Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 17 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ordonnances : 94% des entreprises françaises vont enfin pouvoir négocier des accords

Les ordonnances qu'Emmanuel Macron va promulguer ce vendredi constituent bien une révolution sociale, contrairement à ce qui en est colporté. Elles font brutalement basculer 94% des entreprises dans le monde de la négociation. Alors ne boudons pas notre plaisir!

At last

Publié le
Ordonnances : 94% des entreprises françaises vont enfin pouvoir négocier des accords

94% des entreprises vont enfin pouvoir négocier des accords! Par une étrange ironie de l'histoire, facilitée il faut le dire par le vide politique de la majorité parlementaire, cette révolution majeure à laquelle Emmanuel Macron attachera indéfectiblement son nom passe pour une régression sociale.

La France est probablement le seul pays industrialisé où le développement de la négociation avec les salariés est vécu comme une manoeuvre obscurantiste alors que, dans de nombreux endroits du monde, cette possibilité fait rêver.

Il faut vraiment détester ses entreprises et ses entrepreneurs pour croire que négocier avec eux ou en leur sein soit toxique. 

Des entreprises interdites de négociation jusqu'ici

Si l'on regarde l'histoire par l'autre bout, pourtant, il y a de quoi pâlir. Il a fallu attendre 2017 pour que 94% des entreprises françaises, dépourvues de représentation syndicale, acquièrent le droit de négocier des accords en dehors des branches. Encore cette étape est-elle franchie en même temps qu'un renforcement effectif des dites branches.

Il est assez confondant de voir les apôtres de la démocratie sociale, du mouvement social, et autres "social" à tous bouts de champ, descendre aujourd'hui dans la rue au nom de leurs idéaux pour combattre une décision pourtant évidente. En vérité, ce qu'ils appellent la démocratie sociale n'est rien d'autre que la grande tradition corporatiste française, celle des professions réglementées qui a fait florès depuis l'Ancien Régime  jusqu'à aujourd'hui en passant par Vichy.

Sur le fond, il ne serait  pas inutile que les entrepreneurs investissent dans un mouvement de fond pour éradiquer ces réactions corporatistes face à l'émergence de la modernité économique.

Développer une culture de la négociation, un enjeu pour demain

S'ouvre aujourd'hui un défi pour les entreprises: apprendre à négocier des accords. Cela suppose de former non seulement les salariés mais les entrepreneurs eux-mêmes au droit de la négociation. Et de clarifier les sujets possibles de celle-ci.

Les sujets ne manqueront pas, sur l'organisation du travail, sur la rémunération, sur les aspects sociaux de la vie en entreprise. Le vrai péril serait aujourd'hui que les entreprises ne s'emparent pas de ce nouveau droit. 

Cet article a été initialement publié sur le site Décider & Entreprendre

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 22/09/2017 - 18:53 - Signaler un abus Accords

    Nul doute que dès demain 90% des entreprises vont se lancer dans la négociation de fructueux accords qui vont révolutionner leur fonctionnement et ravir employeurs et employés dans un élan de fraternité négociatrice. En tous cas 90% de celles qui ne sont pas occupées à essayer d'éviter la baisse de leur chiffre d'affaire.

  • Par J'accuse - 22/09/2017 - 19:24 - Signaler un abus Ça ne changera pas grand chose

    Il vaut mieux que patrons et salariés sachent satisfaire les clients que négocier entre eux. On introduit un peu de souplesse dans certaines situations: tant mieux, mais il y a tellement plus et mieux à faire. Combien d'articles sont modifiés dans un code du travail obèse et paralysant ? Presque rien.

  • Par vangog - 22/09/2017 - 21:55 - Signaler un abus Négocier quoi?????????

    Tous ces articles à la gloire du nouveau prophète ne disent jamais ce que l'on peut jeter du passé, ce qui sera envisageable ni ce qui pourra être négocié...les 35 heures, les heures supplémentaires, la couleur du nouveau papier à tapisserie, la température de la climatisation, les salaires? Quoi??????...il existe des conventions collectives assez équilibrées. Faut-il toutes les jeter à la jaille, et repartir de zéro? Comme l'évoquent les deux posts ci-dessus, ce n'est pas le travail du patron de négocier avec ses salariés, d'autant qu'il est largement en position de faiblesse. Son job, c'est de négocier avec ses fournisseurs et de satisfaire ses clients. Le reste c'est du management...quelle négociation?????...

  • Par gerint - 23/09/2017 - 11:08 - Signaler un abus Je suis un petit employeur

    A mon niveau avec en tout 7 employés à temps partiel il n’y a pas à vrai dire de négociation mais simplement des demandes de ci de là en général simples et à réponse immédiate, de petits arrangements . La nouvelle loi ne concerne pas les nombreux employeurs de mon acabit. Mais je sais bien que si on cesse trop de fixer des limites, les «négociations » dans la plupart ou au moins dans une grande proportion des entreprises concernées tendront à obtenir plus des salariés pour moins cher et qu’on augmentera le nombre d’abus. Ce seront plutôt des injonctions. Il ne faut pas se faire d’illusions sur la nature humaine.

  • Par gerint - 23/09/2017 - 11:17 - Signaler un abus Ce qui rendrait vraiment service

    Et ferait faire bien des économies c’est d’alléger vraiment les lourdeurs administratives inventées par des emmerdeurs professionnels qui fatiguent autant les employés que les employeurs et diminuent la productivité sans aucun bénéfice pour la qualité de vie de tous. Un tas de réglementations dont la mise en œuvre est coûteuse et contre-productive, inadaptées au terrain.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€