Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pourquoi le grand remplacement par les robots est largement exagéré

Souvents décrits comme la première source de perte d'emplois à l'avenir, les robots pourraient au final créer bien plus d'emplois qu'ils n'en détruiront.

Robotique

Publié le
Pourquoi le grand remplacement par les robots est largement exagéré

Atlantico : Plusieurs études académiques ont, par le passé, souligné l'impact négatif potentiel des robots sur l'emploi. Pourtant, un nouveau rapport semble indiquer que cet impact serait exagéré, notamment en raison d'effets différenciés selon le type de robots, si certains d'entre eux remplacent certaines taches, d'autres sont créateurs d'emplois. Quelle est la réalité de la situation, comment expliquer des vues parfois aussi divergentes d'une étude à l'autre ? 

Michel Volle : Le mot "robot" a plusieurs définitions différentes. Pour ceux qui croient réalisables les promesses de la série Westworld le robot doit être un humanoïde que rien ne distingue d'un être humain, si ce n'est son fonctionnement intime : des chercheurs japonais s'efforcent de le concevoir pour remplir les tâches ménagères. 

Pour d'autres, et c'est sans doute l'opinion la plus répandue, le robot est la machine qui, dans une usine, exécute automatiquement des tâches comme souder ou peindre les carrosseries des voitures, remplir et étiqueter des récipients de produits alimentaires, etc. 

D'autres enfin - et c'est mon point de vue - pensent que nos équipements informatiques - systèmes d'information, ordinateurs de bureau, téléphones et tablettes "intelligents", etc.

- sont des robots car ils accomplissent automatiquement la tâche pour laquelle ils ont été programmés. La programmation s'applique aux tâches répétitives et bien définies : la robotisation n'est donc de façon générale rien d'autre, dans nos entreprises, que l'automatisation des tâches répétitives physiques ou mentales.

Cette automatisation crée des emplois car il faut concevoir les automates, les construire, les superviser et assurer leur entretien. Elle en détruit aussi, car une part importante des emplois de la main d'oeuvre, et aussi des emplois intellectuels, était consacrée à des tâches répétitives dans le monde antérieur à l'informatisation.

La question est de savoir s'il existera plus d'emplois créés que d'emplois détruits. Il faut situer cette question dans l'évolution historique pour pouvoir lui répondre. 

Ainsi, il apparaîtrait que les robots qui représentent une menace réelle pour certains emplois seraient des robots "totalement autonomes, multitâches, et sans opérateur humain", ce qui limiterait sensiblement le spectre de l'intitulé "robots". En se basant sur une telle définition, quels sont, dès lors, les emplois les plus menacés ?

L'automatisation, et de façon plus générale l'informatisation, ont introduit dans les entreprises, l'économie et la société une transformation qui frappe d'obsolescence nombre des raisonnements, règles et formes d'organisation auxquelles le système technique antérieur les avait habituées. 

Lorsque les tâches répétitives sont automatisées, la main d'oeuvre de naguère disparaît en effet pour faire place, dans l'emploi, à un "cerveau d'oeuvre", c'est-à-dire à des personnes à qui l'entreprise demande d'accomplir des tâches qui, n'étant pas répétitives, demandent de l'initiative, du discernement et l'esprit de responsabilité. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par patafanari - 10/07/2017 - 11:44 - Signaler un abus French Tech

    A l'Assemblée Nationale, les robots en marche ont été mis en place avec un certain succès.

  • Par jerome69 - 10/07/2017 - 16:08 - Signaler un abus cela détruit des emplois !

    Quoiqu'en dise Mr Volle, la robotisation détruit des emplos. je travaille dans l'industrie depuis +30ans et je vois bien les jobs disparaitre. Mais aussi dans la vie de tous les jours, plus de caissière dans les magasins--> caisse automatique; idem pur les péages. pour reprendre l'exemple de l'ordinateur, depuis son arrivée en entreprise , le nombre de secrétaires et d'assistantes a été fortement réduit. je vous parle pas dans les ateliers où les robots ou automatisme remplace ce que faisait l'homme. le plus grave dans tout cela c 'est que les emplois supprimés sont des job à basse qualification ce qui supprime des emplois pour les personnes arrivant sans ou avec un faible formation. cela crée effectivement des job technique, quand ils sont en France. car la conception d'un ordi ou sa fabrication ne sont pas faite dans lhexagone. mais on ne peut pas aller contre, surtout en France où c'est le seul moyen de résister à la concurence. ( ce qui explique aussi la forte productivité individuel, car l humain qui reste est entouré de robot en france, ce qui n 'est pas le cas dans les pays où la main d'oeuvre est moins chère)

  • Par valencia77 - 10/07/2017 - 20:07 - Signaler un abus tous ces ordinateurs pour simplifier le travail de burau!

    Et la majorite des citoyens sont employes ded bureau....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Volle

Michel Volle est économiste français.

Diplômé de l'École Polytechnique et de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique, il est l'auteur d'un blog dédié à l'actualité économique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€