En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 4 heures 41 sec
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 6 heures 58 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 8 heures 35 sec
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 12 heures 44 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 14 heures 21 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 5 heures 20 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 7 heures 30 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 8 heures 36 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 14 heures 35 min
© Reuters
ladimir Poutine s'est décidé à contacter Barack Obama vendredi 28 mars, pour établir les premiers pas vers une résolution pacifique du conflit.
© Reuters
ladimir Poutine s'est décidé à contacter Barack Obama vendredi 28 mars, pour établir les premiers pas vers une résolution pacifique du conflit.
Et la paix vaincra

Ukraine, Crimée : pourquoi Vladimir Poutine trouve soudain un intérêt à la diplomatie

Publié le 01 avril 2014
Le dernier vendredi de mars 2014, Barack Obama a reçu un coup de téléphone pour le moins inattendu. Vladimir Poutine souhaitait lui parler de la crise en Ukraine, et les deux hommes se sont mis d'accord sur une rencontre de leurs diplomates. Retour sur ce qui semble être un recul de la Russie et un début de victoire pour l'Occident après le show donné par Poutine.
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier vendredi de mars 2014, Barack Obama a reçu un coup de téléphone pour le moins inattendu. Vladimir Poutine souhaitait lui parler de la crise en Ukraine, et les deux hommes se sont mis d'accord sur une rencontre de leurs diplomates. Retour sur ce qui semble être un recul de la Russie et un début de victoire pour l'Occident après le show donné par Poutine.

Atlantico : Vladimir Poutine s'est décidé à contacter Barack Obama vendredi 28 mars, pour établir les premiers pas vers une résolution pacifique du conflit. Que faut-il y voir ? Le Président russe serait-il en train de reculer au profit de l'Occident ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : La question est de savoir de quel conflit nous parlons et ce que sont les critères d’évaluation, de la situation géopolitique et des stratégies antagonistes. Dans les représentations géopolitiques russes, l’Ukraine est centrale et l’idée directrice de Vladimir Poutine était de resatelliser cette dernière, via un "partenariat stratégique" Moscou-Kiev, signé peu après le sommet européen de Kiev sur le Partenariat oriental. Cet accord était pensé comme le préalable d’une intégration dans l’Union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan puis dans l’Union eurasienne.

La fuite de Viktor Ianoukovitch dans les jours qui ont suivi la sanglante répression des manifestants et le changement de gouvernement sont une défaite politique majeure pour Poutine, avec d’importantes retombées géopolitiques. La saisie militaire de la presqu’île de Crimée est une réaction aux événements de Kiev et l’arbre ne doit pas cacher la forêt.

Pour résumer, Poutine s’est emparé de la Crimée, à défaut de contrôler l’Ukraine continentale. Pourtant, il n’a pas renoncé à l’idée de conserver un pouvoir de nuisance à l’encontre de Kiev, via des pressions militaires et des manœuvres de déstabilisation. Si la baisse de la pression militaire sur les frontières orientales de l’Ukraine était confirmée, ce serait effectivement un recul par rapport aux ambitions initiales. Cela dit, cette partie géopolitique se joue dans la durée.

Que risque Poutine, concrètement, dans cette affaire ? Quels sont les moyens de pression dont l'Occident dispose, et qu'il a employés pour en arriver jusqu'ici ? Finalement, ne peut-on pas parler de la fin d'un spectacle et le début des discussions sérieuses ?

Cette propension à privilégier le point de vue du spectateur est surtout révélatrice de la psychologie des sociétés dites post-modernes : nous ne sommes pas au théâtre de Guignol, moins encore sur Sirius. Ce conflit géopolitique se joue dans un pays qui participe à la fois de l’Europe centrale et orientale, sur les frontières de l’UE et de l’OTAN. En d’autres termes, c’est une question d’importance majeure pour l’avenir de l’Europe, la paix et la sécurité de ses peuples. Plus généralement, le génie de l’Occident se caractérise par le "souci du monde" (voir Jean-François Mattéi, tout récemment disparu). Ne cédons donc pas à la "société du spectacle", à la déréalisation du monde ou encore au ricanement de "ceux à qui on ne la fait pas".

Dans cette crise géopolitique, Européens et Nord-Américains ont adopté une posture militaire dissuasive (à travers l’OTAN), formé un front diplomatique occidental et mis en œuvre des sanctions encore limitées, à portée diplomatico-économique, tout en s’affirmant prêts à mettre en œuvre des sanctions économiques ciblées. Cela a eu des conséquences non négligeables sur le rouble, la bourse et les sorties de capitaux depuis la Russie (elles sont déjà équivalentes au total de l’année 2013).

Sur un plan plus large, les Occidentaux ont mis en évidence les limites de l’influence diplomatique russe, tant au niveau du Conseil de sécurité (membres permanents et non-permanents) que dans l’Assemblée générale des Nations unies. Il était important de se compter et la solitude diplomatique de Moscou est flagrante. Dans la corrélation des forces, cela compte. Sur ce dernier point, il ne faut pas se laisser abuser par les rodomontades de la classe dirigeante russe. La diplomatie russe est soucieuse de se ménager des appuis extérieurs et met volontiers en scène des formats internationaux sans grande cohérence géopolitique interne (voir les BRICS ou l’OCS), pour poser la Russie en leader international.

 

Jusqu'où pourrait aller l'accord ? Si Vladimir Poutine montre patte blanche, lâchera-t-il pour autant la Crimée ? Au vu et au su des derniers événements, à qui revient la victoire diplomatique ?

Nous n’en sommes pas à un accord. Les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis et de la Russie sont convenus d’identifier des points de convergence, ce qui donne une idée du fossé qui sépare leurs positions. Finalement, la Russie va-t-elle accepter la formation d’un "groupe de contact" ? La diplomatie allemande s’était convaincue de faire rallier la Russie à cette formule diplomatique mais la prise de contrôle militaire de la Crimée et son rattachement à la Russie ont mis Berlin en porte-à-faux, d’où une grande fermeté ces derniers jours, à la Chancellerie comme au ministère des Affaires étrangères.

Moscou cherche à distraire l’attention de la Crimée, pour amener les Occidentaux à entériner la politique du fait accompli, et se focalise sur le devenir politico-institutionnel de l’Ukraine continentale. L’idée de « fédération » poussée par Lavrov a pour objectif de disposer de leviers de pouvoir institutionnels dans l’Est ukrainien et d’affaiblir le gouvernement de Kiev, voire de lui ôter toute substance. A défaut de contrôler une Ukraine intégrée dans l’Union eurasienne, il faut la déstabiliser, provoquer le chaos,  entretenir l’anarchie, au sens étymologique du terme. L’idée de manœuvre est limpide : interdire à Kiev de se rapprocher des instances euro-atlantiques et conserver le maximum d’options, en attendant que la situation géopolitique soit propice.

Sur la "victoire diplomatique" : quels sont les critères d’évaluation ? Initialement, l’idée de Poutine était d’empêcher la signature d’un accord d’association de l’Ukraine à l’UE et de la conduire à rallier l’Union douanière : le volet politique dudit accord a été signé et l’Ukraine a annoncé sa sortie de la CEI (Communauté des Etats indépendants). Enfin, le rattachement de la Crimée à l’Ukraine, au mépris des engagements diplomatiques pris par l’Etat russe (voir le mémorandum de Budapest de 1994 ainsi que le traité d’amitié et de coopération signé avec Kiev en 1997), a réveillé les Etats européens les plus prompts à relativiser la menace russe. La Crimée est un dangereux précédent et le révisionnisme géopolitique russe, au nom de la "défense des minorités russes", menace d’autres parties de l’Europe (les pays baltes par exemple).

Tous les gouvernements européens sont en accord sur le diagnostic géopolitique et un climat de "paix froide" règne sur l’Europe. Cette crise est un point tournant et les illusions sur la "maison commune" européenne, ou les complémentarités naturelles, sont dissipées. N’y voyons donc pas une simple poussée de fièvre ou un malentendu provoqué par le défaut de "dialogue". C’est dans la durée que nous pourrons évaluer la situation. Une certitude : la puissance russe est surévaluée et cette surévaluation est le reflet de notre réticence à accepter le conflit géopolitique avec la Russie, désormais mis en évidence par un nouveau "conflit gelé" autour de la Crimée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EAUX TROUBLES
- 02/04/2014 - 17:47
@Jean-Sylvestre Mongrenier
A lire :
http://www.dedefensa.org/article-les_brics_antisyst_me_02_04_2014.html

"• Dans la crise ukrainienne, les BRICS soutiennent la Russie sans hésitation. • Les BRICS sont passés du stade de la solidarité défensive à celui de la critique offensive. "
Parousnik
- 02/04/2014 - 12:18
A travers la propagande déchainée
Obama appelle Moscou à retirer ses troupes de la frontière ukrainienne
Le Monde.fr avec AFP | 28.03.2014 à 13h36 • Mis à jour le 28.03.2014 à 15h55...
Ukraine: Poutine appelle Obama pour parler d’une sortie de crise
AFP 28 MARS 2014 À 11:56 (MIS À JOUR : 29 MARS 2014 À 00:02)
gegemalaga
- 02/04/2014 - 10:14
@zeliclic
60 milliards de dollards de capitaux qui ont fuits ...
ce chiffre ressemble
...
au montant annuel des INTERETS de la DETTE FRANCAISE ? NON ?