Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Uber, Airbnb, Blablacar, Le Bon Coin... Le Gouvernement leur donne le choix entre la mort subite et la mort lente

Le rapport Terrasse remis à Manuel Valls pour réglementer l’économie collaborative, c’est-à-dire une grande partie des activités nées du digital, est d’une rare hypocrisie.

Atlantico Business

Publié le
Uber, Airbnb, Blablacar, Le Bon Coin... Le Gouvernement leur donne le choix entre la mort subite et la mort lente

Toutes les initiatives nées grâce à la révolution digitale et qui ont bouleversé les modes de production et de distribution des biens et des services sont désormais et clairement la cible d’un gouvernement poussé par le lobbying de corporations qui sentent leur avenir menacé et qui craignent de perdre leurs rentes.

Pour calmer la colère des taxis assiégés par le succès des chauffeurs privés et autres Uber, mais aussi des hôteliers menacés par les grandes centrales ou Airbnb, sans parler des agents immobiliers qui digèrent mal l’emprise de sites comme Le Bon Coin, Manuel Valls a cru bon de demander au député de l’Ardèche Pascal Terrasse de produire un rapport sur tout ce qui touche à l’économie collaborative.

Le député Pascal Terrasse s’est sorti de l’exercice, mais visiblement assez embarrassé. Un peu coincé. D'un côté, une contrainte politique qui voudrait qu’on limite, qu’on encadre, qu'on administre, des activités qui échappent, semble-t-il, aux réglementations qui perturbent surtout un certain nombre de professionnels installés sur le marché depuis des lustres. De l’autre côté, la prise en compte d’une réalité qui s’est développée grâce aux innovations technologiques, au dynamisme de petits entrepreneurs et au plébiscite des clients. Parce que si les clients prennent Uber, passent par Airbnb et consultent Le Bon Coin, c’est parce qu'ils y trouvent avantage.

Pascal Terrasse prend bien soin de préciser que ces modes de fonctionnement proposent une alternative crédible à un modèle de consommation qui s’essouffle. Ceci pour répondre aux plus radicaux qui, à gauche, ont été tentés de demander une interdiction d’activité pure et simple, ce qui aurait été un pur scandale.

Du coup, le rapport propose au Gouvernement de mieux encadrer l’utilisation des plateformes numériques telles que celles qui sont utilisées par Blablacar (entreprise de partage d’automobiles privées), Uber (VTC) ou Airbnb, qui gère le partage rémunéré d’appartements, avec trois objectifs :

1. Améliorer la protection sociale des travailleurs qui se servent des réseaux

2. Permettre au fisc d’imposer les revenus des professionnels

3. Protéger les consommateurs.

Si les entreprises nouvellement créés dans le secteur ont échappé à la mort subite qui aurait été provoquée par l’interdiction de l’administration, elles ne pourront pas éviter la multiplication des contrôles et des tracasseries administratives.

Tout dépend comment les choses vont évoluer, mais à partir du moment où l’Etat se mettrait à encadrer une innovation et une activité nouvelles, il faut s’attendre à tout.

Les professionnels peuvent être acculés à tout arrêter, c’est possible : ou alors à attendre le risque d’étouffement. En fait, ils ont le choix entre se donner une mort subite et accepter la mort lente.

Pourquoi ? Tout simplement parce que si le rapport de Pascal Terrasse paraît nuancé, responsable et légitime, on imagine en revanche ce que l’administration est capable d’en faire pour donner libre court à son imagination bureaucratique. Pascal Terrasse a fait 19 propositions qui toutes peuvent être sur-interprétées. C’est si facile de punir des initiatives ?

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lu2 - 09/02/2016 - 11:50 - Signaler un abus Occasionnels vs Professionnels

    Le vrai et seul sujet dans ce domaine de l'économie collaborative est de distinguer les acteurs occasionnels (loueurs de leur appartement, partageurs de leur voiture, vendeurs de leurs vieux meubles,...) des acteurs professionnels. Les occasionnels contribuent au développement de cette économie collaborative et en tirent un bénéfice certain mais somme toute très limité. Et il n'y a pas de raison de les taxer, d'aucune manière que ce soit. Par contre, les professionnels, eu, doivent être taxés au même titre que les acteurs de l'économie traditionnelle. Il suffit au législateur de fixer une règle claire (chiffrée) sur le sujet. Par exemple, un particulier ne doit pas dépasser les 3000€ de revenus annuels avec le partage de sa voiture, ou n'a pas le droit de louer son appartement plus de 4 fois dans l'année. Et je suis bien d'accord avec JM Sylvestre, par pitié, ne mettons pas en place une usine à gaz à la Française pour encadrer tout cela, et effectivement faire mourir le dynamisme et la créativité de cette nouvelle économie !

  • Par zouk - 09/02/2016 - 12:56 - Signaler un abus Propositions de P. Terrasse

    Hypocrites? Ce n'est pas une nouveauté, ni m^me une spécialité socialiste. Quand un gouvernement manque d'idées et surtout de courage, c'est le refuge habituel: des mesures inefficaces et surtout inadaptées sont proposées. Simplifions le système, il se réformera de lui même. Mais on va inventer un embrouillamini incompréhensible, dont le but sera essentiellement de taxer les nouveaux services en respectant les privilèges des gens installés.

  • Par zouk - 09/02/2016 - 12:56 - Signaler un abus Propositions de P. Terrasse

    Hypocrites? Ce n'est pas une nouveauté, ni m^me une spécialité socialiste. Quand un gouvernement manque d'idées et surtout de courage, c'est le refuge habituel: des mesures inefficaces et surtout inadaptées sont proposées. Simplifions le système, il se réformera de lui même. Mais on va inventer un embrouillamini incompréhensible, dont le but sera essentiellement de taxer les nouveaux services en respectant les privilèges des gens installés.

  • Par zouk - 09/02/2016 - 13:00 - Signaler un abus Propositions de P. Terrasse

    Même si le Parlement avait le courage de proposer un système simple, nous pouvons compter sur le Minstère des Finances pour inventer toutes les déclarations obligatoires et exemptions, donc contrôles qui ne manqueront pas de les accompagner;

  • Par Benvoyons - 09/02/2016 - 14:14 - Signaler un abus Encore un politique qui n'a que travaillé dans les méandres

    du pouvoir toujours payé par l'impôt du privé ( un autre job directeur d'une maison de retraite):)::)) qui fait un dossier sur des entrepreneurs :)::)) Il n'y a que la France pour faire faire des analyses économiques du privé par un Fonctionnaire Politique :)::))

  • Par Benvoyons - 09/02/2016 - 14:20 - Signaler un abus Production d'une spécialité bien Française! Il faut toujcurs

    créer un système qui empêche l'économie de fonctionner avec efficacité. Il faut noter que ces systèmes sont toujours créés par des Fonctionnaires et en plus Socialiste c'est encore pire.

  • Par Benvoyons - 09/02/2016 - 17:28 - Signaler un abus Le Socialisme et le Socialisme Nationaliste FN sont les 2

    bras de la Machine a courber l'économie mondiale :)::)) La France 2016 en est un des résultats :)::)) Prochainement le deuxième Bras de la Machine fera encore mieux avec MLP La Famille Le Pen et ces Fonctionnaires :)::))

  • Par Liberdom - 10/02/2016 - 14:22 - Signaler un abus Consacrer le vol légal

    1- améliorer la protection etc.... = obliger les travailleurs à cotiser dans un système merdique qui loin de les protéger va tuer leur entreprise. 2- permettre au fisc etc...= de voler l'argent des travailleurs pour payer toujours plus de fonctionnaires. 3- protéger les consommateurs-- = permettre aux services publics et aux rentiers de situations de les arnaquer toujours plus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€