Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
cac 40 économie

Atlantico Business

La situation économique ne peut pas rebondir avant la mi-2021

Alors que les chiffres de la pandémie continuent de s’aggraver partout en Europe, les économies ont du mal à se redresser. L’Insee prévoit que l’activité aura chuté de 9% en 2020, mais le ministre de l’Economie Bruno Le Maire pense qu'il faudra attendre 2022 pour retrouver un niveau d’activité équivalent à ce qu’il était avant le Covid.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Si on met bout à bout tous les chiffres de la prévision économique pour la France, on a beaucoup de mal à y voir clair. L’Insee prévoit un recul de l'activité de 9% sur l’année 2020. Alors c’est une catastrophe, mais il faut savoir qu’il y a encore quinze jours, la prévision était plus noire encore : 11,9 %. On mettait la France au dernier rang de la classe des pays européens. Avec 9 %, on va être dans la moyenne, mais on n’a aucune raison de s’en réjouir pour autant...

En fait, beaucoup d’économistes pensaient que les économies seraient reparties beaucoup plus vite après le confinement et ils optaient pour une courbe en V. On aurait pu rebondir comme des balles parce que rien n’avait été détruit. Un peu comme le malade qu’on plonge dans le coma pour l’opérer. A la fin, il se relève et il galope.

L’économie s’est arrêtée deux mois, mais rien n’a été détruit, les bureaux, les usines, les machines et les camions pouvaient redémarrer. Ce n’est pas comme si on avait connu une guerre. Ajoutons que les contrats de travail ont été préservés grâce au chômage partiel.

Quant aux consommateurs, ils n’ont pas fait de shopping, ils ont épargné de l’argent. Beaucoup d’argent. Ils pouvaient donc faire chauffer la carte bleue dès la fin du confinement. Le logiciel de reprise avait tous les codes pour redémarrer.

Dans le mois qui a suivi le déconfinement, en mai et juin, ça a marché... Puis en juillet et août ça s’est calmé. Actuellement c’est mou. Il y a même des secteurs qui sont encore à l‘arrêt parce qu’ils travaillent avec une clientèle étrangère qui ne voyage toujours pas. Les grands hôtels par exemple. Mais pour le reste, ça devrait tourner.

En fait, le système économique français ressemble à un sportif qui aurait été dopé et boosté, mais qu‘on a, au dernier moment, bridé. Il manque un facteur essentiel compliqué à chiffrer : la confiance. 

Ce manque de confiance est lié à deux facteurs : la situation sanitaire qui est anxiogène. Le virus n’a pas disparu au contraire, il se réveille et fait planer des menaces sourdes et lourdes. Et la situation économique qui porte les risques du chômage, même si les risques de voir une vague de millions de chômeurs paraît improbable.

Il faut qu’on trouve de la croissance, et de quoi débloquer l’épargne qui ne sert à rien actuellement.

L’Insee espère un choc de la demande vers la fin de l’année, c’est à dire une libération de toute cette épargne.  Dans ces conditions, on retrouverait de la croissance pour 2021.

Sauf que pour déclencher un choc de demande, il faut retrouver le contrat de confiance. Et ça, c’est le métier des politiques. On a un exécutif qui a financièrement fait le job, plan de soutien, plan de relance. Il s’est beaucoup endetté, mais si ça marche, on aura de quoi payer la dette.

Ce gouvernement a un gros défaut, il n’inspire pas confiance, dans son organisation, dans ses décisions et dans sa communication. Donc il entretient la peur et la peur, ça piège l’économie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !