Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Naval Group : ce fleuron industriel français que le gouvernement s’apprête à céder en silence

L’ex-DCNS, devenu Naval Group, fleuron industriel français, devrait progressivement être intégré à un « Airbus » maritime. C’était l’objet même du voyage de Bruno Le Maire et de Florence Parly en Italie, la semaine dernière. Après la cession d’Alstom, Macron a donc décidé de sceller un sort européen à un nouveau groupe industriel français…

Destin funeste

Publié le - Mis à jour le 7 Février 2018
Naval Group : ce fleuron industriel français que le gouvernement s’apprête à céder en silence

L’information est passée inaperçue. Mais, dans le long roman des Chantiers Navals de l’Atlantique, le gouvernement français vient de franchir une nouvelle étape: celle du rapprochement avec l’italien Fincantieri. Jeudi dernier, Bruno Le Maire et Florence Parly ont rencontré leurs homologues cisalpins pour évoquer le dossier.

Un fleuron industriel de moins en France

L’intention du gouvernement est claire: au nom de la mythique taille critique, les Chantiers Navals devenus Naval Group doivent « se rapprocher » d’autres acteurs. Autrement dit, c’est le début de la vente à l’encan. 

Comme le dit le communiqué du gouvernement : "Cette alliance permettra la construction d’un projet industriel et commercial solide entre les deux groupes.

Celui-ci se concrétisera notamment par la conception et la réalisation conjointes de bâtiments de surface, dont le bâtiment de soutien et de ravitaillement devrait être un premier exemple".

Qu’en termes choisis ces choses-là sont dites! Progressivement, donc, la savoir-faire stratégique français devrait être intégré à un ensemble européen où la France ne sera plus majoritaire. 

On notera en effet que le tour de table de l’ensemble n’est pas encore acté. Mais Fincantieri devrait, avec l’Italie, réclamer au moins 50% dans cet ensemble, comme l’entreprise italienne l’avait revendiqué au printemps 2017.

La manie macronienne des alliances léonines

Les salariés de Naval Group peuvent quand même se faire quelques soucis s’ils s’intéressent à la précédente expérience d’alliance: le rapprochement entre Alstom et Siemens. L’opération fut présentée il y a six mois comme une grande réussite française par Bruno Le Maire. 

« Je prends mes responsabilités parce que je crois à cette fusion. Je crois qu’elle est bonne pour le pays, bonne pour la France »

Six mois plus tard, les syndicats français sont vent debout contre le projet de filialisation présenté par Siemens. Selon eux, Siemens n’a guère de projet industriel pour l’entité française, et cherche seulement à récupérer du dividende. 

Chacun pensera ce qu’il voudra de cette perception syndicale. Il n’en demeure pas moins que le gouvernement français accepte un dispositif où Siemens détient 50% du capital, et 6voix sur 11 au conseil d’administration…

Voilà qui en dit long sur la capacité de l’actuelle majorité à préserver les intérêts durables des entités industrielles qu’elle ne croit plus viable dans l’espace de nos frontières. 

Macron intoxiqué par une idéalisation de la mondialisation?

Dans un monde capitaliste « normal », les entreprises jouent le jeu de la concurrence pour se développer. Dans le capitalisme français, la concurrence est perçue comme négative, et les pouvoirs publics préfèrent la contourner en nouant des stratégies d’alliance avec les autres acteurs du marché. Contre la nature du capitalisme, le gouvernement français tend donc à monter des cartels. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gilbert perrin - 06/02/2018 - 10:34 - Signaler un abus QUI , va arrêter le NAUFRAGE de la FRANCE ???

    des noms ??????

  • Par MIMINE 95 - 06/02/2018 - 11:04 - Signaler un abus naufrage !!

    Qui parle de naufrage ...Macron a été porté au pouvoir à l'insu du plain gré des électeurs, pour mettre en place l'engloutissement de la France dans les sables mouvants du mondialisme cynique des thénardiers de la planète.

  • Par MIMINE 95 - 06/02/2018 - 11:05 - Signaler un abus OUps

    à l'insu du plEin gré

  • Par vangog - 06/02/2018 - 11:12 - Signaler un abus Bilan très lourd d’un an de macronisme!

    Tout cet argent prélevé sur les Français, en plus de l’ordinaire, n’aura servi à rien! La justice et l’education sont toujours aussi nulles, voire pires. L’industrie se fait la malle, et l’état brade les fleurons industriels des Français (payé avec nos investissements), pour remplir le tonneau des Danaïdes socialistes. Avec Marine Le Pen, ça aurait été l’inverse, mais vous l’avez voulu, Macrouille. Alors, il faudra boire le calice jusqu'à la lie (l’hallali?...)

  • Par Atlante13 - 06/02/2018 - 12:33 - Signaler un abus La glissade vers le gouffre continue,

    Macron, en bon gestionnaire des banques, sait très bien que nos gros industriels sont plombés par notre fiscalité délirante et notre capitalisme de connivence. D'où sont virage en demandant et en incitant les français a investir dans les PME-PMI locales. La France est ruinée, et maintenant il va se servir dans nos porte-feuilles. Et merci au glorieux modèle social français.

  • Par cloette - 06/02/2018 - 12:36 - Signaler un abus c'est ce qu'on appelle

    le nettoyage par le vide , Et quand il n'y aura plus rien , il y aura la place pour quoi ? la dictature ?

  • Par Pourquoi-pas31 - 06/02/2018 - 12:57 - Signaler un abus Les ouvriers des chantiers navals

    ont accepté de faire des sacrifices pour sauver leur entreprise, cela a fonctionné et maintenant cette entreprise est vendue à l'Italie car en vendant une part de DCNS à l'Italie, il apporte les parts que detient DCNS dans les Chantiers de l'Atlantique. La France, deuxième espace maritime mondial ne possède plus de chantier en capacité de construire une flotte au minimum vital. Nous ne vivons pas dans le monde des bisounours et nos dirigeants, Macron en tête ne l'ont pas encore compris. C'est à pleurer !

  • Par pierre de robion - 06/02/2018 - 15:35 - Signaler un abus La quadrature du cercle!

    le fond du problème, c'est que les entreprises franco-françaises sont soumises à des charges qui rendent impossible une "concurrence libre et non faussée" avec leurs homologues étrangères. Restent les alliances? Mais cela revient à passer sous leur contrôle et au final le résultat sera le même! Qui tranchera ce noeud gordien?

  • Par adroitetoutemaintenant - 06/02/2018 - 16:34 - Signaler un abus Et cette ordure de Macron

    Continue à gonfler son portefeuille dans un paradis fiscal !

  • Par gilbert perrin - 06/02/2018 - 16:54 - Signaler un abus c'est triste... vous n'avez pas encore compris ?

    il veut devenir président de l'EUROPE, tout est fait dans ce sens ... Il a été envoyé par la FINANCE MONDIALE pour développer le commerce MONDIAL entre les mains de quelques financiers, la FRANCE a été restructuré en grandes régions pour devenir des régions d'EUROPE, MACRON envisage de devenir PRESIDENT d'EUROPE ... QUANT A la FRANCE, il la brade par pans aux pays étrangers, afin de se faire des amis EUROPEENS et MONDIAUX... Depuis le temps que je le dis, vous n'avez pas encore compris qu'il a les dents longues... En face de cela que faut il ? écarter les félons et les arrivistes, travailler avec le peuple et dénoncer systèmatiquement toutes les magouilles du système !!! Et le système c'est quoi ? : c'est un agglomérat de politiques de tous bords et de grandes entreprises, fonctionnaires etc... généralement la FRANCE d'EN HAUT, pour qui MACRON roule et qui dirige l'action économique en FRANCE, au détriment des français... Cette manière de faire nous conduit inévitablement à l'esclavagisme, à la nationalité européenne,Sans nul dout le SYSTEME, les soit disants "grands" du système ont déjà structuré cet ensemble... MON BUT est d'OUVRIR les YEUX en me battant contre ce phénomène ...?

  • Par Anouman - 06/02/2018 - 20:59 - Signaler un abus A l'insu

    Minime vous exagérez. S'il est possible que Macron ait été élu, par défaut, rien n'obligeait les électeurs à lui donner une majorité absolue à l'assemblée. Il a donc été élu en toute liberté par ceux qui sont allés voter. Quant à ceux qui se sont abstenus il n'ont pas de raison de se plaindre puisque le choix leur était indifférent.

  • Par Pourquoi-pas31 - 06/02/2018 - 21:51 - Signaler un abus DCNS est une entreprise stratégique

    qui construit et entretien les navires de la Marine Nationale. La France sera une fois de plus désarmée lorsque le prochain conflit surviendra et en général, les conflits nous sont imposés. La Marine Nationale est déjà à l'état d'échantillon, alors autant dire insuffisante. Notre force de dissuasion ne va plus dissuader du tout !!

  • Par gilbert perrin - 07/02/2018 - 07:31 - Signaler un abus sur le fond, les raisonnements sont catastrophiques...

    il n'y a que de la langue de bois ????

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€