Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Et ça continue

Une "PME familiale"montée par Michel Mercier ? Après ses filles, les enquêteurs s'intéressent à l'emploi de son épouse

L'enquête sur les emplois familiaux de l'ancien ministre de la Justice a été élargie à l'embauche de sa femme, selon "Le Parisien".

Le ciel s'assombrit un peu plus au dessus de Michel Mercier. Deux jours après avoir renoncé à siéger au Conseil Constitutionnel alors qu'il est visé par une enquête préliminaire pour "détournements de fonds" concernant l'emploi de ses filles, le sénateur centriste a été entendu en audition libre mercredi par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCLIFF).  

Et selon Le Parisien, les enquêteurs s'intéressent désormais à l'emploi de la femme de l'ancien garde des Sceaux - qui a été sa collaboratrice de 1995 à 2009 - soupçonnant l'élu d'avoir monté une véritable PME familiale. Devant les enquêteurs, Michel Mercier a défendu le travail effectif de ses proches. Concernant son épouse, il aurait indiqué aux enquêteurs qu’elle était chargée "de faire le lien avec sa terre d’élection dans le Rhône" relate Le Parisien

Le PNF a ouvert une enquête le 2 août à la suite de la publication d'un article du Canard enchaîné selon lequel l'ancien ministre de la Justice aurait employé l'une de ses filles, historienne de l'art, comme attachée parlementaire au Sénat de 2012 à 2014 alors qu'elle résidait à Londres. D'après l'hebdomadaire satirique, une autre de ses filles aurait également été employée de 2003 à 2012 comme assistante au Sénat et dans les ministères qu'il a occupés. Toujours d'après le Canard enchaîné, l'ancien ministre de la Justice aurait fait embaucher son fils au conseil départemental du Rhône, lorsqu'il en était président en 2007

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !