Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Flickr/NS Newsflash
Pour Benjamin Dormann, la presse "a beaucoup trop de proximité avec le pouvoir et pas assez avec les lecteurs, qu’elle méprise les faits, quoi qu’elle en dise".

Bonnes feuilles

Subventionnée, conformiste et paresseuse : état des lieux de la presse française en 2015

Benjamin Dormann publie une version enrichie de son enquête sur la proximité entre la presse et le pouvoir politique et financier. Depuis l'élection de François Hollande, l'auteur a recensé un nombre "criant" de collusions. Extrait de "Ils ont acheté la presse", nouvelle édition, aux éditions Jean Picollec (1/2).

Benjamin Dormann

Benjamin Dormann

Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est executive chairman d'une structure active dans 38 pays à travers le monde. Il est l'auteur d’une enquête très documentée : Ils ont acheté la presse, nouvelle édition enrichie sortie le 13 janvier 2015, éditions Jean Picollec.

Le débat continue sur Facebook : ils.ont.achete.la.presse et [email protected].

Voir la bio »

Deux années d’enquête fouillée. Six mois pour trouver un éditeur. Et à la sortie : une première édition de ce livre. Pratiquement pas un mot dans la presse ni une invitation dans les autres médias. "Normal, m’a-t-on dit, en France, impossible de critiquer la presse, surtout si on n’est pas par l’un des siens. Elle ne le tolère pas".

Et puis, prouver qu’elle est scandaleusement subventionnée, qu’elle est conformiste, qu’elle n’enquête pas assez, qu’elle se laisse aller à faire du "people", qu’elle raconte des "histoires" à longueur de colonnes (ou plutôt des "portraits", comme elle les appelle pudiquement pour masquer son manque d’investigation), qu’elle a beaucoup trop de proximité avec le pouvoir et pas assez avec les lecteurs, qu’elle méprise les faits, quoi qu’elle en dise… bref, tout cela n’est visiblement pas acceptable pour elle. Pas même discutable, visiblement.

Or, c’est elle qui décide de ce dont on parle, ou ne parle pas ; ou tout du moins, c’est à elle qu’appartiennent les hautparleurs nécessaires à pouvoir se faire entendre du plus grand nombre. Comme, par-dessus le marché, un journaliste n’a plus le temps de lire tous les essais politiques qu’il reçoit, il ne prête aucune attention à ceux critiques, et préfère se concentrer en priorité sur ceux écrits par ses confrères, qui parleront à leur tour de son propre livre, à sa sortie, sur des plateaux de télévision et des studios de radio où ils se retrouveront en toute complicité, en famille.

Cet ascenseur-là est fait pour être renvoyé, pas pour que sa porte s’ouvre. Qu’importe. De salons du livre en micro-conférences, de bouche à oreille en forum Facebook, le livre s’est vendu, le livre a été lu. Epuisé même. Toujours ce même commentaire qui revient. "Incroyable. On ne nous dit jamais tout ça. C’est pas normal". Un lecteur me confie : "Je sors de cette lecture désabusé. Mais en fait, je l’étais déjà avant. Là, au moins, j’ai appris beaucoup de choses que je ne savais pas. Votre livre est passionnant".

Au moment de rééditer, une demande a été faite par les libraires : avoir une version actualisée, complétée. François Hollande a été élu, et depuis les collusions et conflits d’intérêts entre pouvoir/médias/finance n’ont jamais été aussi criants et contestables. L’exaspération populaire va grandissant. Pour le moment, le couvercle médiatique tient bon. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Ne doit-on pas donner une voix à cette exaspération, au sein de débats contradictoires, au lieu de continuer à l’étouffer, la poussant à ne s’exprimer que dans l’isoloir ? Puisse cette nouvelle édition passer de mains en mains, comme meilleure réponse à ceux qui verrouillent la parole pour que ce type de livre n’existe pas, n’existe plus.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !