Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Crédits Photo: Reuters
Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg.

Le Nettoyeur

Démission d'Arnaud Montebourg : la France déclare forfait face à l'Allemagne

Arnaud Montebourg n'a pas eu raison sur tout, loin de là, mais il a su mettre le doigt sur l'une des causes de nos problèmes : l'austérité budgétaire et monétaire imposée depuis l'Allemagne.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

L'Allemagne n'a même pas eu besoin d'envahir. C'est la conclusion un peu acide mais pas injustifiée qu'on pourrait tirer de ce qui est arrivé au gouvernement cette semaine.

Qu'Arnaud Montebourg critique la politique d'austérité budgétaire et monétaire imposée par Francfort et Berlin, et c'est tout le gouvernement qui démissionne. Montebourg est immédiatement congédié comme un malpropre, et est remplacé par une caricature de jeune technocrate (nous y reviendrons).

Evidemment, pour Arnaud Montebourg, le calcul politique est évident. Son passage à Bercy rajoute une ligne à son CV qui le rend présidentiable. Pour le meilleur et pour le pire, il a montré très clairement quelle serait sa “ligne” directrice comme président : un volontarisme économique corporatiste “à l'ancienne”, avec l'Etat comme chef d'orchestre de grands groupes industriels. Le gouvernement est carbonisé, et Montebourg n'a plus qu'à perdre en y restant. En critiquant le gouvernement par la gauche, il s'allie à la gauche de la gauche qui a toujours été son camp, et s'ouvre le chemin le plus honoré vers l'Elysée pour un socialiste, en commençant par prendre le PS par la gauche. En partant avec éclat, il est fidèle à son image, et celle d'homme d'Etat qu'il veut se donner. Il se pose comme le recours du PS en cas de défaite cinglante en 2017 (surtout si François Hollande n'est pas au second tour).

Arnaud Montebourg a été un ministre spectaculairement incompétent, et sa compréhension de l'économie est d'une ignorance encyclopédique. De plus, les nombreuses péripéties qui jalonnent son parcours, ainsi que l'idée très clairement exaltée qu'il a de lui-même, mènent à s'inquiéter sérieusement de sa capacité psychologique à exercer des responsabilités importantes. Ce serait un désastre s'il devenait un jour président de la République.

Cela dit, les crises ont cela de particulier que c'est souvent les prophètes, ceux qui ont tort sur presque tout, qui ont aussi raison sur le problème le plus important de la crise, problème que les gens si raisonnables ne peuvent concevoir, puisque c'est leur raisonnabilité qui a mené à la crise. Les Churchill et les de Gaulle étaient des fous jusqu'à ce que les événements leur donnent raison. (Ce qui ne veut pas dire que tous ceux à qui les événements donnent raison sont un de Gaulle ou un Churchill...)

Et Montebourg a raison sur le point essentiel de notre crise présente : l'austérité budgétaire et monétaire imposée depuis l'Allemagne. Et il est absolument estomaquant que la République française laisse sa politique imposer depuis l'étranger. Et il est désastreux et désespérant qu'une remise en question de cette doxa destructrice mène à la chute d'un gouvernement.

Ce qui nous amène donc au personnage d'Emmanuel Macron, qui symbolise tout autant que Montebourg la maladie française. Montebourg, c'est le socialisme à l'ancienne, des grands groupes industriels dirigés depuis Bercy. Macron, c'est le socialisme moderne, de Bercy dirigé depuis les grands groupes financiers. Les études brillantes, l'ENA, l'inspection des finances, Rothschild, puis l'Elysée : c'est ce moule de l'élite française qui crée le corporatisme qui étouffe l'économie française.

La nomination de Macron, c'est un signal de François Hollande de la ligne “libérale” ou “social-libérale” du gouvernement. Si seulement !

Ceci oublie deux choses : premièrement, les “réformes de structure” dont on parle tant n'apporteront aucun effet dans un contexte de marasme économique provoqué par un bridage de la demande par la politique budgétaire et monétaire ; deuxièmement, la politique du gouvernement n'est qu'un liberalisme de façade, qui n'effectue aucune des réformes de profondeur dont le pays a besoin.

L'avenir est donc parfaitement prévisible : le président mènera sa politique “libérale”, qui ne changera rien au chômage et à la croissance ; et après, on nous dira “Vous voyez, le libéralisme, on a essayé, ça n'a pas marché.”

Et, toujours, rien ne changera.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !