Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jeremy Corbyn Labour parti travailliste antisémitisme
©Tolga AKMEN / AFP

Décision

Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique

Jeremy Corbyn a été officiellement suspendu du Parti travailliste. L’homme politique britannique avait été accusé par un rapport d'avoir manqué de volonté pour lutter contre l'antisémitisme au sein de sa formation politique qu'il dirigeait jusqu'à l'année dernière.

A la tête du premier parti d’opposition du Royaume-Uni pendant cinq ans, Jeremy Corbyn a été suspendu par les instances du Labour. Cette décision intervient à la suite d’un rapport de l’Equality and Human Rights Commission (EHRC), la commission chargée de faire respecter les lois sur l’égalité et les droits de l’homme. 

Le Parti travailliste britannique a donc officiellement décidé de suspendre, ce jeudi 29 octobre, son ancien chef Jeremy Corbyn. Les réserves émises par ce dernier au sujet d'un rapport accablant sur la réponse du parti sous sa direction, face à l'antisémitisme, ont tout déclenché. Jeremy Corbyn a écrit sur Facebook qu'il n'acceptait pas "toutes" les conclusions du rapport, qui met en évidence des faits de harcèlement et de discrimination au sein du parti. 

"A la lumière de ces commentaires", le parti a "suspendu Jeremy Corbyn" et a ouvert une enquête, selon un porte-parole du Labour.

Dans la présentation du rapport, la présidente par intérim de l'EHRC a pointé du doigt des défaillances "inexcusables" résultant d'un "manque de volonté de s'attaquer à l'antisémitisme plutôt qu'une inaptitude à le faire". 

Jeremy Corbyn avait reconnu, en août 2018, qu'il existait un "réel problème" d'antisémitisme au sein de sa formation : 

"Le personnel du parti a entendu des exemples de négationnisme, des stéréotypes grossiers sur les banquiers juifs, des théories du complot accusant Israël des attentats du 11 septembre, et même une personne qui estimait qu'Hitler avait été mal compris". 

A la lecture de ce rapport, Jermy Corbyn aurait à nouveau alimenté la polémique avec le commentaire suivant : "Le nombre de cas (d'incidents d'antisémitisme) dans la perception du public était devenu quelque peu exagéré. Je reconnais pleinement l'existence du problème, c'est pourquoi j'ai pris des mesures pour y mettre fin et introduire un processus pour exclure les antisémites du parti".

Keir Stamer, le nouveau dirigeant des Travaillistes, a condamné les agissements passés : "Les conclusions du rapport sont claires et nettes. Elles ne laissent aucune place à l'équivoque. Le rapport constate de graves lacunes dans le leadership, les processus et la culture dans le traitement de l'antisémitisme au sein de notre parti."

Jeremy Corbyn et le Labour n'ont donc pas été épargnés par ce rapport, publié par le Comité pour l'égalité et les droits humains.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !