En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 28 min 49 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 30 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 37 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 26 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 40 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 heures 17 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 21 heures 15 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 22 heures 12 sec
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 2 heures 2 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 55 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 22 heures 16 min
Made in USA

Les Etats-Unis se rachètent une image

Publié le 20 mai 2011
Barack Obama réoriente sa politique étrangère au Moyen Orient en se plaçant clairement du côté des mouvements démocratiques. Il annonce un soutien financier pour l'Egypte et la Tunisie. C'est aussi l'occasion de redorer le blason américain tant l'image du pays dans la région est écornée, et ce malgré les révolutions arabes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama réoriente sa politique étrangère au Moyen Orient en se plaçant clairement du côté des mouvements démocratiques. Il annonce un soutien financier pour l'Egypte et la Tunisie. C'est aussi l'occasion de redorer le blason américain tant l'image du pays dans la région est écornée, et ce malgré les révolutions arabes.

Entre la carotte et le bâton, le président américain semble privilégier la première option.

Dans un discours très attendu hier, Barack Obama a apporté hier un soutien appuyé (et financier) aux mouvements démocratiques qui se soulèvent contre des régimes autoritaires au Moyen Orient. Le président américain a expliqué que, faute d'un profond changement d'approche des Etats-Unis dans la région, le risque est grand de se couper définitivement des populations arabes. Fini le temps des hésitations et des tergiversations (comme celles, très critiquées, de M. Obama vis-à-vis d'Hosni Moubarak en Egypte). Les Etats-Unis s'engagent avec fermeté pour encourager tous les processus de démocratisation : la défense acharnée des intérêts stratégiques américains devra donc s'effacer devant la promotion des réformes politiques et économiques. "Nous avons une chance de montrer que l'Amérique attache plus de valeur à la dignité d'un vendeur de rue qu'à la force brutale du dictateur", a indiqué le président américain.

M. Obama a évoqué un vaste plan d'aide financière à destination des pays d'Afrique du Nord et du Moyen Orient dont les régimes autoritaires ont été renversés ou ébranlés par des mouvements populaires au cours des derniers mois. Il s'agit de s'inspirer du "plan Marshall" dont a bénéficié l'Europe de l'Ouest au sortir de la Seconde guerre mondiale. La Tunisie et l'Egypte en seront les premiers bénéficiaires. Barack Obama proposera au G8 de Deauville d'alléger la dette égyptienne d'un milliard de dollars. Un programme pour favoriser les investissements au Caire et à Tunis a également été évoqué.

Le redéploiement de la stratégie américaine s'appuiera notamment sur la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) dont les activités pourraient être étendues en Afrique du Nord lors de sa réunion annuelle qui se tient ce week-end à Astana.

Après le discours du Caire de 2009, cette nouvelle inflexion dans la politique étrangère des Etats-Unis intervient alors qu'une vaste étude du Pew Research Center démontre que l'image du pays n'a pas profité des révolutions arabes, bien au contraire. Les pays musulmans stratégiques conservent une opinion négative des Etats-Unis - ce qui est une constante depuis 10 ans. Ce sentiment s'est en revanche renforcé cette année en Turquie, au Pakistan et en Jordanie. Tous les pays sondés ci-dessous considèrent par ailleurs que leur intérêts ne sont pas suffisamment pris en compte par les Américains toujours perçus comme une menace. 


L'étude a été menée avant la mort de Ben Laden et la réconciliation entre le Hamas et le Fatah en Palestine. Elle démontre qu'à l'exception de l'Indonésie, Barack Obama reste impopulaire dans toutes les nations arabes. Ses prises de position (d'abord timides) à l'égard des récents mouvements démocratiques tunisiens, égyptiens ou libyens n'ont rien arrangé, loin de là. Les Etats-Unis sont d'ailleurs toujours critiqués pour les mêmes raisons. Au premier rang des griefs, une trop forte propension à agir de manière unilatérale. Reste également vivement critiquée la "croisade" contre la terreur entreprise par Geoge W. Bush. A noter que les Pakistanais, les Libanais et les Jordaniens considèrent que leurs gouvernements collaborent trop directement avec les Etats-Unis.

A en croire les opinions publiques du monde arabe, le redéploiement de la politique étrangère américaine en faveur des mouvements démocratiques serait susceptible de trouver un certain écho. Les populations du Moyen Orient ont en effet largement suivi les soulèvements populaires tunisiens et égyptiens, et elles y croient. 71 % des Libanais et 73 % des Jordaniens pensent que les protestations sont efficaces pour déclencher des réformes démocratiques. Les Turcs (36 %) et les Pakistanais (12 %) sont nettement plus circonspects.

L'étude du Pew Research Center montre qu'il existe une large adhésion au système démocratique dans tous les pays arabes. Celui-ci est perçu comme la meilleure forme de gouvernement possible, bien plus efficace qu'un leader autoritaire pour résoudre les problèmes nationaux. Le constat est plus nuancé quand il s'agit de choisir entre la démocratie et la croissance : Indonésiens et Pakistanais privilégient une économie dynamique, et les autres nations sondées sont divisées. De la même manière, c'est la prospérité économique et la stabilité politique qui sont majoritairement recherchées via la démocratie, avant la liberté d'expression ou l'égalité des sexes.

Si 78 % des Pakistanais et 62 % des Égyptiens estiment que les lois doivent s'inspirer directement du Coran, 37 % des Turcs et 31 % des Libanais pensent que leurs législations ne doivent pas avoir de rapport avec les affaires religieuses. Le fondamentalisme religieux est rejeté partout, sauf au Pakistan et dans les territoires palestiniens où il trouve davantage de partisans que d'adversaires. 

Les mouvements extrémistes ne sont nulle part majoritairement appréciés. Al Qaïda est rejeté dans tous les pays, à l'exception des territoires palestiniens où l'organisation recueille 28 % d'opinions favorables. Le Hamas et le Hezbollah sont plus populaires que la nébuleuse terroriste, mais tous les pays rejettent les attentats suicide, mis à part - encore une fois - les Palestiniens qui justifient, pour 68 % d'entre eux, les actions kamikazes.

Dans son discours de ce jeudi 19 mai, Barack Obama a mis l'accent sur deux priorités : appuyer les mouvements démocratiques en leur offrant les conditions d'un essor économique et relancer le processus de paix entre Israël et les territoires palestiniens. Deux ambitions qui, selon l'étude de Pew Research Center, sont loin d'être dues au hasard.

C. Mal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
TropLibre
- 21/05/2011 - 18:15
Egypte : la révolution inachevée
L'Egypte aura peut-être besoin du soutien financier des USA pour achever sa révolution... A lire sur le blog de la Fondapol :
http://www.trop-libre.fr/paradoxa/egypte-une-revolution-inachevee
Isapol
- 20/05/2011 - 19:44
Après Ben Laden...
Décidément, les USA et la politique Obama sont en plein travail : redorer le blason du pays en endormant les gens d'intox et de belles actions déguisées ! Au moins ici http://bit.ly/en0gTs je lis des vraies bonnes actions, du vrai positif ! Ça fait du bien... Y'en a assez d'être pris pour des andouilles et d'oublier les vraies valeurs de ce monde, non ?
NOVY12
- 20/05/2011 - 15:34
Décidément les socialistes se seront trompés
sur toute la ligne.....
DSK tout d'abord mais aussi OBAMA leur modèle !!
Un homme si bien , un ami de la France, le sauveur de la planète ...