Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

PMA, GPA : cette pression idéologique qui pousse les Français à se “convertir” sans nécessairement adhérer profondément à la vision de la société qu’on leur propose

Selon un sondage récent effectué par l’institut BVA pour le Nouvel Observateur concernant la PMA (Procréation Médicalement Assistée) et la GPA (Gestation Pour Autrui) et d’une façon générale sur les nouvelles parentalités, il apparaît que le jugement des Français sur ces sujets a évolué de façon significative depuis le débat sur le mariage pour tous en 2013.

Idéologie

Publié le
PMA, GPA : cette pression idéologique qui pousse les Français à se “convertir” sans nécessairement adhérer profondément à la vision de la société qu’on leur propose

Atlantico : Il ressort de ce sondage que les Français sont désormais favorables à 58% à la PMA en ce qui concerne les couples de femmes et à 55% à la GPA en ce qui concerne les couples d’hommes. Que révèle ce sondage ? Comment la société a-t-elle pu changer ainsi ? Les convenances personnelles et les désirs individuels expliquent-ils ce changement de l’opinion ? 

Bertrand Vergely : La société a-t-elle changé ? N’est-ce pas plutôt la façon de lui présenter les questions concernant la PMA et la GPA qui s’est affinée ? Une chose me frappe quand je lis la façon dont ces questions ont été posées dans ce sondage : l’utilisation de la formule « bonnes conditions ». Posez comme questions aux Français « Pensez-vous qu’un enfant peut être élevé dans de bonnes conditions par un couple homosexuel ? ». Il est certain que vous allez obtenir des réponses favorables avec des taux variant entre 55% et 58 %.

Pour deux raisons. 

     La première est de l’ordre de l’intimidation. Quand on pose comme question : « Pensez-vous que les couples homosexuels peuvent élever un enfant ? » qui va oser dire « Non. Je ne le pense pas ». Peu de monde. Parce qu’il est intimidant de dire non et ainsi de passer pour intolérant, discriminatoire, homophobe. Il n’est pas sûr que les Français soient pour les nouvelles parentalités. La GPA quand elle prend l’allure d’une tractation commerciale passe mal. Pas de père, pas de père pour un enfant, cela passe mal également. Mais les Français n’aiment pas passer pour intolérants. Surtout dans l’ambiance actuelle où les medias diffusent matin, midi et soir des appels à la tolérance. Dans ce contexte, demandez aux Français si ils ont un apriori cotre les couples homosexuels en matière d’éducation des enfants. Vous aurez comme réponse : « Non. Je ne vois pas pourquoi j’interdirai a priori aux homosexuels la possibilité d’élever un enfant ». Notez la malignité avec laquelle la question est posée. Quand il est question des nouvelles parentalités, on n’interroge pas les Français sur la façon de faire un enfant, ici sans père, là sans mère, mais de l’élever. L’accent mis sur l’éducation occulte la conception. Du coup, l’éducation permet de faire avaler la nouvelle conception des enfants sans père et sans père. 

     Deuxième raison qui explique les scores du sondage effectué par BVA : la manipulation. Quand Michel Foucault et les sciences humaines veulent critiquer la morale, comment s’y prennent-ils ? Ils ne critiquent pas la morale. Ils critiquent l’ordre moral, la morale étant les principes fondamentaux qui permettent à l’existence humaine de se conserver et de prospérer et l’ordre moral la façon dont les hommes vivent les règles sociales. Ramenons la morale à une affaire de règles sociales et de modes de comportements, d’habitus, comme le dit Pierre Bourdieu. Il n’est pas difficile de faire passer une critique de « la » morale.  Ici, il en va de même. Quand il est question de faire avaler la PMA et la GPA, comment s’y prend-t-on ? On ne parle pas de la conception de l’enfant, mais de son éducation. Qui plus est on interroge les Français sur « les bonnes conditions ». Dans ces conditions, comment être contre les nouvelles parentalités ? Si les nouvelles parentalités portent sur, non pas la conception de l’enfant mais sur les conditions de son éducation, on ne voit pas pourquoi les couples homosexuels ne pourraient pas former de nouvelles familles. S’ils ont décidé d’élever un enfant, ce geste est bien mieux que le fait de l’abandonner. Par ailleurs, si les conditions sont bonnes, on ne voit pas pourquoi on priverait un enfant de bonnes conditions. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 16/03/2018 - 12:38 - Signaler un abus J'aimerais bien savoir

    J'aimerais bien savoir comment la question est posée pour obtenir de tels résultats.... Si vous demandez aux Français s'ils sont d'accord pour qu'une femme dans la misère vende son ventre pour satisfaire le besoin de pa(ma)ternité d'homosexuels à hauts revenus je pense qu'ils seront à 90% contre, et vous diront que l'achat d'un chiot dans une animalerie devrait suffire à leur bonheur !!!!

  • Par MIMINE 95 - 16/03/2018 - 14:33 - Signaler un abus PAPIER BRILLANT

    Je cautionne à 100% . J'avoue qu'en lisant le titre ... "j'ai eu z'un peu peur et j'ai failli "zapper" ... C'eût été une grave erreur.

  • Par cloette - 16/03/2018 - 14:54 - Signaler un abus Je suis toujours contre

    et la PMA et encore davantage la GPA .

  • Par cloette - 16/03/2018 - 15:56 - Signaler un abus article très fin qui dévoile l'art de la manipulation ;

    ou l'art de convaincre pour être moins péjoratif . Tout est dans la façon d poser la question ...

  • Par Dorine - 16/03/2018 - 16:13 - Signaler un abus Sondage biaisé

    Questions biaisées et échantillonnage biaisé. Les labos médicaux nous jouent la même comédie souvent. Alors, nous avons l'habitude. Il ne faut pas faire de la fécondation, de la grossesse et de la péri-natalité une pathologie, à traiter vigoureusement par des tubes à essais.

  • Par Ganesha - 16/03/2018 - 16:21 - Signaler un abus Lecture

    http://mobile.lemonde.fr/societe/article/2012/09/25/parents-homos-ce-qu-en-disent-les-enfants_1765370_3224.html

  • Par Deudeuche - 16/03/2018 - 16:47 - Signaler un abus @Ganesha

    Lien typique de la manipulation. Bien sûr qu’un enfant ne se retourne pas contre ceux qui l’eduque et répète ce que les adultes homos ou pas lui disent. J’ai grandi dans cette imposture de libertaro libertarians nihilo crétin parisien. Puis je suis devenu adulte et combat ce merdier!

  • Par cloette - 16/03/2018 - 16:55 - Signaler un abus Ganesha

    moi j'ai grandi dans une famille marginale ( pas ce que vous croyez tout de même! ) , en effet un enfant ne se retourne jamais contre ceux qui l'ont fait, ou qui l'ont éduqué, mais avec le temps, la sagesse, le recul, je suis convaincue que le mieux c'est le classique qui a fait ses preuves .

  • Par zen-gzr-28 - 16/03/2018 - 17:20 - Signaler un abus Ne pas perdre de vue

    que ces revendications viennent d'une minorité qui défend le 'je veux avoir le droit de ''. Ils veulent le droit d'avoir un enfant'...qui lui n'aura pas le droit de connaître ses origines. Tout est dit "je veux, nous voulons et le rejeton devra faire avec ! Nous lui donnerons beaucoup d'amour et il oubliera que nous avons acquis une marchandise. Présenter de cette façon...le pourcentage aurait été de combien ? Une civilisation qui ne respecte ni les enfants, ni les personnes âgées est foutue. Nous y sommes !

  • Par Essen - 16/03/2018 - 18:59 - Signaler un abus Le beurre, l'argent du beurre...

    La sexualité est un choix de vie et comme tout choix, il s'assume. La grande majorité des couples homos que je connais ne souhaite pas d'enfant car ils assument leur choix. Mais, effectivement, une infime partie veut tout (crémière incluse) : le mariage, les enfants... Et cela au plus grand mépris desdits enfants : ces couples se sont-ils posé la question : voulons-nous un enfant pour nous faire plaisir ? Malheureusement, dans la plupart des cas, la réponse est oui, ils veulent un enfant pour se faire plaisir à eux. Un enfant, c'est une lourde responsabilité si on veut qu'il s'épanouisse dans sa future vie ! Ce n'est pas un jouet !

  • Par atlantique07 - 16/03/2018 - 20:01 - Signaler un abus Au nom de l'amour......

    Au nom de l'amour ,le mariage pour tous , au nom du "droit à l'enfant" la PMA pour toutes et au nom de l'égalitarisme la GPA pour tous . J'enrage mais c'est inéluctable........

  • Par Ganesha - 17/03/2018 - 06:51 - Signaler un abus Deudeuche, Cloette

    Le point positif, c'est que vous reconnaissez que les enfants acceptent leurs parents tels qu'ils sont. Peut-être plus facilement, sans révolte ou réserve, si ceux-ci sont dans la norme de l'époque et de la société où ils vivent. Ce qui est ''fatiguant'' avec les articles de ce ''théologien'', c'est qu'il vient à chaque fois nous affirmer qu'il y a un ''modèle'' de famille ''normale'', qu'il est voulu par Dieu, et qu'il est intangible : il nous suffit d'ouvrir les yeux pour constater qu'au contraire, les habitudes ont complètement changé en quelques décennies. J'ai été élevé par un père et une mère. Mon père nous emmenait, ses quatre enfants, tous les dimanches à la messe, et profitant des trent glorieuse, il a accumulé un joli capital.

  • Par Ganesha - 17/03/2018 - 07:03 - Signaler un abus Cessez le combat !

    J'essaie de m'imaginer ce qu'aurait été mon enfance avec, comme parents, un couple homosexuel (mâle ou femelle ?). Chez les hommes, les ''grandes folles'' me répugnent. Ma marraine était une femme très gentille... qui vivait avec une autre femme, mais elles n'avaient pas d'enfant. Mais, pour moi, le pire scénario, aurait été celui qui est actuellement, de très loin, le plus fréquent : être élevé par une mère célibataire, psychiquement troublée, et dans la gêne financière ! Personnellement, ma vie n'a pas été simple : j'ai dû par deux fois abandonner le domicile conjugal, après avoir résisté pendant 9 et 15 ans. Ma seconde femme avait des aventures lesbiennes, et peut-être sous l'influence des perturbateurs endocriniens, nous assistons actuellement, au niveau mondial, à un énorme repli des ''femmes entre-elles''. Ma conclusion : les ''Sens Commun'', vous devriez cesser le combat ! Le ''Mariage Chrétien'', c'est fini, kaput, disparu, oublié ! Parmi mes neveux, il vient d'y avoir deux divorces...

  • Par pale rider - 17/03/2018 - 08:23 - Signaler un abus @atlantique07 oui

    Et quand vous dites GPA pour tous, le pire est à venir : GPA pour toutes, car ici encore les "célèbs" donnent le "la" en allant faire porter "leurs" enfants par d'autres car leur précieux corps doit être préservé à tout prix. Toutes les femmes y viendront, les sirènes chantent fort : préserver son corps, préserver sa carrière. Et les patrons aussi : pourquoi un congé de maternité ? les porteuses sont là pour ça

  • Par pale rider - 17/03/2018 - 08:36 - Signaler un abus bravo à l'auteur d'oser parler de morale dans un pays où elle

    est systématiquement battue en brèche. Oui l'avenir est passionnant, car les adeptes de Foucault et Bourdieu iront loin, tres loin dans la manipulation de l'homme. Et bien sûr un jour l'inanité du projet apparaîtra à tous dans toute son horreur. Pour le moment nous assistons à sa mise à place : à chacun d'entre nous de résister aux sirènes et elle seront puissantes :la promesse d un enfant "parfait" qui irait combler nos propres frustrations (beauté , intelligence , ) et puis notre enfant fait normalement (ou pas) qui nous dira : "je suis laid/faible/malade c'est de votre faute "

  • Par cloette - 17/03/2018 - 08:53 - Signaler un abus Ce projet

    est un projet totalitaire .

  • Par moneo - 17/03/2018 - 09:42 - Signaler un abus la France est foutue

    les jeunes qui arrivent ont été complètement désinformés ,manipulés et pas que sur ces sujets quasi tabous,;essayez donc donc de parler des solutions écologiques et de leurs conséquences....impossible .Essayez d leur parler d'une Françe dans l'impossibilité d'accueillir toute la misère du monde , Par contre pour geindre tout la journée ,pour exprimer leurs stress et accuser leurs parents et grands parents de leur laisser un monde pourri, alors qu'ils ont un niveau de vie sans équivalent ( y compris les laisser pour compte qui sont assistés comme jamais dans la République) là ils sont au TOP Egoisme égocentrisme et peur de l'avenir d'ailleurs savamment entretenu, tous les jours par les médias . on ne peut plus rien manger ,la terre va mourir nous sommes des salauds ,nous somme responsables du réchauffement ,du refroidissement ,il faut du bio partout etc...sauf que si on applique ce programme on reviendra à un temps ou 10% de la population pourra manger les autres seront soumis aux famines comme au 18eme siècle avant l industrialisation. Notre enseignement ;nos médias leur ont tordu l'esprit ils sont murs pour une dictature

  • Par Dorine - 17/03/2018 - 10:26 - Signaler un abus Allons Moneo,

    ne vous énervez pas. Vous allez faire une crise cardiaque. La France n'est pas foutue, c'est l'Occident tout entier qui va changer car notre civilisation s'essouffle. Mais la suite reste à construire. C'est passionnant comme perspective.

  • Par cloette - 17/03/2018 - 11:13 - Signaler un abus @Dorine

    Les villes reconstruites ( après bombardement ) ne sont jamais très belles .

  • Par Neurohr Alain - 17/03/2018 - 14:16 - Signaler un abus Foetus, choisissez !

    Etre invités au Banquet de la Vie, fût-ce par un cheminement bizarre, ou en être exclus au dernier moment par la loi Veil ?

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/03/2018 - 15:29 - Signaler un abus @neurohr Alain

    En poussant le raisonnement on pourrait aussi dire "foetus choisissez, rester bien au chaud dans les testicules de papa, ou choisir un chemin détourné pour finir au fond d'une gorge ou dans un kleenex !!

  • Par Dorine - 17/03/2018 - 16:26 - Signaler un abus Cloette

    je ne parle pas de terrorisme ni de guerre. Je parle de la fin d'une civilisation et l'émergence d'une autre. Cela prendra plusieurs générations. Mais une civilisation qui n'a plus de notion de vie et n'y donne plus de sens, ne survit pas sur le long terme.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et théologien.

Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€