En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 6 heures 19 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 7 heures 45 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 16 heures 24 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 2 heures
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 6 heures 51 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 14 heures 31 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 14 heures 44 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 16 heures 36 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Vue d'un ouvrier à travers un pipeline / photo d'illustration.
© Reuters
Vue d'un ouvrier à travers un pipeline / photo d'illustration.
Matières premières

Petropolitik : la crise ukrainienne expliquée par les enjeux énergétiques

Publié le 12 mars 2014
N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.

Atlantico : L'Ukraine est considérée par la Russie, et par l'Europe, comme un pays stratégique quant aux enjeux énergétiques qu'elle représente. Quels sont-ils ? Se limitent-ils au gaz ? D'autres matières premières permettent-elles d'expliquer la crise ?

Nicolas Mazzucchi : La position stratégique de l’Ukraine est, pour l’Europe une position géographique. En effet, l’Ukraine est le lieu de transit par excellence du gaz russe vers l’Union européenne via un réseau complexe de pipelines dont le fameux Druzhba qui dessert la Slovaquie, la Hongrie, la République Tchèque et l’Autriche. L’Ukraine est ainsi un pays de transit dont le principal poids géopolitique, vis-à-vis de l’Europe, est celui des tubes le traversant. Cette position stratégique a néanmoins déjà été un problème, notamment lors des "guerres gazières" russo-ukrainiennes de la fin des années 2000 où les sanctions prises par Moscou à l’encontre de Kiev ont eu des répercussions jusqu’en Allemagne. A cette époque la coupure d’approvisionnement vers les pays d’Europe centrale et orientale a fait réfléchir tant leurs gouvernements que la Russie sur des solutions alternatives à cet acheminement gazier par voie terrestre. Côté est-européen des politiques de diversification des énergies, vers le nucléaire notamment, et des ressources ont été envisagées et côté russe s’est développée l’idée de contourner l’Ukraine. C’est ainsi que la Russie a décidé, en partenariat avec certains pays européens dont l’Allemagne de créer deux routes alternatives, l’un sous la Baltique, Nord Stream, et l’autre sous la Mer Noire, South Stream, pour diminuer la dépendance géographique au trajet ukrainien.
Toutefois la Russie est loin de ne fournir que du gaz à l’Europe. Elle exporte également du pétrole – 85 % du pétrole russe est exporté vers l’Europe – et surtout des métaux stratégiques indispensables aux industries occidentales comme le titane, le rhodium, le palladium, le manganèse, etc. De même la Russie est redevenue depuis quelques années un très important producteur de blé et une éventuelle cassure des relations économiques entre Russie et Europe aurait de graves conséquences sur les économies des deux.  

Ces enjeux énergétiques offrent-ils finalement une clé de compréhension plus pertinente de la position de la Russie sur ce dossier ?

Pour la Russie la question ukrainienne est avant tout un élément géopolitique et pas géoéconomique. En ce sens l’énergie ne me semble pas être une explication majeure de la crise en elle-même. Toutefois les retombées de cette crise peuvent rapidement se cristalliser autour des enjeux énergétiques (gaz, pétrole, mais aussi uranium) et des matières premières en règle générale (métaux, blé). Ces ressources naturelles sont en effet le principal levier de pression de Moscou pour éviter des sanctions de la part des pays occidentaux. On a beaucoup parlé de "retour de la Guerre Froide" mais il faut bien comprendre que la mondialisation a totalement transformé le paradigme des relations russo-occidentales. Là où auparavant il existait deux systèmes économiques opposés qui ne dialoguaient que marginalement, l’insertion de la Russie dans l’économie de marché à partir des années 1990 et la reprise en mains de l’économie par Vladimir Poutine à partir des années 2000 ont amené à une interdépendance des pays et à un renforcement de la position internationale de la Russie par l’économie. Là où il n’existe que peu de chances de voir les protagonistes se menacer militairement, il est par contre prégnant que l’arme économique est devenue il élément fort de la diplomatie des deux côtés.  

Pour quelles raisons la Russie pourrait-elle avoir intérêt à ce que la crise dure ? L'instrumentalise-t-elle en ce sens ? Permet-elle de maintenir des prix du pétrole plus élevés ?

La Russie ne me semble pas avoir un intérêt particulier à voir durer la crise. Les prix du pétrole et du gaz devraient mécaniquement, dans les prochaines années et décennies, connaitre une hausse. En effet si les pays de l’OCDE sont en train de réduire leur consommation d’énergies fossiles, la croissance économique et démographique des pays émergents – tant des grands émergents comme l’Inde ou la Chine que des émergents secondaires comme la Turquie, le Mexique ou la Corée du Sud – va prendre le relais. Or cette croissance économique des émergents s’accompagne d’une transformation de leur consommation qui aggrave leur dépendance aux fournisseurs. La Chine, si elle est le 4e producteur mondial de pétrole, en importe quand même de plus en plus ; sans parler de sa courbe d’importation du gaz qui est exponentielle.
Dans ce cadre la Russie n’a pas un intérêt à faire monter des cours qui vont de toute façon monter. Au contraire même puisque plus la crise dure, plus on court de le risque de voir un retrait de l’économie russe de la part des pays occidentaux. Cà n’est pas un hasard si la bourse de Moscou a perdu près de 10% le jour de l’annonce des premières sanctions occidentales. Si les pays européens sont dépendants de la Russie, cette dernière est également dépendante, notamment dans le cas de certains produits technologiques ou de coopérations économiques dans l’aéronautique, l’automobile, etc. Cela fait plusieurs années que la Russie cherche à se réindustrialiser avec l’appui des entreprises occidentales (Boeing, Renault, Fiat, etc.) et une coupure des partenariats serait également dommageable pour Moscou.  

A cet égard les sanctions envisagées par les Occidentaux sont-elles adaptées ?

A mon avis une politique de sanctions contre la Russie, eu égard à la manière dont elle est menée, n’est pas constructive. L’Allemagne qui, tout en condamnant l’attitude russe cherche avant tout à négocier, me semble plus réaliste. La question ukrainienne est complexe et ses racines plongent loin dans l’histoire ; penser que la Russie est unilatéralement responsable de la situation c’est adopter une vision manichéenne et, pour le coup, très "Guerre Froide". Certes Vladimir Poutine tente d’imposer sa vision et ses solutions de manière brutale, toutefois il est important de trouver un compromis sur l’Ukraine qui puisse satisfaire tout le monde. Eu égard aux déterminants économiques du pays, une partition de l’Ukraine se ferait à l’avantage net de la Russie qui y récupèrerait les régions les plus productives et les plus intéressantes géopolitiquement avec un accès renforcé à la Mer Noire.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 13/03/2014 - 01:51
Article interessant
merci
caribou
- 12/03/2014 - 21:19
Sommes nous prêt a souffrir plus que les russes?
J'ai eu le ''plaisir'' de côtoyer des russes en faisant de la lutte libre et de de la savate, des gens aimable... MAIS RUDE.