Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 27 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France vue par l'Etat islamique

Dans la logique salafiste, les pays du monde se classent en différentes catégories : d'abord les pays des apostats, comme l'Iran chiite, ceux composés de mécréants, où se trouve la France, et les terres régies par la charia islamique.

Angle de vue

Publié le
La France vue par l'Etat islamique

Atlantico : Comment l’Etat islamique voit-il la France ? Quelle vision cherche-t-il à en donner à ses affiliés ?

Alain Rodier : La France a le privilège d'être l'ennemi "numéro deux" de Daesh, voire désormais de "numéro un". En effet, pour l'idéologie salafiste-djihadiste qui est basée sur un retour aux valeurs initiales de l'islam vues à travers le Coran, les Hadiths et le récit de la vie de Mahomet, la France est un pays de "Dar al-harb" ou "Dar al-kufr" qui veut dire "demeure de la mécréance" ou "de la guerre" par opposition au "Dar al-islam", la "demeure de l'islam" qui est régie par la loi islamique, la charia. En plus, la France a un côté inacceptable pour Daesh : la grande majorité de sa population de religion musulmane se sent française.

Cela constitue un affront inacceptable. D'où le piège qui est aujourd'hui tendu : diviser la société française en montant les communautés les unes contre les autres.

Pourquoi cultive-t-il une vision si biaisée ? La rhétorique de leur triste communiqué du 14 novembre par exemple, oscillait entre une caricature de discours moral (la France, présentée comme un pays "d’abomination, de perversion" ou encore "d’idôlatrie") et un goût outrancier pour la provocation (les rues "malodorantes" de Paris, le Président qualifié "d’imbécile") ?

Sur le plan moral, les choses sont simples pour les salafistes-djihadistes: tous les ressortissants de pays de "Dar al-harb" sont des mécréants. Il y a une distinction dans la détestation entre les "dhimmi" qui appartiennent à la religion du Livre (le Coran) dont font partie les juifs et les chrétiens, et les autres. Une mention particulière est faite pour les chiites qui sont considérés comme des "apostats", donc des traîtres à l'islam. Si les premiers méritent de vivre dans la mesure où ils se convertissent ou, au moins, payent une taxe, la "jizya", les deuxièmes doivent être exterminés.

A noter qu'en dehors du berceau syro-irakien, les salafistes-djihadistes de Daesh considèrent que toutes les terres musulmanes doivent être reconquises pour y établir leur vision particulière de l'islam, les dirigeants actuels de ces pays -en particulier la famille royale saoudienne- étant aussi considérés comme des traîtres et des vendus coupables d'apostasie.

Les termes employés répondent aux vrais sentiments que les salafistes-djihadistes qui n'ont jamais mis les pieds en France éprouvent à notre égard. A savoir que l'Occident en général et la France en particulier sont des civilisations "amorales" et en voie de perdition (l'effondrement de l'Empire romain leur sert parfois d'exemple). Pour les citoyens français ou européens partis mener le djihad, c'est bien différent. Au fond, leur foi en l'islam est secondaire (souvent, ils n'en connaissent pas grand-chose), seule leur révolte nihiliste leur importe. Les manipulateurs savent parfaitement utiliser cet état de faits (comme l'attrait des jeunes occidentaux vers les spectacles hollywoodiens).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anguerrand - 29/11/2015 - 18:33 - Signaler un abus France ( et Belgique) ventres mous de l'Europe

    Contrairement à certains pays d'Europe comme la Hongrie, la Pologne, la Russie et qq autres qui se protègent de l'islam et de l'immigration. Nous on accepte tous ceux qui viennent le tout dans une parfaite illégalité.

  • Par de20 - 29/11/2015 - 23:00 - Signaler un abus La messe est dite. La taxe du

    La messe est dite. La taxe du Monsieur A la barbe c est combien? Parce vous comprenez,: Hollande: CSG,RDS,TVA, Taxe d Habitation, I.R, etc, faudrait voir.

  • Par Gordion - 30/11/2015 - 06:27 - Signaler un abus Bonne analyse

    Pour ceux qui veulent creuser la question de l'islam, cf Gilles Kepel, A. Del Valle. Pour les analyses sur les mécanismes de basculement de ces petits délinquants musulmans manipulés et sur le refus de recoonaître ces causes en Occident, cf Durkheim, Max Weber, R.Jaccard. 2 remarques: - sur la libération du chef d'Al Qaïda al-Souri par Al Assad en 2011, y a-t-il d'autres raisons que celles du "chaos syrien"promis par ce même Assad aux sunnites du Golfe + Turquie + US + UE en cas d'intervention? - sur la dynastie chérifienne au pouvoir au Maroc, la résurgence d'un courant chiite au Maroc ( à Tanger) soutenu et financé par l'Iran est-elle la raison pour laquelle Daesh veut déposer le Commandeur des Croyants dans ce pays?

  • Par RODIER - 30/11/2015 - 06:59 - Signaler un abus Rodier à Gordon (et à ceux qui s'intéressent à l'islam).

    Je recommande l'ouvrage de Jean Lafontaine : "l'islam de France (et d'Europe). Un message de paix ?" aux éditions 7écrit. A l'époque, Al-Souri a été libéré (mais ce n'est pas sûr qu'il soit allé bien loin) aussi pour tenter de "calmer" les islamistes syriens. Le Commandeur des Croyants est considéré par Al-Baghdadi comme un "apostat" car il ne veut pas lui faire allégeance. De plus, il lui reproche ses liens avec les gouvernants "impies" (les Occidentaux)..

  • Par Gordion - 30/11/2015 - 07:08 - Signaler un abus @Rodier

    Merci pour ces informations, et commentaires. Au plaisir de vous lire.

  • Par vangog - 01/12/2015 - 01:02 - Signaler un abus Marrant le terme "amoral" des islamistes...

    Par une confusion bien compréhensible par ceux qui n'ont pas connu les lettres latines, et croient que l'empire romain s'est effondré d'un coup, sans laisser un héritage immense qui a inspiré la moitié du monde, les islamistes méconnaissent l'immoralité et la remplacent par l'amoralité (a-privatif)...or, s'il est une a-moralité, c'est bien celle des nihilistes qu'ils manipulent allègrement pour les envoyer mitrailler à-tout-va ou se faire sauter au milieu de notre civilisation trop morale pour s'en défendre! Et par une inversion typiquement arabe du sens des mots, ils taxent abusivement d'immoralité cet excès de moralité, théorisé grâce à nos médias dégoulinants de bons sentiments, par nos bisounours boboisés et autres catho-gauchistes qui tendraient une troisième joue, s'ils la possédaient...les gauchistes partagent avec les islamistes ce goût pour l'inversion sémantique...étonnant, non?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur en 2015 de "Grand angle sur les mafias" et de " Grand angle sur le terrorisme" aux éditions UPPR (uniquement en version électronique), en 2013 "le crime organisé du Canada à la Terre de feu", en 2012 "les triades, la menace occultée", ces deux ouvrages parus aux éditions du Rocher, en 2007 de "Iran : la prochaine guerre ?" et en 2006 de "Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme" aux éditions ellipse, Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier "la face cachée des révolutions arabes" est paru chez ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€