Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©XAVIER LEOTY / AFP

Elémentaire

Et la profession ayant vu la plus forte progression de sa rémunération selon la Dares est...

C’est ce que montrent les chiffres qui viennent de être publiés par l’organisme statistique du ministère du travail pour les années 2014/2015

Adrien Pittore

Adrien Pittore

Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.

Voir la bio »

Alors que l'année scolaire est déjà bien entamée, la Dares a publié son rapport sur l'évolution du salaire des enseignants en France entre 2014 et 2015. Pour cette rentrée, on comptait environ 12 millions d'écoliers, collégiens et lycéens pour 840 000 enseignants dans les écoles et établissements du second degré.

La plus grande hausse de salaire en France

D'après la Dares, en 2015, un enseignant percevait un salaire net mensuel de 2 360€. Pour l'ensemble des professeurs rémunérés entre 2014 et 2015 (exit donc les nouveaux arrivants) dont le salaire moyen est de 2 396€, cette augmentation représente une hausse de 3,8% en moyenne. 

Des différences de salaire existent selon le statut et le corps, allant du simple au double. Ainsi, les professeurs agrégés et de chaire supérieure gagnent 0,6 fois plus que les professeurs des écoles et 1,2 fois plus que les professeurs contractuels. Par ailleurs, l’exercice du service à temps complet ou à temps partiel ainsi que les fonctions exercées par l’enseignant expliquent une partie des écarts de salaire observés. 

Deux grands changements ont permis cette hausse de salaire : le premier est le changement de l'indice de rémunération grâce à une promotion, une titularisation ou un changement de corps, le second est le changement du rythme de travail.

Ainsi, 58,4% des enseignants n'ont vu aucune modification de ces deux facteurs, 29,2% ont vu leur indice de rémunération changer et 7,7% leur rythme de travail. 4,7% n'ont subi aucun réajustement. 

Mais il faut savoir qu'il s'agit de la plus haute hausse de tous les secteurs en France. Dans un document de la Dares datant de 2016, l'institut montre une augmentation globale des salaires égale à 1,1%. On observe aussi que les salaires des professeurs ont augmentés trois fois plus vite que l'inflation du moment. 

Une hausse pas vraiment justifiée !

On le sait, la rémunération de ceux qui préparent à la vie nos chères têtes blondes est un sujet important. L'OCDE s'alarmait d'ailleurs en 2013 de voir les salaires français assez loin en dessous de la moyenne européenne. Ainsi, les salaires moyens étaient 4 000€ en dessous de la moyenne annuelle européenne. Cependant, l'OCDE montrait qu'il fallait exercer 9 ans de plus en France que dans la moyenne européenne pour toucher le salaire maximal. Un salaire français cette fois au-dessus des moyennes européennes. 

Pour autant, cette hausse interpelle tant le système scolaire français semble défaillant. En octobre dernier, l'institut Elabe publiait une étude dans laquelle elle montrait que 78% des Français estimaient que le système scolaire actuel prépare mal les élèves au monde du travail. 

De même, nous vous parlions déjà dans un précédent article de la multiplication des absences injustifiées des professeurs qui atteignent 16 jours d'absence par an par enseignant. 

Aujourd'hui, le constat est toujours difficile. Les enseignants ont vu leur rémunération augmenter, avec aussi des hausses de temps de travail pour 35,5% d'entre eux, mais l'absentéisme n'a pas diminué. De même, l'école n'a pas non plus une si bonne image. Alors plusieurs pistes de réflexions doivent être étudiées : soit une rémunération au mérite et aux résultats doit être installée afin d'endiguer cette spirale, soit une profonde étude doit être menée sur les causes de cet absentéisme et de ce manque de résultat pour opérer une refonte d'un système qui ne fonctionne pas.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !