Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 19 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Un pas de plus vers la découverte qui pourrait bien inverser le processus de vieillissement des cellules humaines

Cinq scientifiques anglais seraient parvenus à inverser le vieillissement cellulaire. Eléments de réponses sur ce mécanisme fascinant.

Révolution scientifique ?

Publié le
Un pas de plus vers la découverte qui pourrait bien inverser le processus de vieillissement des cellules humaines

 Crédit BEHROUZ MEHRI / AFP

Atlantico : Retarder le vieillissement, c'est le sujet de nombreux scientifiques et un rêve pour beaucoup d'entre nous. Car au-delà de la dégénérescence physique, les maladies liées à la vieillesse sont considérables (alzheimer, démence et autres cancers ou maladies cardiaques). Une équipe de scientifiques anglaise pourrait bien avoir fait une découverte qui inverserait le processus de vieillissement des cellules humaines. En Angleterre, cinq scientifiques seraient parvenus à inverser le vieillissement cellulaire.

Ils auraient réussi à faire rajeunir des cellules vasculaires humaines grâce à une molécule contentant du sulfure d’hydrogène. Pouvez-vous nous expliquer ce mécanisme ? 

 
Christophe de Jaeger : Nous devons d’abord nous féliciter de cette nouvelle découverte qui même, si elle rejoint la longue liste des avancées de la science pour une grande longévité, mais sans grand lendemain. Il existe en effet de nombreux mécanismes actuellement décrits qui permettent d’améliorer le fonctionnement cellulaire, parfois de rajeunir les cellules et parfois même, de les rendre immortelles. Certains de ces mécanismes peuvent « rajeunir » des cellules, mais au prix de la mort de l’organisme. Il y a donc une différence très importante entre la biologie purement cellulaire et l’impact que l’on cherche à avoir sur un organisme complet. Dans le cas de la publication de nos collègues Eva Latorre, Roberta Torregrossa, Mark E. Woo, Matthew Whiteman, Lorna W. Harries de l’université d’Exeter Medical School, University of Exeter, UK, l’accent est mis sur une molécule simple le sulfure d’hydrogène. Ils ont observé que l’augmentation de sa concentration au niveau des mitochondries (« centrale énergétique de la cellule ») permet d’avoir un effet sénolytique en diminuant de 50 % les molécules stigmates du vieillissement. Au cours du vieillissement, les cellules accumulent de nombreux éléments moléculaires parallèlement au vieillissement de la cellule. Ces éléments moléculaires vont avoir un effet délétère sur le fonctionnement de la cellule elle-même et des cellules voisines (inflammation). D’où l’intérêt de lutter contre l’accumulation de ces molécules du vieillissement. Il existe de nombreuses molécules de ce type ayant un effet dit sénolytique actuellement accessible, y compris sur internet. L’intérêt de ces molécules sénolytiques permet de réduire le nombre de cellules sénescentes dans l’organisme, cellules qui ont un effet sénescent sur les cellules voisines. En réduisant le nombre de cellules sénescentes dans l’organisme ont contribue à diminuer l’inflammation silencieuse de celui-ci et à réduire le vieillissement des organes qui nous constituent. L’équipe d’Exeter met en évidence un nouveau système d’action sénolytique mais dont la concrétisation à l’échelle humaine parait difficile.
 
 

Si l'on imagine volontiers que l'immortalité n'est pas pour demain, cette découverte pose-t-elle des bases en la matière ? Peut-on espérer d'ici quelques années pouvoir vraiment rajeunir ?

 
L’immortalité n’est clairement pas aujourd’hui à notre « catalogue thérapeutique ». On peut également s’interroger si l’être humain serait capable psychologiquement de vivre 150, 200, 250 ans ou plus. Rien n’est moins sûr. Cela nécessiterait clairement d’adapter en profondeur nos schémas psychologiques de vie actuels. En revanche, techniquement, nous sommes aujourd’hui capables d’intervenir sur les processus du vieillissement que nous connaissons effectivement de mieux en mieux grâce à des techniques de physiologie. Nous ne sommes plus dans la « biologie-fiction », mais dans la réalité d’aujourd’hui. Mais il reste surprenant de voir le peu de gens qui s’y intéressent sérieusement.
 
 

Quelle peut être l'autre utilité de cette découverte ? 

 
De façon générale, toutes les techniques physiologiques, et elles sont nombreuses, pouvant influencer le processus du vieillissement en le ralentissant ont pour effets directs de retarder l’émergences des maladies telles que les maladies cardiovasculaires, neurodégénératives et cancéreuses qui sont partiellement ou totalement secondaires à celui-ci. Le recul de l’émergence des maladies permettra d’augmenter largement l’espérance de vie en bonne santé qui est normalement l’objectif de chacun. Lutter contre le processus du vieillissement devrait être une cause nationale de première importance.
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/08/2018 - 10:40 - Signaler un abus Découverte ?

    Il y a longtemps que l'action du H2S contre le stress oxidatif est connue. Mais comme vous le dites si bien elle est inapplicable. Sauf qu'il y a suffisamment de zozos à qui on pourra vendre des microgrammes très chers dans des gélules bien colorées en vert comme les algues mortelles de Bretagne ou du lac d'Annecy. Je me marre car j'emploie deux composés extrêmement peu chers pour le même résultat. Mais tous les cons qui m'entourent abandonnent au bout de quelques jours alors je suis content de les voir vieillir !

  • Par Citoyen-libre - 18/08/2018 - 11:23 - Signaler un abus adroitetoutemaintenant!

    Ca va déplaire à Ganesha, mais auriez-vous la gentillesse de communiquer vos deux composés ?

  • Par adroitetoutemaintenant - 18/08/2018 - 14:13 - Signaler un abus @Citoyen-libre

    Chlorure de magnésium et jus de betterave. Au fait, nos cellules produisent du H2S (métabolisme des protéines). On peut augmenter sa production en augmentant la production des HSP, protéines de secours que j'appelle les proteines SAMU. Pour cela, il suffit de provoquer leur production soit en se mettant en hypoxie cellulaire partielle soit plus simplement en prenant un sauna. Mais il faut faire attention à son coeur et à la récuperation cardiaque. Pour cela je me teste au moins une fois par jour en utilisant le HRV (Heart Rate Variation) gratuit sur mon iphone (Elite HRV). Je n'ai rien inventé. Mes copains pilotes de chasse israeliens m'ont donné leur trucs. Vive Tsahal !!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Jaeger

Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et président de la Société Française de Médecine et Physiologie de la Longévité.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment "Nous ne sommes plus faits pour vieillir"  chez Grasset, et "Longue vie", aux éditions Telemaque.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€