Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

A voté !

Réforme de la SNCF : Une consultation auprès des cheminots organisée du 14 au 21 mai

L'intersyndicale de la SNCF s'est donc prononcée en faveur de la tenue d'un référendum, en interne, sur la réforme de la compagnie ferroviaire. Cette consultation est orchestrée entre le 14 et le 21 mai prochain.

Le mouvement de grève à la SNCF va connaître une étape clé dans le courant du mois de mai. L'intersyndicale de la SNCF a en effet validé l'idée de l'organisation d'un référendum en interne sur la réforme de la compagnie ferroviaire. 

Les syndicats CGT, Unsa, SUD et CFDT de l'entreprise ont décidé d'organiser un "vote-action". Ce référendum va demander aux cheminots s'ils sont "pour ou contre" la réforme de la SNCF. Cette information a été dévoilée par Laurent Brun ce mercredi 9 mai. La consultation interne va se dérouler entre le 14 et le 21 mai prochain
 
Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots avait annoncé, lundi sur LCI, que son organisation souhaitait proposer un "référendum interne" sur la réforme de la SNCF. 
 
"L'objectif c'est qu'on montre au gouvernement qu'il va falloir qu'il recule sur le cœur de sa réforme".
 
Eric Coquerel était invité sur Public Sénat. Le député de la France insoumise  s'est dit favorable à "un référendum national" sur l'ouverture à la concurrence du rail français. Ce référendum pourrait porter selon lui "sur le fait de savoir si oui ou non, par exemple, on ouvre la SNCF à la concurrence".  Il estime que "la SNCF est une entreprise publique". Selon Eric Coquerel, cette ouverture, votée "en catimini au Parlement européen", n’est jamais apparue, "à n’importe quelle élection, dans (les) programmes" des partis, alors que le soutien à cette mesure est d’après lui "minoritaire" dans la population.
 
L'idée d'Eric Coquerel a donc été entendue et approuvée par les syndicats, à l'échelle interne. Le bras de fer entre les syndicats, les cheminots et le gouvernement n'est donc pas prêt de s'arrêter.   
 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !