En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

04.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 5 heures 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 7 heures 43 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 12 heures 24 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 9 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 10 heures 7 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 11 heures 26 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 12 heures 10 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 13 heures 50 sec
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Photo d'illustration / Masque à oxygène.
© Reuters
Photo d'illustration / Masque à oxygène.
Pas bête du tout !

Pollution aux particules fines : comment Berlin et Stuttgart ont réduit leurs émissions

Publié le 17 mars 2014
Ce lundi, seuls les véhicules portant une plaque impaire sont autorisés à circuler à Paris et dans les départements de la petite couronne, à moins qu'ils ne soient électriques, hybrides ou ne transportent trois passagers. Si la France avait imité certains de ses voisins, elle n'en serait pas là...
Patrice Halimi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Halimi est chirurgien-pédiatre à Aix-en-Provence. Au cours des dernières années, il s'est fortement engagé dans les combats associatifs au travers de l'Association Santé Environnement France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi, seuls les véhicules portant une plaque impaire sont autorisés à circuler à Paris et dans les départements de la petite couronne, à moins qu'ils ne soient électriques, hybrides ou ne transportent trois passagers. Si la France avait imité certains de ses voisins, elle n'en serait pas là...

Atlantico : Le gouvernement vient de décider de la mise en place d’une circulation alternée à partir de lundi pour tenter de faire baisser le niveau de pollution aux particules fines qui persiste depuis une semaine. Cette mesure est-elle adaptée ? Peut-elle porter ses fruits dans les faits ?

Patrice Halimi : Cette mesure était à mettre en place, en tous cas. Et dès mardi ou mercredi, pas aujourd’hui seulement. Mais il ne faut pas y voir une malédiction, Airparif avait prédit cette détérioration de la qualité de l’air, ce n’est pas un scoop. On peut donc à juste raison s’étonner de cette lenteur dans la prise de décision.

On peut nourrir un regret sur cette circulation alternée : il faudrait vraiment limiter le nombre de voitures et de camions, alors qu’en réalité les véhicules professionnels, qui ne sont pas concernés, sont très nombreux.

Cette mesure, qui était à faire, m’inspire deux choses : trop tard, et trop peu. Nous n’avons pas fourni le travail en amont.

La France a fourni des efforts pour limiter la pollution industrielle, mais des progrès restent à faire dans les transports et le chauffage. Des villes comme Berlin ou Stuttgart sont souvent citées en exemple. Comment ont-elles fait pour réduire leurs émissions ?

Ces villes européennes sont entrées dans des démarches en amont, de manière préventive. Et elles présentent l’avantage de ne pas être impactées par le diesel. La France a fait ce choix énergétique et économique dans les années 80-90, avec les résultats que tout un chacun peut voir et ressentir.

Le précédent gouvernement avait commencé à s’intéresser au principe des zones dites de « low emission ». Là où ce système a été mis en place en Europe, on est parvenu parfois à diviser par deux les émissions de microparticules. 25 % à Berlin, et même 40 % à Stockholm ! Aujourd’hui nous en parlons à cause du pic que nous traversons, mais c’est passer sous silence le problème dramatique de la pollution de fond, qui est là toute l’année. Ces zones, qui sont au nombre de 180 environ, réparties dans neuf pays d’Europe, participent d’une démarche de fond. A partir du moment où le « lit » constant de pollution diminue, les pics sont de moins en moins nombreux. A Paris et à Marseille, il suffit d’un peu de beau temps et d’un départ en vacances pour détériorer encore plus la qualité de l’air, puisque le « terrain » est déjà préparé.

Comment fonctionnent-elles, ces zones de « low emission » ?

C’est très simple, chaque ville mène une politique globale, avec des objectifs. En France on prend des mesures sans trop savoir quels seront les effets, et si elles sont vraiment utiles. C’est comme si on cherchait à réduire les dépenses de l’Etat sans trop savoir à combien on désire parvenir. Le « secret » est là : il faut se donner des objectifs chiffrés.

Et pour y parvenir, il faut : une circulation alternée drastique dès que la situation l’exige, des voies réservées aux transports publics, au covoiturage, etc., d’autres voies exclusivement réserves aux vélos, ou encore des démarches multimodales (un seul ticket, qui permet d’utiliser dans la foulée le vélo, le bus/métro, le train, puis de nouveau le vélo…). Il n’existera jamais une mesure qui change tout, mais il faut déjà commencer par sortir du tout voiture, tout diesel, et, encore une fois, se donner des objectifs chiffrés.

L’information des citoyens est essentielle, aussi. Comment puis-je connaître la qualité de l’air de mon quartier ? Comment aider les entreprises à changer leurs flottes de véhicules pour passer à l’électrique ? Nous sommes mal informés.

De telles initiatives n’existent pas en France ?

Il fut un temps où Paris était volontaire. L’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) est également entrée dans une telle démarche. Mais le gouvernement actuel a estimé que ce n’étais pas la bonne orientation. Ces zones n’existent donc pas chez nous. Des initiatives locales existent, mais ne s’inscrivent pas dans un tout cohérent. Stockholm et Londres, par exemple, ont mis en place des péages. On peut estimer que ces mesures ne sont pas pratiques pour les automobilistes, mais elles ont le mérite d’aller dans le bons sens.

Comment se fait-il que ces villes aient pris à ce point conscience de la nécessité de réguler leurs transports en ville ?

Tout simplement parce que cela coûte des vies. Les différentes estimations des dépenses de santé en France vont de 800 millions à 1,5 milliards d’euros par an. L’institut national de veille sanitaire estime que les habitants de Marseille perdent huit mois de durée de vie.

En France, on ne veut pas aborder la problématique du diesel. On préfère croire que des pots catalytiques peuvent changer la donne. La population est sensibilisée, indéniablement, mais nous n’a toujours pas un plan d’action mis à sa disposition.

Que faire dans une ville comme Paris ? Faut-il développer des parkings autour de la ville, par exemple, pour inciter les gens à prendre les transports en commun ?

Oui. Il faut aussi plus de voies réservées, développer le vélo à fond, et informer les gens dans les quartiers, pour qu’ils sachent à quoi servent ces mesures. Il faut qu’ils acceptent d’être un peu « embêtés » dans leur quotidien pour ne plus avoir à subir cette pollution. Pour l’instant en France, les plans de déploiement urbains (PDU), que toutes les villes sont obligés d’élaborer en cas de travaux, n’intègrent pas la question sanitaire… C’est ainsi que l’on construit des voies rapides à côté d’écoles, que l’on installe des gares routières…

Certains invoquent l’argument économique pour remettre en cause ce type de mesure…

Il ne me semble pas que Berlin ou Stockholm soient le quart-monde de l’Europe ! Et voyez Peugeot ou Renault : le tout diesel n’aide pas à garder des emplois.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pemmore
- 17/03/2014 - 15:05
Le paradoxe de la vitesse non limitée sur autoroute allemande,
entre diésels et essence les vitesses maximales ne sont pas les mêmes à cylindrée égale.
En gros les diésels dépassent difficilement 180 kmh et de façon très apathique, la majorité des essences utilisées en Allemagne est de 220 kmh.
Or si en france on s'en moque puisque condamnés à 130 sur autoroute payante, un veau conviendra, sur autoroute gratuite en Allemagne pouvoir dépasser en toute quiétude et sans bruit parasite est une nécessité absolue.
Laissons le diésel aux péniches et gardons la classe d'un 16 ou 24 soupapes essence à injection.
Ory-Nick
- 17/03/2014 - 14:39
Y a pas à dire...
... qu'est-ce que c'est bon les centrales au charbon !
ISABLEUE
- 17/03/2014 - 13:51
vOUS OUBLIEZ DE PARLER DE LA POLLUTION ALLEMANDE
De leurs centrales à charbon qui nous polluent et polluent l'Europe entière selon d'où vient le vente (rappelez vous Tchernobyl, le vent à bien poussé les particules).
Donc, la morale sur l'Allemagne fait mieux que nous, ras la casquette.
Il faudrait arrêter de prendre les Français pour des crétins.
QUe les élus achètent déjà des BUS PROPRES (voir Paris) et on en rediscutera plus tard..
Non mais...