En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Le petit-fils du commandant Cousteau veut construire la station internationale du dessous des océans

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 20 min 42 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 47 min 2 sec
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 59 min 31 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 9 heures 49 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 16 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 19 heures 57 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 22 heures 51 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 37 min 11 sec
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 55 min 36 sec
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 59 min 47 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 1 heure 13 sec
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 8 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 7 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 22 heures 21 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 23 heures 8 min
© Reuters
Vue d'un ouvrier à travers un pipeline / photo d'illustration.
© Reuters
Vue d'un ouvrier à travers un pipeline / photo d'illustration.
Matières premières

Petropolitik : la crise ukrainienne expliquée par les enjeux énergétiques

Publié le 12 mars 2014
N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
N'oublions pas que l'Ukraine occupe une position stratégique entre la Russie et l'Europe, en partie pour le transit du gaz russe vers l'Union européenne.

Atlantico : L'Ukraine est considérée par la Russie, et par l'Europe, comme un pays stratégique quant aux enjeux énergétiques qu'elle représente. Quels sont-ils ? Se limitent-ils au gaz ? D'autres matières premières permettent-elles d'expliquer la crise ?

Nicolas Mazzucchi : La position stratégique de l’Ukraine est, pour l’Europe une position géographique. En effet, l’Ukraine est le lieu de transit par excellence du gaz russe vers l’Union européenne via un réseau complexe de pipelines dont le fameux Druzhba qui dessert la Slovaquie, la Hongrie, la République Tchèque et l’Autriche. L’Ukraine est ainsi un pays de transit dont le principal poids géopolitique, vis-à-vis de l’Europe, est celui des tubes le traversant. Cette position stratégique a néanmoins déjà été un problème, notamment lors des "guerres gazières" russo-ukrainiennes de la fin des années 2000 où les sanctions prises par Moscou à l’encontre de Kiev ont eu des répercussions jusqu’en Allemagne. A cette époque la coupure d’approvisionnement vers les pays d’Europe centrale et orientale a fait réfléchir tant leurs gouvernements que la Russie sur des solutions alternatives à cet acheminement gazier par voie terrestre. Côté est-européen des politiques de diversification des énergies, vers le nucléaire notamment, et des ressources ont été envisagées et côté russe s’est développée l’idée de contourner l’Ukraine. C’est ainsi que la Russie a décidé, en partenariat avec certains pays européens dont l’Allemagne de créer deux routes alternatives, l’un sous la Baltique, Nord Stream, et l’autre sous la Mer Noire, South Stream, pour diminuer la dépendance géographique au trajet ukrainien.
Toutefois la Russie est loin de ne fournir que du gaz à l’Europe. Elle exporte également du pétrole – 85 % du pétrole russe est exporté vers l’Europe – et surtout des métaux stratégiques indispensables aux industries occidentales comme le titane, le rhodium, le palladium, le manganèse, etc. De même la Russie est redevenue depuis quelques années un très important producteur de blé et une éventuelle cassure des relations économiques entre Russie et Europe aurait de graves conséquences sur les économies des deux.  

Ces enjeux énergétiques offrent-ils finalement une clé de compréhension plus pertinente de la position de la Russie sur ce dossier ?

Pour la Russie la question ukrainienne est avant tout un élément géopolitique et pas géoéconomique. En ce sens l’énergie ne me semble pas être une explication majeure de la crise en elle-même. Toutefois les retombées de cette crise peuvent rapidement se cristalliser autour des enjeux énergétiques (gaz, pétrole, mais aussi uranium) et des matières premières en règle générale (métaux, blé). Ces ressources naturelles sont en effet le principal levier de pression de Moscou pour éviter des sanctions de la part des pays occidentaux. On a beaucoup parlé de "retour de la Guerre Froide" mais il faut bien comprendre que la mondialisation a totalement transformé le paradigme des relations russo-occidentales. Là où auparavant il existait deux systèmes économiques opposés qui ne dialoguaient que marginalement, l’insertion de la Russie dans l’économie de marché à partir des années 1990 et la reprise en mains de l’économie par Vladimir Poutine à partir des années 2000 ont amené à une interdépendance des pays et à un renforcement de la position internationale de la Russie par l’économie. Là où il n’existe que peu de chances de voir les protagonistes se menacer militairement, il est par contre prégnant que l’arme économique est devenue il élément fort de la diplomatie des deux côtés.  

Pour quelles raisons la Russie pourrait-elle avoir intérêt à ce que la crise dure ? L'instrumentalise-t-elle en ce sens ? Permet-elle de maintenir des prix du pétrole plus élevés ?

La Russie ne me semble pas avoir un intérêt particulier à voir durer la crise. Les prix du pétrole et du gaz devraient mécaniquement, dans les prochaines années et décennies, connaitre une hausse. En effet si les pays de l’OCDE sont en train de réduire leur consommation d’énergies fossiles, la croissance économique et démographique des pays émergents – tant des grands émergents comme l’Inde ou la Chine que des émergents secondaires comme la Turquie, le Mexique ou la Corée du Sud – va prendre le relais. Or cette croissance économique des émergents s’accompagne d’une transformation de leur consommation qui aggrave leur dépendance aux fournisseurs. La Chine, si elle est le 4e producteur mondial de pétrole, en importe quand même de plus en plus ; sans parler de sa courbe d’importation du gaz qui est exponentielle.
Dans ce cadre la Russie n’a pas un intérêt à faire monter des cours qui vont de toute façon monter. Au contraire même puisque plus la crise dure, plus on court de le risque de voir un retrait de l’économie russe de la part des pays occidentaux. Cà n’est pas un hasard si la bourse de Moscou a perdu près de 10% le jour de l’annonce des premières sanctions occidentales. Si les pays européens sont dépendants de la Russie, cette dernière est également dépendante, notamment dans le cas de certains produits technologiques ou de coopérations économiques dans l’aéronautique, l’automobile, etc. Cela fait plusieurs années que la Russie cherche à se réindustrialiser avec l’appui des entreprises occidentales (Boeing, Renault, Fiat, etc.) et une coupure des partenariats serait également dommageable pour Moscou.  

A cet égard les sanctions envisagées par les Occidentaux sont-elles adaptées ?

A mon avis une politique de sanctions contre la Russie, eu égard à la manière dont elle est menée, n’est pas constructive. L’Allemagne qui, tout en condamnant l’attitude russe cherche avant tout à négocier, me semble plus réaliste. La question ukrainienne est complexe et ses racines plongent loin dans l’histoire ; penser que la Russie est unilatéralement responsable de la situation c’est adopter une vision manichéenne et, pour le coup, très "Guerre Froide". Certes Vladimir Poutine tente d’imposer sa vision et ses solutions de manière brutale, toutefois il est important de trouver un compromis sur l’Ukraine qui puisse satisfaire tout le monde. Eu égard aux déterminants économiques du pays, une partition de l’Ukraine se ferait à l’avantage net de la Russie qui y récupèrerait les régions les plus productives et les plus intéressantes géopolitiquement avec un accès renforcé à la Mer Noire.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 13/03/2014 - 01:51
Article interessant
merci
caribou
- 12/03/2014 - 21:19
Sommes nous prêt a souffrir plus que les russes?
J'ai eu le ''plaisir'' de côtoyer des russes en faisant de la lutte libre et de de la savate, des gens aimable... MAIS RUDE.