Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: JOEL SAGET / AFP
Michel Onfray coronavirus covid-19

Etat de santé

Michel Onfray a contracté la Covid-19

Michel Onfray a été contaminé il y a une quinzaine de jours en Arménie par le coronavirus, selon des informations du Point. Il serait impacté par de nombreux symptômes.

Le philosophe et écrivain Michel Onfray a contracté le Covid en Arménie, d’après des informations du Point. En déplacement dans le Haut-Karabakh le 16 novembre dernier, il aurait ressenti les premiers signes de la maladie (des frissons et de la fièvre). De retour en France, il a été testé, mais le test s'est révélé négatif.

La rédaction du Point révèle que Michel Onfray serait malade depuis 12 jours. Il serait notamment atteint par de fortes fièvres.

Alors que le troisième numéro de sa revue « Front Populaire » consacrée au génie français sort en librairies et dans les maisons de la presse, Michel Onfray est malheureusement contraint de mettre un terme provisoire à ses activités.

Le philosophe avait récemment publié «  La Vengeance du pangolin : penser le virus », un essai chez Robert Laffont.

Dans une vidéo publiée mardi 1er décembre 2020 sur le site de Front Populaire, son co-créateur Stéphane Simon a donné des nouvelles de Michel Onfray, récemment touché par la Covid-19. Avec son accord, le journaliste a décrit les différents symptômes que l'écrivain avait pu développer sans même savoir qui l'avait contaminé.

Michel Onfray serait alité, courbaturé, fiévreux et fatigué :

« Il a de très grosses fièvres, de très fortes migraines et des douleurs abdominales terribles. […] Son état de santé n’est pas bon du tout. […] Nous lui souhaitons tous des vœux de prompt. Il se bat, c'est un Viking ! ».

Cliquez ICI pour retrouver la vidéo

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !