En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 12 heures 58 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 53 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 4 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 19 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 12 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 22 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 22 heures 47 min
© Reuters
Manuel Valls est le nouveau Premier ministre de François Hollande.
© Reuters
Manuel Valls est le nouveau Premier ministre de François Hollande.
Éditorial

Un "gouvernement de combat" pour sortir la France de l'immobilisme... ou gérer les couacs ?

Publié le 04 avril 2014
François Hollande n'a pas vraiment laissé le choix du gouvernement à Manuel Valls. Résultat : la composition de sa nouvelle équipe exacerbe les rivalités entre ministres, au risque d’obliger le nouveau locataire de Matignon à passer le plus clair de son temps à gérer les couacs qui ont déjà commencé de se produire plutôt que de sortir l’économie française de la stagnation.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande n'a pas vraiment laissé le choix du gouvernement à Manuel Valls. Résultat : la composition de sa nouvelle équipe exacerbe les rivalités entre ministres, au risque d’obliger le nouveau locataire de Matignon à passer le plus clair de son temps à gérer les couacs qui ont déjà commencé de se produire plutôt que de sortir l’économie française de la stagnation.

Le nouveau Premier ministre Manuel Valls prend ses fonctions dans les pires conditions. Le premier objectif qui lui est fixé est de sortir l’économie française de la stagnation qui la caractérise depuis le début du quinquennat de François Hollande. Comme pour saluer son intronisation, l’Insee vient de publier un rapport peu encourageant. Alors que nos partenaires sont engagés dans un mouvement de reprise particulièrement net, la France fait toujours du surplace, avec 0,1% de croissance au premier trimestre (contre 0,8% pour l’Allemagne) peut-être 0,3% au deuxième, encore qu’il subsiste bien des doutes, puisque le chômage ne devrait pas s’améliorer d’ici l’été, alors que les impôts continuent d’augmenter plus vite que les revenus, ce qui incite nos compatriotes à faire preuve d’ingéniosité pour limiter leurs dépenses et freine ainsi l’activité. La crise qui se prolonge chez nous pèse sur l’investissement qui est en recul tandis que le stock de capital  vieillit, nous plaçant en position défavorable par rapport à nos concurrents. Le plus inquiétant reste la  poursuite ininterrompue de la dépense publique, à laquelle font écho le laxisme des collectivités locales et l’emballement des prestations  sociales.

Pendant ce temps, le pacte de responsabilité demeure une sorte de chimère, d’autant que François Hollande veut l’accompagner désormais d’un pacte de justice sociale, tandis que la quête de cinquante milliards d’économies parait de plus en plus relever de vœux pieux, puisque le chef de l’Etat a chargé Manuel Valls de prendre le chemin  de Bruxelles pour obtenir de nouveaux délais pour la remise en ordre du pays. Autrement dit, on continuera de laisser filer le déficit, puisqu’on ne peut plus recourir à la hausse des impôts. Certes, le gouverneur de la banque centrale européenne Mario Draghi a laissé clairement entendre qu’il ne pouvait être question d’accéder pour la troisième fois aux demandes françaises en échange de promesses qui ne sont jamais tenues. Mais  François Hollande utilisera la montée du courant anti-européen qui pourrait se manifester au cours des prochaines élections pour obtenir un adoucissement de la position de Bruxelles.

Manuel Valls se trouve ainsi plongé d’entrée de jeu dans une situation particulièrement inconfortable. La déroute socialiste aux municipales l’a imposé contre le souhait de François Hollande qui l’a choisi à contre-cœur et entend désormais en faire à Matignon le bouc émissaire qui succède à Jean-Marc Ayrault. Il montre à celui qui a la plus forte popularité dans l’opinion qu’il n’est pas le maître. Il ne lui a laissé aucune liberté dans le choix du gouvernement, qui ressemble comme un frère au précédent. Il a soigneusement préparé les affrontements à venir en exacerbant les rivalités, comme celles qui existent entre Sapin et Montebourg, avec le retour d’une Ségolène Royal qui affiche clairement ses ambitions. Au risque d’obliger Manuel Valls à passer le plus clair de son temps à gérer les couacs qui ont déjà commencé de se produire et à empêcher des ministres incontrôlables de passer par dessus sa tête pour en référer directement à François Hollande. Une façon de montrer aussi que le pouvoir est plus que jamais dans les mains d’un président qui doit aussi affronter la rébellion des parlementaires socialistes sonnés par la défaite, en évoquant l’arme ultime qui devrait les calmer : la menace de  la dissolution s’ils ne rentrent  pas dans le rang. Et pendant ce temps, les réformes attendront car le répit que la France finira par obtenir à Bruxelles donnera au chef de l’Etat un peu de ce temps qu’il chérit … pour ne rien faire.      

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
slv
- 05/04/2014 - 08:44
Combat contre l'économie surement.
Aucun des membres du gouvernement n'a jamais travaillé dans une vraie entreprise, tous n'ont jamais été que des politiciens vivant aux frais du contribuable, ce sont des rentiers de la politique.
michel43
- 05/04/2014 - 07:21
triste
QUI...peut les croire ? gauche et droite, on fait rentrer ,pendant des années, plus de 230 000 étrangers TOUT les ans..Alors ,que nous avons des millions de chômeurs et Aucun logement, décent a leurs proposer? le combat.c"est dire :STOP..a tout étrangers qui veulent rentrer en FRANCE. .puis on essais de régler certains problèmes qui , en priorité,les FRANCAIS? chômages. Logements, l "insécurité, immigrations, UMP ou PS ,on a ce jours: UN SEUL BUT : vider nos poches, pars TOUT les Moyens?
Jean-Pierre
- 05/04/2014 - 07:00
EXEMPLES DES 1ers COMBATS DU GOUVERNEMENT VALLS !
.
A peine nommés, avant même le 1er conseil des Ministres et avant la déclaration de politique générale du 1er Ministre, les combats ont commencé :
.
- Montebourg bataille avec Fabiuuu pour l'attribution du commerce extérieur.
.
- Sapin et Montebourg bataillent pour leurs bureaux à Bercy.
.
- Royal bataille pour la suppression de l'écotaxe et l'institution d'autres financements, coupant l'herbe sous le pied à Hollande, Valls et tous autres....
.
- Royal a aussi bataillé pour garder son ex poste en Charentes Poitou, un dur combat pour vote après de nombreuses déclarations contre le cumul des mandats.
.
- Tobbie-Rat bataille en annonçant le maintien de sa réforme pénale avec peines de substitution pour tous, contre les déclarations antérieures de son nouveau patron Valls...
.
- Valls va se promener, dur combat, dans sa ville d'Evry qui lui avait gentiment voté une augmentation lorsqu'il était devenu simple conseiller municipal avec un traitement de ministre, le pauvre !
.
Par contre, aucun combat ni aucune déclaration sur l'économie ni le chômage.... On continue !
.
Comme disent les jeunes : "ça va pas le faire !"...