Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Quand la Mairie de Paris débaptise minutieusement ses rues pour qu’elles soient en “écho avec l’histoire des migrations”

Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Dernière victime en date : le compositeur Henri Dutilleux.

Réécriture

Publié le
Quand la Mairie de Paris débaptise minutieusement ses rues pour qu’elles soient en “écho avec l’histoire des migrations”

La mairie de Paris a tendance à vouloir réécrire l'histoire par le biais des noms de rue. Crédit Reuters

La bêtise, le dogmatisme et surtout l’ignorance de nos édiles parisiens n'ont pas de limite. Deux de ses élus socialistes, Monsieur Christophe Girard, maire du IVe arrondissement, et Madame Karen Taïeb, conseillère de Paris, se sont récemment couverts de honte avec l’affaire de la plaque commémorative du compositeur Henri Dutilleux. Ce triste épisode est révélateur de la guerre des mémoires et du révisionnisme qui ronge la société française. 

Depuis plus d’une dizaine d’années, la Mairie de Paris s’est fait une spécialité : réviser les noms de rue, plaques et autres noms d’établissement selon les critères de la bien-pensance et du politiquement correct. Cette « chasse aux sorcières » traduit les obsessions, les phobies dont souffre la société et explique la grave crise d’identité que nous traversons actuellement.

Ce nouveau révisionnisme s’inscrit dans la lignée du rapport du conseiller d’Etat, Thierry Tuot, commandé par le gouvernement Ayrault qui demandait que l’on débaptise les rues et les places de nos villages pour les renommer « en écho avec l'histoire des migrations ». 

Rappelons brièvement l’affaire du grand compositeur Henri Dutilleux, mort en 2013 dans le 4e arrondissement de Paris. Il était question d’apposer une plaque commémorative sur son ancien domicile. Le Comité d’histoire de la Ville de Paris s’y est opposé  pour « faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Dutilleux, collabo avec les Nazis, il ne manquait plus que cela ! Sous le prétexte d’avoir écrit la musique d’un film obscur, Forces sur le stade, réalisé par Marcel Martin en 1942 en direction des patrons d'usines pour les inciter à construire des terrains de sport près des lieux de travail des ouvriers, le voici voué aux gémonies. Alors que la vérité historique est l’exacte opposée. Henri Dutilleux s’est engagé dès 1942 dans un réseau actif de résistance. Membre du Front National des musiciens, il a mis en musique de nombreux textes clandestins en 1944. Puis aux  côtés de Lucie et Raymond Aubrac, il a été membre du comité d'honneur du musée de la Résistance nationale (MRN). Mais le voilà banni parce qu’il a osé faire son métier durant les années sombres de l’Occupation. Christophe Girard, le maire mondain du 4ème arrondissement de Paris, approuve le verdict de son comité  et « tient à noter des faits de collaboration avec le régime de Vichy ». Son dernier tweet (bien peu courageux et retiré le 17 mars…) enfonce le clou en comparant la position de Dutilleux à celle de Céline …«Je ne fais que suivre les recommandations du Comité d’histoire de la Ville. L-F Céline est un grand écrivain mais…». Les points d’exclamations du responsable de l’ignominie sont éloquents…Anne Hidalgo renchérit en affirmant que « le temps n'est pas opportun… »

Le  lynchage  de la mémoire du grand compositeur soulève un tollé général. Jack Lang lui-même, déclare: «On est abasourdi par ce mélange d’incompétence et de veulerie ! ». Le coup de grâce étant asséné quand l’adjointe au maire en charge de la mémoire, Catherine Vieu-Charlier, publie un communiqué expliquant qu’après expertise, la mairie de Paris fait son mea culpa et reconnait  le « caractère disproportionné et inadéquat de son avis initial qui mentionnait de supposés faits de collaboration » et rectifie « de premières indications hâtives ayant jeté le trouble de manière injustifiée ». Son communiqué se conclut en annonçant que la plaque commémorative devrait finalement être posée prochainement  sur un immeuble de l'Ile Saint-Louis dans lequel vécut Dutilleux. Mais le mal est fait…

Triste équipe que celle de Madame Hidalgo et de ces personnes sensées représenter la «culture» à Paris, mais qui, au fond, la méprisent. On savait déjà qu'elle n'aimait pas la musique classique avec la remise en cause récemment d'une partie du financement des conservatoires de musique jugés trop élitistes. Christophe Girard, tout puissant adjoint de Bertrand Delanoë de 2001 à 2012, conseiller régional d'Île-de-France depuis 2010, a passé dix ans aux affaires culturelles tout en cumulant, parallèlement à ses fonctions municipales, celle de directeur de la stratégie mode du groupe LVMH. Dix années qui sonnent creux. « Autant nommer Rika Zaraï ministre de la Santé », avait ricané son protecteur, Pierre Bergé. Dix années où l’on préfère subventionner l'opération Paris-Plage - 600 000 euros de crédits culture engloutis - les Nuits Blanches ou la Techno parade… plutôt que la culture dite « classique ». Mais voilà pas grand monde n'ose contester, l’important n'est-il pas que les électeurs bobos soient satisfaits.

L'attitude de Monsieur Girard comme de Madame Taïeb, dénotent autant la bêtise de l’inculture qu’une ignorance sectaire et idéologique. Le compositeur Henri Dutilleux comparable à Olivier Messiaen et Pierre Boulez, héritier de Ravel et de Debussy a fait rayonner la musique française. Ses œuvres sont joués dans le monde entier, c'est ce qui rend ridicule la décision de la Mairie. Refuser d'accrocher sa plaque commémorative, alors que Pablo Picasso, Jean-Paul Sartre ont, avec l’avec l’aval des Nazis, abondamment exposé, publié et fait jouer des pièces de théâtre dans le Paris occupé de 1940 à 1944. Alors que nous trouvons des plaques et des rues  Maurice Thorez (secrétaire général du PCF qui a déserté en 1940), et des rues Staline (à Essômes-sur-Marne), et des avenues Lénine à Nanterre ou à Arcueil,  toutes ces icônes de la supposée « gauche » intellectuelle ? Faudra-t-il bientôt débaptiser les rues et les lycées aux noms de révolutionnaires : Robespierre, Danton et Carnot ? Après tout, le premier est responsable de la Terreur -mais aussi un des rares hommes de l’histoire de France qui n’ait jamais été corrompu…-, le deuxième  ferma les yeux sur les massacres de Septembre 1792, et le troisième, membre du Comité de Salut Public, joua un grand rôle dans la répression des Vendéens. Sans doute ont-ils eu des torts ; mais qui sommes-nous pour les juger ? Le problème de Dutilleux est probablement qu'il n'était ni socialiste, ni communiste... Qu’auraient fait Girard, Delanoë et Hidalgo sous l'occupation ? Tous ces politiciens ignorants oublient que la majorité de la population n'était ni résistante, ni «collabo» mais « attentiste ». Voilà où nous conduit le quasi abandon des grands enseignements de l’Histoire, la baisse générale du niveau de culture de nos hommes politiques. Car la damnatio memoriae de Dutilleux en rappelle d'autres... 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par phegp - 12/04/2015 - 10:30 - Signaler un abus Ce n'est hélas qu'un énième épisode...

    de l'entreprise de démolition nationale cornaquée par Bouffon 1er qui n'est même pas capable de prononcer le mot "chrétiens" en parlant des massacres récents.

  • Par Benvoyons - 12/04/2015 - 11:57 - Signaler un abus d'ailleurs ils doivent en ce moment penser qu'il faudrait

    changer le nom de place Charles De Gaulle par Delanoé et bientôt la Concorde par Hidalgo retraitée à 51 ans.

  • Par clclo - 12/04/2015 - 13:07 - Signaler un abus De Clovis au Comité de salut

    De Clovis au Comité de salut public, j’assume tout », disait Napoléon. de Clovis à DE Gaulle , j'assume tout , voilà ce que devraient signer les nouve

  • Par vangog - 12/04/2015 - 14:45 - Signaler un abus Membre du "Front Natioal des musiciens", Dutilleux?

    Alors, là , je ne savais pas...et je comprends mieux l'acharnement de ces "penseurs uniques" d'un autre monde et d'un autre temps, à détruire le passé, afin de "régénérer la pensee" (techniques apprises aux Khmers rouges par les professeurs de La Sorbonne...). Contre ces idéologues passéistes et réactionnaires, Paris réclame que les Gavroche remontent sur les barricades de la résistance au fascisme de l'esprit, afin de sauver çe qui reste de son âme, mais en s'opposant par les armes de la pensée, bien-sûr! si l'esprit ne suffit pas, ils risqueront leur vie contre les socialistes fascistes!

  • Par protagoras - 13/04/2015 - 02:34 - Signaler un abus Place de l'Etoile

    Cette place continue, heureusement pour elle, à être nommée place de l'Étoile plutôt que Charles de Gaulle car le seul autre nom qu'elle aurait mérité était place Napoléon 1er. L'obscur vainqueur de Moncornet en Mai 1940 ne mérite pas cet excès d'honneur !!!!

  • Par marion1183 - 13/04/2015 - 10:26 - Signaler un abus Bonaparte

    Quid de la rue Bonaparte?

  • Par Cepatoufau - 15/04/2015 - 08:34 - Signaler un abus Mise au point

    Merci pour cette mise au point. Ces "forces de progrès" se dévoilent tous les jours. Défendant la liberté à coup de réécriture de l'histoire imposant LEUR vérité à l'image des dictatures les plus basses. Cela fait longtemps qu'ils ont fait main basse sur notre argent, sur nos pensées, puis maintenant notre histoire, pour finir par nos organes : loi santé de Mme Marissol. Les français sont réduits en objet par cette nouvelle pensence étriquée. Ne vous avisez pas de vous mettre en travers, selon l'interlocuteur concerné, vous seriez coupable d'homophobie, de mysoginie, de racisme ou à défaut de réactionisme. Ils ne se rendent pas compte à quel point ils font le lit du FN en imaginant "éduquer". Bonne semaine.

  • Par vangog - 15/04/2015 - 14:19 - Signaler un abus Rue Staline, Lénine, Marx...

    Les 80 millions de morts du socialo-communisme n'empêchent pas les Maires révisionnistes gauchistes de continuer à baptiser leurs rues du nom de dictateurs "renommés"...à quand une rue pour Hitler, le premier des socialistes, dans une mairie de gôôôôche?

  • Par Fulcherus - 15/04/2015 - 16:44 - Signaler un abus ... censées représenter la "culture" et non sensées représenter

    ...cette correction pour la culture orthographique...pour le reste je signale que Sarte et Simone ont écrit dans une revue collabo (les références sont données par Michel Onfray dans le cours qu'il a donné sur Simone de Beauvoir.

  • Par Anguerrand - 15/04/2015 - 20:11 - Signaler un abus A Fulcherus

    Vous avez raison, les Beauvoir, Sartre, Montand, etc ont glorifié le communisme comme beaucoup de politiques Trotskistes actuels, pas un seul n'a jamais émis le moindre regret quand la vérité sur les crimes du communisme pourtant patents. C'est vrai que le voyages payés par le PC le long de la mer Noire étaient si agréables. Ces salauds traitaient leurs adversaires du communiste de fasciste, et ça continue....

  • Par JG - 16/04/2015 - 00:07 - Signaler un abus Un seul nom : L'amour de l'autre jusqu'à la haine de soi

    Un syndrôme typiquement UMPS....Cela avait déjà commencé avec Chirac et le regroupement familial, l'interdiction - en accord avec Jospin le trotskyste- de mentionner les origines chrétiennes de l'Europe, la phrase célèbre du même traitre à sa patrie " la France a autant de racines musulmanes que chrétiennes" S'il avait dit pendant la guerre de 40 "Le France a autant de racines allemandes que latines", il aurait été fusillé pour collaboration à la libération. Il semblerait que nos hommes politiques soient plus "tolérants" avec l'islam. Continuez comme ça membres des "élites" politico-économico-médiatiques et vous l'aurez votre guerre civile

  • Par FIGAROCB - 16/04/2015 - 09:25 - Signaler un abus LA BETISE HUMAINE !

    La bétise des socialistes n'a pas de frontrière ! Ils spnt totalmeent idiots et incultes et osent se présenter comme des élites ! Ils sont obsédés par la négation de la religion catholique ! Par contre, la religon islamique remporte tous leurs suffrage ? Fête de "ramadan" alors que les fêtes chrétiennes sont soigneusement ignorées, voir dilipandées ! Marre de ces "clowns" qu'ils ailmlent au diable ou qu'ils quittent la France pour le nouveau "califat".

  • Par Lecurieux - 17/04/2015 - 12:03 - Signaler un abus lecurieux

    Depechons nous car avec la nouvelle loi pondue par nos zelites nous ne pourrons plus commenter leurs âneries. Vive la liberté d'expression.

  • Par Anouman - 17/04/2015 - 21:24 - Signaler un abus Dutilleux

    Il est clair que sa musique doit passer largement au dessus de la tête (et des oreilles donc) de Mme Hidalgo. Mais tout aussi largement au dessus de ses électeurs et au dessus des électeurs de son ex-rivale NKM que l'on ne peut imaginer plus cultivée (ni ses électeurs). Même dans les réactions on voir des gens se plaindre de rues Karl Marx (ils n'ont d'ailleurs pas du le lire) ou Staline (sans lui on attendrait désespérément que les nazis arrêtent de nous botter le cul même si Churchill et Roosevelt ont eu toute leur importance, surtout Churchill, d'ailleurs). On a les élus qu'on mérite et avec un peuple français aussi abruti on n'est pas près d'avoir les bons.

  • Par jurgio - 17/04/2015 - 21:37 - Signaler un abus Une chose est sûre

    le fascisme s'importe bien.

  • Par Deudeuche - 18/04/2015 - 10:46 - Signaler un abus Il va falloir débaptiser à fond en 2017

    Plus que 2 ans à tenir, "ami entends tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines....". Nos corbeaux islamo-socialo-postmodernes seront partis dans 2 ans, 2 ans à tenir, tenir, tenir!

  • Par jurgio - 18/04/2015 - 23:40 - Signaler un abus Après le mur des cons

    des rues pour des cons.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dimitri Casali

Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014), le manuel Lavisse-Casali (Armand Colin, 2013), L’Histoire interdite (JC. Lattès, 2012), L’Altermanuel d’Histoire de France (Perrin) - prix du Guesclin du livre d’histoire 2011. Il est le co-auteur de l'ouvrage L'Empire colonial français (éditions Gründ, 2015).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€