Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lutte contre l'homophobie à la maternelle : à quel âge les enfants sont-ils capables de comprendre ce qu’est l'homosexualité ?

Parler d'homosexualité à la maternelle, c'est une proposition, quelque peu surprenante, du syndicat de professeurs du primaire Snuipp. La perception de la sexualité chez les enfants est un débat ancien et complexe.

Maman, ça veut dire quoi gay ?

Publié le
Lutte contre l'homophobie à la maternelle : à quel âge les enfants sont-ils capables de comprendre ce qu’est l'homosexualité ?

Un enfant de 5 ans aurait dit dans une cour d'école : "Toi, t’as deux mamans, c’est pas normal. Tes mamans, on va les tuer !". Crédit Reuters

Atlantico : Selon un article du journal Le Parisien du 5 mai, un enfant de 5 ans aurait dit à une petite fille de 3 ans dans la cour de leur école : « Toi, t’as deux mamans, c’est pas normal.

Tes mamans, on va les tuer ! » Cette attaque, rapportée à l’association de familles homo "les Enfants d’arc-en-ciel", vient à l’appui de l’initiative du Snuipp, principal syndicat des professeurs du primaire, qui plaide pour que la question de l’homoparentalité soit abordée à l'école. Que cela vous inspire-t-il ?

Jean-Pierre Winter : Dans cette affaire, la première chose qui saute aux yeux est l’âge des enfants, 5 et 3 ans. Il m’est revenu à l’esprit la phrase attribuée à Zazie : « arrêtez d’emmerder les enfants ! ». Ce qui se passe entre les enfants ne concerne que les enfants.

Lorsqu’il est question de problèmes aussi sensibles que la sexualité et l’affectivité infantiles, le ressenti, le pulsionnel, il est dangereux de croire que les adultes, quand ils parlent de sexualité, parlent la même langue que les enfants. Un grand psychanalyste, qui était un des premiers élèves de Freud, Sandor Ferenczi, avait écrit un ouvrage intitulé « Confusion de langue entre les adultes et l’enfant ». Une des raisons pour lesquelles les adultes n’ont pas à se mêler des jeux des enfants, même s’ils paraissent brutaux, c’est que les mots n’ont pas le même sens pour eux et pour nous.

Vouloir leur imposer notre façon de penser, notre regard sur ce qui est normal et ne l’est pas dans la sexualité, relève du bourrage de crâne. Pourquoi ne pas interdire aux enfants toute manifestation de désapprobation de la « politique politiquement correcte » qui serait en usage dans tel ou tel endroit de la société ? Par exemple, les enfants de 5 ans n’auraient plus le droit de s’exprimer sur ce qu’ils peuvent ressentir devant un maigre, un gros, un petit, un grand ? Pourquoi ne pas étendre la proposition des instituteurs à la prévention de l’antisémitisme, du racisme, etc ? J’ai l’impression que tout cela a pour but de faire taire ce que les enfants pourraient être amenés à dire, les réduire au silence. On voudrait ne les autoriser qu'à dire ce qui, à un moment donné de l’histoire de l’humanité, est considéré comme convenable.

Les personnes qui veulent faire cela sont souvent celles qui se sont révoltées contre l’éducation au catéchisme, l’éducation bourgeoise et toutes les formes d’éducation contraignantes qui font que l’enfant n’a plus le droit de dire ce qui lui vient à l’esprit. Or, on sait que si on censure trop tôt les manifestations d’agressivité, quelles qu’elles soient, cela donne des enfants extrêmement révoltés ou inhibés, et en tous cas angoissés.

Les enfants n’ont donc aucune perception de l’homosexualité ?

Pour les enfants, il n’y a ni hétérosexualité, ni homosexualité. Cela n’existe que dans la tête des adultes. Quand un petit garçon de 5 ans se prend d’affection pour un autre petit garçon de son âge, ce n’est pas de l’homosexualité, et cela ne signe pas un destin homosexuel.

Si on regarde la phrase rapportée dans Le Parisien, ce n’est pas que l’enfant soit « effaré » par le fait que l’autre ait deux mamans qui est répréhensible, mais bien qu’il parle de « tuer ». C’est aux parents d’expliquer qu’on ne tue pas les gens lorsque l’on n’est pas en accord avec eux. Et ils ne doivent expliquer cela que lorsque l’occasion se présente, et au cas par cas. On assiste à un déplacement moral : on a l’impression que la défense de l’égalité entre les différents couples est plus importante que la nécessité d’apprendre à l’enfant qu’on ne tue pas comme cela, tout simplement.

Cet enfant a seulement 5 ans, et il n’y aucune raison de ne pas tenir compte de l’angoisse que suscite chez lui l’idée qu’un autre enfant puisse avoir deux mamans et pas de papa. Sa pensée n’a pas à être appréhendée d’un point de vue politique ou sociologique, mais psychologique. Il faut prendre son angoisse au sérieux, et non lui interdire préventivement de l'exprimer. D’une façon ou d’une autre, si on fait pression sur lui pour lui interdire de l’exprimer, il le fera autrement, puisque c’est ce qu’il pense.

Il peut dire une chose à 5 ans et dire le contraire à 5 ans et demi. On parle d’âges de formation où les pensées vont et viennent, et sont fonction de ce que les enfants entendent ici et là, de pulsions, de ce qu’ils ressentent intimement. Cela est extrêmement complexe et ne peut se  résoudre simplement par le simple fait que des associations militantes viennent dans des écoles maternelles dire aux enfants comment ils doivent penser.

A partir de quel âge est-il préférable de sensibiliser les enfants au problème de l'homophobie ? A trop vouloir faire le bien, le Snuipp fait-il l'inverse ? 

Il faut leur en parler à partir du moment où ils ne sont justement plus des enfants, quand ils ont des relations libidinales d’adultes, qu’ils peuvent envisager – même s’ils ne le font pas forcément – des relations sexuelles. A partir de la puberté, donc. Avant cet âge, cela relève de l’intrusion dans l’intimité de leur formation libidinale, exactement comme on dirait d’une mère qu’elle est intrusive.

Le résultat d'une telle action serait exactement l’inverse de celui attendu par les associations. Selon SOS Homophobie, Il y aurait eu une augmentation de 27% en un an du nombre d’appels signalant des actes, des agressions ou des insultes. Comme le dit l’association dans le Parisien, « ce n’est pas forcément signe d’une augmentation de l’homophobie, mais sans doute que la parole s’est libérée de part et d’autre. » Cela prête à réfléchir.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Skagerrak - 16/05/2013 - 09:30 - Signaler un abus Monsieur le journaliste

    Relisez bien le titre de votre article . Je crois qu'une partie de la phrase a sauté .

  • Par myc11 - 16/05/2013 - 09:33 - Signaler un abus C'est déjà difficile d'élever un enfant de nos jours,

    Le protéger des maladies, lui apporter une bonne nutrition, lui inculquer des valeurs comme l'honnêteté, pendant qu'on a soi-même des problèmes à régler, le protéger de la pédophilie le jour où il commence à aller seul à l'école, tellement au programme, sans compter le chômage etc...c'est beaucoup demander. Quand mon fils m'a posé des questions sur ma position par rapport à l'homosexualité, il était déjà plus grand, j'ai dit sans détour qu'il n'y a pas de mal à aimer, mais que je ne trouve pas saine la sexualité annale. Puis récemment ma position sur le mariage pour tous, j'ai répondu que le mariage en tant que tel ne pose pas de problème si les gens vivent ensemble, mais qu'il ne faut pas s'attendre à faire des enfants comme le font les gens. Ça ne change rien au fait que j'ai embauché des homosexuels au travail mais je ne peux pas faire plus. Le formatage, comme le jour où on trouve normal de manger des produits génétiquement manipulés en payant des rentes à Monsanto, ça aussi c'est le progrès? Il faudra passer ma génération pour aimer ce genre de progrès.

  • Par carredas - 16/05/2013 - 09:36 - Signaler un abus Au secours...

    Et pourquoi pas une cause nationale : la lutte contre les syndicats qui se croient autorisés à utiliser leur fonction à des fins idéologiques, syndicat de la magistrature, syndicat des journalistes, syndicat de professeurs de l'enseignement primaire etc... Non seulement cette proposition est absurde, déplacée et contreproductive mais que ces gens de gauche ( car le Snuipp est évidemment de gauche ) qui phosphorent sur les moyens de changer la mentalité des jeunes esprits leur apprennent déjà à lire et à écrire, c'est là leur seule légitimité et les résultats sont plus que médiocres.

  • Par Chupula - 16/05/2013 - 09:47 - Signaler un abus Réponse évidente!

    Que quand les journaliste disent le bon titre de en Français de la maternelle ils répondront.

  • Par Ravidelacreche - 16/05/2013 - 10:13 - Signaler un abus Lutte contre l’homophobie...

    Moi y'en a même compris le titre ?!

  • Par Maria85 - 16/05/2013 - 10:14 - Signaler un abus Ce n'est pas à l'école de faire cela !

    Les enfants sont à l'école pour apprendre à lire et à écrire . Pour ce qui est de l'éducation sexuelle, c'est une histoire de famille !!! Ce n'est pas à un ou une instit de venir s'ingérer dans les croyances et us et coutumes familiales. Le régime totalitaire de gauche qui veut une popultion à son image avec la pensée unique est une gauche hilterienne et personne n'a envie d'y revenir. Les parents responsable doivent réagir de toute urgence !!!!

  • Par Ilmryn - 16/05/2013 - 11:03 - Signaler un abus En taule les gosses !

    Si ils sont capable de comprendre la notion d'homosexualité ils comprennent donc parfaitement aussi les notions comme "tuer". Leurs jeux sont donc autant de menaces de morts punissable par l'article 222-17 et 222-18 du Code Pénal (de 6 mois à trois ans d'emprisonnement) . Si il ne les comprennent pas qu'on leur foute la paix effectivement ou qu'on foute en taule les moralisateurs pour maltraitance psychologique, ça devient étouffant là.

  • Par Atlantico - Rédaction - 16/05/2013 - 11:04 - Signaler un abus @Skagerrak @Chupula @Ravidelacreche

    Un titre complet, c'est effectivement toujours préférable... Merci pour votre vigilance !

  • Par creuxduloup - 16/05/2013 - 11:05 - Signaler un abus Homophobie

    Un enfant n'a pas à savoir quelle est la situation de famille des parents de ses camarades...personnellement, je n'en ai rien su jusqu'au bac et même en fac... Pourquoi l'a-t'il su ? L'intéressé s'en est vanté ? Nananère ! L'instit s'est cru autorisé à faire le grand numéro de la tolérance envers l"homoparentalité" ? À des gamins de 5 ans ? Ça va pas la tête ? Il serait urgent que nos élites relisent "le petit Nicolas" avant d'enfermer les homos dans le rôle du "chouchou de la maîtresse" !

  • Par EOLE - 16/05/2013 - 11:15 - Signaler un abus L'école n'est plus faite pour enseigner

    A preuve les taux d'échecs scolaires et le niveau de capacités et de connaissances acquises par nos chères têtes, de moins en moins blondes, par rapport à nos amis européens. Non, la vocation républicaine de l'école publique est d'endoctriner nos enfants. Toutes ces velléités de les ancrer "à gôche" seront, bien évidemment, contrées par les révoltes de l'adolescence et feront de ces générations des conservateurs extrémistes...

  • Par Septentrionale - 16/05/2013 - 11:38 - Signaler un abus le socialisme focalise sur ce qu'il est,

    une idéologie déféquant une pensée aberrante et perverse. L'enfance n'est pas sexualisée. L'enfance est sensualité. Ce stade sensuel, unique et sacré sur le chemin de la connaissance, cette manière douce de découvrir le monde ne doit pas être détournée, ne doit pas être corrompue par un conditionnement quelconque, non plus par ce néo-totalitarisme de l'analité sexuelle.

  • Par warren11 - 16/05/2013 - 11:40 - Signaler un abus reponse indélicate

    dès qu'ils sont en âge de comprendre que leurs parents sont assez cons pour leur en parler à cet âge .....

  • Par bebert4 - 16/05/2013 - 12:26 - Signaler un abus Formatage militant

    Pourrait-on sensibiliser les syndicalistes enseignants à l'alphabetophobie!!

  • Par gliocyte - 16/05/2013 - 12:41 - Signaler un abus Dissolution du Snuipp

    Seule solution. Si ces personnes ont des problèmes avec leur identité sexuelle, qu'elles aillent consulter. Qu'on arrête de prendre les enfants pour des mini adultes! Qu'on les laisse rêver. Pourquoi ne pas leur présenter un préservatif, comment s'en servir avec en prime une vidéo d'un accouplement.. Quand on voit de quoi se préoccupent ces "éducateurs" on a froid dans le dos. Arrêtez d'infliger la progéria idéologique! Apprendre déjà qu'il faut dire bonjour, s'il vous plaît, merci serait déjà beaucoup mais pas assez fun pour ces illuminés qui détruisent nos enfants.

  • Par gliocyte - 16/05/2013 - 13:01 - Signaler un abus FAUX

    Reprenez l'article de SOS homophobie. Nombre d'appels identiques entre 2001 et 2012, (moins de 2000) soit 3 appels par jour environ. Il indique une augmentation de 28% au T4 2012( mais nombre d'appels non communiqué..) voulant insinuer sans doute que cette progression était liée à la manif pour tous. DESINFORMATION donc. De plus pourquoi ne pas avoir comparer le T1 2012 au T1 2013, qui aurait été plus révélateur. PARCE QUE cela n'aurait rien montré de probant. DESINFORMATION ET MANIPULATION, toujours et encore... RAS LE BOL

  • Par alesbru - 16/05/2013 - 14:34 - Signaler un abus Laisser une part de rêve et d'amour aux enfants

    Je suis sidéré de ce que je lis. L'école doit apprendre des connaissances qui permettent aux enfants demain de travailler et d'être autonomes. La sexualité n'est pas seulement la recherche d'un plaisir immédiat mais c'est la base d'une construction durable: un amour durable, une faille. L'enfant n'est pas un droit: c'est un choix d'un homme et d'une femme pour concrétiser une relation d'amour. Que mes enfants soient homos, je m'en moque. mais j'espère qu'ils se projetteront dans l'avenir avec des enfants faits par un père et une mère dans une relation d'amour stable.

  • Par Alex de M. - 16/05/2013 - 14:42 - Signaler un abus Laïcité ?

    La laïcité n'est ce pas le respect de toutes les religions ? Et donc comment peuvent ils enseigner l'homophilie sans enseigner aussi la condamnation de cette homofolie par TOUTES les religions ? Dans un pays ou la très grande majorité de la population adhère à une religion ou une autre, qui condamnent toutes également ce type de pratique, ou est la démocratie lorsque l'école de la république impose le message d'une secte maçonique à tous ?

  • Par sam75 - 16/05/2013 - 17:21 - Signaler un abus Foutez la paix aux enfants

    Vous les syndiques de l'enseignement et vous les pédagogues et autres ministres de je ne sais quoi foutez la paix a nos enfants arrêtez de leur bourrer le crane avec vos concepts d'adultes bien pensants. Concentrez vous sur les fondamentaux de l'enseignement, a savoir leur apprendre a lire correctement a écrire sans faire 30 fautes par ligne, a compter. Et a réfléchir lorsqu'ils seront plus grands.C'est ça votre boulot, pas de leur inculquer votre idéologie.

  • Par géodith - 16/05/2013 - 18:51 - Signaler un abus Fête des mères

    "J'ai pas envie que ma mère s'appelle Robert..." J'aime bien ! Ne jamais oublier qu'un enfant demande à être "normal" (sic) Il veut se fondre dans la masse...

  • Par t-hex - 16/05/2013 - 18:57 - Signaler un abus Au secours...

    Dans le bus j'ai entendu un gamin traiter son copain de fils de *dame qui fait un commerce de son corps*. Halte à la prostituphobie,

  • Par RBD - 16/05/2013 - 20:10 - Signaler un abus Pas étonnant

    Jules Ferry donnait comme objectif à l'enseignement de former de futurs citoyens "sans rois et sans dieux". Il faut y ajouter l'uniformisation par la langue jusque dans la sphère privée. Tout cela est aussi important selon le modèle d'éducation français que l'éducation fondamentale. C'était aussi le rêve de Platon. Il n'est donc pas étonnant que ce syndicat réagisse ainsi, car la mission d'enseigner y est entendue tout autant comme un formatage précoce à ne pas rater, avec tout ce que cela implique d'intrusif et d'aberrant comme le souligne bien cette petite interview.

  • Par jurgio - 16/05/2013 - 21:03 - Signaler un abus La Gauche a décidé de corriger au plus tôt

    la progéniture des esprits déviants et dégénérés comme jadis elle a voulu civiliser et éduquer les races inférieures !

  • Par Nathalie Mestre - 17/05/2013 - 00:06 - Signaler un abus de la tentation de psychanalyse à la désinformation

    Monsieur Winter, quand vous tentez de faire de la psychanalyse sur une seule phrase d'enfant, renseignez vous avant... 1. dans un contexte où les acteurs de la loi mariage se font traiter d'assasins d'enfants il est parfois difficile pour une enfant aux oreilles qui trainent de prendre la distance nécessaire. 2. Le résultat a donc été une enfant qui a pleuré pendant des semaines tous les soir refusant d'aller à l'école le lendemain avant d'expliquer. 3. Cette citation a également été accompagnée de la citation suivante de la part de l'association : "il faut être cependant prudent avec les phrases d'enfants qui peuvent être des phrases répétées de ce qu'ils entendent à la maison mais aussi également de simples phrases qui s'entendent souvent dans les cours de récréation. En effet, il est fréquent que des enseignants entendent des enfants dire qu'il faut tuer un tel lors d'un désaccord. Cependant cette phrase a été mal reçu par l'enfant concernée qui a également entendu des commentaires du type "2 mamans c'est pas bien"". 3. Ne vous en déplaise parler d'amour en maternelle n'est pas réservé aux adultes. Car il s'agit bien de cela dont il s'agit et non de relations sexuelles

  • Par Nathalie Mestre - 17/05/2013 - 00:18 - Signaler un abus suite tentative de psychanalyse et désinformation

    quant à certains commentaires qui suivent : - gros LOL pour la non sexualité des enfants et leur sensualité - encore plus drôle le commentaire sur les enfants qui n'ont pas à savoir la situation familiale des autres : non non à 3 ans les enfants ne parlent pas du tout de leur famille, non non ils rentrent tout seuls à la maison et leurs parents ne viennent pas les chercher à l'école... - certains devraient relire la circulaire de 2008 qui explicitement demande aux enseignants de lutter contre l'homophobie à l'école - pour le reste je n'ai pas lu tant c'est affligeant.... Ce qu'il y a tout de même de rassurant c'est qu'au quotidien, et fort heureusement, cette pensée est minoritaire contrairement à la forte présence sur internet de propos ignorants... et que oui la lutte contre l'homophobie est indispensable dès le plus jeune âge... On ne se découvre pas homo subitement à 15 ans !

  • Par SLytico - 17/05/2013 - 02:33 - Signaler un abus Winter l'homophobe de toujours

    Winter est un homophobe notoire . Au passage : démarche journalistique tres tordue daller chercher l'avis de winter sur un sujet pareil . Bref... Son interview le confirme encore. si on resume : ici on n intervient pas sur les pulsions meurtières de l'enfant surtout si elles sont teintées homophobie ( winter se preoccupe d'ailleurs exclusivement du traumatisme de l "enfant agresseur" ((la pauvre famille heterosexuelle!!) , l agressé, lui et sa famille homosexuelle, peuvent bien se debrouiller . Quant à l'accompagnement dans les interrogations d'un jeune sur sa sexualité , ben c est le plus tard possible (surtout si celles-ci se rapportent à l'homosexualité (tu m etonnes!) et si ca pouvait ne pas se faire du tout, ca serait peut être même mieux, n est ce pas winter?). La limite de l'escroc...

  • Par SLytico - 17/05/2013 - 02:44 - Signaler un abus Winter vient de nous faire "psy-psy" sous le comptoir ...

    avec winter on peut parler de "tuer" avec un enfant mais amour et/ou sexualité c est le plus tard possible. Fuyez ce charlatan absolu!

  • Par Ilmryn - 17/05/2013 - 03:59 - Signaler un abus @Nathalie Mestre - Gros LOL effectivement.

    Nathalie Mestre: "Ce qu'il y a tout de même de rassurant c'est qu'au quotidien, et fort heureusement, cette pensée est minoritaire contrairement à la forte présence sur internet de propos ignorants... et que oui la lutte contre l'homophobie est indispensable dès le plus jeune âge" . Vous nous dites dans la même phrase qu'il n'y a quasiment pas d’homophobie avérée (bien évidemment, tout le monde s'en fout en fait) mais qu'il faut lutter contre en parlant de sexualité à des enfants de trois ans ? . Vous avez une idée de leurs capacité cognitive à cet âge et de leurs intérêts pour vos divagations sexuelles ? . La "forte présence sur internet" ce sont les gens qui en ont marre que les totalitaristes de la pensée projettent leurs délires d'adultes sur les enfants. . Pas des homophobes, juste des gens qui veulent que les hystériques foutent la paix a nos gosses. . Derrière vous il y a tout une cohorte de pauvres nazes bien pensants qui veulent ABSOLUMENT qu'on bourre le crane des plus jeunes avec leurs idées fixe et toute la merde du monde. C'est 1984, Orwell, la police de la pensée, plus de place pour vivre, on étouffe, vous êtes de grand malades.

  • Par Ilmryn - 17/05/2013 - 04:16 - Signaler un abus @Nathalie Mestre - Faut vraiment vous faire soigner !

    Nathalie Mestre - "dans un contexte où les acteurs de la loi mariage se font traiter d'assasins d'enfants il est parfois difficile pour une enfant aux oreilles qui trainent de prendre la distance nécessaire. [...] Le résultat a donc été une enfant qui a pleuré pendant des semaines tous les soir refusant d'aller à l'école le lendemain avant d'expliquer." . Et ça confirme que vous avez un gros problème psychologique que vous projetez sur votre enfant (le pauvre). . Mes enfants quand ils étaient petits s'en foutaient complètement de ce qui ce disait à "la télé pour les grands", à part les images gores que je ne montre jamais s'ils avaient une question j'y répondait sans dramatiser et ils continuaient à rire et profiter de la vie. 5 secondes après c'était sorti de leurs esprit, c'est ça les gosses. . VOUS avez du SACREMENT le violenter psychologiquement pour qu'il pleure pendants des semaines. JAMAIS je n'ai vu ou entendu qu'un gosse soit dans un état pareil pour un concept "de grand", une phrase prononcée à la télé ou des slogans. . Les nôtre rient et ne seront jamais homophobe le votre pleurent pendant des semaines, c'est de la maltraitance ! PAS TOUCHE A NOS GOSSES

  • Par Ben hayat - 17/05/2013 - 09:04 - Signaler un abus Merçi qui?

    Douce France ou les homos peuvent convoler ensemble, ou les étrangers vont pouvoir bientôt voter, mais ou les petites filles ne pourront pas jouer seules dans les parcs de nos villes comme celui de Clermont-ferrand.

  • Par dreft - 17/05/2013 - 18:03 - Signaler un abus l'homophobie va exploser

    Vous allez voir.   Commencent a nous gonfler les lobbies gay.

  • Par Quid Novi - 18/05/2013 - 16:51 - Signaler un abus La machine est en marche

    sous l'impulsion des écologistes phagocytant un parti socialiste qui déteste déjà la nation, nous voila en train d'embrasser à pleine bouche le modèle suédois. En Suède, dans certaines petites classes il n'est plus permis de nommer un garçon ou une fille par son prénom, distinction insupportable et sexiste ! Nous y voilà, un monde global mais pas la ou il était attendu, pour ce faire il faut décaper jusqu'à l'os les individus, il n'y a plus de races, plus de sexes, plus de différences. Tout est opposable à tout, bientôt chaque enfant à naitre disposera d'un juriste...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Pierre Winter

Jean-Pierre Winter est psychanalyste. Il a notamment écrit  "Il n'est jamais trop tard pour choisir la psychanalyse" (La Martinière), "Les errants de la chair" (Calmann-Lévy) et  "Les images, les morts, le corps, entretien avec Françoise Dolto" (Gallimard). 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€