Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sortie de l'euro : le débat interdit... ou qui laisse les Français indifférents ?

L'hebdomadaire Marianne sorti vendredi titre sa une "Sortir de l'euro ? Le débat interdit". Le magazine semble mettre le doigt sur un sujet brûlant dont les politiques se méfient, à juste titre.

Les yeux fermés

Publié le - Mis à jour le 3 Février 2014
Sortie de l'euro : le débat interdit... ou qui laisse les Français indifférents ?

Les politiques évitent de débattre d'une éventuelle sortie de l'euro.  Crédit Reuters

Atlantico : Le discours politique est-il effectivement dénué de toute allusion à ce thème, au point que l'on puisse parler de tabou ? Tous les bords politiques sont-ils concernés par cette réticence ?

Joseph Macé-Scaron : La grande majorité des politiques, mais aussi des publicistes et des éditorialistes – appelés par Jean-François Kahn les « bullocrates » s’interdisent de se poser cette question, qui est pourtant essentielle. Elle est en tout cas bien plus essentielle que les états d’âme du couple présidentiel, car elle détermine la vue quotidienne de chaque Français. Il est frappant de constater que ce débat a lieu en dehors de l’espace public : dans les colloques, de temps à autre sur un plateau au détour d’une phrase lancée par un populiste qui aura lu ou mal lu un économiste… mais de débat au sens d’échange, il n’en est point. Raymond Aron avait tout de même dit que « débattre avec quelqu’un, c’est prendre le risque que je puisse changer d’avis »…

Pour autant, peut-on dire que des certitudes existent ?

Eh bien, notre enquête nous a permis de nous rendre compte qu’il n’y en a même pas. Même des personnes comme les centristes libéraux, qui devraient porter haut l’étendard de l’euro, sont habitées par les incertitudes. Si ce n’est pas le doute qui rend fou, mais bien les certitudes, il est alors intéressant de se demander pourquoi le débat est inexistant. Ce que nous disons se fonde sur les questions que nous avons été amenés à poser à des membres de l’UDI, du Modem, de Debout la République, du FN… avec un scoop : Jacques Généreux, le principal économiste du Front de Gauche, a reconnu que cette question existait, qu’ils se l’étaient posée, et qu’ils étaient tentés d’affirmer qu’il était possible de sortir de l’euro, mais qu’ils ne sont pas allés plus loin car le Parti communiste a fait pression pour les en empêcher.

On s’aperçoit aussi qu’il n’existe pas une seule et unique réponse à la question « faut-il sortir de l’euro ? » Certains, qui sont sans doute les moins nombreux, veulent revenir au franc, d’autres veulent aboutir à un euro modulable entre les pays du nord et du sud, d’autres encore que l’euro, plutôt que d’être monnaie unique devienne une monnaie commune, etc. On voit bien que les solutions sont multiples, et pourtant le grand public ne le sait pas. 33 % des Français considèrent qu’il faut sortir de l’euro, mais sur quel thème ? Cela, on ne peut pas le savoir, puisque le débat n’est jamais posé, à cause de cette idée fausse du tout ou rien. C’est la folie de la démarche binaire dont parle Finkielkraut, selon laquelle la pensée doit marcher au pas, en rang militaire.

Source : Ipsos - Les nouvelles fractures (2014)

Philippe Simonnot : L’euro est un tabou pour les « partis de gouvernement », qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, parce qu’ils sont prisonniers de leurs promesses d’un avenir radieux européen auquel ils feignent de croire encore. En outre, les mêmes partis  entretiennent le mythe qu’il est impossible de sortir de l’eurozone sans un retour à des monnaies nationales, lequel serait en effet désastreux. Le tabou est entretenu par la plupart des économistes français qui, au service soit du pouvoir soit des banques (ce qui dans le système actuel revient au même), partagent et diffusent la même analyse. Par conséquent, et malheureusement, les journalistes suivent le train. Pas étonnant que le débat soit de fait « interdit ». Il l’est d’autant plus que seul le FN aujourd'hui ose braver le tabou  et s’est donc bâti quasiment une sorte de monopole de la contestation de la monnaie européenne tout en offrant des solutions absurdes. Il est  urgent d’ouvrir le débat pour sortir de cette situation lamentable et mortifère.

Source : Ipsos - Les nouvelles fractures (2014)

(Cliquer pour agrandir)

Atlantico : D'après ce graphique, 33% de la population se prononce pour la sortie du pays de la zone euro. Il révèle que les sympathisants du Front de gauche, du MoDem, du PS et de l'UMP y sont eux très largement opposés avec des scores très tranchés se tenant ainsi tous en 5 points de variations d'opinion. Sans surprise, ce sont les sympathisants frontistes qui souhaitent voir la France retrouver le franc avec 37% d'opinions allant en ce sens.

Par ailleurs, la seule classe socio-professionnelle qui se prononce pas à la majorité pour le maintien de la France dans la zone euro est la classe ouvrière (48%). On ne retrouve derrière (61%) les "professions intermédiaires" en dessous de la moyenne nationale.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par prochain - 02/02/2014 - 09:56 - Signaler un abus Les Français se demandent à quelle sauce on va les manger

    Ce sera une sauce saucialiste le changement c'est maintenant ou jamais. Renoncer à la souveraineté sans réfléchir a un prix il faut assumer maintenant.

  • Par Equilibre - 02/02/2014 - 10:19 - Signaler un abus Plus petite minorité

    Cadre et pour la sortie: 6%. J'en fais partie. . Simmonot est à la rue. Les phrases qui le décrédibilise: "éloigner un peu la planche-à-billets du pouvoir politique" D'une part, la BCE a déjà massivement eu recours à la planche à billet, d'une autre manière que classique, via les LTRO et autres MES. Ce qu'il ne semble pas comprendre, c'est que nous avons simplement échangé inflation et planche à billet classique contre dettes et planche à billet non classique. "la monnaie est un attribut du pouvoir régalien." Ben oui, c'est vrai. C'est tellement vrai que lors de la conquête de pays, les vainqueurs mettent très rapidement la main sur cet attribut. En outre, une banque centrale, un taux->comment KON fait avec des pays dont l'économie n'a rien à voir entre eux? Pas de réponse? Normal, il n'y en a pas... C'est une aberration économique mortifère. . Dommage, l'analyse politico/économique est bonne dans l'ensemble et les sous-jacents ne sont pas éludés. Le neuro est , outre une erreur économique stratégique sans nom, une vaste entreprise de crétinisation. En conséquence, nous terminerons dans les chiottes, façon URSS ou/et empire romain.

  • Par prochain - 02/02/2014 - 10:33 - Signaler un abus Le débat escamoté orchestré par les directeurs de conscience

    Les macés-scarons engagés payés sur nos impôts nous répètent du matin au soir ce que nous pensons. Pire que dans le bloque de l'Est avant 1989, nombreux concitoyens originaires de la zone peuvent le confirmer.

  • Par Vinas Veritas - 02/02/2014 - 10:39 - Signaler un abus les Sceptiques de l'€

    On peut exprimer de la défiance sur l’Euro, on peut éprouver de l’horreur envers l’Euro, on peut estimer l’Euro. Jeter cet Euro aux gémonies et adopter une autre monnaie pour instrument de mesure ne changera rien au problème des oeuvriers qui manipulent tordent et faussent la vision de la valeur selon l’humeur de leur heures. L’utilisation d’un étalon unique pour mesurer des systèmes aussi disparates que le sont les systèmes des participants n’a que 2 issues. La première, favorable, implique un effort très important, plus ou moins important certes mais très réel vers la convergence fiscale et sociale. La seconde, choisie, décide de laisser chacun mener sa barque à la guise du capitaine et à se distinguer dans l’équipe par les mesures adoptées à contre sens. Après, tout le monde pleure en criant haro sur l’outil qui nous claque entre les doigts.

  • Par troiscentsalheure - 02/02/2014 - 10:42 - Signaler un abus Un autre débat interdit:

    lavraiedemocratie.fr/local/cache-vignettes/L360xH489/arton11-45400.jpg

  • Par fentreti - 02/02/2014 - 10:45 - Signaler un abus Drôle de calcul

    Quasiment à chaque élection concernant l'europe les Français ont dit non à 50 % . Au dernier référendum majoritairement les Français on de nouveau dit non . Et on nous parle ici de 28 % . Ensuite on dit que le FN propose des solutions absurdes . Et vous messieurs les blablateurs vous n'avez pas l'impression d'être aussi absurde que votre europe destructrice .

  • Par helios - 02/02/2014 - 10:59 - Signaler un abus catastrophique de sortir de l'euro ?

    (en tous cas moins que d'y rester ?) Les études de Jacques Sapir, qui n'a rien d'un gauchiste ou d'un néonazi, disent le contraire.

  • Par halvard - 02/02/2014 - 11:18 - Signaler un abus Francois ASSELINEAU

    Extraordinaire !!! Un homme parcourt la France depuis 7 ans en y donnant des conférences qui traitent de la sortie de l'euro .Il a même créé un parti l'UPR qui aujourd'hui compte plus de 4000 adhérents avec une croissance exponentielle. Quand lui donnera t'on la parole dans les médias .Doit on encore appeler journalistes cette caste inféodée aux pouvoirs en place? Ce Monsieur s'adresse a l'intelligence des Français c'est sans doute pour cela qu'il dérange. Mais le jour viendra , ou un véritable tsunami balaiera toutes ces "élites" a la pensée unique qui nous entraînent vers une dictature. Et ce jour est proche !!!!!!!

  • Par vangog - 02/02/2014 - 11:28 - Signaler un abus Je n'appelle pas cela un débat!

    Entre un idéologie gauchiste qui tente de nous faire oublier que c'est la gauche ( Mitterrand, Delors, Lamy...) qui a créé cet Euro imbécile et qui tente de nous faire croire que c'est elle qui lance le débat de la sortie de l'Euro, un statisticien qui nous abreuve de statistiques inutiles mais grassement subventionnées et un économiste Simonnot qui semble mieux sevré de l'idéologie gauchiste que les deux autres, mais n'en reste pas moins un farouche adversaire de la sortie de l'Euro, il ne peut y avoir débat... S'il y avait eu un vrai débat, quelqu'un aurait demandé à cet économiste pourquoi le Franc ayant perdu 99% de sa valeur depuis le début du siècle, la France était un des pays Européens les plus prospères et relativement moins endettée et moins plombée par le chômage, avant son entrée dans l'Euro?... Il y avait une vie avant l'Euro, il y aura une vie après l'Euro, si on anticipe sa désintégration...

  • Par nervall - 02/02/2014 - 11:30 - Signaler un abus l'euro est une non monnaie

    sans politique de change et un vrai réactif derriere , il est comme l'huile dans un verre de liquidités dans le monde global , plus les concurrents ouvrent le robinet , plus il monte en s'ajustant mecaniquement et importe la crise du reste du monde ...avec un record mondial de sinistres au monde de chomage et de recessions en serie , on se pose encore la question en europe , c'est un désastre , un echec et une abomination structurelle qui va faire de l'europe le tiers monde et la colonie du reste du monde , point barre

  • Par Ramos - 02/02/2014 - 11:31 - Signaler un abus Quels sont les pays d'Europe qui vont bien ?

    La Suisse, le Danemark, la Suède,la Norvège (3% de croissance ), la Grande Bretagne (1,9 % de croissance en 2013). L'Euro ne peut pas fonctionner avec des économies et des niveaux de vie et des taux d'inflation aussi différents que ceux de la Croatie, l'Allemagne,l'Estonie, la Grèce et la France. La balance des paiements de la France est catastrophique ! L'Euro plombe notre industrie et est un des facteurs majeurs du taux de chômage. Des Prix Nobels d'économie, économistes nombreux et de différentes options politiques pensent que la France aurait intérêt à quitter l'Euro. Hélas, être pour l'Euro est devenu un dogme religieux pour beaucoup et aussi bien sûr pour le monde financier qui reçoit une rente de près de 50 milliards d'intérêts RIEN QUE DE LA FRANCE. Additionner les intérêts payés par la Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal et des autres et vous comprendrez aisément pourquoi "ils" tiennent tant à l'Euro et les médias qui sont les relais du monde financier abondent dans leur sens. Les politiques aussi car ils ont besoin du monde financier pour être élus.

  • Par td - 02/02/2014 - 11:39 - Signaler un abus diviser pour mieux régner

    Ce M. Simonnot soutient la sortie de l'euro comme la corde soutient le pendu, et aimerait visiblement séparer les pro-sortie en pro-franc et pro-euro-or... . Diviser pour mieux régner, en quelque sorte. . Quoi qu'on en pense, la ficelle est un peu grosse, messieurs d'Atlantico...

  • Par prochain - 02/02/2014 - 11:40 - Signaler un abus Que dit le père de l'euro ?

    Il dit : " je ne suis pas le père de cet euro-là "

  • Par mx - 02/02/2014 - 11:51 - Signaler un abus une question

    S'ils ont sortaient de l'euro, que resterait t'il au industrie française comme client ? sachant que tous nos clients principaux sont en Europe .

  • Par nervall - 02/02/2014 - 11:55 - Signaler un abus juste suivre les chiffres du desastre

    les pays europhiles europeistes utilisant cette non monnaie , cumulent 2 recessions en 3 ans et un chomage de masse a 12, 2 % et va entrer dans la deflation , le pire des scenarios et voilà qu 'on se demande si l'euro est viable ...les fous . savent pas lire les chiffres ? effarrant

  • Par troiscentsalheure - 02/02/2014 - 11:56 - Signaler un abus A mx

    Ils paieraient les produits français 20 % moins cher, ils en achèteraient davantage.

  • Par issartier - 02/02/2014 - 12:01 - Signaler un abus L’Euro va

    L’Euro va obligatoirement être abandonné comme monnaie nationale en France, mais sera conservé comme monnaie de compte. Ça va être très dur, mais c’est nécessaire car nous seront incapables de rembourser notre dette. Le problème est savoir quand ? C’est le seul moyen d’obliger les pays comme la France à payer leur dette, en dévaluant et en ponctionnant les économies des particuliers.

  • Par Michel. - 02/02/2014 - 12:44 - Signaler un abus On peut tout en politique,

    sortir de l'euro, y entrer. Ce n'est pas du tout la question, ce qu'il faut évaluer ce sont les conséquences de l'action envisagée. L'euro est là, pourquoi en sortir ou le démonter si ce n'est pour revenir à l'aveu de faiblesse de chaque économie nationale défaillante en effaçant les dettes publiques et privées par le biais de la dévaluation et de l'inflation ? La grande et fameuse souveraineté retrouvée !? Ou alors il faut savoir comment corriger les effets contreproductifs de l’euro sur les économies nationales en difficulté. Si la dévaluation locale est impossible et que l’inflation n’est pas gérable il reste l’ajustement par les niveaux de salaire et le taux d’emploi, c'est le mécanisme actuel, sans direction ni gouvernail. Ou alors il faut organiser la péréquation fiscale et budgétaire entre les pays membres, c’est-à-dire des transferts de fonds à l’intérieur de la communauté pour compenser des différences structurelles (inévitable) ou atténuer des variations conjoncturelles (variables au cours du temps). Cette voie-là exige un grand abandon de souveraineté budgétaire et fiscale, ce qui coûte aux égos nationalistes.

  • Par Biarnés - 02/02/2014 - 12:49 - Signaler un abus Analyse biaisée

    Comme toujours dans ce débat, la véritable question n'est jamais posée : Doit-on abandonner la monnaie unique pour retourner soit à une monnaie commune, soit à une monnaie nationale ? Les industriels comme les banquiers ont toujours été contre la monnaie unique et ont regretté la monnaie commune dont ils rêvent le retour.

  • Par nervall - 02/02/2014 - 13:25 - Signaler un abus federalisme avec les fonctionnaires eurocrates

    au vu du desastre de leur gestion de crise depuis 6 ans , leur confier la dirigeance de l` UE federal ????? tous ces elus en UE ne sont que des incasables dans leurs pays , les morano, dati , rompuy, barroso, redding . des nases incompetents ....en plus des commissaires lettons, bulgares, slovenes, grecs etc...qui viennent des pays en ruine vaut meiux crever par soi meme ....et garder ses leviers souverains avec ce fruit pourri euro

  • Par Ramos - 02/02/2014 - 13:39 - Signaler un abus @mx

    Croyez-vous que la zone euro ne vend ni n'achète rien à la GB, à la Suisse, au Danemark, aux USA, à la Chine etc etc etc. Cette zone ,si elle persistait , vendrait et achèterait aussi à la France.

  • Par Théoreme - 02/02/2014 - 13:58 - Signaler un abus Le débat BIAISÉ sur la SORTIE de l'€uro ou/et de l'€urope...

    NON messieurs les JOURNALEUX et POLITICARDS du SYSTEME... Le FN n'est pas le seul à démontrer la POSSIBILITÉ et la NÉCESSITÉ de se DÉFAIRE de ce carcan, et que c'est un IMPÉRATIF préalable à la REFONDATION d'une EUROPE des ÉTATS et des PEUPLES SOUVERAINS. "Debout La République - Debout La France", avec ses partenaires Anglais démontrent que la LIBERTÉ de NOTRE CIVILISATION EUROPÉENNE et nos VALEURS imposent cette ÉTAPE dans l'URGENCE. De plus, le fait que certains PAYS Européens ne sont pas entrés dans l'€uro et celui qui relève des disparités de comportements sur l'USAGE de cette €urope PATCHWORK sans FOI ni LOI, apportent la PREUVE que non seulement c'est POSSIBLE, mais que cela se FERA ! Le seul inconvénient à cette issue est la COLLUSION des €URO-SECTAIRES Politico-Médiatico-PEOPLE "Bing-Bling" qui ne font que de la PROPAGANDE pour préserver les BÉNÉFICES que l'inculture CITOYENNE leur OCTROIENT abusivement et au détriment du développement de l'HOMME EUROPÉEN! Le PEUPLE APPREND... IL SE SOUVIENDRA de cette HONTEUSE COALITION SECTAIRE de la FINANCE et de l'INTOX. Eric ADAM, NANCY, Citoyen encore un peu LIBRE de FRANCE dans cette EUROPE à DETRUIRE pour la RECONSTRUIRE

  • Par caribou - 02/02/2014 - 14:11 - Signaler un abus EURO, EUROPE: Faux débat économique.

    Le Retour ou non au franc NE NOUS EXONÈRERA PAS DES RÉFORMES VITAL. La dévaluation seul N'A JAMAIS RIEN RÉGLAIT. Ce débat est purement politique, surtout de leur bétise/veulerie/couardise; COMBIEN DE FOIS AVONS NOUS ENTENDU: ''DOIT ÊTRE RÉGLÉ AU NIVEAU EUROPÉEN'' mais sans jamais vouloir assumer le transfert de souveraineté. Et pire, fustiger par la suite LES EURO-TECHNOCRATE...

  • Par nervall - 02/02/2014 - 14:31 - Signaler un abus politique monetaire

    la monnaie dévaluée et faible rencherit les importations aux frontieres et booste les exports et servivces et attirent les capitaux investissement . la monnaie forte pousse aux delocalisations et imports massifs de produits de meme gamme moyenne qui crucifie l' UE , l'europe exporte et importe qu'en europe , foutaises , il n'y a plus que des produits de la zone dollar dans les magasins .

  • Par saintu - 02/02/2014 - 15:10 - Signaler un abus Euro ou Europe ?

    La véritable question n'est pas de sovoir si la France doit abandonner l'€uro. La vraie question est de savoir si l'UE (telle que nous la connaissons aujourd'hui) est une entité économique d'avenir pour notre pays et pour certains autres ! Et clairement on peut répondre non à cette question. Ce n'est pas l'€uro qui plombe notre économie, mais bien les diktats imposés par Bruxelles: ces politiques communes qui imposent des quotas ou des normes sans se préoccuper de savoir si elles ne vont pas générer des incompatibilités. L'Europe d'aujourd'hui est bien loin de l'Europe des 6 d'origine. Nos énarques en ont fait un hybride asexué qui ne ressemble à rien mais qui impose ses volontés à tous ! L'€uro nous a t il apporter ? Oui des augmentations inconsidérées, une économie en récession depuis 15 ans. Pour les bienfaits de l'euro, je cherche encore !

  • Par Gilles - 02/02/2014 - 16:56 - Signaler un abus Fini à terme

    Dans sa configuration actuelle l'Euro n'est plus viable. Ainsi la France et la RFA n'ont pas la même politique économique. En fait c'est le DM qui a été introduit en 2002.Dans de nombreux pays les gouvernements ne peuvent plus actionner le fameux levier de la dévaluation. La sortie est plus proche que certains l'imaginent.

  • Par mx - 02/02/2014 - 19:09 - Signaler un abus @Ramos

    Je parle en terme de représailles sachant que la France est un des pays fondateurs, comment être sur que l’Europe ne va pas se retourner contre ceux qui quitte le navire ?

  • Par FATALITAS - 02/02/2014 - 21:27 - Signaler un abus Il est quand même vrai que

    Il est quand même vrai que l'industrie réclame pas mal de main d'oeuvre et, sur fond de coûts salariaux sensiblement plus élevés en Europe de l'Ouest qu'en Europe de l'Est, de plus en plus d'entreprises délocalisent en Pologne ou ailleurs en europe, grâce à l'umps il n'y a plus de frontière en europe rien n'empêche une entreprise de s'installer dans un pays de l'ue et après avec la libre circulation des marchandises et personnes, impossible de protéger le marché national avec des droits de douane. En Pologne, Roumanie etc le smic n'est pas à 10 euros, ce n'est pas 35 heures, et les syndicats c'est loin d'être la CGT, même en Allemagne il n'y a pas de smic alors c'est sur ils peuvent nous inonder de produits à bas cout et ainsi participer à la destruction de notre industrie certains plutôt que de mourir préfèrent délocaliser pour le malheur des travailleurs Français.

  • Par Laurent de Angelis - 02/02/2014 - 22:02 - Signaler un abus ENCORE UNE QUESTION MAL POSEE !

    On se pose la question des connaissances en économie de ceux qui écrivent des articles et "experts" qui répondent. Ils tombent dans le même schéma caricatural de certains politiques. Le problème ce n'est pas : l'EURO oui / non Le problème c'est l'EURO = 1,40 $ !! En 2000 l'Euro valait 0,90 $, et tout le monde s'en portait très bien. Le problème est la surévaluation de la monnaie et ses conséquences catastrophiques pour les économies des états membres. C'est donc un problème de POLITIQUE MONETAIRE INADAPTEE.

  • Par edwige - 02/02/2014 - 22:17 - Signaler un abus Ta raison Marine ...

    La solution à nos problèmes c'est de rembourser en francs notre dette en euros 70% de notre dette est détenu par des investisseurs étrangers et 30% est détenu par l'épargne des Français et des investisseurs institutionnels. Chaque année la France doit emprunter 200 milliards d'euros sur les marchés pour financer ses dépenses (retraites, salaires des fonctionnaires, investissement de l'Etat). Le jour où la France quitte l'euro pour le franc la confiance de la France envers nos créanciers sera rompue. Les taux d’intérêts à 10 ans exploseront passeront de 2% à plus de 10% et la France fera faillite ce qui engendra une nouvelle récession mondiale étant donné l'importance de la France. L'hyperinflation et la ruine des épargnants ferait exploser la France sans compter la hausse massive des importations de pétrole. Le prix à la pompe passerait à 3 euros ce serait une folie totale. Les sociétés françaises qui verraient leurs chiffres d'affaires s'évaporer de 20% avec le changement de monnaie et la dévaluation de 20% s’enfuirait immédiatement. La fuite des capitaux et des épargnants ruinerait la France. Le programme économique du FN est du n'importe quoi.

  • Par edwige - 02/02/2014 - 22:21 - Signaler un abus Notre dette a été contractée

    Notre dette a été contractée en euros auprès de nos créanciers elle ne va miraculeusement se transformer en franc juste pour vous faire plaisir. Les investisseurs voudront être remboursés en équivalent en euros et non en francs ! Votre projet de rembourser en francs notre dette en euros est juste délirante Si on quitte l'euro unilatéralement c'est pas pour ça que nos voisins vont faire de même ! La distorsion de concurrence entre la France isolée de ses partenaires et la zone euro feront que mécaniquement toutes les entreprises quitteront la France pour s'installer et délocaliser en zone euro face à la nouvelle monnaie qui ne vaudrait rien face à l'euro (les boites françaises n'accepteront jamais de rester dans un pays où tout ce qu'ils ont gagné en euros va s'évaporer avec le passage au franc comme pour l'épargne des Français en euros qui diminuerait drastiquement avec un changement de monnaie et une dévaluation de 20 % de la nouvelle monnaie Nous ne vivons pas en économie fermée. Si tous les capitaux étrangers veulent quitter la France ils le feront et cela détruira notre pays

  • Par edwige - 02/02/2014 - 22:29 - Signaler un abus Halte à la manipulation !

    est il normal d'interviewer pour ce sujet Damien PHilippot frère de Florian Philippot et qui en tant que directeur des etudes politiques à l'IFOP a conduit le sondage sur les européennes mettant le FN à 24% !! C'est une manipulation !!! et la il se permet de faire une propagande anti euro comme son frère sous couvert d'analyse sondagières !

  • Par Equilibre - 02/02/2014 - 22:39 - Signaler un abus @Laurent de Angelis

    Fausse réponse. La politique monétaire de la BCE est la seule possible, au vu des traités. Et personne ne veut les changer, et surtout pas ceux qui ont mis toutes leurs volontés dans ces traités, à savoir l'Allemagne. Ta démonstration est en outre fausse et montre tes limites en terme de compréhension monétaire. Le problème étant la réponse d'une zone monétaire non optimale face à un choc, externe ou interne, la valeur externe du dollar a certes accéléré les choses, mais n'est en aucun cas le seul problème. Essaie encore.

  • Par edwige - 02/02/2014 - 22:48 - Signaler un abus @laurent de angelis

    surtout qu'à l'époque où l'euro valait 0.90 dollar le baril de pétrole valait 20 dollars aujourd'hui il vaut 5 fois plus Une sortie de l'euro serait desastreuse pour l'économie et rencherirait dramatiquement les prix du carburant à la pompe avec l'hyperinflation ceux la meme qui vivent dans des zones périurbaines et votent FN serait les premiers victimes d'une sortie de l'euro

  • Par vspatrick - 02/02/2014 - 23:09 - Signaler un abus L'Euro n'est qu'un outil.....

    Le problème est ce que nous en faisons. L'aveuglement general sur la dette, prétendre qu'on peut la rembourser, prétendre que l'on peut continuer sur le train de vie actuel... là sont nos vrais problèmes. Si les mentalités et les politiques ne changent pas... Euro ou pas .....

  • Par stack - 02/02/2014 - 23:11 - Signaler un abus je sort deja de l'euro

    pour les prôneur de l'Europe ok ... pas de souci a contrario qu'il m'explique, j'achète certain produit chinois ou en HTC ONE envi 200 euros chine comme tous SFR 410 euros sans le forfait j'ai pris HTC ONE envi 200 euros fonctionne parfaitement forfait red j'ai le sentiment de ne pas avoir de retour si on pouvais me dire d'où vient le HTC ONE (hahahhahah) ha zut oui certainement d'une entreprise du limousin

  • Par nervall - 03/02/2014 - 05:28 - Signaler un abus essence foutaise

    l`essence cher en france ce sont les tiip , taxes pour renflouer la non recette de l`euro , plus l`euro importe les produits zone dollar , plus le chomage augmente et plus les impots augmentent et les dettes les dettes sont en euros , detruisons le et la dette sera laminee et retour aux monnaies nationales et chacun fait ce qu`il veut , comme la suisse, le danemark, la suede etc qui s`en sortent tres bien sans se taper une prison a ciel ouvert de l` UE et ses supra fonctionnaires dont personne ne connait et sont des nases au vu du bilan desastreux

  • Par Vinas Veritas - 03/02/2014 - 07:55 - Signaler un abus Détruire la balance

    La suggestion de nervall comme de bien d'autres consiste à détruire l'outil de mesure en pensant détruire le problème. Parce que la balance n'existe plus ils s'imagine que la dette disparait par l'enchantement. du bandeau noir.. Il ne faut jamais cesser de répéter que l'outil ne fera jamais de miracles dans les mains d'un incapable. Or, la lie du vin devint devin et notre coupe en est pleine. Ca tache et et ça pourrit la vie surtout que la lie la plus immonde se trouve dans le gros rouge.

  • Par celasepasseenfrance - 03/02/2014 - 10:29 - Signaler un abus Après le FMI, la Bundesbank

    Après le FMI, la Bundesbank préconise aussi une taxation exceptionnelle sur l'épargne http://www.express.be/business/fr/economy/apres-le-fmi-la-bundesbank-preconise-aussi-une-taxation-exceptionnelle-sur-lepargne/201597.htm

  • Par Salaudepatron - 03/02/2014 - 10:52 - Signaler un abus Ne serait ce que parce que les politiques Français

    sont tellement nuls, il me semble totalement déraisonnable de sortir de l’Euro, pour re-confier la gestion du Franc à ces incapables ! Et vu la position actuelle de la France ( Mercy Flamby ! ) au plus bas, il serait aberrant de sortir en ce moment, nous aurions tout à y perdre, avec une dévaluation phénoménale... Et il faut bien reconnaître que l’Euro facilite énormément les échanges internationaux, qui profitent malgré tout beaucoup au pays, quoi qu’en disent les Franchouillards pur jus. Donc NON, une sortie de l’Euros serait une énorme connerie, même s’il est vrai que sa mise en place n’a pas été assez réfléchie, avec un manque d’homogénéité flagrant des pays membres. Et même si M.Le Pen arrivait au pouvoir, elle n’aurait pas d’autre choix que de se renier et de se ranger à la logique du maintient. Toute autre décision serait suicidaire !

  • Par rudi11 - 03/02/2014 - 13:18 - Signaler un abus l euro ? l escroquerie du siècle..........

    il suffit de se rappeler...... un livre de poche valait quelques francs; celui que j ai acheté ce matin 9,60 euros idem pour les fruits et legumes.... maintenant je recalcule systematiquement en francs et je me dis que ce n est pas etonnant que le nombre de millionnaires se soit multiplié depuis 2000... helas les salaires n ont pas suivi cette multiplication magique.... l UMPS toujours d accord pour les mauvais coups nous a menti, ils persistent à sauver cette monnaie de singe, et ruinent tous les français, mis au chomage, avec des retraites minima.

  • Par edwige - 03/02/2014 - 14:20 - Signaler un abus Ta raison Marine ....

    La solution à nos problèmes c'est de rembourser en francs notre dette en euros. C'est de dévaluer à 20/ 25% la nouvelle monnaie ce qui engendrerait une hyperinflation et runierait les épargnants. Avec un franc le pen dévalué par rapport à l'euro quelqu'un qui aurait 4000 EUROS d'épargne se retrouverait avec près de 3000 euros d'épargne. 1000 euros de perte seche d'épargne qui dit mieux ? Le rencherrisement des importations ferait exploser le prix du carburant à la pompe les memes catégories populaires qui votent FN et qui vivent dans des zones périurbaines serait les premiers touchés avec un prix à la pompe de près de 3euros le litre La solution à nos problèmes c'est de faire fuir les investisseurs etrangers en France qui emploient 3 millions de personnes et mettre en danger ces 3 millions d'emplois. Qui dit sortie de l'europe dit sortie du marché unique nos boites ne pourraient plus exporter de manière avantageuse envers nos partenaires européens qui constituent l'essentiel de nos exportations ! La fuite massive des capitaux hors de France , les delocalisations et la hausse des taux d'interet de 2 à 10% ferait exploser la France. en 2 semaines la france serait ruinée et un paria

  • Par ignace - 03/02/2014 - 16:33 - Signaler un abus ce que je sais c'est que Sarko ou Hollande sont des

    incapables les français disent NON au referendum , Sarko le traduit par un OUI a Lisbonne Sarko rallonge l'ardoise de 550 milliards Ce qui ne veut pas dire que les pseudos socialistes auraient fait mieux (certainement pas) mais les faits sont les faits

  • Par vangog - 03/02/2014 - 17:30 - Signaler un abus @edwige Le Franc à vécu plusieurs dévaluations

    qui l'ont amputé de 99% de sa valeur, depuis 1905. Les Français épargnants ont-ils été ruinés? Non! La France a-t-elle cessé d'importer du pétrole et du gaz plus chers? Non! L'Industrie française s'est-elle enfuie à l'étranger? Non! Les investissements? Ils ne peuvent pas être plus bas qu'aujourd'hui et risquent de revenir vers une industrie rendue compétitive par la dévaluation. Les exportations ont-elles été relancées? Oui! Le chômage s'en est-il trouve mieux? Oui! Vous voyez qu'il ne faut pas écouter les prophètes de malheur qui travaillent pour les Madoffs et autres financiers, ceux qui ont tout intérêt à ce que la pyramide de Ponzi des dettes et du chômage grandisse, grandisse...jusqu'à exploser!

  • Par jesuismoi - 03/02/2014 - 20:41 - Signaler un abus Dans l'état ou est notre industrie

    ... est-ce que la réponse n'est pas déja trouvée ? Peut-on vraiment jouer cette carte ?... le mal est peut-être déja fait.

  • Par edwige - 03/02/2014 - 21:00 - Signaler un abus @vangog

    Vous ne pouvez pas comparer , le monde a changé depuis le 19eme siècle au cas ou ca Vous aurait echappé... Désormais il ya un marché unique en Europe si la France sort de l'Europe et s'isole de ses partenaires c'est l'autarcie qui l'attend A votre avis pourquoi aucun pays du Sud n'a souhaité sortir de l'euro ? Ils ont préféré la douloureuse austérité à l'autarcie et le retour à une monnaie de singe qui ne vaudrait rien face à l'euro Aucun des pays ayant subi la crise n'a quitté notre zone monétaire intégrée pour retrouver une monnaie nationale. Le fait de quitter une zone monétaire intégrée c'est cela qui est véritablement dangereux Pour pouvoir se mettre à niveau du club de la zone euro, la France devrait faire des sacrifices insurmontables Ce que propose Mme Le Pen c'est l'isolationnisme de la France (comme si le fait de s'isoler du reste de l'europe et du monde allait faire disparaitre la concurrence internationale) et le protectionnisme (comme si en faisant du protectionnisme il n'y aurait pas de représailles et il n'y aurait pas de guerre commerciale contre la France Si la Chine avait mis à execution ses menaces contre le vin français il n'y aurait pu y avoir 1desastre

  • Par edwige - 03/02/2014 - 21:04 - Signaler un abus @vangog

    ..il y aurait pu avoir un desastre envers nos entreprises exportarices de vin . Le programme économique d'extreme gauche du FN est complètement délirant . Tant qu'elle défend un tel programme elle est elle meme son meilleur barrage

  • Par edwige - 03/02/2014 - 21:08 - Signaler un abus incapable de dire comment FN veutfinancer sespropositions démago

    Ramener la défense à 2% du PIB c'est 50 milliards en 5 ans (10milliards /an) Retourner à la retraite à 60 ans alors que notre système de retraite est de plus en plus déficitaire c'est 24 milliards / an (120 milliards en 5 ans) Augmenter les bas salaires de 200 euros c'est 20 milliards / an chiffre que Mme Le Pen ignorait avant que Mme Lapix lui démontre que 8. 5 millions X 200 X12 ca fait 20 milliards Rien que ces 3 propositions couteraient 270 milliards en 5 ans Elle propose quoi pour financer tout ca ? Et je ne compte pas le cout desastreux pour notre économie d'une sortie de l'euro alors qu'il faut lever 200 milliards chaque année sur les marchés pour financer nos dépenses et de l'isolement et de la guerre économique contre la FRance qui s'en suivraient, l'arret des subventions des PAC pour lesagriculteurs etcC'est facile de critiquer Besancenot le fait très bien aussi mais dès qu'on rentre dans les propositions c'est juste du n'importe quoi, de la démagogie à toutes les sauces et sans limites peu importe si ce qu'on propose est financable et crédible ou pas. L'important c'est de ratissser un max en promettant tout et n'importe quoi.

  • Par edwige - 03/02/2014 - 21:10 - Signaler un abus Si quelqu'un est capable de

    Si quelqu'un est capable de démontrer comment elle finance ces 270 milliards en 5 ans + cout de la sortie de l'euro + arret de la PAC + financement des retraites + 200 milliards chaque année à lever sur les marchés pour financer nos dépenses je suis preneur ! j'ai regardé le programme du FN il n'ya rien de financé et rien de crédible !

  • Par boblecler - 03/02/2014 - 22:20 - Signaler un abus SARKO a laissé 600 milliards de dettes à payer

    SARKO a laissé 600 milliards de dettes à payer et les indolents et incompétents de l'UMP ont toujours refusé l'abrogation des 80 milliards annuels d'alloc rsa alors que les allocations sont versées à partir du deuxième enfant (inégalité des français devant l'impôt) et de 170 milliards de niches fiscales et d'aides aux grandes entreprises. Pourquoi déshabiller les artisans et les PME pour les grandes entreprises? http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport-concours-publics-etablissements-credits.pdf http://www.ccomptes.fr/fr/content/download/1412/13931/version/2/file/Rapport-concours-publics-etablissements-de-credit-mai2010.pdf http://www.andlil.com/les-previsions-de-croissance-europeenne-7045.html http://www.igf.finances.gouv.fr/webdav/site/igf/shared/Nos_Rapports/documents/2012/Agences%20de%20l%27Etat/2011-M-044-01%20Agences%20de%20l%27Etat%202.pdf http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000525/0000.pdf

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Joseph Macé-Scaron - Philippe Simonnot - Damien Philippot

Joseph Macé-Scaron est journaliste et essayiste. Il est directeur adjoint de l'hebdomadaire Marianne.

Philippe Simonnot est économiste. Son dernier ouvrage en librairie s’intitule Chômeurs ou esclaves, Le dilemme français, Ed. Pierre-Guillaume de Roux. En 2012, il publie La monnaie, Histoire d’une imposture, aux Editions Perrin, en collaboration avec Charles Le Lien.

Damien Philippot est directeur des études politiques à l'Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€