Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 24 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les familles des mercenaires russes tués en Syrie (alors qu’ils ne sont pas censés s’y trouver) réclament des explications à Vladimir Poutine

Á Moscou, de plus en plus de familles de mercenaires se font entendre et demandent des comptes au Kremlin à la suite du décès de plusieurs d'entre eux notamment lors d'une frappe américaine (filmée) en Syrie il y a quelques jours.

Caillou dans la chaussure

Publié le
Les familles des mercenaires russes tués en Syrie (alors qu’ils ne sont pas censés s’y trouver) réclament des explications à Vladimir Poutine

Á Moscou, de plus en plus de familles de mercenaires se font entendre et demandent des comptes au Kremlin à la suite du décès de plusieurs d'entre eux notamment lors d'une frappe américaine (filmée) en Syrie il y a quelques jours. Quelle est la nature des liens de ces mercenaires avec le pouvoir central ?

Comme il est d’usage, les mercenaires employés directement ou indirectement par un État ne sont jamais reconnus par leur autorité de tutelle. Bob Denard a fait partie de ces « corsaires de la République » que Paris a employé un certain temps sur le continent africain.

Cela dit, si ces mercenaires pudiquement renommés contractors auprès de "Sociétés militaires privées" (SMP) ne sont pas totalement contrôlables par les gouvernements qui commanditent leurs services. En effet, les SMP ont toutes une hiérarchie propre et souvent très décentralisée qui permet des initiatives individuelles qui peuvent s’avérer désastreuses. Les Américains l’on bien compris en Irak avec la célèbre firme Blackwater (rebaptisée Academi) fondée par Erik D. Prince qui s’est livrée à de nombreux excès (dont une partie a toutefois été condamnée en justice). D'autre part, une fuite malencontreuse a confirmé l’appartenance de Prince à la CIA, sans doute comme agent occasionnel. Pour résumer, tout le monde emploie aujourd'hui des SMP.

Il faut cependant se rappeler que, théoriquement, le mercenariat est interdit pas les Nations Unies et chaque aspirant à ce métier doit être conscient qu’il peut être poursuivi en justice à son retour au pays, même si la « cause » défendue est estimée comme « juste ». Des volontaires ayant combattu (un peu) aux côtés des Kurdes sont en train de le comprendre à leurs dépens, particulièrement en Grande Bretagne. Si la justice française applique les textes, il pourrait en être de même pour des volontaires français partis aider les Kurdes en Syrie et en Irak. Généralement, ces volontaires refusent la classification de "mercenaire" car ils disent agir par convictions (extrême-droite ou extrême gauche selon le théâtre d'opération) préférant celle de "combattant internationaliste". Aujourd'hui des Zadistes et des membres se revendiquant de la CGT se sont fait photographier les armes à la main aux côtés de combattants kurdes du PYD syrien. C'est une peu leur "Guerre d'Espagne" à eux !

En Russie, les responsables de la SMP Moran Security Group qui avait engagé plus de 200 volontaires pour se rendre en Syrie du côté gouvernemental en 2013 ont écopé de trois ans d’emprisonnement. D’un autre côté, aucun des volontaires embauchés n’a été traduit en justice.

Pour Moscou, les SMP battant pavillon russe sont interdites mais, qu’à cela ne tienne, elles sont enregistrées dans des pays étrangers. La compagnie Wagner qui défraie la chronique actuellement avec environ 7 000 personnels détachés en Syrie est enregistrée en Argentine. Le Corps slave qui a été engagé en 2013 sur le même théâtre a son siège à Hongkong. Il n’empêche que ces SMP entretiennent des bureaux (en particulier de recrutement) à Moscou. Les mauvaises langues prétendent que ces SMP peuvent s’entraîner dans des camps militaires russes, ce qui est loin d’être impossible. Quel pays n’a pas fait de même, certes souvent avec des combattants étrangers… La morale populaire n’a rien à voir avec la real politic pratiquée par presque tous les pays. Pour finir avec les fantasmes, les mercenaires sont généralement bien payés mais sans plus. Ce sont majoritairement des anciens militaires et la solde des spécialistes et des anciens officiers peut aller jusqu’à 4 000 dollars/mois. Un projet est à l'étude en Russie pour légaliser les SMP ce qui apporterait une protection sociale plus adaptée à leurs membres.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/02/2018 - 09:59 - Signaler un abus le socialo-communisme n'est pas complétement tombé, en Russie!

    la Pravda (vérité!) gauchiste ment toujours autant...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alain Rodier

Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la criminalité organisée.

Il est l’auteur, en 2017 de Grand angle sur l'espionnage russe chez Uppr et de Proche-Orient : coup de projecteur pour comprendre chez Balland, en 2015, de Grand angle sur les mafias et de Grand angle sur le terrorisme aux éditions Uppr ; en 2013 du livre Le crime organisé du Canada à la Terre de feuen 2012 de l'ouvrage Les triades, la menace occultée (éditions du Rocher); en 2007 de Iran : la prochaine guerre ?; et en 2006 de Al-Qaida. Les connexions mondiales du terrorisme (éditions Ellipse). Il a également participé à la rédaction de nombreux ouvrages collectifs dont le dernier, La face cachée des révolutions arabesest paru chez Ellipses en 2012. Il collabore depuis plus de dix ans à la revue RAIDS. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€