Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le véritable chômage ne baissera pas en France cette année

Le gouvernement est tenté de faire bouger les statistiques pour respecter la promesse du chef de l’Etat d’inverser la courbe du chômage. Mais, à terme, il faudra bien se rendre compte qu’il n’y aura pas de véritables créations d’emplois, alors que depuis l’élection de François Hollande le nombre des chômeurs de catégorie A a bondi de près de sept cent mille.

Editorial

Publié le
Pourquoi le véritable chômage ne baissera pas en France cette année

Alors que le quinquennat de François Hollande entre dans sa dernière phase, la promesse du chef de l’Etat d’inverser la courbe du chômage paraît de plus en plus illusoire. Au point que la tentation est grande d’utiliser des subterfuges pour faire bouger les statistiques. Deux procédés sont à l’œuvre : le premier est apparu pour les chiffres de janvier, grâce à un nombre important de radiation, opéré par Pôle Emploi, qui a permis de laisser croire à un recul du chômage touchant 27 000 individus. Le second se manifestera au fil des mois à venir grâce au développement de formations artificielles par des stages qui permettront là aussi de jouer sur les statistiques.

Mais au terme de la période, il  faudra bien se rendre compte qu’il n’y aura pas de véritables créations d’emplois, alors que depuis l’élection de François Hollande le nombre des chômeurs de catégorie A a bondi de près de sept cent mille.

Déjà, sur le plan international, le climat n’est pas à l’euphorie. Les grands argentiers de la planète réunis en Chine ont au menu de leurs travaux des prévisions pessimistes des experts : partout le ralentissement de la conjoncture est à l’œuvre et a posteriori  2015 apparaîtra comme  une année bénie, au moment où les nuages s’amoncellent sur la planète. Au demeurant le Fonds  Monétaire International vient de lancer un avertissement sur les risques de déraillement de la reprise qui était à l’oeuvre, face aux dérèglements des marchés financiers, aux soubresauts qu’on observe sur les places boursières, à la guerre des devises qui fait rage, aux difficultés accrues des pays producteurs de pétrole ou de matières premières qui mettent en péril  le commerce international, avec le risque de fermetures de certaines frontières accru par les mouvements  migratoires des réfugiés.

Dans ce contexte aucun organisme sérieux analysant la conjoncture ne croit aux prévisions affichées par le gouvernement français de réaliser cette année une croissance de 1,5%, qui serait pourtant indispensable si l’on voulait caresser le moindre espoir d’infléchir la courbe du chômage.

Il s’y ajoute dans notre pays un climat délétère de fin de règne, où l’opinion médusée assiste aux déchirements de la majorité au pouvoir.  Déjà la loi Macron qui prévoyait un début de réformes a été vidée de sa substance, alors qu’une campagne de pétitions s’organise pour tuer  dans l’œuf la réforme du code du travail que le gouvernement tente  de mettre sur pied et dont l’avenir parait plus incertain que jamais. Les violentes attaques de Martine Aubry et des frondeurs contre les projets de réforme achèvent de ruiner les espoirs de changement que pouvaient espérer les chefs d’entreprise. Dans ce contexte, ils  ne peuvent que se réfugier dans une atmosphère défensive, la  tentative de reconstituer avant tout des marges de compétitivité dans un climat international où la concurrence fait rage et de reporter leurs investissements  à une période moins houleuse. C’est dire aussi que l’on continue de prendre du retard sur les changements que réclament  tous nos partenaires, qui progressent eux, à notre détriment et au rayonnement de la France, toujours soumise à un Etat organisé selon les schémas du passé que la gauche de Martine Aubry entend pérenniser, avec ses déficits records qui ont pour conséquence de tourner le dos à la croissance et de continuer à importer du chômage.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 26/02/2016 - 09:08 - Signaler un abus Révoltant

    Comment peut-on accepter que l'objectif d'un gouvernement soit juste de commencer à réduire le nombre de chômeurs ? Le but est le plein emploi, pas d'afficher des stats trafiquées avec des dixièmes de points de moins que l'année précédente, en faisant croire que la politique menée est un succès.

  • Par Ganesha - 26/02/2016 - 11:11 - Signaler un abus Chansonnette

    Toujours la même petite chansonnette stupide : ''l’on continue de prendre du retard sur les changements que réclament  tous nos partenaires, qui progressent eux…'' Uniquement destinée à apporter un ''petit déclic de plaisir'' aux connards de lecteurs de droite qui viennent ici essayer de se remonter un peu le moral. Bien sûr, aucune analyse : une affirmation aussi absurde ne résisterait pas plus de quelques secondes à un début d'analyse. Tout cela repose sur l'ignorance crasse des papys qui cherchent seulement à ce qu'on les laisse mourir tranquilles, bercés par leurs douces illusions…

  • Par vangog - 26/02/2016 - 11:37 - Signaler un abus 27000 radiés, en Janvier...la gauche est-elle inhumaine?

    Elle qui nous assène, à longueur de médias aux ordres, ses bons sentiments sirupeux et droidelhommistes, se fiche de laisser des Français sur le bord du chemin, pour la gloire éphémère du grand Timonnier de pédalo...Impensable, non? Et les médias aux ordres? Leur avidité pour les subventions gouvernementales est-elle capable de leur clôre le bec et assècher leur plume, comme de vulgaires propagandistes de dictatures d'avant-mur? Les socialistes hitleriens n'auraient pas renié cette manière de faire...

  • Par Anguerrand - 26/02/2016 - 11:58 - Signaler un abus A Ganesha le grossier

    La réponse d'un " connard " de droite ( toujours le reflet d'une belle éducation ) : je vous ferais remarquer que dans votre propos il y aurait comme une contradiction. Vous faites remarquer que les autres pays qui nous entourent qui ont des " connards comme décideurs" réussissent et sont au plein emploi. Ce serait bien d'abandonner vos insultes d'une manière générale comme par exemple sur les " papys connards de droite" àlors que s'il n'y avait que ces " connards de papys" etaient les seuls à voter à droite la France ne serait pas majoritairement à droite. Par contre comment appeler les fn- marxistes comme vous qui n'ont jamais rien fait de leur vie?

  • Par zouk - 26/02/2016 - 13:27 - Signaler un abus Chômage

    Oui, il restera élevé. Avec l'nieptie de notre gauche, ce n'est certainement plus une nouvelle.

  • Par zouk - 26/02/2016 - 13:29 - Signaler un abus Chômage

    Oui, il restera élevé. Avec l'ineptie de notre gauche, yc gouvernementale,ce n'est certainement plus une nouvelle. A Anguerrand: ne perdez pas votre temps, Ganesha est indécro

  • Par zouk - 26/02/2016 - 13:30 - Signaler un abus .....table, ignorez le

    .....table, ignorez le

  • Par Ganesha - 26/02/2016 - 15:50 - Signaler un abus Votez Sarko !

    Comment ne pas se mettre en colère, face à un article tel que celui-ci ? Je le qualifierais plutôt de ''tract électoral'' ! Certes, il devient de plus en plus délicat d'affirmer que l'économie mondiale va bien ! Contrairement à d'autres intervenants ou commentateurs réguliers, mr. Garibal ne nous chante donc pas ''Madame la Marquise'', et les 2ème et 3ème paragraphes sont assez explicites ! Ce qui m'a choqué, c'est le ''gros clin d’œil de péripatéticienne'' final, destiné aux moins intellectuellement favorisés des lecteurs… ''Votez Sarko ! ''. Il semblerait même que certains s'y sont laissés prendre !

  • Par lexxis - 27/02/2016 - 09:06 - Signaler un abus POUR GANESHA

    La virulence de l'insulte atteste de l'inexistence de la réflexion. Lamentable! D'ailleurs, à voir l'état actuel de la gauche avec les coups de menton d'Aubry et son incapacité foncière à s'engager à fond, la droite n'a pas à se remonter le moral, elle doit seulement veiller à convaincre tous ceux qui l'ont perdu.

  • Par Ganesha - 27/02/2016 - 09:54 - Signaler un abus insulte

    Pour moi, ''connard'' est un terme affectueux, mais ''Sarkozyste'' est une insulte extrêmement humiliante !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€