Malgré le projet de loi qui a été adopté, sans vaccination le licenciement reste possible a déclaré Elisabeth Borne qui a provoqué la colère du Sénat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Elisabeth Borne
Elisabeth Borne
©LUDOVIC MARIN / AFP

Coronavirus

Malgré le projet de loi qui a été adopté, sans vaccination le licenciement reste possible a déclaré Elisabeth Borne qui a provoqué la colère du Sénat

« Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu’il ne peut pas y avoir de licenciement », a expliqué la ministre

Moins de deux jours après l’adoption du projet de loi instaurant le passe sanitaire, la ministre du Travail a déclaré mardi 27 juillet sur BFMTV que le licenciement d’un ou d’une salariée faute de passe sanitaire restera possible « dans le droit commun du Code du travail », souligne Public Sénat.

« Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu’il ne peut pas y avoir de licenciement », a ajouté la ministre. Une déclaration contradictoire avec le texte adopté par le Parlement qui supprime spécifiquement le licenciement en de telles situations.

« Il est clair que le gouvernement veut donner des assurances au patronat mais la loi ne dit pas cela. Nous avons écarté la possibilité du licenciement en ouvrant un autre régime », rappelle, agacé, le rapporteur du projet de loi, Philippe Bas cité par Public Sénat

« Nous avons un texte qui interdit le licenciement, il n’y a pas le texte du Sénat et celui du gouvernement : il y a la loi », insiste le sénateur LR de la Manche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !