que chacun sait que l’arrivée de Free a permis de baisser les prix en brisant l’accord tacite voire oligopolistique qu'il y avait depuis longtemps entre Orange, SFR et Bouygues Telecom… Le grand gagnant de cette concurrence était quand même le consommateur. 

Peut-on penser que le ministre voulait réduire cette concurrence parce qu’elle avait été permise et voulue par Nicolas Sarkozy ? Voulait-il plaire à Martin Bouygues qui a beaucoup souffert de cette concurrence violente? On n’ira pas jusque-là, mais tout de même …

Toujours est-il que les derniers arguments utilisés manquaient singulièrement d’élégance, puisque Arnaud Montebourg est allé jusqu’à reprocher au dirigeant de Numéricable de résider en Suisse, et par conséquent à lui promettre une enquête fiscale. Patrick Drahi, le président du holding de Numéricable, n’a d’ailleurs eu aucun problème pour rappeler qu'il résidait en Suisse depuis près de 15 ans, que son holding avait déjà sauvé Numéricable (société française publique) une fois, et qu’à l’époque le gouvernement français avait été bien content qu’il apporte 3 milliards d’euros. Aujourd’hui, il va payer plus de 13 milliards d’euros...

Arnaud Montebourg n’a pas baissé les bras pour autant  puisqu’il vient de rappeler que les dirigeants de Numéricable-SFR ont un devoir de patriotisme et de respect d’engagements sociaux …

Le gouvernement ne s’est évidemment pas grandi une fois de plus en intervenant de façon aussi violente dans un débat qui n’avait rien de politique.  Les milieux d’affaires français et étrangers ne demandent qu'une chose : pouvoir respecter les règles et les procédures sans que l’État intervienne en permanence.

La troisième raison tient au fait que Bouygues a été lui aussi extrêmement maladroit dans cette affaire. Sa communication et son lobbying sont partis beaucoup trop tard et à coté de la plaque. Il a tout misé sur l’influence politique et l’interventionnisme de l’État, il a cru que l’État pouvait tout, qu’Arnaud Montebourg pouvait se prendre pour Colbert. Quelle erreur !

Il a, dans la dernière ligne droite, fait intervenir quelques actionnaires amis mais trop tard. Les jeux étaient faits : le colbertisme est mort.

Martin Bouygues a, de tout temps, joué perso, convaincu de réussir tout ce qu'il entreprenait. Grâce à l’appui de l’État, souvent. Le bâtiment, la télévision avec TF1, et le téléphone. La réussite financière du holding familial est évidente mais l’avenir industriel du groupe n’est pas assuré.

Le bâtiment a subi la crise mondiale de plein fouet, les grands projets se font rares et les marges se font moins faciles. La télévision a dû assumer la révolution technologique, l’Internet et la TNT. TF1 est toujours leader du marché publicitaire mais TF1 s’est enfermé sur un marché national saturé. Quant à Bouygues Telecom, il a pendant trop longtemps refusé de voir la montée en puissance des opérateurs virtuels, et nié le risque d’une concurrence sauvage sur les Box, jusqu’au jour ou Xavier Niel a trouvé les bons arguments pour débouler sur le marché. Ce jour-là, les dirigeants de Bouygues ont compris qu’ils devraient changer de stratégie, mais ils n’y étaient guère préparés. Martin Bouygues, lui, a décidé de vendre. Trop tard.

Le monde des affaires français apprécie les empires familiaux mais n’aime guère les patrons qui pensent avoir toujours raison. Chez Vivendi, dirigé par des managers, non propriétaires du groupe mais sensibles à son développement, on n’avait aucun raison d’écouter les demandes de Martin Bouygues, qui avait si longtemps fait la sourde oreille à leurs propositions quand il s’était agi de travailler à la construction d’une grande industrie de la télévision alliant le payant et le non payant, le national et l’international, les contenus et les médias.

Aujourd’hui, la vente de SFR à Numéricable fait que Vivendi va pouvoir poursuivre son évolution vers la construction d’un groupe multimédia avec une industrie de contenu très puissante (cinéma, séries, musique).

Mais cette affaire laisse Bouygues Telecom en passe de stratégie de développement. Le secteur de la téléphonie mobile et de l’Internet va se composer  des deux opérateurs historiques Orange et SFR qui vont occuper 80% du marché, puis de Free qui déborde d’énergie commerciale mais qui n’a pas d’infrastructure et BT qui voit ses marges rabotées sans possibilités ni moyens pour se développer. Martin Bouygues se retrouve donc dans un corner qu'il voulait éviter. La seule solution : trouver une alliance, et la seule alliance possible est évidemment avec Free. Mais maintenant, les conditions ont bien changé... Xavier Niel doit se frotter les mains.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

1 million d'euros pour des actes de torture

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sandhom
- 07/04/2014 - 17:57
Saison 1
Bouygues va trouver un autre partenaire qui relancera la bataille en saison 2
cronos
- 07/04/2014 - 17:09
Depuis...
cette décision..Montebourg fait une gastro..!
2eme...
Casper
- 07/04/2014 - 14:40
Les intérêts de Montebourg,
quels sont-ils car il me semble clair que l'acquisition par Numéricable semble une opportunité stratégique notamment, pour les emplois en France, alors...?