Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le numérique rend-il vraiment le savoir accessible à tous ?

La France vient de lancer une plateforme de cours en ligne grand public. Il sera possible de s'inscrire à partir du 28 octobre et les premiers cours virtuels seront donnés en janvier.

MOOC

Publié le
Le numérique rend-il vraiment le savoir accessible à tous ?

Une plate-forme nationale de cours en ligne doit être bientôt lancée. Crédit Reuters

Atlantico : Une plate-forme nationale de cours en ligne ouverts et massifs (Massive Open Online Courses, MOOC) rassemblant l’ensemble des contenus des cours universitaires français doit être lancée fin octobre.

Les étudiants français et internationaux auront ainsi accès où qu’ils soient aux cours de l’enseignement supérieur. Pour autant, le support numérique suffit-il à délivrer un savoir ? D’autres facteurs essentiels à l’apprentissage et ne pouvant être remplacés entrent-ils en ligne de compte ?

Erwan Le Noan : Les MOOCs sont nés il y a maintenant deux ans aux Etats-Unis, lorsque l’université de Stanfort a mis ses cours en ligne et permis à des étudiants du monde entier (plusieurs millions) de valider des parcours universitaires, sur leur ordinateur, depuis chez eux. Le phénomène s’est rapidement développé, à travers des plateformes comme Udacity, Coursera ou EdX.

En France, c’est avec un peu de retard et, assez significativement, sous la coupe du Gouvernement, que le projet se met en place – même s’il existe des réussites en dehors de ce champ administratif, comme OpenClassrooms. Ces sites sont plus qu’une mode passagère. Ils sont annonciateurs de l’effet disruptif du numérique dans l’éducation, sans que l’on sache bien à quoi il conduira.

Un long article récent de Politico a clairement montré les limites des Moocs : le taux d’abandon y serait très fort et les enseignements pas adaptés aux élèves en difficulté. En soit, il n’y a là rien de très original ni de très conclusif. D’abord, parce que les cours en ligne ne remplaceront pas les enseignants, qui apportent (quand ils sont bien formés) des compétences pédagogiques fortes. Mais les sites qui distribuent des cours d’amphi non personnalisés en ligne ne prétendent pas remplacer les profs. Ensuite, il est difficile de tirer des conclusions définitives de ces échecs parce que les Moocs ne sont que les débuts de l’enseignement en ligne et ils n’en représentent pas l’intégralité.

Cette initiative pose la question de la démocratisation de l’accès au savoir : le fait que des informations soient à portée de quelques clics permet-il pour autant à un plus grand nombre de personnes de se cultiver, ou de s'améliorer dans certains domaines ? Google et Wikipédia, pour ne citer qu’eux, ont-ils été un facteur d’amélioration dans le champ de l'acquisition du savoir ?

Internet est incontestablement un facteur de diffusion du savoir. Aujourd’hui, les étudiants par exemple (mais c’est valable pour tout le monde) ont accès à des milliers de base de données qui leur permettent de consulter des millions de documents. Pour un travail, ils peuvent consulter leur bibliothèque mais aussi celles d’autres universités, lire des revues dans une autre langue éditées dans un autre pays et les compléter par des conférences en ligne (type Ted).  Il y a quelques années, c’était à peine imaginable.

Internet, c’est aussi un accès physique plus rapide et efficace à la culture. Prenez l’exemple d’Amazon : en une recherche et un clic, vous pouvez recevoir un livre édité à l’autre bout du monde directement dans votre boîte aux lettres !

Bien sûr, il y a des esprits chagrins qui s’inquiètent : les gens sont-ils assez intelligents pour faire le tri entre les informations fiables et les autres ? ; internet diffuse aussi beaucoup de fausses informations, difficilement interprétables, qui transforment rapidement une petite quinte de toux en un cancer de la gorge au stade avancé. Mais, il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles : ils apprennent à trier. Sinon, autant revenir avant l’imprimerie.

Le numérique peut-il vraiment gommer la barrière de l’accès au savoir qu’est le milieu social ? Élèves et étudiants partiront-ils tous un jour sur un pied d’égalité ?

Le numérique n’est qu’un outil, au service de pédagogies, de politiques éducatives… Il n’apportera pas, à lui seul, la réponse à tous les malheurs du monde ni à tous les besoins des élèves. Cependant, on peut relever que la Khan Academy, par exemple, permet de diffuser le savoir et aide des élèves en difficulté à mieux comprendre leurs cours. Ou que les outils éducatifs développés par Apple ou Microsoft permettent de mieux suivre les élèves. Il est probablement illusoire de croire qu’un élève (bon ou en difficulté) seul devant son ordinateur pourra, grâce au numérique, devenir excellent par lui-même. Le numérique est là pour accompagner, pas pour remplacer.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par HerveLE - 28/10/2013 - 10:26 - Signaler un abus question

    comment expliquez vous que plus le savoir est facile d'accès, moins les gens savent de choses?

  • Par Benvoyons - 28/10/2013 - 14:31 - Signaler un abus HerveLE 28/10/2013 - 11:26 Il faudrait déjà définir le savoir,

    ce qu'il faut savoir. Il faut définir l'intelligence aussi. Le savoir c'est connaître tout par cœur? est il nécessaire de tout savoir?

  • Par un_lecteur - 28/10/2013 - 15:11 - Signaler un abus Que signifie accessible ?

    Oui, le savoir devient accessible. Il l'était déjà par les livres, internet facilité la chose. Mais y avoir accès est une chose, l'assimiler en est une autre. Il y faut des dispositions ( intelligence, mémoire) et surtout beaucoup de travail. Comme depuis toujours. Croire qu'internet supprime la nécessité du travail est une illusion.

  • Par Ravidelacreche - 28/10/2013 - 16:19 - Signaler un abus savoir accessible à tous ?

    Faut il encore avoir accès au "numérique" et savoir s'en servir.

  • Par JBSERBIST - 28/10/2013 - 19:14 - Signaler un abus Open University

    Nos voisins ont déjà depuis un certain temps compris que la radio et la télévision sont un excellent medium d'épanouissement, contrairement à la France pour qui la télévision est, avant tout un moyen d'ilotisation des masses. On peut citer des chaines comme Bayern Alpha, qui offre des cours de math, chimie, physique et langues étrangères et, en Grande-Bretagne l'Open University. En France, là où le besoin est le plus pressant c'est l'économie. Demander à quiconque de vous dire à quoi sert la bourse, c'est aller au devant des plus consternantes réponses. Le fait que pour la grande majorité des français, un actionnaire est un monsieur qui roule en Rolls et fume des havanes est symptomatiques du décervelage économique voulu par le système.

  • Par Valérie Martin - 29/10/2013 - 12:27 - Signaler un abus @HerveLE Bonjour, cela peut

    @HerveLE Bonjour, cela peut s’expliquer avec la mémoire transitive, pourquoi retenir personnellement quelque chose quand cette information est disponible facilement et durablement (auprès d'un collègue, sur Internet…)? Ma mère qui tenait un petit commerce il y a une vingtaine d’années connaissait les numéros de téléphone de tous ses fournisseurs par cœur. Aujourd'hui avec les smartphones nous sommes habitués à avoir une mémoire externe (transitive donc) auprès de nous, on retient donc juste que le numéro en question figure probablement dans le carnet d’adresses de notre téléphone et comment le retrouver. Nicholas Carr, dans l’ouvrage « Internet rend-il bête? » explique également, en se basant sur les neurosciences, comment la mémoire à long terme est mise à mal par les « distractions » liées aux médias numériques, on peut se plonger dans une lecture profonde d’un livre ou magazine papier, l’équivalent sur le web semble plus ardus. Il cite également quelques études sur l’utilisation du multimédia en cadre scolaire ou les systèmes d’aide intégrés aux logiciels qui sont plutôt inquiétantes. Il y a un fossé énorme entre faciliter l’accès à une connaissance et la maîtrise de celle-ci.

  • Par Valérie Martin - 29/10/2013 - 12:45 - Signaler un abus Mémoire transactive

    Oups, il s’agit de mémoire transactive et non transitive. http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/lemonde/archives/2011/08/20110804-112705.html Le livre de Nicholas Carr : http://www.laffont.fr/site/internet_rend_il_bete_&100&9782221124437.html Le site de Nicholas Carr : http://www.roughtype.com

  • Par foad - 31/10/2013 - 19:36 - Signaler un abus Effectivement, je pense que

    Effectivement, je pense que le cours en ligne ne remplacera pas totalement la présence d'un professeur, mis par exemple pour la remise à niveau ça peut-être un bon moyen d'apprentissage. Sur http://www.webalim.fr j'ai découvert une démonstration de cours en ligne qui ont l'air pas mal faits. Le MOOC a le vent en poupe.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€