Si vous voulez achetez un ordinateur, c’est maintenant et voilà pourquoi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Des ordinateurs portables MacBook Pro sont exposés dans un Apple Store le 27 juin 2019 à Corte Madera, en Californie.
Des ordinateurs portables MacBook Pro sont exposés dans un Apple Store le 27 juin 2019 à Corte Madera, en Californie.
©JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / GETTY IMAGES VIA AFP

Alerte hausse de prix

Si vous voulez achetez un ordinateur, c’est maintenant et voilà pourquoi

Les stocks d’ordinateurs s’amenuisent face à la pénurie de semi-conducteurs et avec les difficultés dans le transport maritime. Est-ce le bon moment pour acheter un ordinateur ?

Michel Ruimy

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio »

Atlantico : Avec le confinement, le télétravail s’est popularisé au quotidien et la nécessité d’un bon équipement informatique se fait de plus sentir.En quoi la pénurie de semi-conducteurs pourrait impacter le prix de nos ordinateurs ?

Michel Ruimy : L’explosion des ventes de semi-conducteurs a mis en évidence une tendance observée depuis des années : les utilisateurs et les entreprises consomment des données à un rythme qui dépasse largement la capacité prévue par les firmes du secteur des semi-conducteurs. Or, les semi-conducteurs sont essentiels à de nombreux secteurs. Ils sont le quatrième produit le plus échangé au monde en termes d’import-export après le pétrole brut, le pétrole raffiné et les voitures.

La situation actuelle pourrait affecter davantage la plupart des entreprises que les particuliers. Elles ont besoin de ces composants pour servir leurs clients, pour superviser les opérations, pour créer et livrer des produits, etc., toutes informations gérées par leurs propres centres de données ou par des fournisseurs de services cloud qui ont besoin de semi-conducteurs haut de gamme. Or, des études montrent qu’aujourd’hui, certains fabricants ont des difficultés à produire des marchandises alimentées par de simples processeurs (micro-ondes, réfrigérateurs, machines à laver…). Des problèmes similaires ont été rencontrés par les fabricants de smartphones. Dans l’industrie automobile, certains constructeurs ont suspendu temporairement la production de nouveaux véhicules et mettent en œuvre des stratégies d’atténuation (de la réorientation de l’approvisionnement en puces vers des véhicules rentables à l’achèvement de certaines voitures sans certains modules en place afin de maintenir le fonctionnement des chaînes de montage).

À Lire Aussi

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

Mais, si l’industrie des semi-conducteurs a enregistré des chiffres records, elle est toujours embarrassée par des contraintes de capacité. Outre une hausse du prix du produit, ceci signifie, pour les consommateurs, des temps d’attente plus longs alors qu’au premier trimestre 2021, plus de 75 millions d’ordinateurs ont été vendus à travers le monde (+45% comparé au premier trimestre 2020 - pré-pandémie) ! Peu après sa sortie, l’iPhone 12 Pro d’Apple s’est accompagné d’un délai d’attente de trois semaines. Dans le même temps, Samsung et Xiaomi ont, tous deux, averti de retards potentiels pour leurs prochaines sorties.

Dans ce contexte, de nouvelles stratégies d’achat ont été mises en place par les entreprises : passage de commandes « au fil de l’eau » (en fonction des besoins) à des acquisitions fermes prévues à long terme d’autant que la pénurie est globale puisqu’elle concerne également des puces moins avancées dont les grands acteurs du secteur s’étaient éloignés au profit de composants de pointe à plus forte marge.

Alors que les stocks d’ordinateurs se vident, le transport maritime mondial pourrait-il répondre à la demande ? Le trafic entre la Chine et l’Europe fonctionnerait-il normalement en cas de pénurie ?

Tout comme un embouteillage et son effet d’entraînement, une perturbation de la chaîne d’approvisionnement dans le secteur des semi-conducteurs fonctionnant à pleine capacité, a un impact sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

Le prix des porte-conteneurs s’est littéralement envolé. Là où les importateurs payaient 2 000 USD le conteneur il y a quelques temps, la facture peut atteindre plus de 10 000 USD dollars aujourd’hui. En cause, la forte augmentation de la demande européenne et américaine en marchandises provenant de Chine, où la production est repartie plus vite que dans d’autres pays. Le problème est qu’il n’y a actuellement pas assez de conteneurs disponibles en Chine pour acheminer ces marchandises vers le reste du monde et les restrictions sanitaires pour cause de crise sanitaire n’aident pas à augmenter l’offre (De nombreux containers sont aujourd’hui bloqués dans différents pays). Ainsi, avec en plus la réorganisation des chaînes de valeur et les interruptions de la production, les temps de livraison ont littéralement explosé, ce qui impacte à la hausse le prix des importations chinoises.

À Lire Aussi

Pénuries outre-Manche : La France est-elle aussi dépendante de ses travailleurs immigrés que le Royaume-Uni ?

Or, la pénurie de semi-conducteurs atteint plusieurs pans de l’industrie. Ceci signifie une perte de marge opérationnelle pour les entreprises françaises, ce qui pourrait coûter à la croissance du PIB de la zone euro et à celle des Etats-Unis. L’Europe et les Etats-Unis ont pris conscience de leurs dépendances vis-à-vis des acteurs asiatiques qui produisent une grande partie de ces composants. Les deux blocs tentent, chacun à leur manière, de se renforcer dans ce domaine et d’accroître leurs capacités de production. Si l’absence d’un champion européen à la pointe de l’innovation dans ce domaine freine la mise en place d’une stratégie à l’échelle européenne, la crise de l’offre a été aggravée par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine (politiques de restriction progressive des ventes de puces conçues / fabriquées aux Etats-Unis à certains acheteurs chinois).

Faut-il craindre pour l’économie française ? Il s’agit de tensions conjoncturelles qui devraient être résorbables en quelques mois, toutes choses égales par ailleurs. Elles sont le reflet d’une reprise de l’activité, même si cette dernière est, pour l’instant, plus forte en Asie qu’aux Etats-Unis ou en Europe.

À quand un retour à la normale du marché est-il prévu ?

Malgré des résultats apparemment sains, l’industrie des semi-conducteurs n’était pas prête à faire face à l’explosion de la demande déclenchée. Certaines enquêtes ont constaté un écart de 20 à 30% entre les commandes et les expéditions - ceci signifie que les ventes auraient pu être encore bien plus élevées - en raison d’une pénurie due, entre autres, à l’épidémie de la Covid-19 et qui devrait donc se résorber par elle-même.

À Lire Aussi

Les travailleurs qui ont permis aux chaînes d’approvisionnement mondiales de résister à la pandémie alertent sur le risque d’un effondrement systémique avant Noël

Par ailleurs, le marché du PC se porte bien : les ventes ont augmenté fortement au premier trimestre 2021. Cette dynamique devrait continuer, surtout avec l’arrivée de Windows 11, qui va pousser beaucoup d’utilisateurs à renouveler leur configuration, et celle des Chromebooks.

Pour autant, la production de semi-conducteurs ne devant pas augmenter significativement, cette carence de semi-conducteurs devrait durer jusqu’au moins la fin de l’année voire la fin du premier semestre 2022, date probable de retour à la « normale ».

Face à cela, est-ce le moment d’acheter maintenant un ordinateur ?

Avec l’explosion du télétravail, l’école à la maison, l’accélération de l’e-commerce, la nécessité de s’occuper chez soi, etc. les fabricants de PC ont vu leurs ventes croître fortement. La croissance future du marché sera ainsi largement portée par les consommateurs, qui continueront d’acheter des produits numériques, de consommer des données et d’adopter des « services cloud » à un rythme sans précédent.  

Les fonderies ne pouvant plus fournir tout le monde, il est impossible, sans composants de puissance pour les batteries ou sans capteurs pour la webcam, de terminer la fabrication d’un PC portable. Or, développer de nouvelles capacités de production prend généralement des années. C’est pourquoi, les pénuries de puces auront probablement, à court terme, un impact sur la disponibilité et les coûts des appareils électroniques (PC, smartphones, consoles de jeu mais aussi des produits de grande consommation comme les appareils ménagers, les réseaux domestiques et les « wearables »), ce qui pourrait alimenter les craintes d’un retour de l’inflation.

Pour autant, l’argent n’est presque même plus une question en ce moment. Ce qui importe est ce que nous pouvons espérer obtenir. Pour certains ordinateurs d’entrée de gamme, le lecteur de carte SD ou le port Ethernet ont été supprimés afin de faire des économies en raison de la hausse du coût des semi-conducteurs qui pèse sur la rentabilité des constructeurs.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !