Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 23 Mai 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ouvrier, cadre, trader ou retraité : les gagnants et les perdants de la réforme fiscale

Derrière les confusions découlant de la mise en place différée de certaines réformes de la fiscalité, décryptage de la situation fiscale des français d'ici à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Au cas par cas

Publié le
Ouvrier, cadre, trader ou retraité : les gagnants et les perdants de la réforme fiscale

 Crédit PHILIPPE HUGUEN / AFP

Derrière les confusions découlant de la mise en place différée de certaines réformes de la fiscalité, comment décrypter la situation fiscale des français qui peut se dessiner d'ici à la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron ? Comment évoluera la situation fiscale des différents profils ci dessous ?

1- Je suis ouvrier non qualifié, je gagne le SMIC, suis locataire et n'ai pas de patrimoine.

Je bénéficie du transfert d’une partie des cotisations sociales sur la CSG. Le gain sera totalement réalisé au mois d’octobre avec le second volet de réduction des cotisations. Pour le moment, mon gain mensuel est de 7,43 euros. Quand la mesure sera totalement appliquée, je gagnerai 260 euros de plus par an. En revanche, je ne profite pas, car sans patrimoine du prélèvement forfaitaire qui, dans certains cas, aboutit à un allègement des prélèvements sur les revenus de l’épargne et évidemment de la suppression de l’ISF sur les valeurs mobilières.

Plus de 25 % de mon budget est consacré au paiement du loyer. Je me rassure en me disant que les loyers progressent moins vite que la valeur de l’immobilier mais je désespère car la marche pour devenir propriétaire est de plus en plus haute même si les faibles taux d’intérêt, pour le moment, réduisent le coût de l’endettement. Je me réjouis de l’allègement de la taxe d’habitation qui interviendra à l’automne. Je peux espérer une diminution de mes prélèvements de 200 euros et en 2020 je serai totalement exonéré.

2- Je travaille dans la fonction publique hospitalière et gagne 2200 euros bruts par mois. J'ai un patrimoine de 5 000 euros placés sur un PEL. 

Je ne perds pas mais ne gagne rien du transfert des cotisations sociales sur la CSG. J’ai engrangé une petite hausse de revenus grâce à la revalorisation de l’indice grâce à François Hollande. Je suis heureux d’avoir placé mes 5000 euros sur un Plan d’Epargne Logement, il y a quelques années. Je n’ai pas fait une mauvaise affaire. En effet, le taux du PEL qui s’applique est celui en vigueur au moment de la souscription. Sa rémunération est de 3 %. Certes, j’acquitte des prélèvements sociaux qui sont passé au 1er janvier 2018 de 15,5 à 17,2 %. En revanche, si j’avais ouvert mon PEL après le 1er janvier 2018, le taux de rendement est de 1 % et le prélèvement forfaitaire unique de 30 % s’applique.

3- Je suis cadre dans une grande entreprise. Je gagne 4500 euros bruts par mois. J'ai hérité d'un appartement d'une valeur de 200 000 euros. 

Je suis gagnant au niveau du transfert des cotisations sociales sur la CSG. Depuis le 1er janvier, mon salaire a gagné 22,31 euros par mois. En année pleine, quand l’ensemble des exonérations de charges sociales auront été appliquées, je gagnerai 780 euros de plus sur l’année. En revanche, l’appartement hérité risque de rentrer dans l’assiette de l’Impôt sur la Fortune Immobilière car je possède déjà un appartement valorisé à 1,2 million d’euros sur Paris dans le 15e arrondissement.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par DESVESSIESPOURDESLANTERNES - 22/04/2018 - 22:02 - Signaler un abus Sauf que vous oubliez

    Les divers impôts « a la consommation » qui frappent plus durement et de façon injuste les petits revenus , sans compter les prélèvements autoroutiers, assurances diverses , les surtaxations de l’énergie , des clopes (sauf fumettes ) .....bref les inégalités : c’est ce qui prospère le mieux - et c’est pas fini-

  • Par Allegro - 23/04/2018 - 08:26 - Signaler un abus Cest du boneto fiscal

    L'ouvrier, si sa voiture est un diesel ou s'il fume, se fait baiser, en particulier. Le gouvernement français fait juste du boneto fiscal, le total, ni la dépense, ne bougeant pas.

  • Par ISABLEUE - 23/04/2018 - 10:30 - Signaler un abus toujours pareil

    les français moyens qui bossent et gagnent plus que le smic paient plein pot tout, sans aucune "aide" particulière. Pas de niche fiscale, bref tout les cinq ans, on nous remet une couche de taxes en tout genre. Les gagnants sont bien sur ceux qui paient l'ISF, transformé en IFI (novlangue Emarche) qui eux ont gagné de l'argent, qu'ils n'investiront pas dans les entreprises, et ils sont raison... QU'ils se fassent des bons gastros ou des voyages !!:

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Crevel

Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€