Emmanuel Macron intègre (enfin) les Français à l’équation de sa communication | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron intègre (enfin) les Français à l’équation de sa communication
©GONZALO FUENTES / POOL / AFP

Communication politique

Emmanuel Macron intègre (enfin) les Français à l’équation de sa communication

Le Président a montré lundi soir, une communication plus mature, s'adressant à un peuple adulte et responsable. C’est aussi la première fois que e chef de l'État admet les manques de l’action publique depuis le début de la pandémie.

Arnaud Benedetti

Arnaud Benedetti

Arnaud Benedetti est Professeur associé à Sorbonne-université et à l’HEIP et rédacteur en chef de la Revue politique et parlementaire.

Voir la bio »

Atlantico : Pour la première fois Emmanuel Macron a fait preuve d’un peu d’humilité dans son allocution de ce lundi soir . La rhétorique de la guerre est-elle oubliée ?

Arnaud Benedetti : Les critiques quant à la communication de l’exécutif étaient validées par une opinion publique dont les récents sondages objectivaient la montée en puissance des défiances . Il fallait réparer la tonalité d’ensemble et en venir à la communication plus humble des chefs d’Etat et de gouvernement de nos voisins européens . La dramaturgie a infléchi les accents martiaux , voire parfois menaçants ou infantilisants pour laisser la place à une humilité reconnaissante pour les efforts collectifs des françaises et des français . C’est de facto une communication en apparence plus mature , moins arrogante qui acte dans les mots que nous sommes un peuple adulte et responsable . C’est aussi une communication qui admet , sous la contrainte certes , les manques de l’action publique depuis le début de la pandémie. Toutes proportions gardées , c’est le Macron bousculé au plus fort de la crise des gilets jaunes qui est tendanciellement réapparu  sur les écrans , comme s’il fallait que le précipice au plus près de l’exercice du pouvoir ramène le Président à une forme de modestie , de banalisation de sa personnalité . 

Quelle analyse portez-vous sur la temporalité du calendrier politique et économique ( plan de sortie de crise dans 15j annoncé par le gouvernement, débat à l'AN sur l'application, reprise de l'école le 11 mai, reprise du travail ...) annoncée par le président lors de son allocution ?

L’objectif était de redonner de la visibilité aux français , et de la respiration tout à la fois au système économique et aux institutions démocratiques . Le calendrier est serré , tendu , apparemment raisonnable pour les professionnels de la santé . Mais tout ceci reste marqué par de larges zones d’incertitudes . Ce qui se joue en arrière-plan c’est une bataille entre les forces de l’économie et l’exigence de la protection . Les premières alertent sur les conséquences économiques de la crise qui seront ...aussi sociales . Le Président a fait monter le gradient de l’économie dans sa prise de décisions . C’est un risque , notamment avec le retour des enfants dans les écoles dont on peut déjà prévoir que le sujet donnera lieu forcément à une controverse . Quel intérêt sur le fond , si ce n’est de ramener leurs parents à leur poste de travail ? Voilà qui ne manquera pas d’être interprété par certains comme une concession au Medef ... Reste également pour la bonne acceptabilité et la crédibilité de ce calendrier de donner de la chair aux promesses présidentielles : les moyens seront-ils au rendez-vous pour déconfiner sans risques ?  Sur ce point l’intervention présidentielle est restée plus incantatoire que précise et l’expérience nous a montré depuis des semaines que les autorités politiques , sanitaires , scientifiques ont tellement tâtonné que la confiance ne se décrétera pas au seul prononcé d’un discours ... 

Depuis plusieurs semaines, chercheurs et ingénieurs se penchent sur l'application Stop Covid. Cette application est-elle cohérente avec les principes de liberté collective de notre démocratie ?

C’est un sujet capital pour l’avenir . La traçabilité est la marque du techno-pouvoir qui surgit sous nos yeux . Il convient d’être extrêmement vigilant ; l’impératif de santé publique constituera t’il le cheval de Troie de nos servitudes à venir ? Je crois que sur ce sujet il convient d’inciter à la plus grande prudence et ne pas réagir sous l’effet de l’émotion collective suscitée par cette crise . La vision critique de la technique dans cette affaire est plus que jamais nécessaire pour défendre une certaine idée de nos libertés individuelles et publiques . La période que nous traversons , difficile , ne doit pas nous faire renoncer à l’essentiel . Il vaut mieux dépister massivement dans ce cas que ...pister ! Nous le sommes déjà suffisamment . 

En conclusion de son allocution, Emmanuel Macron a invité les Français a "sortir de l'idéologie" pour "se réinventer". "Moi le premier" a-t-il ajouté. Comment ces propos doivent-ils être interprétés ?

Le storytelling de la metamorphose a ses limites . Car Emmanuel Macron nous a habitué à ces rédemptions sémantiques au moment des gilets jaunes , puis avec "l’acte 2 " et très vite sa pratique du pouvoir s’est à nouveau crispée sur ses certitudes , sur une jouissance à peine dissimulée de l’exercice de l’autorité , sur un habitus qui paraît très ossifié et bien peu plastique . Emmanuel Macron est le mandataire idéologique de certaines élites , pas toutes , et celles-ci sont déjà à l’œuvre pour que le monde d’après retrouve le sillon du monde d’avant . Les inerties résistent ...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !