Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La grande avancée : nous héritons bien des traumatismes des générations passées et ce sont les gènes qui les transmettent

Une étude récemment menée par une équipe de chercheurs américains sur des souris a montré que des événements traumatisants pouvaient avoir une influence sur leurs gènes, et avoir une influence sur le cerveau et le comportement de leur descendance.

Une affaire de famille

Publié le
La grande avancée : nous héritons bien des traumatismes des générations passées et ce sont les gènes qui les transmettent

Les événements traumatisants provoquaient des modifications sur l'ADN. Crédit Reuters

Atlantico : Des expériences menées sur des souris par une équipe de chercheurs de l'université d'Atlanta ont mis en évidence le fait que des événements traumatisants provoquaient des modifications sur l'ADN observé dans leur sperme, et avoir des effets sur le cerveau et le comportement des générations suivantes (voir ici). D'après le professeur Marcus Pembrey, du University College London, ces découvertes sont transposables aux hommes. Notre ADN peut-il effectivement être modifié par des traumatismes ?

Pierre Roubertoux : Notons tout d'abord que cette étude est bien construite, et que pour une fois on ne se contente pas d'observer le pelage de la souris, mais le système nerveux (neurone et comportement).

Précisons également que ce 'est pas véritablement l'ADN qui est modifié, mais la transcription des gènes. Car ce qui impacte le fonctionnement de la cellule, c'est la protéine. On sait qu’un grand nombre de phénomènes qui se situent au niveau du génome interviennent sur la transcription. De telle sorte que le génome fera dire au gène reçu de vos parents des choses différentes de celles qu'on attendait du gène des géniteurs.  C'est ce qu'on appelle l'épigénèse. Ces facteurs génétiques qui modifient d'autres gènes peuvent être modifiés, à long terme, par notre environnement. Le plus connu des mécanismes de l’épigenèse est la méthylation : la chromatine qui contient l'ADN sera compactée, et maintenue dans cet état par cette même méthylation. Pour qu'elle se "décompacte", un autre mécanisme intervient, celui de l'acétylation. Ces mécanismes peuvent être modulés par l'environnement.

A lire sur un thème  similaire : Psychogénéalogie : L'impact sur ma vie de ma place dans la famille, Juliette Allais (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

Cette étude vient donc confirmer ce qu'on supposait déjà ?

En effet. Par exemple, lorsqu'on effectue une transgénèse, on insère généralement le transgène dans le noyau mâle. Mais on s'aperçoit que parfois des transgènes ne s'expriment pas. On a découvert il y a une vingtaine d'années ce qui se  produisait : le génome femelle empêchait le gène venant du père de se transcrire, c’est-à-dire d'aller jusqu'à la protéine. C'est ainsi que l'information parentale n'est pas égale ; elle est généralement plus favorable à la transmission des caractères de la mère que de ceux du père.

D'autres travaux menés depuis ont montré de tels phénomènes sur la couleur du pelage chez les souris. On a supposé que cela pouvait intervenir dans la genèse des cancers, et aussi jouer sur la morphologie et le fonctionnement du système nerveux central. Grâce à cette étude, c'est la première fois que l'effet de l'épigénèse est montré d'une façon aussi évidente sur le système nerveux central.

Quels sont les effets observables sur nous, humains ?

Dans le syndrome d'Angelman (maladie neurogénétique caractérisée par un déficit intellectuel sévère et des traits dysmorphiques, ndlr), le trouble résulte (3 % des cas) d’une disomie uniparentale paternelle.

Les phobies, manifestations d'anxiété et troubles liés au stress peuvent-il en partie s'expliquer au travers de l'épigénèse ?

On est encore loin de pouvoir répondre à cette question. On montre ici pour la première fois une manifestation de l’épigenèse au plan du gène, du cerveau et de certains comportements. Reste à savoir si cela peut jouer sur les pathologies mentales. Il existe quelques déficits intellectuels pour lesquels un mécanisme épigénétique a été invoqué. Il ne faut pas pour autant crier à l’hérédité des caractères acquis.

Dans quelle mesure les résultats de cette étude viennent-ils alimenter les débats sur le déterminisme ? A quel point sommes-nous façonnés par ce qui nous a précédé ?

Nous sommes influencés culturellement. Mais nous le sommes de multiples façons. Pour cela je vous citerai une autre étude, qui a mis en avant un mécanisme différent mais a abouti à un résultat analogue. Des souris ayant subi une carence alimentaire et ayant été  soumises à un stress apprennent mal. Même bien nourrie, leur progéniture apprend mal, et cela pendant deux générations. Que s’est-il passé ? Les grand-mères mal nourries n’ont pas donné de soins suffisants à la progéniture. De ce fait, cette dernière présente des performances cognitives faibles. Mais ces mêmes souris ne savent pas donner les soins nécessaires aux petits qui, de ce fait également apprennent mal. Linda Crnic, qui fit cette expérience voici trente ans, observa des conséquences des privations et stress infligés à une souris pendant trois générations. Il n’y a pas que les mécanismes génétiques ou épigénétiques qui nous aident à nous souvenir des ancêtres.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par BenTiens - 05/12/2013 - 10:09 - Signaler un abus Très amusant

    Oui, très amusant après tout ce qu'on a pu dire des théories de Lyssenko. Dans certains cas, il semblerait donc, que le gène, concept bourgeois, soit moins important que tout un environnement trimbalé ( et transmis) autour. C'est ça qu'il disait ! :-)))

  • Par yavekapa - 05/12/2013 - 10:47 - Signaler un abus et combien de générations

    pour évacuer le stress sot-cialiste ?

  • Par GEMKOZ - 05/12/2013 - 11:08 - Signaler un abus Intéressant

    A redécouvrir LAMARCK! Précurseur dans ce domaine.

  • Par pascalou2 - 05/12/2013 - 19:34 - Signaler un abus bonjour

    on decovrirai aujourd hui , la transmission psycogenealogique ...lol...et on doit le justifier par les gene ...(double ..lol) c est bien plus simple que ça , mais on ne veut meme pas l envisager , trop contant de mettre sur le dos de nos gene notre responsabiliter emotionnel trans generationnel ...cqfd pascalou

  • Par BenTiens - 06/12/2013 - 10:10 - Signaler un abus @pascalou

    C'est effectivement lol sur lol, mais jaune aussi. Après des années de Freud-bashing hystérique, LaScienceLaVraie nous explique qu'après tout, la répétition, ça pourrait bien être génétique. Incluant au besoin dans le concept de gène, tout un tas d'éléments qui ne sont pas de l'ADN, dont de l'acquis individuel, ce qui modifie radicalement le dit-concept. Et on peut faire confiance à la "communauté scientifique" pour toujours continuer de trouver les résultats kivonbien pour justifier l'ordre des choses. Un truc dont ne sort pas depuis l'aube de la connaissance : un bon généticien est un généticien mort.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pierre Roubertoux

Pierre Roubertoux est professeur de génétique et de neurosciences à Marseille. Il a créé et dirigé le laboratoire "Génétique, neurogénétique, comportement" du CNRS et a travaillé au laboratoire "Génomique fonctionnelle, comportements et pathologies" du CNRS, à Marseille. Il mène aujourd'hui ses recherches au sein du laboratoire de génétique médicale de l'Inserm.  Ses travaux sur la découverte de gènes liés à des comportements lui ont valu le prix Theodosius Dobzhansky, aux États-Unis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€