Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 26 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les systèmes de retraite des pays développés sont-ils en train de préparer la prochaine crise économique mondiale ?

Warren Buffett, dans sa lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway, s'est inquiété du risque de déstabilisation de l'économie que représentent les systèmes publics de retraite. Faut-il y voir le ferment d'une prochaine crise ?

Maillon faible

Publié le
Les systèmes de retraite des pays développés sont-ils en train de préparer la prochaine crise économique mondiale ?

Warren Buffet s'inquiète du risque de déstabilisation de l'économie que représentent les systèmes publics de retraite. Crédit Reuters

Atlantico : Warren Buffett s'inquiète du risque de déstabilisation de l'économie que représentent les systèmes publics de retraite, dans sa lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway (ici) (et là). Faut-il y voir le ferment d'une prochaine crise dans les pays développés ? Quels en sont aujourd'hui les éléments précurseurs et quels en seraient les éléments déclencheurs ?

Philippe Crevel : La crise des retraites a certainement déjà commencé. En effet plusieurs signes semblent prouver que le vieillissement de la population modifie en profondeur les équilibres économiques. Le Japon qui est un des pays les âgés du monde en fournit la preuve.

Depuis plus de vingt ans, ce pays est entré dans un cycle déflationniste. La montée de l’endettement, la diminution de l’investissement accompagnent l’augmentation du nombre de retraités. L’Europe, dont une dizaine de pays sont en contraction démographique, connaît les mêmes problèmes avec une croissance faible, une diminution forte des gains de productivité et un endettement croissant. Pour le moment, les Etats-Unis, avec une population plus jeune et une immigration importante, échappent aux affres économiques du vieillissement.

Néanmoins, nul n’échappera dans les trente prochaines années à la contrainte démographique. En effet, tous les pays, pays émergents compris, devront faire face à une stagnation de leur population active et à l’irrésistible augmentation des personnes de plus de 60 ans.

Conscientes de cette menace, les autorités chinoises ont été obligées d’assouplir la règle de l’enfant. La crainte de la Chine est de devenir vieille avant d’être riche.

Le dernier continent concerné par le vieillissement sera l’Afrique qui amorce seulement sa transition démographique. Il faut souligner que justement l’Afrique décolle économiquement avec pour certains pays subsahariens des taux de croissance de plus de 7 % l’an du fait des matières premières mais aussi de l’abondance de sa population active.

Le lien démographie et croissance est très fort. Jusqu’au 18ème siècle, la croissance annuelle de l’économie mondiale ne dépassait que très rarement 0,5 %. Son passage progressif à 1 %  au 19ème siècle puis à 2 % au 20ème siècle pour aboutir au 3 % de ce début de 21ème siècle, est intimement lié à la progression exponentielle de la population. De 1700 à 2014, le nombre d’habitants s’est élevé de 1 à 7 milliards d’habitants. D’ici 2060, la population devrait atteindre son maximum autour de 10 milliards d’habitants avant d’amorcer une décrue. Si jusqu’à maintenant, la diminution de population était des accidents occasionnées par des guerres, des famines ou des épidémies, la prochaine devrait être la conséquence d’un choix collectif, la réduction de la natalité et du vieillissement avec une augmentation sans précédent de l’espérance de vie. N’oublions pas que sous Louis XV, l’espérance de vie du Français était de 35 ans, elle est aujourd’hui de plus de 80 ans. A l’échelle mondiale l’espérance de vie à la naissance est passée de 20 à plus de 66 ans de 1950 à 2013.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par legaulois55 - 10/03/2014 - 07:23 - Signaler un abus pas tout à fait d'accord

    sur l'immigration on compare avec l'allemagne mais elle a du travail à donner nous c'est pas le cas à force d'avoir désindustrialisé depuis trente ans nous avons pas besoin d'immigration de peuplement de plus sans qualification et qui sont attirés surtout par notre protection sociale de fait le pseudo pouvoir UMPS déshabille le travailleur et retraité qui eux passent à la caisse au profit de toute cette raspouille ( vols agressions ) voila un beau résultat de cette europe

  • Par Sceptique - 10/03/2014 - 09:54 - Signaler un abus Causes et conséquences

    Le problème des retraites n'est pas une cause de crise, c'est la crise qui a fait des retraites un problème dans les pays développés. A partir du moment où on diminue le nombre de nos emplois pour cause de délocalisations, on réduit en même temps le financement des retraites. Ce ne sont pas les Chinois qui prennent nos emplois qui vont payer nos retraites ! Vouloir régler le problème en reculant l'âge de la retraite est une illusion, car cela fait plus de monde sur le marché du travail, alors qu'il y a de moins en moins d'emplois, ça ne peu faire que plus de chômeurs. Il n'y a qu'une seule solution : retrouver nos emplois, ce qui implique une remise en cause de la mondialisation. Maurice Allais (Prix Nobel d'économie) l'avait dit il y a longtemps, mais il n'a pas été écouté...

  • Par Verges - 10/03/2014 - 10:44 - Signaler un abus Les maillons faibles

    Tous les prix augmentent régulièrement chaque année au moins de 3%. Faites votre calcul. Est-ce que depuis les 20 dernières années, les salaires ont augmentés de 3% par an. Certainement pas. Donc toutes cotisations et prélèvement sur des salaires qui n'augmentent pas produisent forcément moins de cotisations. Les retraités qui ne se présentent pas comme un danger révolutionnaire, sont les maillons faibles par excellence. On va pouvoir leur taper dessus. Pendant ce temps, la fraude fiscale, les fonds de pensions sans foi ni loi, le patronnat dans tous ses excès, vont pouvoit allègrement continuer à siphonner ce qui peut l'être, sans grand danger pour leur richesse. La masse des imbéciles restera toujours une masse manipulable. Seuls ceux qui savent s'organiser et donc se défendre ont une chance dans ce monde de la loi du plus fort. Toutes les théories des économistes de comptoir, ne servent qu'à enfumer les uns par rapport aux autres.

  • Par coucou.cmoi35 - 10/03/2014 - 10:56 - Signaler un abus Pas mal. Je partage tous les éléments de cette description.../

    ...mais je ne leur donne pas la même pondération. Je pense, M. Crevel, que la robotique sera sans doute la nouvelle canne des ainés et ce que vous considérez parfois comme un frein ou un handcap sera un levier de croissance. On parle des coùts de la santé par exemple mais ceux-ci vont immanquablement diminuer avec l'automatisation des procédures chirurgicales. Les nouvelles technologies de greffes et d'organes mécanisés vont lentement transformer la population en "hommes qui valaient 3 milliards" ...de zlotys. L'immigration d'autres part est certes une chance, mais à doses raisonnables et constituée d'éléments de qualité. En cas contraire le corps social est mis sous pression et peut éventuellement réagir parfois violemment. La robotisation changera également le paradygme entre croissance et démographie. Car a quoi cela sert-il d'augmenter le PIB de 2% si la population augmente de de 3% et le coût du logement de 10%. C'est une fausse croissance. Une croissance pour l'état qui devient plus fort mais pas pour la population qui s'appauvrit individuellement. Conclusion: Pourquoi refaire les trottoirs d'un quartier médiéval si on peut faire re-marcher les handicapés ?

  • Par anakyn - 10/03/2014 - 11:43 - Signaler un abus Le meilleur des mondes

    selon A. Huxley, où l'on éliminait systématiquement les personnes âgées, car devenues improductives. On y arrivera peut-être.......

  • Par pave777 - 10/03/2014 - 12:04 - Signaler un abus Warren Buffet et les actionnaires de Berkshire Hathaway ?

    prenons leur tout ce qu'ils ont volé, mettons les au trou avec Madoff et vous verrez que ça servira d’exemple, pour tous ceux qui pensent que l'exploitation des humains est une finalité pour l'avenir de l'humanité ! Quand nous aurons coffré tous les nuisibles, il y aura moins de pollution, moins de guerres, moins de misère, et plus de raison de vivre entre personnes civilisées ! ya ka !

  • Par Gilles - 10/03/2014 - 12:21 - Signaler un abus Evident

    Il est clair que tôt ou tard les retraites ne pourront plus êtres servies comme maintenant. On arrivera sans doute à trois paliers : base, milieu et haut. avec chaque fois le même montant. Le nombre d’actifs ne cesse de diminuer et celui des retraités croître surtout avec les folies socialistes.

  • Par golvan - 10/03/2014 - 12:30 - Signaler un abus @ verges

    Aux "fonds de pension sans foi ni loi" censés piller les richesses de la France, n'oubliez pas d'ajouter la masse des salariés français issus de secteurs protégés qui ont été envoyés en retraite aux alentours de la cinquantaine et qui vivent grassement avec des retraites confortables. Il est un peu facile d'oublier tous ces parasites, dont d'ailleurs un Alain Juppé que l'on présente un peu rapidement comme un modèle de vertu parti en retraite à pratiquement cinquante ans avec un cumul non négligeable de prébendes diverses, ou madame Hidalgo "inspectrice du travail" en retraite à cinquante et un ans. Tous ces profiteurs sont les parfaits héritiers du modèle social français et n'ont rien à voir avec les fonds de pension anglo-saxons, ou les méchants retraités allemands. Français pur jus.

  • Par jerem - 10/03/2014 - 13:01 - Signaler un abus et donc ? viva la retraite par capitalisation ?

    peut on encore se marrer apres une crise mondiale ou l'avidité et la cupidite des rendements ont été au rendez vous pour des gens qui ne se posaient aucune question d'avoir des rendements a 15 ,20, 30% par an ..... pour leur petit confort personnel de rentier sur le dos de travailleurs ..... Et ce sont les retraites par repartition que sont problematiques ...... Allez donc voir la bas si nous y sommes

  • Par Bleubleu - 10/03/2014 - 13:35 - Signaler un abus Ce n'est pas le mode de calcul qui importe

    Que ce soit pas cotisation ou bien par capitalisation, le problème est le même: comme le ratio actifs/inactifs est de plus en plus en défaveur des premiers, et que la concentration de production réelle de valeur va dans un nombre de plus en plus réduit d'actifs (ceux qui ne sont pas de simples opérateurs de machines), il est de toute façon de plus en plus difficile d'assurer une retraite digne pour un nombre croissant de personnes. Après vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, on en revient toujours à construire un argumentaire pour déterminer qui va s'appauvrir, et pourquoi on estime que c'est justifié.

  • Par golvan - 10/03/2014 - 14:04 - Signaler un abus @ jerem

    Mêmes remarques que pour "verges"

  • Par Benvoyons - 10/03/2014 - 15:25 - Signaler un abus Réduire les retraites ne réduient le coût du retraité car au

    finale au moment ou il ira dans une maison de retraite et bien cela sera la collectivité qui prendra en charge ce qu'il ne pourra payer. Donc ce qui est enlevé d'un côté est de nouveau en charge de l'autre. Le coût de la maladie plus vous réduisez la retraite plus la charge sera sur l'autre caisse Sécurité S. Plus vous réduisez la retraite plus la redistribution effectué par les choix du retraité sera négative. Il faut donc réduire drastiquement le coût de l’État par une robotisation de la Fonction Public. Avantages pas de grève, pas de malades (sauf panne mais avec la redondance il n'y aura pas de problème) pas d'arrêt pipi, etc etc. Bilan que du bonheur

  • Par ZOEDUBATO - 10/03/2014 - 16:50 - Signaler un abus Egalité, simplification et équilibre

    Le déclin du système social c’est : 1/ Il y a trop de postes de dépenses publique et pas assez d’emplois financièrement rentables Les retraites se prennent trop tôt, il y a trop de dérogations non justifiés (pénibilités, bonus de départ, d’année) et les régimes spéciaux n’assument pas leurs coûts 2/ L’U.E, l’EURO, la finance internationale n’y sont pour pas grand-chose L’immigration n’est pas une cause première 3/ C’est le modèle Français avec - son Etat obèse, son Services Public ruineux, ses monopoles le gonflement des effectifs payés sur fonds Public, les subventions, les statuts trop avantageux, l’assistanat à vie tout horizon et les dépenses peu maîtrisées des organismes sociaux gérés par les partenaires sociaux - ses coûts d’investissement et du travail avec les lois, normes, vérificateurs, contrôleurs, SMIG, CE, ses syndicats politiques, son code du travail incohérent et dont la rigidité est inadapté - la quasi absence de contrôles des ayant droits et des fichiers éclatés difficile à exploiter

  • Par Surfer - 10/03/2014 - 17:21 - Signaler un abus Pas d'accord.

    Ce beau discours ne prend pas du tout en compte le principal problème à la base de la "crise" : la raréfaction des énergies fossiles, ou l'augmentation du coût énergétique de l'extraction de ces ressources (seul coût ne pouvant subir de manipulation financière). Le chômage qui n'est pas le problème (le problème c'est la pauvreté, le chômage des rentiers ne choque personne), augmente pour l'instant nécessairement sous l'effet de l'informatisation et de la robotisation, et ce n'est qu'un début. Mais la raréfaction de l'énergie "gratuite" va sans doute ralentir tout ça...

  • Par ignace - 10/03/2014 - 17:33 - Signaler un abus Sacré Crevel, toujours a la chasse au client pour XA ou

    generali ou autre suceurs de sang @ Sceptique je partage tout a fait votre analyse

  • Par jerem - 10/03/2014 - 19:45 - Signaler un abus @golvan - 10/03/2014 - 12:30

    tres interessant . Le probleme c'est que les bons tenants de la capitalisation sont RAVIS de ne surtout pas touchés a ses regimes speciaux quand ilssont aux commandes parce qu'ils preferent s'en servir pour les mettre en vitrine et mieux faire du barratin pour tirer a vue sur la répartition des 17 millions de salaries du privé qui n'ont rien a voir avec les 200.000 cheminots.

  • Par jerem - 10/03/2014 - 19:49 - Signaler un abus Pour les excites du match intergenerationnel

    pour tous ces chorniqueurs qui tentent depuis des années de pipauter depuis le CPE sur la géneration sacrifiée Y - (600 000 vhomeurs de moins de 25 ans en 2013 dans une france de 65 millions d'habitant a comparer avec les 674.000 chomeurs de 1984, la génération précédente) ..... on leur rappelera que les retraites s'assoient sur la revalorisation de leur retraite en 2014 permettant de générer une reduction des déficit ..... Preuve qu'il n'y a pas que le drame du quotient familial et de la prime pour lyceen . http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203363096719-les-retraites-complementaires-ne-seront-pas-revalorisees-le-1er-avril-655790.php?xtor=AL-4003-[Choix_de_la_redaction]-[les_retraites_complementaires_ne_seront_pas_revalorisees_le_1er_avril]&google_editors_picks=true

  • Par jerem - 10/03/2014 - 20:20 - Signaler un abus @Benvoyons - 10/03/2014 - 15:25

    vous avez vuy cela ou que la collectivité prend en charge le differentiel entre le cout de la maison de retraite et la retraite ? vous confondez avec les demi part a vie pour 5 années declarées administratives d'education monoparentale d'un enfant .... la collectivite paie largement la fraude bien organisée car sans controle des déclarants indélicats de monoparentalité (qui ont su etre deux pour avoir des momes sans aucune pma ou gpa)

  • Par jerem - 10/03/2014 - 20:26 - Signaler un abus @Benvoyons - 10/03/2014 - 15:25

    Allez donc demandez a la collectivite des assurances privées combien elles encaissent par an pour des assurances en cas de perte d'autonomie qui ne sont jamais sollicitées car c'est la prise en charge a 100% de la secu (pour toutes les pathologies comme la plus courante du cancer) qui s'exerce . Mettez donc 20 ans de cotisations a des assurances contractées sous la crainte d'un bon alzheimer mis dans votre tete par tous les Simies et consorts .... et on verra si la collectivité ne s'est pas payée aussi par des salaires dans les assurances , des dividendes des assureurs et des compensations pour des actifs bien vivants qui tirent a fond sur les assurances complémentaires privées pour des prestations en tout genre apres des accidents de ski et autre drames de la vie de loisirs individuels .....

  • Par DD - 10/03/2014 - 21:26 - Signaler un abus Supercherie

    Comparer l'espérance de vie sous Louis 15 à 35 ans avec celle d'aujourd'hui de plus de 80 ans est une véritable supercherie. Jusqu'à la fin du 19 ème siècle la mortalité à la naissance était très importante. Celui qui fait de la généalogie le sait. Il n'est pas rare encore à la fin du 18ème siècle de voir qu'un couple doive attendre 6 à 10 naissances pour avoir enfin un enfant vivant, les autres étant tous morts à la naissance (sans parler des mères décédées à l'accouchement) Heureusement le problème a été résolu. Aujourd'hui quand il y a 1 décès à la naissance (certes 1 de trop) dans une maternité, on en entend parlé plusieurs jours à la télé. Le résultat c'est bien sûr une forte élévation de la moyenne. C'est un bon argument pour ceux qui veulent passer la retraite à 65 ans, 68 ans, 70 ou 72 ans. Dans la réalité si on écartait les décès à la naissance, vous constateriez que l'écart n'est pas celui là.

  • Par jip29 - 10/03/2014 - 21:42 - Signaler un abus soleil vert

    une seule solution : soleil vert..

  • Par DES VESSIES POUR DES LANTERNES - 10/03/2014 - 22:04 - Signaler un abus c'est quand même curieux

    que personne ne songe à limiter leur montant . Hé hé hé ! Car enfin à la retraite :vous et moi n'avons aucune utilité dans la création de richesse . Certaines pensions de retraite sont indécentes (retraites chapeaux cumuls de pensions ,indexées etc....), Si elles étaient limitées à 3000 €/mois^/personne ce ne serait pas une insulte au p'tit gars qui bosse pour 1200 € !!! Et il faut savoir se remémorer qu'en 1970 pour 800 F /mensuels c'était moins de 80 F de maladie +retraite :dire on a cotisé :c'est un peu juste !

  • Par alainpsy - 10/03/2014 - 22:14 - Signaler un abus immigration choisie

    Dans l'éventail des possibilités, vous parlez beaucoup d'immigration, américaine, allemande (avec le remplacement de population et l'islamisation de la société allemande). Si on est obligé d'y recourir, c'est bien la preuve que les politiques natalistes sont faites par des ânes. Pourquoi devrait-on faire faire par d'autres ce que nous savons parfaitement faire, pour peu qu'une politique intelligente soit au rendez-vous.

  • Par amusée - 11/03/2014 - 01:42 - Signaler un abus mdr

    Ca sert à quoi de procréer des actifs/chômeurs ? Ca sert à quoi de faire de l'acharnement thérapeutique sur un système mortuaire et moribond ? Warren Buffet et ses semblables ont peur de la suite ? Ils ont raison. Ils sont voués à disparition rapide. On ne s'en portera que mieux.

  • Par GOGO - 11/03/2014 - 11:06 - Signaler un abus @des vessies pour des lanternes :tu as raison !

    a priori personne ne souhaite un plafonnement des retraites ce qui tends à démontrer " d'abord ma gueule et chut j'ai une bonne retraite " Les petits jeunes bossez ! et profitez de la bonne paye de papy-mamy On est là dans le "sociétalement" correct :pourvu que rien ne bouge !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€